L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


IRAK : Inaction de la Communauté Internationale

Partagez
avatar
Claire
Admin

Messages : 7906
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

IRAK : Inaction de la Communauté Internationale

Message par Claire le Jeu 7 Aoû 2014 - 10:02

Irak : le patriarche Sako écrit au Pape pour dénoncer l’inaction de la Communauté internationale


Dans un courrier notamment adressé au Pape François, le patriarche chaldéen dénonce l’inaction de la Communauté internationale devant une situation de plus en plus dramatique.




OEUVRE D'ORIENT
05.08.2014

© DR

"Les chrétiens d’Irak affrontent une tragédie énorme". Pour Louis Raphaël Sako, la solution se trouve "uniquement dans la main de la communauté internationale, à commencer par les super puissances ". Le Patriarche chaldéen appelle à une prise de conscience, et exige de véritables actions : " Nous sommes devant une crise existentielle : le fait que nous existions ou que nous n'existions plus." " Nos chrétiens ont un besoin vital d'une aide humanitaire urgente", ainsi que d’une protection efficace et permanente.

Voici un extrait de son courrier en date du 5 Août 2014 :

A Sa Sainteté le Pape François,
A Leurs Béatitudes les Patriarches d’Orient,
A Leurs Excellences Les Présidents des conférences Épiscopales,
Les chrétiens de l’Irak affrontent une tragédie énorme
Les chrétiens de Mossoul (province Irakienne de Ninive), horrifiés, ont quitté la ville avec seulement leurs habits sur eux. Leurs églises ont été profanées. Le 2 août, une migration de masse a eu lieu depuis les villages de Telkef, Batnaya et Telleskuf. La petite ville de Sinjar et d’autres villes voisines sont tombées et 70 personnes ont été massacrées. Hier, lundi 4 août, l'EI a commencé à bombarder le village Telkef, et une jeune chrétienne a été tuée.
(…) Il est évident qu’il n’a y pratiquement pas de collaboration entre le Gouvernement central et celui de la Région Kurde, d'autant plus que le nouveau gouvernement n’est pas encore formé ! Nos partis politiques ont échoué à mener toute action tangible.
Quant à l’Église, elle se trouve toute seule, plus qu’en tout autre temps. Néanmoins, il faut que ses leaders réagissent, quand bien même il serait trop tard, en exerçant la pression nécessaire sur la communauté internationale ainsi que sur ceux qui détiennent le pouvoir de décider, afin de faire cesser ces crimes scandaleux et ces destructions, qui touchent surtout des citoyens désarmés. (…)
Nous demandons une opération politique de grande envergure au niveau international. Il y a en effet la nécessité d’une prise de conscience autour d'un simple principe humain : une exigence d’actions réelles et de solidarité, car nous sommes devant une crise existentielle, devant le fait « que nous existions ou que nous n'existions plus ».
Du fond du cœur, la solution se trouve uniquement entre les mains  de la communauté internationale, à commencer par les super puissances. Nous nous adressons vivement à leurs consciences, afin qu'elles révisent leurs positions, et réévaluent l’impact de la situation actuelle. Ces puissances se trouvent face à une responsabilité humaine et morale dans laquelle iil ne serait pas raisonnable de recourir à des demi mesures. (…)
Les chrétiens d’Irak ont un besoin vital d'une aide humanitaire urgente ; ils ont besoin d’une protection véridique efficace et permanente, sensée les rassurer, pour qu’il ne soit pas mis un terme à leur existence, alors que leurs origines sont profondément enracinées en Irak. Ceci concerne aussi les chrétiens dans les autres parties du Moyen-Orient, qui est également en train de s’enflammer et de se déchirer.
Aussi nous faisons appel à nos frères et sœurs partout dans le monde, qu’ils soient vraiment solidaires de notre détresse en ce temps d’épouvantable épreuve. Qu’ils vivent avec nous ce sentiment solidaire de la même famille. Nous avons besoin de communion de cœur et de prière avec nos fidèles dans cette grande épreuve, comme nous l’avons vécue durant la visite de la délégation des évêques de France présidée par Son Eminence le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon.
Nous continuons à croire au dialogue, à l’échange et à la convivialité.
Que Dieu nous accorde la grâce et la possibilité de dépasser cette épreuve, et qu’Il enlève de tous les cœurs toute haine et toute violence.
En Grande union de prière
+ Louis Raphael I Sako
Patriarche de Babylone des Chaldéens

 

sources: Oeuvre d'Orient
avatar
Claire
Admin

Messages : 7906
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

Re: IRAK : Inaction de la Communauté Internationale

Message par Claire le Jeu 7 Aoû 2014 - 10:06

Chrétiens d'Orient : Jean d’Ormesson déplore la passivité de l’Europe


Dans un appel publié sur le Figaro, l’académicien et écrivain Jean d’Ormesson salue le courage du cardinal Barbarin



TEAM ALETEIA (384)

04.08.2014

wikipedia.org


“Les communautés chrétiennes d'Irak sont parmi les plus anciennes de l'histoire. Elles sont sur le point d'être exterminées”, avertit Jean d’Ormesson dans un billet publié sur Le Figaro, dressant un parallèle entre le califat Abou Bakr al-Baghdadi, le national-socialisme d’Hitler et le communisme de Staline. 

