L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


Prix Sakharov 2014: le patriarche Sako et un intellectuel musulman nominés

Partagez
avatar
Claire
Admin

Messages : 7920
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

Prix Sakharov 2014: le patriarche Sako et un intellectuel musulman nominés

Message par Claire le Lun 29 Sep 2014 - 15:17

Prix Sakharov 2014: le patriarche Sako et un intellectuel musulman nominés



Mahmoud Al Asali, assassiné pour avoir défendu le droit des Chrétiens à Mossoul


Bruxelles, 29 septembre 2014 (Zenit.org) Franz Le Guen 




Au Parlement européen, le Patriarche Sako et un intellectuel musulman sont "nominés" pour le Prix « Sakharov » pour la liberté de l’esprit 2014.


Le patriarche Louis Raphaël Sako, chef de la communauté chaldéenne, et l’intellectuel musulman Mahmoud Al ‘Asali, assassiné pour avoir défendu le droit des Chrétiens à Mossoul, en Irak, sont nominés pour le prix Sakharov pour les droits de l'Homme, au Parlement européen: une façon d'affirmer que le droit d’exercer librement sa religion et sa foi fait partie des droits de l’homme.


Cette nomination conjointe a été organisée en collaboration entre le groupe des conservateurs et réformistes européens (ECR) et Mme Anna Zaborska, membre du groupe PPE. Elle a réuni le plus grand nombre de soutiens parmi les députés européens.
Lors d'une présentation publique, les euro-députés ont salué le caractère interculturel de la nomination et ils ont voulu honorer non seulement un représentant d'une communauté catholique persécutée, mais également un intellectuel musulman qui a payé de sa vie le fait d'avoir protégé les Chrétiens en Irak.


Il a été également positivement souligné que la proposition visait des personnes vivant au quotidien avec une menace de mort permanente à cause de leur foi chrétienne.
La persécution grandissante des Chrétiens est dénoncée aussi bien par les associations chrétinnens Portes Ouvertes, L'Aide à l’Eglise en Détresse, L'Œuvre d’Orient que par Amnesty International qui a défendu le cas de Mériam Ibrahim et parle aujourd’hui d’unnettoyage ethnique d’envergure historique.


Ainsi le Parlement européen pourrait contribuer au respect du droit de l’homme à exercer la religion sans contrainte tel qu’il est prévu par l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme.


Par son action, le patriarche Sako inspire des nombreuses personnes de défendre la liberté de religion et d’ouvrir les yeux sur le génocide des Chrétiens.


Le Prof. Mahmoud Al ‘Asali, intellectuel musulman d'Irak, a été assassiné parce qu’il défendait le droit des Chrétiens. Il refusait de se taire face à la persécution et aux menaces de mort à l’égard des Chrétiens qui refusent de se convertir à l’islam. Il a été tué par les milices du soi-disant "Califat", le 20 juillet 2014, à Mossoul.


Chaque année, le Parlement européen récompense des personnalités qui luttent contre l’intolérance, le fanatisme et l’oppression par un Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit. C'est "le prix des droits de l'Homme" du Parlement européen, symbole le plus visible dans ce domaine d'action.


Le pape François interviendra devant le Parlement européen au cours d’une séance solennelle le mercredi 25 novembre, à Strasbourg. 
Le lendemain, jeudi 26 novembre, le Parlement européen décernera son prix pour les droits de l’homme.
(29 septembre 2014) © Innovative Media Inc.
avatar
Invité
Invité

Re: Prix Sakharov 2014: le patriarche Sako et un intellectuel musulman nominés

Message par Invité le Ven 3 Oct 2014 - 15:15

Sourire : les titres défilent vite et tout à coup j'ai cru lire : prix Sarkosy !

Ouf il n'en est rien !!!
avatar
Claire
Admin

Messages : 7920
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

Re: Prix Sakharov 2014: le patriarche Sako et un intellectuel musulman nominés

Message par Claire le Ven 3 Oct 2014 - 17:16

avatar
Invité
Invité

Re: Prix Sakharov 2014: le patriarche Sako et un intellectuel musulman nominés

Message par Invité le Jeu 23 Oct 2014 - 20:28



C'est à un médecin de terrain et un activiste des droits de l'homme que le prix Sakharov 2014 est décerné. Le gynécologue congolais Denis Mukwege, 59 ans, est récompensé par le Parlement européen pour son combat en faveur des femmes en République Démocratique du Congo.

