L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


« La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Partagez
avatar
Invité
Invité

« La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par Invité le Sam 11 Oct 2014 - 21:33

« La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Serge Abad-Gallardo a été franc-maçon pendant plus de vingt ans avant de rompre et de retrouver la foi catholique. Il raconte son itinéraire dans J’ai frappé à la porte du Temple… (éd. Pierre Téqui). Pour Famille Chrétienne , il lève le voile sur ce monde opaque.

Pourquoi êtes-vous entré en franc-maçonnerie et pourquoi en êtes-vous sorti ?




À un moment donné, je me suis éloigné de la foi, une foi qui n’était pas très fervente. Je suis entré en franc-maçonnerie parce que je cherchais des réponses à des questions existentielles : pourquoi suis-je en vie et en ai-je conscience ? On se pose tous les mêmes questions. La distance dans laquelle je me trouvais par rapport à la foi a facilité mon entrée en franc-maçonnerie.

Ensuite, je suppose que le Seigneur a veillé sur moi. Il y a une douzaine d’années, je suis revenu à la foi catholique par une rencontre. J’aime beaucoup l’épisode de Zachée dans l’Évangile : j’étais petit et un peu misérable, je me prenais pour un initié, mais j’ai compris que cela ne suffisait pas. J’ai cherché. Ce jour-là, j’ai saisi en fait que ce n’est pas moi qui cherchais le Christ, mais que c’était Lui qui venait vers moi.

Vous étiez catholique. Et pourtant, vous êtes entré en franc-maçonnerie ?

Oui. J’étais en recherche. Ce qui m’a conduit en franc-maçonnerie, c’est le vide existentiel. Je viens d’une famille catholique peu pratiquante. On m’a proposé d’y entrer. Je l’ai fait. Pourquoi ? Parce que je n’avais pas de repères suffisamment précis pour comprendre l’incompatibilité entre les deux chemins.

La franc-maçonnerie est pour l’homme le moyen d’approcher les dieux, sinon de devenir Dieu soi-même.

Comment s ’ est passée votre sortie ?

Il y a une douzaine d’années, la foi m’est revenue. Cela s’est fait progressivement. Il y a trois ans, j’ai été confronté au mal de manière très précise, très virulente, d’une manière que je n’avais jamais rencontrée jusque-là. En faisant une retraite dans un monastère, j’ai eu une sorte de révélation : j’ai compris que la franc-maçonnerie ne donnait pas de réponse face au mal. Je suis ressorti de cette abbaye avec un trouble profond par rapport à ces deux chemins que j’avais en face de moi. J’ai alors commencé à me sentir de plus en plus mal en franc-maçonnerie. Je n’y avais plus ma place.

Pour qui avez-vous écrit ce livre ?

Pour les catholiques qui souhaitent savoir ce qu’est la franc-maçonnerie, et pour les francs-maçons qui se disent catholiques et qui n’ont peut-être pas conscience de leur erreur. Il faut que je parle aux catholiques pour leur expliquer l’impasse que constitue la recherche maçonnique.

Beaucoup de francs-maçons sont des gens sincères, qui cherchent mais qui cherchent dans l’erreur. Ils sont devant Baal, devant des idoles, mais ils s’imaginent qu’ils sont devant Dieu. Je témoigne, et ensuite ils feront ce qu’ils veulent. La liberté a été donnée par Dieu pour pouvoir choisir.

Au fond, la franc-maçonnerie, qu’est-ce que c’est ?

Elle a un objectif magique. Dans la Bible, saint Paul met en garde contre les magiciens. C’est d’une certaine manière l’obtention d’un pouvoir strictement humain sur des éléments qu’on ne contrôle pas et qui sont d’ordre surnaturel ! Et donc finalement, au fil des initiations et des augmentations de grade, qui sont en un sens une succession de rideaux de fumée, je dirais que c’est pour l’homme le moyen d’approcher les dieux, sinon de devenir Dieu soi-même.

On est à ce moment-là dans la gnose ! C’est-à-dire que l’on va atteindre la Connaissance par ses propres moyens et par le travail sur le symbole et le rite.

Quels gens composent la franc-maçonnerie ?

Je distinguerais trois catégories de francs-maçons.

Déjà, il y a une minorité de personnes qui sont là pour créer un réseau relationnel, politique, stratégique et professionnel. Ce qui favorise beaucoup cela, c’est le secret. Quand on croise dans une réunion un ministre ou un député franc-maçon, cela arrange les choses. Cela « arrondit les angles », comme on dit : une expression purement maçonnique.

Ensuite, vous avez une autre catégorie. Il s’agit de laïcards héritiers de la Révolution dans ce qu’elle peut avoir de plus doctrinaire. Ils estiment pouvoir apporter le bonheur à l’humanité par la science et par la laïcité pure et dure ! Ils sont purement et simplement anticléricaux et antichrétiens.