Sans réclamer de statut particulier pour les chrétiens dans le monde, l'académicien appelle toutes les instances nationales et internationales à agir pour sauver ce qui peut encore l’être et s’interroge sur les moyens d'offrir notre soutien aux chrétiens d’Orient: “D'abord, ne pas les oublier. Prier pour eux si l'on est croyant. Agir en leur faveur par les voies politiques et diplomatiques. Les accueillir dans des pays où ils pourraient survivre. Leur témoigner de toutes les façons possibles une solidarité et un soutien”, exhorte-t-il, dénonçant la faiblesse de l’Europe et l’inertie des Nations unies, qui ont “laissé se dérouler le fil des massacres annoncés”. 

L’académicien salue cependant la visite du cardinal Barbarin, de Mgr Dubost (évêque d'Evry) et de Mgr Gollnisch (directeur de l’Oeuvre d’Orient) en Irak, affirmant que ce geste a “sauvé l’honneur d’une Europe et d’un monde désespérément absents”.  

Et de conclure par cet appel adressé à tous les musulmans : “Il est impossible de ne pas souligner aussi le mal que fait à l'islam un mouvement comme celui de l'État islamique d'Abou Bakr al-Baghdadi. L'islam est une grande et belle religion. Il faut la reconnaître, la respecter, l'honorer. Mais il faut aussi que les musulmans dénoncent eux-mêmes avec force les abominations du soi-disant État islamique. Nous dénonçons ici toutes les formes d'intolérance qui peuvent se présenter chez nous à l'égard de l'islam. Nous attendons des musulmans de France et d'ailleurs qu'ils dénoncent aussi les horreurs du califat de Mossoul et qu'ils le combattent activement”.

A noter qu'un récent sondage Ifop mené pour Le Figaro a révélé que les Français étaient très majoritairement favorables à une aide aux chrétiens d'Irak et que plus d'un Français sur deux (53%) se sent "personnellement touché" par le sort de ces chrétiens pourchassés et persécutés par les islamistes.  

ST

sources: Le Figaro
avatar
Claire
Admin

Messages : 7906
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

Avant qu'il ne soit trop tard...

Message par Claire le Jeu 7 Aoû 2014 - 13:50

Mgr Pontier : "La communauté internationale est indigne d’elle-même si elle ne protège pas toutes les minorités de la planète"


Dans un communiqué paru le 7 août, le Président de la Conférence des Évêques de France appelle les Nations Unies à agir pour les chétiens d'Irak avant qu'il ne soit trop tard.

CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES DE FRANCE
07.08.2014

Paul Malo / Aleteia



Déjà dramatique, la situation des chrétiens d’Irak s’aggrave d’heure en heure. Le terrorisme aveugle compte, hélas, sur le relâchement estival de notre vigilance pour intensifier son chantage et ses odieuses exactions. Le voyage tout récent de la délégation de l’Eglise catholique en France vient de mesurer à quel point la population irakienne, dans ses diverses composantes, crie au secours. Entendrons-nous leur appel ?


Nous saluons les récentes prises de parole des dirigeants de notre pays. Mais elles doivent se concrétiser davantage. C’est au niveau des Nations Unies que doit au plus vite s’organiser la plus ferme et la plus rapide des réactions, avant qu’il ne soit trop tard.
Les catholiques de France sont mobilisés dans la prière et l’action. Nos frères chrétiens sont chez eux en Orient ! La communauté internationale est indigne d’elle-même si elle ne protège pas toutes les minorités de la planète.

Mgr Georges PONTIER
Archevêque de Marseille
Président de la Conférence des Évêques de France

 

sources: Conférence des évêques de France
avatar
Claire
Admin

Messages : 7906
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

C'est la panique !

Message par Claire le Jeu 7 Aoû 2014 - 13:55

Mgr Sako : "Tout le monde a peur, c'est la panique"


Radio Vatican a pu joindre à l’aube ce jeudi Mgr Sako, le patriarche de Babylone des Chaldéens, qui s'avoue désarmé face à l’impuissance des autorités.
07.08.2014
© DR


"Aujourd'hui il y a un vide, un vide... Le gouvernement n'a pas de force pour contrôler tout le pays, constate Mgr Sako. Et maintenant il y a les élections, le parlement est en réunion. Ils n'ont pas d'avions pour attaquer. Il n'y a pas une armée, une véritable armée. C'est différent de la Syrie. En Syrie, l'armée attaque ces terroristes, mais ici, qui les attaque ? Les Kurdes se sont retirés parce qu' ils n'ont que leurs mitraillettes. Les peshmergas, je n'ai pas idée de ce qu'ils font. Ce que je sais, c'est que presque toute la plaine de Ninive est aux mains de l'Etat islamique. Tout le monde a peur, c'est la panique.



Des milliers de gens ont quitté leurs maisons. Ils marchent à pied pour rejoindre une ville kurde un peu plus sûre. Mais même pour ça, il faut marcher trois ou quatre heures… Il y a des femmes enceintes, des vieillards, des malades. Je crois qu'il faut mobiliser l'opinion publique, tous les états, parce que c'est une catastrophe humaine."

