L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


Pie XII, un pape Juste !

Partagez
avatar
Invité
Invité

Pie XII, un pape Juste !

Message par Invité le Mer 31 Déc 2014 - 20:04





Vivement que Pie XII soit béatifié !

Ce Pape est sans doute un des plus grands papes de l'histoire, ce qui n'enlève rien à Jean-Paul II, qui est lui aussi un très grand Pape.
Pour petit rappel, voici ce que dit Gary Krupp* à propos de Pie XII : « Pie XII était le plus grand héros de la seconde Guerre mondiale...il a sauvé plus de juifs que Roosevelt, Churchill et tous ceux qui leur sont associés. Il ne devrait pas être une raison de litige entre les catholiques et les Juifs ».

Et aussi information :
Parmi les preuves que Gary Krupp a pu avancer, figure une circulaire datée du 30 novembre 1938, signée du cardinal Pacelli, adressée aux nonciatures, aux délégations apostoliques et à 61 évêques. Cette circulaire demandait de
« trouver 200 000 visas pour permettre à des « catholiques non-aryens » (formule codée pour désigner les juifs...) de sortir du territoire du Reich »

On peut y lire la précision suivante : « que l'on veille à ce que des sanctuaires soient mis à disposition pour sauvegarder leur vie spirituelle et protéger leur culte, leurs coutumes et leurs traditions religieuses ».

Peu de temps après, dans une lettre datée de janvier 1939, Pie XII confirmait le contenu de sa circulaire en ces termes : « N'entreprenez pas seulement de sauver les juifs mais aussi les synagogues, les centres culturels et tout ce qui appartient à leur foi : les rouleaux de la Torah, les bibliothèques, etc... »
.
.... je n'appelle pas cela aider hitler !

* Gary Krupp est un Juif, âgé de 62 ans, à la retraite, après avoir été industriel fabriquant d'équipements médicaux.
En 2003 il a créé une fondation Pave the way (« Prépare ton chemin ») ayant pour but de «combler les fractures de compréhension entre les religions » Mais le plus important est que cette fondation a financé les investigations et enquêtes menées au sujet des relations entre l'Allemagne nationale-socialiste et Pie XII. au terme desquels il a pu affirmer de façon certaine :
« Saviez-vous que le pape Pie XII avait sauvé plus de 860 000 juifs des camps de la mort ? Je veux dire que je ne le savais pas auparavant. C'est un assassinat caractérisé, une « shanda » ( un déshonneur en Yiddish), que tant de Juifs disent qu'il était anti-sémite ». Il ajoutait, trahissant toute la pression qu'il avait dû subir : « Croyez-moi, quand j'étais enfant, je ne rêvais pas que je défendrais un jour un homme que nous croyions un sympathisant nazi ».


avatar
Invité
Invité

Re: Pie XII, un pape Juste !

Message par Invité le Jeu 1 Jan 2015 - 13:38

avatar
Invité
Invité

Re: Pie XII, un pape Juste !

Message par Invité le Jeu 1 Jan 2015 - 13:47

Messe pour les 50 ans de la mort de Pie XII : Homélie de Benoît XVI


ROME, Vendredi 10 octobre 2008 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous le texte intégral de l'homélie que le pape Benoît XVI a prononcée jeudi 9 octobre lors de la messe qu'il a présidée dans la Basilique Saint-Pierre à l'occasion des 50 ans de la mort de Pie XII.

* * *

Messieurs les cardinaux,

Vénérés frères dans l'épiscopat et le sacerdoce,

Chers frères et sœurs,

Le passage du livre de l'Ecclésiastique et le prologue de la Première Lettre de saint Pierre, proclamés comme première et deuxième lecture, nous offrent de significatives occasions de réflexion dans le cadre de cette célébration eucharistique, au cours de laquelle nous faisons mémoire de mon vénéré prédécesseur, le serviteur de Dieu Pie XII. Cinquante ans exactement se sont écoulés depuis sa mort, survenue aux premières heures du 9 octobre 1958. L'Ecclésiastique, comme nous l'avons entendu, a rappelé à ceux qui veulent suivre le Seigneur qu'ils doivent se préparer à affronter des épreuves, des difficultés et des souffrances. Pour ne pas succomber à ces dernières - exhorte-t-il - il faut un cœur qui soit droit et constant, une fidélité à Dieu et une patience qui soient unies à une inflexible détermination à avancer sur le chemin du bien. La souffrance affine le cœur du disciple du Seigneur, comme l'or est purifié dans la fournaise. « Toutes les adversités, accepte-les ; dans les revers de ta vie pauvre, sois patient ; car l'or est vérifié par le feu, et les hommes agréables à Dieu, par le creuset de la pauvreté » (2, 4-5).