Enfin, il y a un certain nombre de personnes qui ne sont ni des arrivistes ni des laïcards, mais des gens très tolérants qui, à force de tout accepter, ne savent plus où ils sont.

En franc-maçonnerie, toutes les idées se valent. Ce sont des gens un peu perdus et qui croient trouver des réponses. Ces chercheurs relativistes cherchent dans tous les sens, mais ils n’arrivent nulle part ! C’est pour eux que j’ai écrit ce livre.

Selon vous, où est le problème avec la franc-maçonnerie ?

Lorsqu’on entre en franc-maçonnerie, on vous demande de prêter serment. Au fil des cérémonies d’initiation, puis à chaque augmentation de grades, il y a une foule de serments qui vous lient. Ceux-ci portent sur plusieurs choses, mais en particulier sur l’obéissance à la Constitution maçonnique de chaque obédience. Un de ces serments demande de se libérer de tout dogme pour chercher la vérité. Si je suis peu ou pas croyant, cela peut me convenir, parce que je n’ai pas une conscience spirituelle vraiment développée. Mais lorsque je commence à réfléchir et à entrer véritablement dans la foi, ça ne va plus.

Il faut choisir…

Les deux sont purement incompatibles ! Il y a une espèce de schizophrénie spirituelle à vouloir être à la fois chrétien et franc-maçon.

Jean-Claude Bésida
avatar
Invité
Invité

Re: « La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par Invité le Sam 11 Oct 2014 - 21:38

http://decitre.di-static.com/media/catalog/product/cache/1/image/165x250/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/9/7/8/2/7/4/0/3/9782740318409FS.gif

J'ai frappé à la porte du Temple... - Parcours d'un franc-maçon en crise spirituelle

Serge Abad Gallardo
   
PIERRE TEQUI (EDITIONS) BROCHÉ PARU LE : 15/09/2014

Et si, finalement, la vérité ne se trouvait pas dans le secret maçonnique ? Après plus de vingt ans passés au sein des loges maçonniques du Droit humain, une émanation du Grand Orient, l'auteur n'est plus novice : il maîtrise le rituel, il applique les méthodes maçonniques, est assidu aux "tenues"… Mais où cela le mène-t-il ? Dans cette quête de sens, Serge Abad- Gallardo s'interroge sur ce qui se cache derrière le "maçonniquement correct".
Quelle est cette force qui l'attire depuis si longtemps, alors que ce langage symbolique est exigeant et si compliqué ? Assoiffée de vérité, sa conscience s'ouvre peu à peu aux dimensions de la transcendance et l'entraîne au coeur de la compassion humaine. Serge Abad-Gallardo met en évidence les antagonismes entre la vision ésotérique maçonnique et la pensée humaniste chrétienne. "Il le fait avec humilité et vérité, sans chercher à régler des comptes mais avec, dans le ton, une sorte d'amitié pour tous ceux qui cherchent la Vérité" (préface du père Michel).
De manière brillante, il livre volontiers son itinéraire pour contribuer au discernement de ses frères "chrétiens" en franc-maçonnerie.
avatar
Claire
Admin

Messages : 8948
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 68
Localisation : NORD

Re: « La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par Claire le Dim 12 Oct 2014 - 9:35

Et pourtant malheureusement des évêques sont cités dans une revue maçonnique :

http://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/relativisme/des-eveques-cites-dans-une-revue-maconnique

Prions pour eux !

prendspitie
avatar
Invité
Invité

Re: « La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par Invité le Dim 12 Oct 2014 - 19:21

Suspicion peu crédible pour Mgr Barbarin, en revanche un Mgr Dagens ou un Mgr Di Falco sont à priori teintés de cette couleur maçonnique qui transparaît dans certaines de leurs déclarations : le va t-en guerre du premier qui voulait bombarder la Syrie :

https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&cad=rja&uact=8&ved=0CC0QFjAC&url=http%3A%2F%2Fwww.riposte-catholique.fr%2Fperepiscopus%2Fsyrie-mgr-dagens-sen-va-t-en-guerre%2Fcomment-page-1&ei=lrk6VLDWMofgaofHgsgO&usg=AFQjCNHvl5yKXfWV6_n1nAMr_RrkjORR4g&bvm=bv.77161500,d.d2s

et les propos tièdes du second face à l'adversité des libertaires qui désoriente les moeurs de notre époque :

https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=13&cad=rja&uact=8&ved=0CGAQFjAM&url=http%3A%2F%2Flesalonbeige.blogs.com%2Fmy_weblog%2F2014%2F08%2Fles-propos-de-monseigneur-di-falco-vont-faire-scandale.html&ei=07g6VKzROMWXatOrgLAP&usg=AFQjCNGMaSv0OdPNo-vfbHtcdPD0AZt5jw

Mgr Aillet, quand à lui n'est pas cité par ce journal maçonnique alors qu'il est leur pire ennemi.