 

sources: Radio Vatican


 unionpriere 
avatar
Claire
Admin

Messages : 7906
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

"La communauté Yazidite d'Irak est en train d'être exterminée !"

Message par Claire le Ven 8 Aoû 2014 - 23:46

"La communauté Yazidite d'Irak est en train d'être exterminée !"

Découvrez le cri du cœur en pleine assemblée irakienne de la députée Vianne Dakhil.


08.08.2014

Le 5 août dernier, la députée irakienne Vianne Dakhil, a éclaté en sanglots en pleine assemblée, en évoquant le triste sort de la communauté yazidite, la sienne, et des autres minorités en Irak. Et tout particulièrement des femmes vendues comme esclaves dans les régions occupées par l’Etat islamique. Voici son cri du cœur.




http://www.aleteia.org/fr/international/video/la-deputee-irakienne-vianne-dakhil-la-communaute-yazidite-dirak-est-en-train-detre-exterminee-5777621933621248
avatar
Invité
Invité

Re: IRAK : Inaction de la Communauté Internationale

Message par Invité le Lun 11 Aoû 2014 - 16:34

La Vie a recueilli le témoignage d'un homme, Yousef (le prénom a été changé, ndlr), qui a fui Qaraqosh dans la nuit du 6 août juste avant l'arrivée des djihadistes. Aujourd'hui à Erbil, en territoire kurde, il raconte l'exode.

«J'ai quitté Qaraqosh vers minuit, dans la nuit du 6 au 7 août. De nombreuses familles étaient déjà parties dès le matin car nous nous sommes faits bombarder par des obus de mortier. Trois personnes sont mortes, dont deux enfants. Mais jusqu'au dernier moment, le chef des peshmergas nous a dit «Ne vous inquiétez pas, la situation est sous contrôle!»

Quand il a annoncé, vers 23 heures, que les soldats kurdes abandonnaient leurs positions, la panique la plus totale a submergé la ville. Le mari perdait sa femme, la femme perdait ses enfants, nous avons pris tout et n'importe quoi et nous avons fui. Sur la route vers Erbil, j'ai pris dans ma voiture des personnes qui quittaient la ville à pied.

Nous sommes arrivés ainsi vers le checkpoint de Kalak vers 5 heures du matin, au milieu d'un flot de voitures dans le bruit des klaxons. À cet endroit tenu par les Kurdes, on nous a fait attendre un temps qui m'a paru très long, les soldats kurdes laissant passer les gens au compte-gouttes. À un moment, les hommes en noir de Da'ash (L'Etat islamique en Irak et au Levant) sont arrivés tout près de ce passage où nous étions massés. Moi-même je les ai vus au loin. La panique a atteint son paroxysme. Des soldats kurdes arrivaient, fonçant dans la masse des voitures et se taillant un passage pour passer le checkpoint. D'autres ont tiré en l'air. J'ai sauté de ma voiture, j'ai couru en me baissant pour me protéger. Les gens hurlaient, pleuraient. J'ai pleuré aussi. À ce moment-là j'ai pensé : si les djihadistes tirent une roquette dans le tas de voitures stationnées, tout va exploser et nous sommes morts. Mais mystérieusement, après les tirs en l'air des peshmergas, les djihadistes ont fait demi-tour.

On nous a laissé passer le checkpoint vers 7 heures, mais nous avons dû laisser nos voitures pleines d'affaires. Chacun a pris son petit sac et nous sommes partis à pied. La scène était horrible. Je n'ai jamais vu ça, c'était un véritable exode. La route était noire de gens, je ne voyais ni le début, ni la fin de ce cortège. Sur plusieurs dizaines de kilomètres pour arriver à Erbil, il y avait des enfants qui pleuraient, des familles qui traînaient de petites valises. Un vieil homme était porté dans un drap par quatre personnes. D'autres vieillards étaient sur le dos de leur fils. Les gens étaient assoiffés, il commençait à faire déjà très chaud.

À Erbil, il y a des gens partout, certains sont sur les trottoirs, dans les parcs au pied des églises. Parfois, il y a de la solidarité, parfois non. Le prix des loyers a explosé. Pour louer une maison, il faut payer parfois jusqu'à 2000$ par mois. Qui peut payer ça ?

Nous avons perdu tout ce que nous avons bâti durant toute notre vie, et personne ne s'est battu pour nous. Les djihadistes sont dans notre ville. Ils ont hissé le drapeau noir sur la colline de sainte Barbe (dans le village voisin de Karamless, ndlr) et nos maisons remplies d'affaires sont entre leurs mains. Nous n'avons plus confiance en personne, nous sommes devenus des jouets, une pièce de monnaie qu'on échange entre des protagonistes dont nous ne connaissons pas les motifs. Comment imaginer que ces djihadistes habillés en noir peuvent repousser l'armée irakienne, puis les peshmergas ? A Qaraqosh, ils sont entrés sans aucune résistance... Pourquoi ? Où sont les belles promesses de mourir avec nous s'il le faut (promesse de Massoud Barzani, chef du Kurdistan, ndlr) ? Pourquoi sommes-nous ainsi persécutés ? Nous sommes innocents. Je ne sais pas quoi faire maintenant, cela fait 30 heures que je n'ai pas dormi... »
avatar
Claire
Admin

Messages : 7906
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

L'incrédulité et la consternation...