Fondateur de l'hôpital Panzi où il soigne les femmes victimes de violences sexuelles dans son pays, il est le premier à avoir véritablement alerté sur l'utilisation du viol collectif comme arme de guerre dans la région du Kivu.

avatar
Invité
Invité

Re: Prix Sakharov 2014: le patriarche Sako et un intellectuel musulman nominés

Message par Invité le Sam 25 Oct 2014 - 20:37

Congo : Prix Sakharov pour le "Docteur miracle"

L’hôpital de Panzi (un quartier d’Ibanda, la commune –mère de Bukavu), créé par le gynécologue congolais Denis Mukwege, a permis de « réparer » les corps mutilés de 40000 victimes de violences sexuelles en RDC. Information de Solène Tadié sur le site « aleteia »

« Celui que ses patientes appellent « docteur miracle » vient de se voir décerner le prix du Parlement européen « pour la liberté de penser ». C’est en effet son combat auprès des femmes victimes de violences sexuelles en temps de guerre qui a retenu toute l’attention du jury, dont le vote fut unanime. Denis Mukwege a fait ses études en France, mais a par la suite tenu à regagner son pays d’origine, déchiré depuis de nombreuses années par les conflits de la région du Kivu, où le viol est utilisé comme arme de destruction massive (cf Aleteia).

Il y a quinze ans, ce fils de pasteur aujourd’hui âgé de 59 ans a fondé l’hôpital de Panzi à Bukavu, sa ville natale. C’est là qu’il prend la mesure de l’atrocité du quotidien des femmes dont on mutile les organes génitaux, dans le but de détruire le fort symbole sociétal de la mère, anéantissant ainsi des communautés entières pour plusieurs générations. Le premier cas qu’il eut à soigner à l’ouverture de son établissement en 1999 fut une femme à qui on avait introduit une arme dans l’appareil génital et fait feu, lui détruisant au passage tout le bassin.

« Depuis quinze ans, je suis témoin d'atrocités de masse commises sur le corps des femmes et contre les femmes et je ne peux pas rester les bras croisés, car notre humanité commune nous invite à prendre soin les uns des autres. Au début, je pensais qu’il s’agissait d’une barbarie passagère, puis j’ai compris que c’était permanent et qu’il fallait le dénoncer », déclarait-il au micro de France Inter en 2013, lors d’un passage à Paris pour recevoir le prix de la fondation Chirac « pour la prévention des conflits ».

Son hôpital, qui prend en charge gratuitement 3500 femmes chaque année, assure auprès de ces dernières un suivi complet, aussi bien physique que psychologique, et même parfois juridique.

Le Dr Mukwege s’est fait au fil des années le porte-voix international de la cause de ces femmes, en dénonçant notamment la totale impunité dans laquelle les agresseurs commettent leurs forfaits. Une vocation qui a bien failli lui coûter la vie en 2012 : des hommes armés se sont introduits chez lui un soir d’octobre pour l’assassiner, abattant à bout portant le gardien de sa maison. Il fut secouru in extremis par des habitants du quartier.

Après un exil de quelques mois en Belgique, il revint à la demande pressante de ses patientes. Il ne renoncera pas et il l’a fait savoir aux milliers de personnes venues l’accueillir à son retour à Bukavu. Il est rentré, dit-il, pour « dire non aux violences sexuelles ». Il a depuis mis la communauté internationale en garde contre le nouveau fléau du viol d’enfants et de bébés. Ce père de cinq enfants est également responsable d'une église locale. Pour lui, la guérison n’est pas « concevable sans la participation de Dieu ». Le prix Sakharov « pour la liberté de penser » s’accompagne d’une récompense de 50 000 euros. Le prix lui sera remis à Strasbourg le 26 novembre prochain.

Ref. Prix Sakharov : le combat héroïque du "Docteur miracle"




    La date/heure actuelle est Dim 24 Sep 2017 - 16:09