La riposte envisagée par les Européens le 30 août n’intimidera pas le maître du Kremlin. Non seulement toute aide militaire à l’Ukraine est exclue, mais la menace de nouvelles sanctions économiques divise les Européens.