Message par Claire le Lun 11 Aoû 2014 - 17:22

News.va


Aujourd'hui à 14:53

La douleur pour ce qui est train de se passer en Irak fait place désormais à l’incrédulité et la consternation. Le Pape François se confie aux fidèles réunis place Saint-Pierre dimanche 10 août pour l’Angelus. «Les nouvelles qui nous parviennent d’Irak — dit-il de la fenêtre du Palais apostolique — suscitent en nous incrédulité et consternation». Des nouvelles qui parlent de la fuite de milliers de personnes, dont de très nombreux chrétiens, chassées de chez elles avec une violence inouïe, envoyées à la mort de faim ou de soif tandis qu’elles espèrent se sauver. 



Voire massacrées de manière inhumaine. Et sous le prétexte d’agir au nom de Dieu. Alors que tout cela «offense gravement Dieu — dit le Pape — et offense gravement l’humanité. On n’apporte pas la haine au nom de Dieu ! On ne fait pas la guerre au nom de Dieu!». 
Ainsi le Pape condamne-t-il très explicitement toute tentative d’interpréter, ou pire encore de justifier, cette escalade de violence comme s’il s’agissait d’une guerre de religion. Il s’agit plutôt d’un crime qui l’on continue à perpétrer contre une partie de l’humanité. C’est pourquoi François demande du courage et dit espérer «qu’une solution politique efficace au niveau international et local pourra arrêter ces crimes et rétablir le droit».
Mais il ne demande pas seulement des prières : il informe aussi les fidèles d’avoir chargé le cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, de porter à ces populations le réconfort de sa proximité. Et dans la soirée, comme en informe une note la salle de presse du Saint-Siège, il reçoit le cardinal à Sainte-Marthe. Il répète à son envoyé personnel les sentiments déjà plusieurs fois exprimés publiquement ces derniers jours, il lui donne des indications sur la mission à accomplir et lui confie une somme d’argent à employer pour les aides d’urgence aux personnes les plus touchées, comme signe concret de la solidarité de l’évêque de Rome et de sa volonté de participer aux efforts des institutions et des personnes de bonne volonté pour répondre à la situation dramatique.
Le Pape François n’oublie toutefois pas les autres « victimes innocentes », surtout « les enfants », à Gaza causées par la guerre entre Israéliens et Palestiniens. Et dans ce cas aussi, il demande la prière des fidèles pour le don de la paix.


Puis, avant de rappeler que mercredi prochain, 13 août, il partira pour la Corée, il tourne sa pensée vers les victimes de l’épidémie Ebola.
avatar
Invité
Invité

Re: IRAK : Inaction de la Communauté Internationale

Message par Invité le Mar 12 Aoû 2014 - 22:32

L’EXASPÉRATION GRANDISSANTE DES ÉVÊQUES D’ORIENT.

L’incompréhension commence à monter en Irak. Tandis que le Pentagone vient de préciser que les Etats-Unis n’étendraient pas leurs frappes aériennes à d’autres zones en Irak, les chrétiens et les Yazidis continuent à mourir en fuyant les djihadistes de l’Etat Islamique. Face à cette absence de réelle action contre les membres de l’EI, les patriarches chrétiens commencent à élever le ton.

Le Patriarche chaldéen Louis Sako a exprimé sa déception face à la portée limitée des frappes étasuniennes qui ne visent qu’à défendre la capitale du Kurdistan irakien, supprimant de fait tout espoir de renversement de la tendance sur le terrain : « La position du président de n’apporter une assistance militaire que pour protéger Erbil est décevante ». Il a par ailleurs à nouveau appelé ses ouailles à rester pour empêcher l’émergence souhaitée par les djihadistes d’un Irak sans chrétiens, et donc à ne pas profiter des visas humanitaires accordés par des pays comme la France.

Mgr al Qas, évêque d’Amadiyah, a demandé à l’aviation étasunienne d’étendre son action afin de « ne pas laisser le loup se mettre dans le troupeau pour tuer, manger, démolir ».

Du côté du Liban qui a dû faire face à une attaque des djihadistes il y a quelques jours, le Patriarche Raï relance son appel à l’unité et à la nécessité de ne pas fuir à l’étranger.

Tous les patriarches sont unanimes pour signifier que l’intervention militaire étasunienne ne changera rien en Irak, comme le signalait le patriarche Sako, si elle avait eu un autre but que la seule défense d’Erbil, les raids auraient débuté dès la prise de Mossoul.

Le problème, avec cet espoir qui n’en est pas un au final, tient au fait que le moral des chrétiens d’Orient n’est, comme on peut l’imaginer, pas au plus haut. Persécutés, pourchassés, affamés, entassés dans des abris de fortune, leur espoir de jours meilleurs semble s’amenuiser jour après jour. Or l’annonce des frappes étasuniennes avait permis une éclaircie, mais qui sonne au final comme un coup d’épée dans l’eau. Oui, ils vont en majorité pouvoir atteindre des territoires libres, mais pour quel avenir, pour quelle vie ?

