L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron

Anonymous
Invité
Invité

Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron Empty Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron

Message par Invité le Dim 12 Oct 2014 - 22:03

<iframe width="420" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/wgV-ZUFU83s" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Comment faire en sorte que l'Eglise soit davantage à l'écoute des familles en difficulté ? Par quels moyens diffuser le message chrétien qui réconforte et soutient ? C'est le chantier ouvert par l'Eglise dans les Pyrénées-Atlantiques dont la pastorale familiale avait besoin d'être consolidée. Cette année, Mgr Marc Aillet poursuit la visite pastorale des 69 paroisses. L'évêque de Bayonne, Lescar et Oloron encourage les missions paroissiales, dans le sillage du renouveau kérygmatique insufflé par le Pape François. Dans l'émission La Vie des Diocèses, il revient également sur la rentrée du séminaire diocésain et sa progression depuis sa réouverture il y a 3 ans.

La Vie des Diocèses du 10/10/2014.
Anonymous
Invité
Invité

Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron Empty Re: Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron

Message par Invité le Dim 5 Avr 2015 - 21:16

Message pascal 2015 de Mgr Marc Aillet :

« Pâques, la fête de l’Espérance »

Nos familles, l’Eglise, la société connaissent bien des épreuves aujourd’hui qui engendrent de l’inquiétude et des peurs pour l’avenir.Nous sommes confrontés à de telles impasses, à vues humaines. Il nous semble parfois que rien ni personne ne saurait débloquer telle ou telle situation familiale, sociale, économique, culturelle, ecclésiale qui nous laisse totalement démunis et impuissants. Et si nous nous tournons vers Jésus, nous pourrions à juste titre avoir le sentiment qu’il reste silencieux… et même parfois qu’il se plaît à nous corriger. N’a-t-il pas infligé de sévères corrections à son peuple, comme lorsqu’il chassait les marchands du Temple : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de trafic » (Jn 2, 16) ? L’évangéliste souligne même que Jésus ne se fiait pas à ceux qui crurent en son nom, ce jour-là : « Il n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme » (Jn 2, 24-25).
Nous pourrions être tentés d’opposer à Jésus et à l’Eglise, qui semble parfois se faire le relais, par son enseignement et sa discipline, des corrections du Seigneur : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? ». Comme en ce temps-là, Jésus pourrait nous répondre : « Détruisez ce Temple et en trois jours je le relèverai ! ». « Mais lui parlait du temple de son corps » (Jn 2, 19.21), commente l’évangéliste : c’est qu’il annonçait prophétiquement le Mystère de sa passion, de sa mort et de sa résurrection. Quand Jésus nous corrige, il ne nous condamne pas, ni ne nous détruit ; s’il n’hésite pas à nous corriger, parfois durement, c’est parce qu’il est toujours disposé à donner sa vie pour nous ! Alors nous trouverons dans son Mystère pascal la réponse à toutes les impasses de notre vie : lui seul peut se frayer un passage, c’est de sa Pâque que jailliront la lumière qui dissipe les ténèbres et la Vie qui est victorieuse de la mort !
Le Mystère pascal de Jésus éclaire encore bien des débats qui agitent notre société, comme ce grave débat sur la « fin de vie » qui assombrit l’horizon de notre vivre ensemble et qui semble être passé inaperçu du plus grand nombre. Lamentable débat qui débouche sur l’approbation d’un texte de loi mortifère.
C’est parce que nous croyons en un Dieu qui n’est pas indifférent à ce que nous vivons et souffrons, un Dieu qui s’est fait proche jusqu’à porter nos fardeaux, un Dieu « qui m’a aimé et s’est livré pour moi » (Ga 2, 20), un Dieu qui nous réconcilie avec lui et entre nous, que nous sommes dans l’espérance, quelles que soient les impasses de notre vie. Et en cette fête de Pâques, malgré les ombres qui planent sur l’Eglise et le monde, nous voulons chanter l’Espérance, « Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout, cette petite fille espérance », si admirablement décrite par Charles Péguy : « Une flamme tremblotante a traversé l’épaisseur des mondes. Une flamme vacillante a traversé l’épaisseur des temps. Une flamme anxieuse a traversé l’épaisseur des nuits … Une flamme impossible à atteindre, impossible à éteindre au souffle de la mort ».
Notre temps a besoin de témoins d’espérance. A travers son livre-entretien, « Dieu ou rien », le Cardinal Robert Sarah, ce confesseur de la foi devenu Préfet de la Congrégation pour le culte divin, qui a traversé, avec son peuple guinéen, les heures les plus noires de son histoire, nous donne un témoignage lumineux et revigorant pour redonner à notre Europe exténuée la vigueur de l’Espérance. Oui, Dieu ou rien, la vie ou la mort : Jésus est précisément vainqueur de la mort ! Il est ressuscité, il est vivant ! Amen, Alleluia !
Anonymous
Invité
Invité

Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron Empty Re: Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron

Message par Invité le Dim 5 Avr 2015 - 22:11

Message d'une très grande lucidité qui nous fait tant de bien écrit par un évêque sage et courageux.

