L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


Besoin de conseils : confession

Partagez
avatar
marie-rose

Messages : 734
Date d'inscription : 28/02/2014

Besoin de conseils : confession

Message par marie-rose le Jeu 6 Mar 2014 - 17:39

Elle a essayé de ne plus communier en attentant, mais elle s'enfonce, a peur que satan la décourage encore plus, et en plus étant très impliquée, catéchiste etc... elle se dit qu'elle donnerait un contre témoignage de ne pas communier,de scandaliser
avatar
Claire
Admin

Messages : 7743
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67

Re: Besoin de conseils : confession

Message par Claire le Jeu 6 Mar 2014 - 18:04

Je crois qu'il manque un morceau Marie-Rose ! je ne comprends pas ce que tu veux dire... Laughing
avatar
marie-rose

Messages : 734
Date d'inscription : 28/02/2014

Re: Besoin de conseils : confession

Message par marie-rose le Jeu 6 Mar 2014 - 18:20

:heu: c parce que je suis sur mon portable
Bonjour à tous et à toutes,
Comme je le dis dans le titre, besoin de conseils!
Voilà, j'ai promis à cette amie qui s'est confié de l'aider, pas facile mais comme c'est carême!
Elle est très pratiquante,aime Jésus à la folie et c'est pour cela que je tiens à l'aider, elle est complètement tourmentée
Elle a commis des péchés graves,elle voudrait les confesser mais ne se sent pas et demande à Jésus de lui donner l'occasion de choisir un prêtre,un lieu, elle prie pour cela
Bien sur, elle ne vit pas dans le péché, ce sont des péchés commis il y a longtemps
Elle a essayé de ne plus communier en attentant, mais elle s'enfonce, a peur que satan la décourage encore plus, et en plus étant très impliquée, catéchiste etc... elle se dit qu'elle donnerait un contre témoignage de ne pas communier,de scandaliser
Alors elle a décidé de communier mais se dit que Jésus est loin d'elle et que ça ne sert à rien puisqu'elle n'a pas tout confesser, en attendant le jour J comme elle l'appelle
Sa question"Q'en penses tu, en attendant dois je continuer à communier ou dois je m'interdire de recevoir Jésus?"
Je ne lui dis pas vas de suite te confesser,elle me dit tjs j'y tiens,mais comme il y a longtemps...J'ai fait peut être une bêtise de lui dire que de toute façon qu'il y a longtemps ou pas le Seigneur n'a pas d’heure la haut ! une seconde ou une année!!! c'est pareil
Le pire c'est qu'elle m'a mise ma puce à l'oreille en me disant"comme ça se fait que les évangélistes et protestants se confessent à Dieu directement sans absolution et sont en paix,sont intimes avec Jésus,Et moi je suis malheureuse!?
Merci!
avatar
Claire
Admin

Messages : 7743
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67

Re: Besoin de conseils : confession

Message par Claire le Jeu 6 Mar 2014 - 18:49

Bonsoir Marie-Rose,

Pour moi si ce sont des péchés graves, il ne faut pas qu'elle communie. C'est un sacrilège !
Il faudrait qu'elle aille rapidement se confesser mais qu'elle n'ait pas honte devant les autres de ne pas communier en attendant. Je trouve que c'est plus grave de communier en état de péché !

Concernant les Protestants, je ne peux te parler que de l'expérience que j'ai vécue avec ma tante qui était évangélique et qui regrettait de ne pouvoir se confesser. Elle est morte sans avoir pu donner ses péchés à quelqu'un, elle n'était pas en paix.

J'ai rencontré également d'autres personnes qui ont des amis protestants qui regrettent de ne pas avoir le sacrement de Réconciliation. Ils disent qu'on a de la chance.
Maintenant ceux qui ont la paix sont peut être des personnes qui n'ont pas de péchés graves ou qui en parlent avec leur pasteur, je sais qu'il y en a qui écoutent leurs fidèles. 

Je crois que le sacrement de Réconciliation est très puissant, il y a eu des guérisons physiques et spirituelles avec ce sacrement. Nous avons eu le témoignage d'un prêtre qui en parle bien, le père Rémi Schappacher. J'essaierai de le retrouver.

Voilà mon avis personnel chère Rose-Marie.

J'espère que ton amie sera vite soulagée et pourra vite retourner à l'Eucharistie qui est une Force.

A bientôt, tiens nous au courant.