Remontés par le drame que vivent leurs fidèles, les patriarches (qui sont restés au milieu des âmes qui leurs sont confiées), ainsi que le Saint Siège poussent plus en avant l’offensive.

Le représentant du Saint Siège à l’ONU, Mgr Tomasi, après avoir déclaré qu’une action militaire était peut-être nécessaire (ne faisant ainsi que suivre l’enseignement du catéchisme et du code de droit canonique sur une réponse armée face à une agression), a exigé qu’une enquête soit diligentée par l’ONU, afin de dévoiler l’identité de « ceux qui fournissent des armes et de l’argent aux fondamentalistes, et les pays qui les appuient tacitement ». Mgr al Qas, va plus loin et cite même nommément l’Arabie Saoudite en précisant que la liste des responsables sera sans doute longue et remplie de surprises.

Mais tout ceci ne fait malheureusement pas avancer la situation sur le terrain, pendant que les états occidentaux tergiversent sur ce qu’ils doivent faire, l’Etat Islamique implante un peu plus sa domination dans la région et prépare sa route sur Bagdad. D’ailleurs, les forces de sécurité irakiennes ne s’y trompent pas, elles qui sont déployées et en état d’alerte depuis dimanche. Se focaliser sur le seul problème des minorités persécutées ne résoudra pas le problème. Comme le signalait mgr Sako, sauver Erbil n’éliminera pas le pouvoir de nuisance de l’Etat Islamique, sans compter que ces frappes ne seront pas éternelles et que l’EI est capable de changer temporairement d’objectif en attendant que le déluge de bombes (tout relatif) passe. Il faut entreprendre une réelle action de fond en Irak. Cependant, une action purement extérieure ne ferait que reproduire à nouveau, comme une histoire sans fin, le désastre irakien ou afghan, ces deux pays où une fois les troupes étrangères parties, le chaos a pris le dessus. Mgr Raï soulignait que contrairement à l’Irak, le Liban a su trouver un équilibre politique mais aussi militaire, et que c’est parce qu’il y a eu un équilibre militaire, grâce entre autres aux phalanges libanaises (qui existent depuis 1930-1940) ou aux forces libanaises (qui existent depuis les années 80) , que l’équilibre politique a pu se réaliser. En Irak, les chrétiens son désarmés dans tous les sens du terme, et sont dépourvus d’une structure solide et fonctionnelle. Pour lui, il ne faudrait pas tant une intervention extérieure, qu’une structuration des forces présentes afin qu’une telle horreur ne se reproduise. Mais la communauté internationale ne semble pas prête à entendre cela, fondant tous ses espoirs sur les pershmergas kurdes et sur l’émergence du nouveau gouvernement irakien, déjà divisé avant même d’entrer en fonction.

Les Patriarches semblent au final crier dans le désert sans susciter la moindre réaction de la communauté internationale persuadée de savoir ce qui est le mieux, alors qu’eux sont sur le terrain au milieu des morts et des réfugiés.

P. JM. Robinne

IHS-News
avatar
Claire
Admin

Messages : 7906
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

Re: IRAK : Inaction de la Communauté Internationale

Message par Claire le Mar 12 Aoû 2014 - 22:51

C'est ce qui s'appelle vraiment crier dans le désert !  Rolling Eyes 
avatar
Invité
Invité

Re: IRAK : Inaction de la Communauté Internationale

Message par Invité le Ven 22 Aoû 2014 - 23:25

L'appel de Charles Aznavour pour les persécutés du Moyen-Orient
HOME FIGARO
Par Charles Aznavour Publié le 13/08/2014

FIGAROVOX/TRIBUNE - L'artiste, d'origine arménienne, propose que la France accueille les minorités menacées en Irak et en Syrie et qu'elle les aide à faire revivre nos anciens villages.

Charles Aznavour est chanteur, compositeur et diplomate franco-arménien. Il réside à Genève, en Suisse, où il est l'ambassadeur de l'Arménie et représentant permanent de ce pays auprès de l'ONU. Il est aussi, depuis 1995, représentant permanent de l'Arménie auprès de l'Unesco.