Merci Monseigneur, nous sommes de coeur ( souvent souffrant ) avec vous pour la gloire de Dieu et le salut du monde.
Anonymous
Invité
Invité

Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron Empty Re: Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron

Message par Invité le Sam 18 Avr 2015 - 15:08

Du salon beige : C’est arrivé un 17 avril…

le 17 avril 1957 : naissance de Marc Aillet, évêque de Bayonne Lescar et Oloron depuis 2008.

Marc Aillet, né à Parakou au Royaume du Dahomey, docteur en théologie, ordonné prêtre le 3 juillet 1982 en Italie, au sein de la communauté Saint-Martin, curé de la paroisse de Notre Dame des Victoires à Saint-Raphaël de 1998 à 2005 est sacré évêque le 30 novembre 2008, en la cathédrale Sainte-Marie de Bayonne.

Dans le milieu feutré et mouvant de l'épiscopat français, cet évêque rappelle à son diocèse et aux Français la radicalité du message de l'évangile enseigné par Notre Seigneur Jésus-Christ : « Qui n'est pas avec moi est contre moi » (St Matthieu 12.30)

L'homme ne doit pas transiger avec la Vérité. Que Dieu nous donne 10 évêques de cette trempe et la fille Aînée de l'Eglise sera de nouveau fidèle aux promesses de son baptême.

Lois Spalwer
Anonymous
Invité
Invité

Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron Empty Re: Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron

Message par Invité le Jeu 21 Mai 2015 - 14:08

Le 50e anniversaire du concile Vatican II a déjà suscité une vraie réflexion.

Mgr Aillet a souhaité ramasser dans un ouvrage de synthèse, facile d’accès, l’essentiel de ce qui peut être dit de l’histoire parfois mouvementée et de l’esprit du Concile que l’on a pu à tord opposer à la lettre.
Proposant un texte facile d’accès et très vivant grâce au dialogue engagé sous forme de questions-réponses, Mgr Aillet, sans rien occulter, pointe les difficultés ou les malentendus de l’interprétation et de l’application de ce Concile depuis 50 ans.

Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron Ddbd51c6174319adf1ea9a6d30392812_s

Au fond, il montre le passage de l’événement à l’héritage, en revenant à la lettre du texte, nécessaire pour en atteindre l’esprit, afin d’assurer la pérennité de cet événement de grâce dans la vie de l’Eglise.
En partant de son expérience personnelle de la réception du Concile, l’Auteur veut assumer l’herméneutique de la réforme et du renouveau dans la continuité si bien définie par le pape Benoit XVI.
En ce sens, il voudrait être utile aux prêtres et aux fidèles afin de dissiper tous les malentendus qui encombrent souvent la vie ecclésiale et qui empêchent encore aujourd’hui le concile Vatican II de porter tous les fruits que l’on peut légitimement en attendre.

“Vatican II, le Concile en questions”, Mgr Marc Aillet, éditions Artège, 2015, préface du Cardinal Robert Sarah, 14€
Anonymous
Invité
Invité

Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron Empty Re: Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron

Message par Invité le Sam 23 Mai 2015 - 21:16

<iframe width="420" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/UDpTiKGrM6U" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Le Père Louis-Edouard Cestac, fondateur des Servantes de Marie, va être béatifié le 31 mai en la cathédrale de Bayonne. Dans l'émission La Vie des Diocèses, nous découvrirons la vie et le témoignage du futur bienheureux français, avec l'évêque de Bayonne, Lescar et Oloron. "Je souhaite que la béatification du père Cestac ravive en nous le desir de la sainteté et nous aide a en faire la première urgence pastorale de nos communautées" souligne Mgr Marc Aillet dans sa dernière lettre pastorale. A la lumière de la vie du futur bienheureux, Mgr Aillet y aborde en vérité la question des vocations sacerdotales, la vie et le ministère des prêtres aujourd'hui ou encore l'attention aux pauvres et aux familles.