Prions pour qu'il y en ait d'autres à le suivre dans son courage et sa fermeté pour défendre la vie, la famille et l'Eglise.
avatar
Claire
Admin

Messages : 8948
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 68
Localisation : NORD

Re: « La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par Claire le Mer 29 Oct 2014 - 9:08

Pour ceux qui ont le temps, visionnez cette série vidéo d’un franc-maçon de haut niveau nouvellement converti au christianisme et qui vous explique cela très bien :



La lumière derrière la franc-maçonnerie... par JaneBurgermeister


Ceux de la loge des des 3 premiers degrés y sont entrés avec un idéal altruiste pour la société ....mais ils ont encore un  " bandeau " invisible sur les yeux....celui là ... qui leur cache encore beaucoup de vérités non encore dites ...qui ne le sont qu'aux grades supérieurs "au delà du 30e" 
avatar
Claire
Admin

Messages : 8948
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 68
Localisation : NORD

Re: « La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par Claire le Dim 15 Mar 2015 - 23:19

VOILÀ QUI SONT LES FRANCS-MAÇONS !




Le témoignage passionnant d’un ancien franc-maçon qui parle sans détour et avec grande précision, entre autres des liens très étroits  entre loges et politiques, expliquant ce qui meut les francs-maçons : l’orgueil de la toute-puissance. 
Donc à 50 ans, Maurice Caillet était engagé depuis quinze ans dans la franc-maçonnerie, chirurgien, libre-penseur, il s’intéressait à l’ésotérisme et à l’occultisme ; anticlérical convaincu, il fut l’un des promoteurs de I’IVG en Bretagne. 
Et soudain, Dieu se révèle à lui à Lourdes; « il entend la Parole de Dieu pour la première fois: »Demandez et vous recevrez… » (Mat 7,7).
avatar
Invité
Invité

Re: « La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par Invité le Sam 25 Avr 2015 - 23:33

Catholique et franc-maçon ?

mardi 10 février 2004


Mgr Brincard répond aux questions de RCF-Le Puy sur la franc-maçonnerie.



Au cours des dernières décennies, la Congrégation pour la doctrine de la foi a rappelé aux catholiques que l’appartenance à un mouvement maçonnique était contraire à la foi chrétienne. J’aimerais savoir pourquoi toutes ces réserves face à la Franc-maçonnerie. ?

Votre question est courageuse. Avant d’y répondre, je voudrais faire, en guise de préliminaire, les remarques suivantes :
1) Il arrive que les hommes soient bien meilleurs que les doctrines auxquelles ils adhèrent. Il faut s’en souvenir lorsque nous rencontrons des francs-maçons. En revanche, c’est toujours le contraire qui se produit lorsqu’il s’agit de l’Evangile. L’Evangile est plus grand que celui qui le professe. Nous comprenons dès lors pourquoi la première vertu chrétienne est celle de l’humilité.
2) Au cours d’un dialogue, il convient de rejoindre le cœur profond de son interlocuteur. Dans ce cœur, en effet, il y a des aspirations qu’une fausse doctrine ignorera. C’est encore le cas des francs-maçons.
3) Les origines historiques de la franc-maçonnerie sont obscures. Dans le cadre de notre émission, je ne puis m’attarder sur elles. Pour éclairer mon propos, il suffit de dire que la franc-maçonnerie, telle qu’elle apparaît au début du 18ème siècle, ne peut revendiquer sérieusement une filiation avec certaines corporations médiévales, par exemple, avec celle des tailleurs de pierres. De telles corporations, en effet, étaient d’inspiration chrétienne. Or les constitutions d’Anderson de 1723, texte de référence pour tous les francs-maçons, ne comportent plus la moindre référence au Dieu révélé en Jésus Christ, révélation reçue, gardée et transmise par l’Église fondée sur les apôtres envoyés par le Ressuscité prêcher au monde l’Évangile du Salut. Un orfèvre en la matière, Jacques Mitterrand - qu’il ne faut pas confondre avec son homonyme célèbre, François Mitterrand, l’affirme nettement dans un livre où il explique les principes fondamentaux de la franc-maçonnerie.