Dans la guerre de religions qui est en train d'embraser l'Irak et la Syrie, il est essentiel, certes, de se préoccuper du sort des chrétiens d'Orient, des Kurdes, des yazidis et des autres. Mais dans cette énumération,il ne faut pas oublier une communauté chère à mon cœur, les Arméniens. On n'en parle jamais, et pourtant, en Syrie, hier encore, ils étaient quelque deux cent mille. Je suis bouleversé par les drames qui se jouent là-bas au quotidien. Notre devoir n'est-il pas d'aider moralement, et concrètement, ces populations, le plus vite possible?
Je ne veux donner de leçons à personne. Je ne suis pas quelqu'un qui croit avoir raison sur tout. Je propose seulement une idée simple.
Dans la situation actuelle, ces chrétiens, ces Kurdes, ces yazidis, ces musulmans et ces Arméniens doivent, comme tant d'autres, quitter ce pays le plus vite possible. Oui, mais pour aller où? Et pourquoi pas en France? Mes tournées et mes voyages les plus récents à travers l'Hexagone m'ont permis de découvrir de charmants villages, aujourd'hui totalement à l'abandon. Les terres sont en friche. Il y a des écoles, des bureaux de Poste, mais personne n'y a sans doute mis les pieds depuis quelques années.C'est aussi le cas des églises. Je viens d'ailleurs de traiter le sujet dans un couplet d'une chanson de mon prochain album: «Et Dieu même a quitté l'église dont les cloches ne sonnent plus.»
Pourquoi ne pas confier ces « villages fantômes » à ces chrétiens, ces Kurdes, ces yazidis, ces Arméniens ?
Puisque celles et ceux qui devraient y vivre sont partis, pourquoi ne pas les remplacer par celles et ceux qui en ont besoin? Pourquoi ne pas confier ces «villages fantômes» à ces chrétiens, ces Kurdes, ces yazidis, ces Arméniens? Ils auraient pour obligation de les reconstruire, de les faire revivre, de labourer à nouveaudes terres dont la fertilité ne fait aucun doute. Ils pourraient ainsi vivre en paix, quasiment en autarcie.Je réponds, en particulier, de mes compatriotes. Je sais qu'ils sont très travailleurs.
Dans ces populations, il y a des agriculteurs, des maçons, des peintres, mais aussi des boulangers, des bouchers, des médecins, des dentistes, des mécaniciens, dont le professionnalisme mérite des louanges. En ce qui concerne leur intégration, je ne suis pas inquiet. Je les soupçonne de parler très bien notre langue, couramment enseignée dans leurs écoles.
Et l'argent, me direz-vous? Il ne s'agit pas de mettre en place un comité caritatif avec des noms prestigieux qui organisera, dans les mois à venir, de grandes soirées afin de recueillir des fonds pour aider ces réfugiés à survivre plutôt qu'à vivre. Ma proposition est plus sûre, plus rapide, et sans doute beaucoup plus économique. Il suffirait de dégager des sommes, relativement modestes, pour acheter le matériel dont ils ont besoin pour se mettre au travail. C'est tout.
Mes fonctions d'ambassadeur d'Arménie en Suisse m'ont déjà permis de solliciter les autorités helvètes. Elles ont aussitôt agi avec une discrétion qui est la marque de fabrique de ce pays. La France doit faire de même, en confiant ce dossier, le plus rapidement possible, à un chargé de mission officiel. Je suis prêt à soutenir personnellement et physiquement,s'il le faut, une action qui se veut résolument apolitique. J'ai déjà chanté en Syrie. Je peux y retourner, mais, cette fois-ci, seulement pour parler. Pour aider toute forme de négociation avec les communautés. C'est ce que nous devons et allons faire. C'est cela, la véritable aide humanitaire.
avatar
Invité
Invité

Re: IRAK : Inaction de la Communauté Internationale

Message par Invité le Jeu 28 Aoû 2014 - 17:26

IRAK, NOUVELLE MONTÉE AU CRÉNEAU DES PATRIARCHES…

Face à la situation de plus en plus alarmante des chrétiens au Proche-Orient et devant les gesticulations des pays occidentaux qui demeurent malgré tout étrangement passifs au delà des déclarations, les patriarches occidentaux montent une nouvelle fois au créneau.

Ce sont un peu les révélations de cette crise majeure, si les médias occidentaux annoncent depuis plusieurs années le catholicisme comme étant moribond et vieillissant (malgré les statistiques mondiales), la vigueur et la pugnacité des patriarches orientaux montrent qu’il n’en est rien, et que face à l’incapacité des gouvernants occidentaux, ils sont en première ligne pour tenter de protéger les faibles et les minorités en danger, y compris les non-chrétiennes. Se faisant tour à tour diplomates, humanitaires, fédérateurs, organisateurs, ils sont omniprésents, prenant soin du troupeau à l’image du Bon Pasteur. Certains partisans de la laïcité à l’occidentale diront qu’ils sortent de leur rôle, mais face à la catastrophe qui s’abat sur la région et puisque personne ne réagit, ils n’ont eu d’autres choix que celui de rentrer dans l’arène. Certains malgré eux, peut-être, mais tous conscients qu’il était de leur devoir de prendre les choses en main. C’est encore ce qu’il s’est passé hier lorsque les patriarches et chefs des Églises orientales se sont réunis à Bkerké (Liban) à la demande du Patrairche Raï pour discuter de la situation des chrétiens dans la région. Ils ont appelé la communauté internationale à assumer leur responsabilité dans « l’éradication » des mouvements terroristes, stigmatisant spécifiquement les « crimes contre l’humanité » commis par l’Etat Islamique en Irak « contre les chrétiens, les yazidis et les autres minorités ». Exigeant une politique réaliste et efficace, ils ont fustigé l’inaction et la passivité étonnante des pays occidentaux qui ne résoudront pas la crise en livrant simplement des armes. Ils ont également rappelé que les djihadistes étaient financés de l’extérieur et que l’absence de sanctions à l’égard des financiers constituait une forme de complicité implicite… Tout comme l’absence de prises de positions de certains.
Étaient présents bien sûr Mgr Béchara Raï mais aussi les Patriarches : arménien-catholique Mgr Nersès Bedros XIX, syriaque-catholique Mgr Ignace Youssef III Younan, chaldéen Mgr Louis Raphaël Ier Sako, syriaque-orthodoxe Mgr Ephrem II Karim, arménien-orthodoxe Aram Ier Kéchichian, grec-catholique Grégoire III Laham, et le chef de l’Église évangélique, le pasteur Sélim Sahiouni, ainsi qu’un représentant de l’Église grecque-orthodoxe.
Ils ont ensuite été rejoints par le nonce apostolique, Mgr Gabriele Caccia, les ambassadeurs des États-Unis, de Russie et de Grande-Bretagne, David Hale, Alexander Zasypkin et Tom Fletcher, le représentant personnel du secrétaire général de l’Onu au Liban Derek Plumbly, ainsi que les premiers conseillers à l’ambassade de France Jérôme Cauchard et de Chine Xan Jing.
Les évêques ont abordé trois points : l’agression en cours contre les chrétiens, la nécessité de mettre le holà aux courants takfiristes et le soutien à la présence chrétienne pour protéger la coexistence entre les communautés, les cultures et les civilisations.