KTO La Vie des Diocèses du 22/05/2015.
Anonymous
Invité
Invité

Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron Empty Re: Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron

Message par Invité le Ven 24 Juil 2015 - 23:28

Communiqué de Mgr Aillet : "La France, les Chrétiens d'Orient et Vincent Lambert"


Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron B4d547c2958f905edbded24a06e149a8-6384a1a5c65741ab6f8625372f3d4127_XL

Communiqué de Mgr Marc Aillet, du 23 juillet 2015, au sujet de la France, des Chrétiens d'Orient et de Vincent Lambert.

La France, les Chrétiens d'Orient et Vincent Lambert


« Tandis que s’achèvera bientôt la grande neuvaine de prière pour la France, qui a mobilisé tant de nos compatriotes durant neuf mois, suscité l’intérêt de nombreux hommes d’Eglise de divers horizons, qui ont prêté leur plume pour nourrir notre méditation, il y a deux drames qui nous invitent à redoubler de ferveur en ces derniers jours.

L’abandon des chrétiens d’Orient par les pays occidentaux en général, et la France en particulier malgré ses engagements historiques. En Irak, les réfugiés bénéficient sans doute de l’aide humanitaire, mais voient s’amenuiser leurs chances de retourner dans leurs maisons dont ils ont été violemment expulsés par l’Etat Islamique, il y a un an. Découragés, beaucoup n’aspirent qu’à fuir sous des cieux plus cléments, espérant un avenir meilleur pour leurs enfants. Non seulement les visa sont accordés au compte-gouttes, j’en suis le témoin impuissant dans mon diocèse où nous aidons la communauté chaldéenne à accueillir les réfugiés, mais aucune décision politique d’envergure ne semble à l’ordre du jour, de telle sorte qu’ils se sentent abandonnés.

En Syrie, les chrétiens sont en proie aux pires violences et vivent quotidiennement dans la terreur. Nos interventions de ces dernières années, au nom d’intérêts mercantiles et géopolitiques à la solde des  Etats-Unis qui continuent d’imposer au monde leur vision libérale-libertaire et de défendre leur volonté de Toute-Puissance, ont largement contribué à ce chaos. Pendant ce temps, l’Etat Islamique poursuit sa progression, trouve partout des complicités, renforce l’Islamisation et porte sur notre sol ses actions terroristes. Les minorités chrétiennes en Orient passeront-elles par pertes et profits, au nom de stratégies occidentales illisibles et attentistes ? D’ailleurs, quel intérêt leur sort pourrait-il susciter chez nos concitoyens, alors que s’instaure en France une laïcité de plus en plus cynique et sans Dieu qui imprègne, à grand renfort de campagnes médiatiques, toutes les strates de notre société, faisant ainsi le lit du fondamentalisme musulman ?

La crise grecque vient révéler l’inanité d’une construction européenne qui n’a pas d’autre horizon que la protection de la zone euro ! Le reniement des racines chrétiennes de notre culture ne peut conduire qu’à l’autodestruction à laquelle nous assistons : « Et quiconque entend ces paroles que je viens de dire et ne les met pas en pratique, dit Jésus,  peut se comparer à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont rués sur cette maison, et elle s’est écroulée. Et grande a été sa ruine ! » (Mt 7, 26-27). Oui, comme l’a clamé haut et fort le Cardinal Robert Sarah, deux fois en tournée dans notre pays ces derniers mois : « La vraie crise que traverse le monde aujourd’hui, n’est pas une crise politique ou économique, mais une crise de Dieu ».

Le sort programmé de Vincent Lambert. Les évêques de la Province de Lyon viennent de publier un remarquable communiqué pointant précisément le drame, hautement symbolique, qui est en train de se jouer à Reims : avec l’autorisation de la bien mal nommée « Cour européenne des droits de l’homme », qui a perdu ainsi son statut de « conscience de l’Europe », on est prêt à arrêter l’hydratation et la nutrition de ce grand handicapé. Faut-il rappeler une fois encore que Vincent Lambert n’est ni en fin de vie, ni l’objet de soins disproportionnés, et qu’il n’est pas dans un état végétatif ? La décision qui semble incomber désormais au médecin, tandis que les parents de Vincent se battent pour lui sauver la vie, sonne comme une condamnation à mort et comme une grave menace pour les plus vulnérables. Serait-ce un retour déguisé à la peine de mort, mais pour un innocent, pour laquelle il faudrait demander la grâce présidentielle ?