Saint Pierre, de son côté, dans le récit qui a été proposé, en s'adressant aux chrétiens des communautés d'Asie mineure qui étaient « affligés par diverses épreuves », va encore plus loin : malgré tout, leur demande-t-il, « Vous en tressaillez de joie » (1P 1, 6). L'épreuve est en effet nécessaire, observe-t-il, « afin que, bien éprouvée, votre foi, plus précieuse que l'or périssable que l'on vérifie par le feu, devienne un sujet de louange, de gloire et d'honneur, lors de la Révélation de Jésus Christ » (1P 1, 7). Ensuite, pour la deuxième fois, il les exhorte à être joyeux, et même à exulter « d'une joie indicible et pleine de gloire » (v. 8). La raison profonde de cette joie spirituelle réside dans l'amour envers Jésus et dans la certitude de sa présence invisible. C'est Lui qui rend inébranlable la foi et l'espérance des croyants, même au cours des phases les plus complexes et les plus dures de l'existence.

A la lumière de ces textes bibliques, nous pouvons lire le parcours terrestre du pape Pacelli et son long service envers l'Eglise, commencé sous Léon XIII et poursuivit sous Pie X, Benoît XV et Pie XI. Ces textes bibliques nous aident surtout à comprendre la source à laquelle il a puisé son courage et sa patience au cours de son ministère pontifical qui s'est déroulé durant les douloureuses années du deuxième conflit mondial et la période suivante, non moins complexe, de la reconstruction et des difficiles rapports internationaux, passés à l'histoire sous la significative appellation de « guerre froide ».

« Miserere mei Deus, secundum magnam misericordiam tuam » : c'est par cette invocation extraite du Psaume 50/51 que Pie XII ouvrait son testament. Et il poursuivait : « Ces mots que je prononçai, conscient d'être sans mérites et non préparé, au moment où je donnai, en tremblant, mon acceptation à l'élection comme Souverain Pontife, je les répète maintenant avec plus de raison ». C'était deux ans avant sa mort. S'abandonner dans les mains miséricordieuses de Dieu : telle fut l'attitude que cultiva constamment mon vénéré Prédécesseur, le dernier des papes nés à Rome, appartenant à une famille en relation avec le Saint-Siège depuis de nombreuses années.

En Allemagne, où il exerça les fonctions de nonce apostolique, d'abord à Munich puis à Berlin jusqu'en 1929, il laissa derrière lui un souvenir emplit de gratitude, surtout pour avoir collaboré avec Benoît XV à la tentative de mettre fin à l'« inutile massacre » de la Grande Guerre, et pour avoir décelé, dès son avènement, le danger constitué par la monstrueuse idéologie nationale socialiste, avec ses pernicieuses racines antisémites et anti-catholiques. Créé cardinal en décembre 1929, et devenu peu après secrétaire d'Etat, il fut un fidèle collaborateur de Pie XI pendant neuf ans, à une époque caractérisée par les totalitarismes : le fascisme, le nazisme et le communisme soviétique, condamnés respectivement par les encycliques Non abbiamo bisogno, Mit Brennender Sorge et Divini Redemptoris.

« Celui qui écoute ma parole et croit (...) a la vie éternelle » (Jn 5, 24). Cette assurance de Jésus, que nous avons écoutée dans l'Evangile, nous fait penser aux moments les plus durs du pontificat de Pie XII lorsque, sentant s'évanouir toute sécurité humaine, il ressentait fortement le besoin, également à travers un effort ascétique permanent, d'adhérer au Christ, unique certitude qui ne passe pas. La Parole de Dieu devenait ainsi lumière sur son chemin, un chemin le long duquel le pape Pacelli dut consoler les réfugiés et les persécutés, essuyer les larmes de douleur et pleurer les innombrables victimes de la guerre. Seul le Christ est la véritable espérance de l'homme ; c'est seulement en se confiant à Lui que le cœur humain peut s'ouvrir à l'amour qui l'emporte sur la haine. Cette conscience accompagna Pie XII au cours de son ministère de Successeur de Pierre, ministère commencé justement alors que s'accumulaient sur l'Europe et sur le reste du monde les nuages menaçants d'un nouveau conflit mondial qu'il tenta d'éviter par tous les moyens : « Le péril est imminent, mais il est encore temps. Rien n'est perdu avec la paix. Tout peut l'être avec la guerre », s'était-il écrié dans son radio-message du 24 août 1939 (AAS, XXXI, 1939, p. 334).