Amicalement,
Claire
avatar
marie-rose

Messages : 734
Date d'inscription : 28/02/2014

Re: Besoin de conseils : confession

Message par marie-rose le Jeu 6 Mar 2014 - 20:56

Merci claire, je vais imprimer le texte pour elle
avatar
marie-rose

Messages : 734
Date d'inscription : 28/02/2014

Re: Besoin de conseils : confession

Message par marie-rose le Jeu 6 Mar 2014 - 21:24

Me revient à l'esprit comme je le disais sur le PP,qu'une paroissienne vivait en concubinage, et recevait l'absolution et le corps du Christ par le prêtre qui était au courant
Un bon prêtre connu
Quand j'ai découvert cela, c'était à l'accueil, elle venait me parler et s'est mise à rire quand j'ai dit que le concubinage était un péché.
Du coup,elle m'a dit que le prêtre lui donnait l'absolution en attendant qu'elle se marie,mais elle avait des relations avec son concubin, elle ne vivait pas dans l'abstinence
J'ai essayé de trouver des excuses au prêtre, maladroitement, et du coup elle a voulu quitter son concubin qui refusait de se marier
Mais quelque temps après, elle s'est remise avec lui,par contre elle ne communie pas
Je suis affolée,ce prêtre en qui j'avais confiance!
A l'époque je m'en suis rendue malade
avatar
Claire
Admin

Messages : 7743
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67

Re: Besoin de conseils : confession

Message par Claire le Jeu 6 Mar 2014 - 23:10

J'ai trouvé ça sur le blog de cheregospa (par RV) et qui reflète bien ce sujet sur les conséquences du péché même le plus petit :

Echos des paroisses


MÊME SI UN OISEAU EST RETENU PAR UN TOUT PETIT FIL A LA PATTE... (06/03/14)


Dans son homélie de ce matin, un prêtre de ma paroisse a attiré notre attention sur le point suivant :
Même si nous sommes prêtre ou si nous sommes entrés dans la vie religieuse, nous avons toujours quelque chose à convertir à l'intérieur de nous. Qui que nous soyons, nous sommes tous pécheurs. Pendant ce temps de Carême, nous devons donc tous faire des efforts pour nous détourner du péché, même des plus petits péchés. 


En effet, les plus petits péchés empêchent Dieu d'agir pleinement en nous et à travers nous. 


Saint Jean de la Croix disait que même si la patte d'un oiseau était attachée à un tout petit fil, alors l'oiseau ne pouvait pas s'envoler. Il suffit d'une toute petite attache, même invisible aux yeux des gens, pour nous empêcher de prendre notre envol.
avatar
Claire
Admin

Messages : 7743
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67

Confession

Message par Claire le Ven 7 Mar 2014 - 5:57

Petit rappel sur le sacrement de réconciliation dans une homélie récente du Pape :


"Jésus te reçoit, te reçoit avec beaucoup d’amour. Sois courageux et va te confesser !"


Catéchèse du Pape François sur le sacrement de la réconciliation le mercredi 19 février 2014.



Chers frères et sœurs, bonjour !

À travers les sacrements de l’initiation chrétienne, le Baptême, la Confirmation et l’Eucharistie, l’homme reçoit la vie nouvelle dans le Christ. Maintenant, nous le savons tous, nous portons cette vie « dans des vases d’argile » (2 Co 4,7), nous sommes encore soumis à la tentation, à la souffrance, à la mort et, à cause du péché, nous pouvons même perdre cette vie nouvelle. C’est pourquoi le Seigneur Jésus a voulu que l’Église continue son œuvre de salut pour ses propres membres, en particulier grâce au sacrement de la Réconciliation et à celui de l’Onction des malades, qui peuvent être réunis sous le nom de « sacrements de guérison ». Le sacrement de la réconciliation est un sacrement de guérison. Lorsque je vais me confesser, c’est pour être guéri, pour guérir mon âme, guérir mon cœur et ce que j’ai fait et qui ne va pas. L’image biblique qui les exprime le mieux, dans leur lien profond, est l’épisode du pardon et de la guérison du paralytique, lorsque le Seigneur se révèle à la fois comme médecin des âmes et des corps (cf. Mc 2,1-12 ; Mt 9,1-8 ; Lc 5,17-26).

1. Le sacrement de la pénitence et de la réconciliation jaillit directement du mystère pascal. En effet, le soir même de Pâque, le Seigneur est apparu à ses disciples, enfermés au cénacle, et, après leur avoir adressé sa salutation « Paix à vous ! », il souffla sur eux et dit : « Recevez l’Esprit-Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis » (Jn 20,21-23). Ce passage nous dévoile la dynamique plus profonde qui est contenue dans ce sacrement. Avant tout, le fait que le pardon de nos péchés n’est pas quelque chose que nous pouvons nous donner à nous-mêmes. Je ne peux pas dire : je me pardonne mes péchés. Le pardon se demande, il se demande à quelqu’un d’autre et dans la Confession, nous demandons à Jésus son pardon. Le pardon n’est pas le fruit de nos efforts, mais c’est un cadeau, un don de l’Esprit-Saint, qui nous comble dans le bain régénérant de miséricorde et de grâce qui coule sans cesse du cœur grand-ouvert du Christ crucifié et ressuscité.