L’agression contre les chrétiens, voici de larges extraits du communiqué :
« Il est désormais clair et bien documenté que l’agression contre les chrétiens dans notre monde aujourd’hui prend une tournure grave qui menace la présence chrétienne dans plusieurs pays, notamment le monde arabe, et plus particulièrement l’Égypte, la Syrie et l’Irak. Les chrétiens de ces pays sont victimes d’agressions et de crimes odieux, qui les poussent à émigrer arbitrairement de leurs pays, dont ils sont des citoyens de souche depuis deux mille ans. Les sociétés islamiques et arabes sont ainsi privées d’une richesse humaine, culturelle, scientifique, économique et nationale importante. Cela est fort douloureux, mais ce qui l’est encore plus, reste le silence face à ce qui se produit et l’absence d’une position unifiée au plan régionale de la part des autorités de référence influentes dans le monde, notamment islamiques, spirituelles, politiques, ainsi que la position internationale tiède vis-à-vis de ces événements.
La grande catastrophe s’est abattue aujourd’hui sur les chrétiens d’Irak, ceux de Mossoul et les 13 villages de la plaine de Ninive, ainsi que sur les yazidis et d’autres minorités. Tous ont été déracinés de leurs maisons, par ce qui est appelé « l’État islamique – Daech » et ont tout quitté terrorisés, laissant tout derrière eux. Le sanctuaire de leurs églises, leurs mosquées et leurs lieux de culte a été violé, leurs maisons dynamitées, leurs routes pavées de mines. Leur nombre avant l’exode était de 120 000, et 60 000 d’entre eux sont aujourd’hui déplacés dans le mohafazat d’Erbil et 50 000 dans le mohafazat de Dohouk. Nous exprimons nos remerciements profonds à ceux qui les ont accueillis dans la région du Kurdistan (…) et qui leur ont offert une aide humanitaire, morale, spirituelle et matérielle (…).
Nous appelons avec insistance la communauté internationale à déployer ses efforts, l’hiver frappant aux portes, afin de leur trouver un logement, les aider à retrouver le chemin de l’école et de l’université, libérer leurs maisons et leurs biens pour qu’ils puissent y retourner en toute dignité, et protéger leurs droits et leur sécurité de citoyens.
La tragédie humaine, qui a frappé les chrétiens d’Irak, les yazidis et les autres parmi ceux qui ont été chassés de leurs maisons, devrait pousser la communauté internationale et l’Union européenne, en coordination avec le gouvernement central irakien et celui de la région du Kurdistan à : faciliter le retour des déplacés dans leurs villages et leurs maisons à Mossoul et Ninive, et dispenser la sécurité à ces villages avec des garanties internationales et locales des deux gouvernements de Bagdad et du Kurdistan pour qu’ils ne soient pas évincés de leur terre, et pour que leur identité historique et leur culture glorieuse ne disparaisse pas. »

La mise au pas des fondamentalistes terroristes takfiristes
« Les États, surtout arabes et islamiques, ne peuvent pas rester silencieux et sans bouger face à « l’État islamique -Daech », et les organisations terroristes et takfiristes similaires qui portent une atteinte considérable à l’image de l’islam dans le monde. Ils sont appelés à émettre des fatwas religieuses rassembleuses qui interdiraient le fait d’apostasier l’autre, quelles que soit sa religion, sa communauté ou sa croyance, et condamneraient l’agression contre les chrétiens, leurs biens, et leurs églises dans leurs législations nationales. Ils sont également appelés à dynamiser la communauté internationale et les instances pour éradiquer ces mouvements terroristes par tous les moyens autorisés par le droit international.
C’est là le double devoir de l’Onu, du Conseil de sécurité et du CPI. La communauté internationale est elle aussi responsable du développement de « l’État islamique – Daech » et autres mouvements takfiristes terroristes. À ces deux devoirs s’ajoute la nécessité de faire pression par la force, de la part de la communauté arabe et internationale, sur les bailleurs de fonds de ces groupes, les trafiquants d’armes et ceux qui les entraînent, États et groupes, pour couper les sources de la violence terroriste takfiriste. »