Et maintenant, j’en viens à la question souvent posée : " Peut-on être catholique et franc-maçon ? " Je réponds clairement : non ! La déclaration de la Congrégation pour la doctrine de la foi, déclaration engageant fortement l’autorité de l’Église, est sans ambiguïtés sur ce point. Elle est du 26 novembre 1983, signée par le cardinal Ratzinger, préfet de cette Congrégation et dit ceci : « On a demandé si le jugement de l’Église sur les associations maçonniques était changé étant donné que dans le nouveau code canonique, il n’en est pas fait mention expresse comme dans le Code antérieur. Cette Congrégation est en mesure de répondre qu’une telle circonstance est due aux critères adoptés dans la rédaction qui a été suivie aussi pour d’autres associations également passées sous silence parce qu’elles sont incluses dans des catégories plus larges. Le jugement négatif de l’Eglise sur les associations maçonniques demeure inchangé parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Eglise et l’inscription à ces associations reste interdite par l’Eglise. Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion. Les autorités ecclésiastiques locales n’ont pas compétence pour se prononcer sur la nature de ces associations maçonniques par un jugement qui impliquerait une dérogation à ce qui a été affirmé ci-dessus. Le Souverain Pontife Jean-Paul II, dans l’audience accordée au cardinal Préfet a approuvé cette déclaration ». Cette déclaration a été précédée par une autre, non moins claire, cette fois de la conférence épiscopale allemande. Faite en 1981, elle est cependant peu connue. C’est pourquoi j’invite mes auditeurs à la lire dans La Documentation catholique (n°18O7). On y développe longuement l’incompatibilité fondamentale entre la doctrine de la maçonnerie et les enseignements de l’Evangile.

Et qu’en disent les francs-maçons ?

La franc-maçonnerie reconnaît elle-même cette incompatibilité. J’en veux pour preuve ce que dit à ce sujet Paul Gourdeau, ancien grand maître du Grand Orient de France. Ecoutons son message : « Ce qu’il est aujourd’hui important de comprendre c’est que le combat qui se livre actuellement conditionne l’avenir, plus encore le devenir de la société. Il repose sur l’équilibre de deux cultures : l’une fondée sur l’Evangile et l’autre sur la tradition historique d’un humanisme républicain. Et ces deux cultures sont fondamentalement opposées : ou la vérité est révélée et intangible d’un Dieu à l’origine de toute chose ou elle trouve son fondement dans les constructions de l’Homme toujours remises en question parce que perfectibles à l’infini. De cette bataille perpétuelle recommencée avec vigueur depuis quelques temps, Malraux disait hier que le 21ème siècle serait religieux ou ne serait pas. C’est à cette affirmation, c’est à ce défi qu’il nous appartient de répondre. » (Humanisme n°193, octobre 1990). Faire dire à la franc-maçonnerie ce qu’elle n’a jamais pensé, c’est à l’évidence faire preuve d’une naïveté nourrie d’ignorance, c’est confondre sentimentalisme et générosité. Mais Gustave Le Bon ne disait-il pas déjà : « Beaucoup d’hommes sont doués de raison, très peu de bon sens »

Sur quels points s’opposent l’Eglise catholique et la Franc-maçonnerie ? J’en vois trois principaux :

A) La franc-maçonnerie prône le relativisme doctrinal. Autrement dit les vérités profondes concernant l’homme et sa destinée ne peuvent être connues avec certitude. A ce sujet, il n’y a donc ni vérité définitive ni vérité universelle. Le croyant, au contraire, affirme : « Jésus Christ est le Chemin, la Vérité et la Vie. » Mais le croyant authentique ajoutera aussitôt : « Si en Jésus Christ, j’atteins la vérité, cette vérité, je la reçois ; ensuite je suis appelé à la connaître toujours plus ; enfin, ce que j’en connais, je ne le mets pas suffisamment en pratique. C’est pourquoi connaître la Vérité ne signifie pas la posséder, c’est bien plutôt Elle qui me possède ! » Voici quelques conséquences de ce relativisme doctrinal :