A n’en pas douter, comme l’ont bien compris les médias, ce combat dépasse le cas isolé de Vincent Lambert : il en va du respect absolu que l’on doit à la dignité de toute personne humaine, à commencer par la plus fragile. Une nouvelle limite irréversible sera-t-elle franchie dans le déni d’humanité qui caractérise ce que le Pape François a appelé la « culture du déchet » ?  Comme le Saint-Père l’a indiqué de manière extrêmement claire et réaliste dans son encyclique Laudato si, dont tous semblent, mais bien hypocritement, faire l’éloge appuyé : « il n’y a pas d’écologie sans une anthropologie saine », il n’y a pas d’écologie intégrale sans le soin apporté à toute personne humaine, depuis sa conception jusqu’à sa mort naturelle !

Je relaierai dans mon diocèse la proposition faite par Mgr Dominique Rey, le 15 août, de faire sonner les cloches et de se rassembler devant les églises pour alerter l’opinion publique en faveur des chrétiens d’Orient.

Sûr en outre que, lorsque tout a été entrepris de ce qui est de notre ressort, seule une intervention divine peut sauver une situation désespérée, je propose même, non seulement que l’on prie pour Vincent Lambert, mais que, s’il est encore temps, l’on double les derniers jours de la grande neuvaine pour la France, par une neuvaine à la Vierge Marie pour sa guérison, du 6 au 14 août, en s’aidant de  la prière du Père Louis-Edouard Cestac, qui vient tout juste d’être béatifié à Bayonne : « Auguste Reine des Cieux et souveraine Maîtresse des Anges ».

Ce serait en effet très significatif : en effet, le jour de la Transfiguration, que l’on célèbre le 6 août, Jésus nous est présenté par le Père comme le seul Sauveur, anticipant même devant ses apôtres la victoire de sa résurrection sur sa passion et sa mort sur la croix ; nous n’oublions pas, d’autre part, que saint Maximilien Kolbe, avait été condamné à mourir de faim et de soif dans un bunker souterrain du Camp de concentration d’Auschwitz et que le 14 août 1941, après avoir aidé ses compagnons d’infortune à remettre pieusement leur vie entre les mains du Seigneur, au chant des litanies de la Sainte Vierge, il fut lâchement assassiné au moyen d’une injection létale : quelle lumière est ainsi portée sur le sort de Vincent Lambert et ses conséquences ! Alors pourquoi ne pourrions-nous pas obtenir de la Vierge Marie, dans le triomphe de son Assomption, des grâces particulières pour Vincent et toute sa famille ?

Sursum Corda : ne manquons pas d’audace ! »

+ Marc Aillet

Évêque de Bayonne, Lescar et Oloron

23 juillet 2015

Auguste Reine des Cieux

Auguste Reine des Cieux,
Souveraine Maîtresse des Anges,
Vous qui, dès le commencement, avez reçu de Dieu
le pouvoir et la mission d'écraser la tête de Satan,
nous Vous le demandons humblement :
envoyez vos légions célestes pour que,
sous vos ordres et par votre puissance,
elles poursuivent les démons, les combattent partout,
répriment leur audace et les refoulent dans l'abîme.
“Qui est comme Dieu ?”
O bonne et tendre Mère,
Vous serez toujours notre amour et notre espérance!
O divine Mère,
envoyez les Saints Anges pour me défendre
et repousser loin de moi le cruel ennemi!
Saints Anges et Archanges,
défendez-nous, gardez-nous!

(Bienheureux père Louis-Edouard Cestac)

Anonymous
Invité
Invité

Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron Empty Re: Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron

Message par Invité le Ven 9 Oct 2015 - 9:46

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/4U-d7bQFBbM" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

A l'occasion des Etats Généraux du Christianisme qui se tiennent à Strasbourg du 2 au 4 octobre 2015, Enjeux et espoirs du Synode sur la famille. Débat : l'Eglise doit-elle changer ? avec la participation de : Mgr Jean-Paul Vesco, évêque d'Oran ; Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne. Débat animé par Jérôme Anciberro, rédacteur en chef à La Vie et Philippine de Saint-Pierre, directrice générale de KTO.
Hors Série du 02/10/2015.

Contenu sponsorisé

Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron Empty Re: Mgr Marc Aillet - Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 17 Juin 2019 - 13:57