La solution aux drames du Proche-Orient
« Chrétiens et musulmans ont vécu ensemble durant 1 400 ans. Les chrétiens ont toujours été les vecteurs de la renaissance, des bâtisseurs (…) et ont diffusé une culture de la diversité, de l’ouverture et du respect de l’autre, de la coopération avec lui, ainsi que les valeurs de la citoyenneté, et ont consolidé les libertés publiques et les droits de l’homme. Ils ont vécu dans leurs patries avec sagesse et perspicacité, et ont respecté les autorités politiques et se sont soumis aux Constitutions et aux lois. Ils ont été des citoyens modèles et se sont gagné le respect des rois, des princes et des dirigeants (…).
En dépit de tout cela, les chrétiens restent attachés à leur terre, leur patriotisme, leur liberté en tant que citoyens de souche dans leurs pays. Ils sont attachés aux valeurs de l’Évangile et aux enseignements du Christ par le biais desquels ils règlent leurs relations avec les autres, notamment leurs frères musulmans, qui vivent avec eux au sein des mêmes nations. Les chrétiens sont attachés au partenariat dans la formation d’une identité nationale sur base de l’égalité et de la coopération avec l’ensemble des composantes de la société, sur base de la diversité dans l’unité, sans aucune distinction raciale ou religieuse. Ils sont attachés au fait de témoigner à travers leurs efforts marqués pour la paix et la stabilité, la consécration des libertés publiques, notamment d’opinion et d’expression, de religion et de croyance. Ils aspirent en permanence au respect de l’autre, et considèrent que la diversité est une source de richesse et un moyen de complémentarité et d’enrichissement mutuel. »

Séparer la religion de l’État
« Les solutions doivent résoudre les causes des malheurs des pays du Proche-Orient, et parvenir à une paix juste, globale et permanente. Il faut ressouder les liens entre les composantes de ces pays, et œuvrer en faveur d’une réconciliation au sein de la religion et cesser d’utiliser les extrémistes, les terroristes et les mercenaires, et de les soutenir, les financer et les armer, eux qui commettent des crimes contre l’humanité et Dieu, et au nom de la religion, ce que se refusent à faire les commanditaires (…).
Pour permettre aux pays du Proche-Orient de bénéficier d’une paix juste, globale et permanente, ces derniers doivent, avec le soutien de la communauté internationale, séparer la religion de l’État et aller vers l’édification de l’État civil. Ce n’est qu’à ce moment-là que la religion ne régnera plus sur la politique, et que l’autorité politique ne sera plus exploitée au service de la religion et ses intérêts, et le corpus religieux ne pourra plus dominer les exigences de la modernité. L’esprit de corps religieux s’est réalisé par un État propre à lui, mais il ne peut pas assurer sa sécurité, sa stabilité et sa paix, quels que soient ses fonds, ses armes, son influence et ses astuces. L’esprit de corps qui mange ses ennemis finit pas se manger lui-même. Il est donc nécessaire de diffuser la philosophie de l’État moderne fondé sur l’égalité, la justice, le respect de la dignité du citoyen, la liberté d’expression, de culte et de croyance, et la préservation des lieux sacrés et du patrimoine. »

La Syrie

Dans un court paragraphe sur la Syrie, les patriarches ont également dénoncé « l’hémorragie » qui se produit dans ce pays depuis trois ans, et qui doit se conclure par « le dialogue et une solution politique ». Ils ont appelé la communauté internationale à « évaluer justement le terrorisme, le takfirisme et la propagation des mouvements fondamentalistes ». Ils ont enfin évoqué le cas des deux évêques enlevés et retenus en otage dans ce pays. Ils ont dénoncé la responsabilité de la communauté internationale qui, se focalisant sur le départ du président syrien, a participé à créer la situation actuelle.

Comme on peut le constater, les patriarches se maintiennent en première ligne pour exiger que la situation soit réglée et rapidement. Il est d’ailleurs étonnant de constater la capacité du Patriarche Raï a mobiliser et recentrer les énergies, y compris celles venant du monde laïc. Espérons que cette énergie aboutisse enfin à un résultat et que la communauté internationale entende ces appels répétés.

P. JM. Robinne

IHS-News
avatar
Invité
Invité

Re: IRAK : Inaction de la Communauté Internationale

Message par Invité le Ven 29 Aoû 2014 - 13:38

avatar
Romain

Messages : 167
Date d'inscription : 27/01/2014
Localisation : Belgique

Re: IRAK : Inaction de la Communauté Internationale

Message par Romain le Ven 29 Aoû 2014 - 16:08

Je prie tous les jours pour nos frères chrétiens d'Orient et pour la conversion de leurs bourreaux.
C'est le nouveau massacre des innocents, ces gens sont des martyrs, des vrais !

Honte sur les coupables et les complices !

Tous les saints ne sont peut-être pas des martyrs dans leur chair, mais tous les martyrs sont sanctifiés quand ils meurent pour leur Foi.
Demandons à ceux qui sont déjà auprès du Christ d'intercéder pour eux et pour nous de leur très précieuse supplication : Maranatha.

    La date/heure actuelle est Ven 22 Sep 2017 - 1:08