a) La connaissance de l’Être suprême est une connaissance si générale que tout homme peut se faire un dieu selon son idée. "Le grand architecte de l’univers" - comme on appelle Dieu dans la tradition maçonnique - est quelque chose d’indéfini, ouvert à toute compréhension. Autrement dit, chacun peut y introduire sa représentation de Dieu, le chrétien comme le musulman, le confucianiste comme l’animiste ou le fidèle de n’importe quelle religion. Pour le franc-maçon, "le grand architecte de l’univers" n’est pas un être au sens d’un Dieu personnel. C’est pourquoi, il suffit d’une "vive sensibilité religieuse" pour reconnaître son existence. Cette conception d’un Être suprême, trônant dans un éloignement déiste, veut, bien entendu, saper à la base la foi catholique en Dieu et rendre vaine toute réponse de l’homme à Celui qui se révèle comme un Père plein d’amour et de miséricorde.
b) La franc-maçonnerie, d’une manière générale, refuse jusqu’à la possibilité d’une révélation divine. Certaines obédiences soutiennent que l’intelligence humaine peut affirmer l’existence de l’Etre suprême. Mais aucun franc-maçon n’acceptera jamais que Dieu ait parlé aux hommes, leur donnant une lumière venant des profondeurs de son Amour, une lumière confiée à l’Eglise pour être transmise fidèlement à tous les hommes. Ajoutons que lorsqu’une révélation divine est considérée comme acceptable, une telle révélation ne passe en aucun cas par un magistère ecclésial. Elle est livrée à l’appréciation subjective de chacun. Il faut surtout souligner que la franc-maçonnerie verse dans un rationalisme typique du Siècle des Lumières. Un tel rationalisme est une infirmité intellectuelle. En effet, quiconque cherche la vérité, l’aime pour elle-même, sans jamais prétendre qu’elle provient de la seule raison humaine. Si la vérité attire seulement en tant que mesurée par l’homme, cette attraction ne cache-t-elle pas un grand orgueil ?
c) La franc-maçonnerie n’admet aucune morale objective et donc universelle. Selon un franc-maçon que je cite : « La morale est essentiellement contingente. Elle évolue ». Nous saisissons mieux aujourd’hui les conséquences funestes d’un tel scepticisme.
B) La franc-maçonnerie refuse toute idée de salut. L’homme se construit par lui-même. Il n’a pas besoin de Dieu pour changer son cœur et trouver le bonheur. Il en va autrement pour le croyant. La foi lui découvre qu’en Jésus Christ, Dieu est venu parmi les hommes pour les sauver. « Dieu a tellement aimé le monde qu’il lui a envoyé son Fils ». Ce salut consiste en une délivrance. C’est un salut de tout l’homme, proposé à tout homme. Jésus Christ sauve en particulier la liberté humaine, abîmée par le péché. Mais en Jésus Christ, la vie divine est aussi communiquée : c’est une vie de lumière et d’amour que « l’œil n’a pas vue et que l’oreille n’a pas entendu ». L’homme est appelé à entrer en communion avec la Trinité divine. Autrement dit Jésus comble et même dépasse les aspirations les plus profondes du cœur humain. L’opposition farouche de la maçonnerie au salut apporté en Jésus Christ, me fait penser à cette réflexion d’un grand écrivain de notre temps : « Le plus impressionnant aujourd’hui n’est pas que l’homme fasse le mal, c’est-à-dire se détruise et détruise les autres. Le plus effrayant est que l’homme veuille se passer de Dieu pour faire le bien ». Pierre Simon, ancien Grand Maître de la Grande loge, le dit à sa manière : « L’homme est le point de départ de tout chose et de toute connaissance, il est sa propre référence. Seul aujourd’hui, il peut dire ce qui est bon pour l’homme. »

C) Le secret maçonnique est quelque chose que l’Église n’a jamais accepté. Sur ce point, il n’est pas nécessaire d’affabuler : l’existence de ce secret, reconnue par les francs-maçons eux-mêmes, porte gravement atteinte à la dignité de la personne humaine. Le secret maçonnique, en effet, empêche l’homme de s’engager consciemment et librement. Évoquons brièvement quelques aspects de ce secret : un maçon n’a pas le droit de révéler à un profane l’identité de ses frères ; tout au plus peut-t-il - s’il le juge utile - déclarer son appartenance à la franc-maçonnerie. Il ne peut pas non plus divulguer le contenu de certains travaux auxquels il a pris part au sein de son atelier ni faire connaître aux frères de grades inférieurs les mots de passe, signes ou symboles propres à son grade. Enfin, il existe un secret spécial, fruit d’une initiation aux formes douteuses. L’initiation est censée conduire à une révélation intérieure illuminant celui qui en est l’objet au fur et à mesure qu’il avance sur la voie de la connaissance.
A sa manière la franc-maçonnerie est donc une gnose "au nom menteur" (saint Irénée) avec une dimension occultiste très inquiétante. Ajoutons que les hauts gradés de la franc-maçonnerie présents dans une loge de la base ne révèleront jamais aux membres de cette loge leur "dignité". On a pu dire à juste titre que la franc-maçonnerie est une "superposition de loges secrètes".

Pourtant, certains se revendiquent d’une double appartenance : à l’Eglise et à la Franc-maçonnerie ?