En second lieu, il nous rappelle que c’est seulement si nous nous laissons réconcilier dans le Seigneur Jésus avec le Père et avec nos frères que nous pouvons être vraiment dans la paix. Et cela, nous l’avons tous ressenti dans notre cœur lorsque nous allons nous confesser, avec un poids sur l’âme, un peu de tristesse ; et quand nous recevons le pardon de Jésus, nous sommes en paix, avec cette paix de l’âme qui est si belle et que seul Jésus peut donner, lui seul.

2. Avec le temps, la célébration de ce sacrement est passée d’une forme publique – parce que, au début, cela se faisait publiquement – à celle, personnelle et privée, de la confession. Cela ne doit pas faire perdre la matrice ecclésiale, qui en constitue le contexte vital. En effet, c’est la communauté chrétienne qui est le lieu où se rend présent l’Esprit qui renouvelle les cœurs dans l’amour de Dieu et qui fait de tous nos frères une seule chose dans le Christ Jésus. Voilà pourquoi il ne suffit pas de demander pardon au Seigneur dans son esprit et dans son cœur, mais il est nécessaire de confesser ses péchés humblement et avec confiance au ministre de l’Église.

Dans la célébration de ce sacrement, le prêtre ne représente pas seulement Dieu mais toute la communauté, qui se reconnaît dans la fragilité de chacun de ses membres, qui est émue en entendant son repentir, qui se réconcilie avec lui, lui redonne courage et l’accompagne sur son chemin de conversion et de maturation humaine et chrétienne. On peut dire : je ne me confesse qu’à Dieu. Oui, tu peux dire à Dieu « pardonne-moi » et lui dire tes péchés, mais nos péchés sont aussi contre nos frères, contre l’Église. C’est pour cela qu’il est nécessaire de demander pardon à l’Église, à nos frères, dans la personne du prêtre. « Mais, Père, j’ai honte… ». La honte aussi est bonne, c’est sain d’avoir un peu honte, parce qu’avoir honte est salutaire. Dans mon pays, quand quelqu’un n’a pas honte, on dit qu’il est « sans vergogne », un « sin verguenza ». Mais la honte aussi nous fait du bien, parce qu’elle nous rend plus humbles et le prêtre reçoit cette confession avec amour et tendresse et il pardonne au nom de Dieu.

D’un point de vue humain aussi, pour se soulager, il est bon de parler avec son frère et de dire au prêtre ces choses qui pèsent tellement sur mon cœur. Et on sent qu’on s’épanche auprès de Dieu, auprès de l’Église, auprès de notre frère. N’ayez pas peur de la confession ! Quand on fait la queue pour se confesser, on sent tout cela, et la honte aussi, mais après quand la confession est terminée, on sort libre, grand, beau, pardonné, blanc, heureux. C’est cela qui est beau dans la confession ! Je voudrais vous demander  - mais ne le dites pas à voix haute, que chacun réponde dans son cœur – quand est ce que tu t’es confessé, quand est-ce que tu t’es confessée pour la dernière fois ? Que chacun réfléchisse… Il y a deux jours, deux semaines, deux ans, vingt ans, quarante ans ? Que chacun fasse le compte, mais que chacun se dise : quand est-ce que je me suis confessé pour la dernière fois ? Et s’il y a longtemps, ne perd pas une journée de plus, vas-y, et le prêtre sera bon. C’est Jésus qui est là, et Jésus est meilleur que les prêtres, Jésus te reçoit, te reçoit avec beaucoup d’amour. Sois courageux et va te confesser !

Chers amis, célébrer le sacrement de la réconciliation signifie être enveloppé dans une étreinte chaleureuse : c’est l’étreinte de l’infinie miséricorde du Père. Souvenons-nous de cette belle, belle parabole du fils qui est parti de chez lui avec l’argent de l’héritage ; il a dépensé tout l’argent et, lorsqu’il n’avait plus rien, il a décidé de rentrer chez lui, non pas comme un fils mais comme un serviteur. Il avait une telle faute sur le cœur et il avait tellement honte. La surprise a été que, lorsqu’il a commencé à parler, à demander pardon, son père ne l’a pas laissé parler, il l’a serré dans ses bras, l’a embrassé et a fait la fête. Mais moi, je vous dis : chaque fois que nous nous confessons, Dieu nous serre dans ses bras, Dieu fait la fête ! Avançons sur ce chemin ! Que le Seigneur vous bénisse !

    La date/heure actuelle est Jeu 27 Juil 2017 - 0:34