Je suis bien conscient que ce que je viens de dire ne plait pas à tout le monde. Je n’ignore pas non plus qu’un illustre jésuite, le père Riquet -pour ne pas le nommer- a défendu une position différente de celle de l’Église. Il l’a même fait connaître dans un livre publié peu de temps avant son décès. A titre personnel, j’ai de l’estime pour le père Riquet. Je rends hommage à son courage pendant la deuxième guerre mondiale. C’est sans doute, un religieux exemplaire sous beaucoup de rapports. Mais à propos de la franc-maçonnerie, il s’est gravement trompé, probablement abusé par des amitiés nouées en des circonstances difficiles et par une bonne dose de naïveté. A ce propos, il est salutaire de se souvenir que si instruits que nous soyons, nous demeurons fragiles, exposés à de nombreuses erreurs. Un lecteur attentif découvre sans peine que le père Riquet fait preuve de beaucoup de crédulité, par exemple, lorsqu’il affirme que le symbolisme de la franc-maçonnerie peut conduire à la découverte de Jésus Christ ! En revenant à votre question initiale, je tiens à ajouter que les évêques, et moi le premier, nous sommes la voix de l’Église dans la mesure où nous agissons en communion les uns avec les autres autour du " serviteur des serviteurs " qu’est le Pape. La déclaration de la Congrégation pour la doctrine de la foi est une déclaration qui doit éclairer notre action pastorale.

Après tout ce que vous venez de nous dire, Père évêque, quelle attitude avoir à l’égard des francs-maçons ?

Ma réponse est celle-ci : la franc-maçonnerie constitue un défi qu’il faut relever sereinement et courageusement. Certes, il ne faut pas exagérer l’influence de la franc-maçonnerie ; il ne faut pas, non plus, la sous-estimer. L’attitude d’un catholique agissant en cohérence avec sa foi, doit, me semble-t-il, être la suivante : d’abord la clairvoyance. Cela signifie connaître avec exactitude les véritables objectifs que poursuit la franc-maçonnerie. Ensuite, le désir d’approfondir sans cesse la foi chrétienne. L’ignorance est le grand ennemi de la foi. Enfin, la résolution de suivre de plus en plus fidèlement Jésus Christ. L’exemple est plus convaincant que la seule parole.
Et voici le mot de la fin : notre vraie force est de prendre appui sur Jésus Christ. Lui seul peut changer les cœurs. C’est pourquoi, autant il faut combattre la franc-maçonnerie en rappelant qu’elle est une forme particulièrement nocive de "gnose", autant il faut poser sur les francs-maçons un regard d’espérance, regard né d’une authentique charité, car "rien n’est impossible à Dieu" !

+ Henri BRINCARD Evêque du Puy-en-Velay

Interview par Claire Henrot (RCF-Le Puy) et le service communication du diocèse)
avatar
Claire
Admin

Messages : 8948
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 68
Localisation : NORD

Re: « La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par Claire le Dim 26 Avr 2015 - 0:39

Ce qui m'attriste le plus c'est ça :



La franc-maçonnerie refuse toute idée de salut. 

L’homme se construit par lui-même. Il n’a pas besoin de Dieu pour changer son cœur et trouver le bonheur. 

Il en va autrement pour le croyant. La foi lui découvre qu’en Jésus Christ, Dieu est venu parmi les hommes pour les sauver. « Dieu a tellement aimé le monde qu’il lui a envoyé son Fils ». Ce salut consiste en une délivrance. C’est un salut de tout l’homme, proposé à tout homme. Jésus Christ sauve en particulier la liberté humaine, abîmée par le péché. Mais en Jésus Christ, la vie divine est aussi communiquée : c’est une vie de lumière et d’amour que « l’œil n’a pas vue et que l’oreille n’a pas entendu ». L’homme est appelé à entrer en communion avec la Trinité divine. Autrement dit Jésus comble et même dépasse les aspirations les plus profondes du cœur humain. L’opposition farouche de la maçonnerie au salut apporté en Jésus Christ, me fait penser à cette réflexion d’un grand écrivain de notre temps : « Le plus impressionnant aujourd’hui n’est pas que l’homme fasse le mal, c’est-à-dire se détruise et détruise les autres. Le plus effrayant est que l’homme veuille se passer de Dieu pour faire le bien ». Pierre Simon, ancien Grand Maître de la Grande loge, le dit à sa manière : « L’homme est le point de départ de tout chose et de toute connaissance, il est sa propre référence. Seul aujourd’hui, il peut dire ce qui est bon pour l’homme. »
avatar
Invité
Invité

Re: « La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par Invité le Mar 28 Avr 2015 - 13:12

Nous avons ouvert ce fil avec un entretien deSerge Abad-Gallardo; le voici en entretien dans une émission de KTO :




"Ce n'est pas moi qui me suis éloigné ! C'est toi qui t'éloignes de moi !". Nous sommes en 2005 et Serge Abad-Gallardo est Maître de la loge maçonnique du Droit humain, une émanation du Grand Orient de France à laquelle il est rattaché depuis longtemps. Depuis une rencontre très forte à Antibes avec un frère franciscain trois ans plus tôt, ce père de famille initié à la franc-maçonnerie chemine entre sa quête spirituelle personnelle jusqu'au rivage de la foi catholique. En cette cathédrale de Narbonne où il se recueille quelques instants, cette nouvelle expérience forte de Dieu le conduit à prendre le chemin de l'Eglise. S'ensuit un parcours riche qui le fera définitivement quitter la franc-maçonnerie en 2013 et avoir le bonheur de croire en Dieu Père, Fils et Saint Esprit.
Un Coeur qui écoute du 27/04/2015.
avatar
Claire
Admin

Messages : 8948
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 68
Localisation : NORD

Il y en a qui remercie la franc-maçonnerie....

Message par Claire le Ven 2 Oct 2015 - 11:03

ÉDUCATION : NAJAT VALLAUD-BELKACEM REMERCIE LA FRANC-MAÇONNERIE
Patrick Iafrate

À l’occasion du cinquième dîner de la Grande Loge de France (GLDF), Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Éducation nationale, a “encensé” la franc-maçonnerie, rapporte l’Express.« Je sais ce que la République et l’école doivent à la franc-maçonnerie depuis deux siècles, comme le droit à la contraception doit beaucoup à la GLDF », a-t-elle déclaré avant d’ajouter : « Quelle soirée inspirante ! Merci de m’avoir permis de vous découvrir.
Merci de m’avoir réchauffée au contact de votre spiritualité. »
http://news.valeursactuelles.com/optiext/optiextension.dll?ID=mGnzEpikUmmoCkZ_mmma
avatar
AZUR

Messages : 1223
Date d'inscription : 31/10/2014
Localisation : France

Re: « La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par AZUR le Ven 2 Oct 2015 - 11:06

Consternant! prendspitie

Rosana

Messages : 115
Date d'inscription : 15/06/2015
Localisation : Bourgogne

Re: « La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par Rosana le Ven 2 Oct 2015 - 13:59

Mouhai,j'ai cru comprendre que ce gouvernement était franc-maçon je crois??Ils sont à vomir,qu'elle honte pour eux!!Je suis fier d’appartenir au Christ ,vivement une France Chrétienne!!
avatar
Claire
Admin

Messages : 8948
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 68
Localisation : NORD

Re: « La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par Claire le Mar 17 Avr 2018 - 18:26

[ltr]« La franc-maçonnerie est au service de Lucifer »[/ltr]


ARTICLE | 27/03/2017 | Numéro 2046 | Par Élisabeth Caillemer


[ltr]
Serge Abad-Gallardo
 ©DR
[/ltr]



[ltr]EXCLUSIF MAG – Franc-maçon pendant vingt-quatre ans, Serge Abad-Gallardo a raccroché son tablier en se convertissant au catholicisme . Dans son dernier ouvrage, il dévoile le caractère luciférien de la franc-maçonnerie.
Qu’y a-t-il d’attirant dans la franc-maçonnerie ?
[/ltr]
[ltr]
La franc-maçonnerie est très chaleureuse. On y est accueilli à bras ouverts. Et on y entre pour trouver des réponses, car elle prétend apporter la lumière. Mais, contrairement, à l’Église où les réponses sont exotériques, c’est-à-dire compréhensibles de manière simple, la franc-maçonnerie offre des réponses alambiquées qui ont plusieurs significations parce qu’elle défend une vérité protéiforme.
[/ltr]


[ltr]https://video.mediabong.com/videos/5ad4c6340e8a8.mp4?ec_rate=1300&ec_prebuf=3[/ltr]
[ltr]
Vous sous-entendez une manipulation ?
[/ltr]
[ltr]
Je pense qu’on peut parler de manipulation. Et malheureusement, beaucoup de francs-maçons n’en ont pas conscience. La franc-maçonnerie utilise un langage ésotérique. Les réponses qu’elle apporte sont d’autant mieux acceptées qu’elles sont données sous le sceau du secret. Et lorsque vous ne comprenez pas quelque chose, on vous dit : « Tu comprendras mieux au grade suivant. »
[/ltr]
[ltr]
Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer qu’elle est au service de Lucifer comme l’indique le titre de votre ouvrage ?
[/ltr]
[ltr]
Il y a d’une part les rituels auxquels j’ai participé, mais cela n’est pas l’essentiel. Ce qui est important, c’est ce qu’on ne voit pas ou qu’on ne lit pas, mais qui se trouve entre les lignes. Des symboles maçonniques font implicitement référence à Lucifer. Lorsqu’on cherche un peu, on finit par découvrir ce lien.
[/ltr]
[ltr]
Combien de temps avez-vous mis pour vous en rendre compte ?
[/ltr]
[ltr]
Je m’en suis rendu compte très rapidement, dès le grade d’apprenti, c’est-à-dire quelque temps après l’initiation lors d’une cérémonie qui glorifiait explicitement Lucifer. Mais on m’a dit que ce n’était pas le Lucifer auquel je pensais, qu’il s’agissait en réalité du porteur de lumière. Ce qui n’est pas entièrement faux d’ailleurs ! Ce n’est que bien plus tard, lorsque j’ai commencé à retrouver le chemin de la foi que je me suis posé des bonnes questions. De même lors de la cérémonie d’élévation à la maîtrise, on a murmuré à mon oreille le terme « Tubal Caïn » qui renvoie à une influence satanique et est utilisé dans la plupart des rites maçons.
[/ltr]
[ltr]
Certains rites ne laissent pourtant planer aucun doute !
[/ltr]
[ltr]
La franc-maçonnerie entretient le trouble. En effet, au trentième degré du rite écossais ancien, par exemple, l’intégrant doit poignarder une tiare papale. Mais s’il refuse, on va lui expliquer que ce n’est pas un geste contre l’Église, mais contre Grégoire V, le pape qui a persécuté les templiers, et que cela n’a rien à voir avec un anticléricalisme quelconque.
Un ouvrage espagnol intitulé Église et franc-maçonnerie, les deux cités  que je suis en train de traduire relate le témoignage d’un général espagnol qui a refusé au cours de cette même cérémonie de piétiner un crucifix. On lui a dit que c’était simplement pour éprouver sa valeur et son courage.
[/ltr]
[ltr]
La franc-maçonnerie est donc intrinsèquement luciférienne ?
[/ltr]
[ltr]
Oui, la franc-maçonnerie est par nature luciférienne au sens de l’orgueil luciférien. On n’y célèbre pas de messes noires, en tout cas pas à ma connaissance, mais son objectif est de développer une autonomie exacerbée chez le franc-maçon, à partir de laquelle il va être enclin à se croire Dieu lui-même. Contrairement à l’Église qui défend le principe d’une loi, d’une morale naturelle, la franc-maçonnerie professe qu’il n’existe qu’une morale contingente et fluctuante et prône un nouvel ordre social où prédomine la liberté individuelle, où la loi serait l’expression de la société sans référence aucune à une morale ou une loi divine. Le relativisme est la clé de voûte de sa doctrine.
[/ltr]
[ltr]
Certains disent pourtant qu’il existe des loges chrétiennes…
[/ltr]
[ltr]
Elles sont une imposture. Certaines loges se disent même christiques, parce que le « vénérable maître » rompt le pain et le partage. Peu importe le nom qu’elles portent, regardons les rituels qu’elles pratiquent : ils sont tous ésotériques et donc occultes. Or, tout ce qui est occulte, magique, divinatoire est condamné depuis l’Ancien Testament jusqu’à saint Paul. Rappelons que la franc-maçonnerie a été condamnée à plusieurs reprises par l’Église catholique, mais aussi l’Église presbytérienne d’Écosse, les méthodistes américains et anglais. L’Église a raison de rappeler que les deux chemins sont antinomiques :on ne peut pas servir deux maîtres.
Ces loges se disent chrétiennes pour attirer les chrétiens, mais elles visent en réalité l’apostasie des fidèles de toute religion et en particulier de la religion catholique. Quand un chrétien devient franc-maçon, il abjure son baptême sans le savoir dès la cérémonie d’initiation. L’objectif de la franc-maçonnerie, toutes obédiences confondues, est de détruire la chrétienté pour y substituer la religion maçonnique et ses dogmes.
[/ltr]
[ltr]
La franc-maçonnerie est-elle toujours influente ?
[/ltr]
[ltr]
Oui, son influence est très grande. Depuis le XIXe siècle, elle est à l’origine de toutes les lois sociétales sur le divorce, l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous. Elles ont été préparées, écrites et portées à l’Assemblée par la franc-maçonnerie dont l’objectif est d’établir un ordre contraire à l’ordre divin. Le fait qu’elle avance de moins en moins masquée est la preuve de sa puissance. Aujourd’hui, nos sociétés nagent dans l’idéologie maçonnique, à savoir le relativisme.
[/ltr]
[ltr]
Ces deux modèles qui s’affrontent font penser à l’Apocalypse de saint Jean
[/ltr]
[ltr]
Nous sommes certainement entrés dans une phase apocalyptique au sens biblique du terme. Il y a bien aujourd’hui un affrontement entre deux modèles de société : celui de l’Église qui est le chemin vers Dieu et celui de la franc-maçonnerie qui en flattant à outrance l’orgueil humain conduit l’homme vers Lucifer. 
[/ltr]
Élisabeth Caillemer

Lire dans Famille Chrétienne (meilleure présentation de l'article)

https://www.famillechretienne.fr/foi-chretienne/temoignages/la-franc-maconnerie-est-au-service-de-lucifer-215555

Contenu sponsorisé

Re: « La franc-maçonnerie, un chemin incompatible avec la foi chrétienne »

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 21 Juin 2018 - 20:12