La guerre mit en évidence l'amour qu'il nourrissait pour sa « Rome bien-aimée », un amour témoigné par l'intense œuvre de charité qu'il accomplissait en faveur des persécutés, sans tenir compte d'aucune distinction de religion, d'ethnie, de nationalité, d'appartenance politique. Lorsqu'à maintes reprises, pendant l'occupation de la ville, on lui conseilla de quitter le Vatican pour se mettre à l'abri, sa réponse fut toujours la même, identique et décisive : « Je ne laisserai pas Rome et mon poste, même si je devais en mourir » (cf. Summarium, p. 186). Ses proches et d'autres témoins firent, en outre, part de ses privations de nourriture, de chauffage, de vêtements, de commodités, qu'il s'imposait volontairement pour partager la condition de la population durement éprouvée par les bombardements et par les conséquences de la guerre (cf. A. Tornielli, Pie XII, Un uomo sul trono di Pietro). Et comment oublier son radio-message de Noël, en décembre 1942 ? Avec une voix brisée par l'émotion, il déplora la situation des « centaines de milliers de personnes qui, sans aucune faute de leur part, mais seulement pour des raisons de nationalité ou de race, sont destinées à la mort ou à un progressif dépérissement » (AAS, XXXV, 1943, p. 23), se référant très clairement à la déportation et à l'extermination perpétrée contre les juifs. Il a souvent agi dans le secret et le silence, parce qu'à la lumière des situations concrètes de la complexité de ce moment historique, il avait l'intuition que c'est seulement de cette manière que l'on pouvait éviter le pire et sauver le plus grand nombre possible de juifs. De nombreux et unanimes témoignages de reconnaissances lui furent adressés à la fin de la guerre pour ses interventions, ainsi qu'au moment de sa mort, par les plus hautes autorités du monde juif, comme par exemple le ministre des Affaires étrangères d'Israël, Mme Golda Meir, qui lui écrivit : « Quand le martyre le plus épouvantable a frappé notre peuple, durant les dix années de terreur du nazisme, la voix du Souverain Pontife s'est élevée en faveur des victimes », concluant avec émotion : « Nous pleurons la perte d'un grand serviteur de la paix ».

Malheureusement, le débat historique, qui n'a pas toujours été serein, sur la figure du serviteur de Dieu Pie XII, a négligé de mettre en lumière tous les aspects de son pontificat polyédrique. Les discours, les allocutions et les messages qu'il a adressés aux scientifiques, aux médecins, aux responsables des plus diverses catégories de travailleurs, dont certains d'entre eux sont, encore aujourd'hui, d'une extraordinaire actualité et qui continuent d'être un point ferme de référence, ont été très nombreux. Paul VI, qui fut son fidèle collaborateur pendant de nombreuses années, le décrivit comme un érudit, un chercheur attentif, ouvert aux voies modernes de la recherche et de la culture, restant fermement, et avec cohérence, fidèle tant aux principes de la rationalité humaine, qu'à l'intangible dépôt des vérités de la foi. Il le considérait comme un précurseur du Concile Vatican II (cf. Angelus du 10 mars 1974). Dans cette perspective, un grand nombre de ses documents mériteraient d'être rappelés, mais je me limiterai à n'en citer que quelques-uns. Avec l'encyclique Mystici Corporis, publiée le 29 juin 1943 alors que la guerre faisait encore rage, il décrivait les rapports spirituels et visibles qui unissent les hommes au Verbe incarné, et proposait d'intégrer, dans cette perspective, tous les principaux thèmes de l'ecclésiologie, offrant pour la première fois une synthèse dogmatique et théologique sur laquelle se baserait la Constitution dogmatique conciliaire Lumen gentium.

Quelques mois après, le 20 septembre 1943, avec l'encyclique Divino afflante Spiritu, il fixait les normes doctrinales pour l'étude des Saintes Ecritures, en mettant en relief son importance et son rôle dans la vie chrétienne. Il s'agit d'un document qui témoigne d'une grande ouverture à la recherche scientifique sur les textes bibliques. Comment ne pas rappeler cette encyclique, alors que se déroulent les travaux du Synode qui a justement pour thème « La Parole de Dieu dans la vie et la mission de l'Eglise » ? C'est à l'intuition prophétique de Pie XII que nous devons la première étude sérieuse des caractéristiques de l'historiographie antique, pour mieux comprendre la nature des livres sacrés, sans en affaiblir ou en nier leur valeur historique. L'approfondissement des « genres littéraires », pour mieux comprendre ce que l'auteur sacré avait voulu dire, avait été, jusqu'en 1943, considéré comme suspect, du fait aussi des abus qui y avaient été commis. L'encyclique reconnaissait sa juste application, déclarant légitime son usage pour l'étude non seulement de l'Ancien mais aussi du Nouveau Testament. « Aujourd'hui encore, cet art - explique le pape - que l'on a l'habitude d'appeler critique textuelle et qui est, valablement et de manière fructueuse, utilisée dans les éditions des auteurs profanes, s'applique de plein droit aux Livres Saints, précisément pour le respect qui est dû à la Parole de Dieu ». Et, il ajoute : « Son objectif est, en effet, de restituer, avec toute la précision possible, sa première teneur au texte sacré, le débarrassant des déformations introduites par les fautes des copistes et le libérant des gloses et des lacunes, des transpositions de mots, des répétitions et des défauts similaires de tout ordre, qui dans les écrits transmis à la main pendant de nombreux siècles, s'infiltraient couramment. » (AAS, XXXV, 1943, p. 336).

La troisième encyclique que je voudrais mentionner est Mediator Dei, consacrée à la liturgie, publiée le 20 novembre 1947. Avec ce document, le serviteur de Dieu donna l'impulsion au mouvement liturgique, insistant sur l' « élément essentiel du culte », qui « doit être celui interne : il est, en effet, nécessaire - écrit-il - de vivre toujours en Christ, de se dédier à Lui, afin qu'en Lui, avec Lui et pour Lui on glorifie le Père. La sainte Liturgie exige que ces deux éléments soient intimement liés... Autrement, la religion devient un formalisme sans fondement et sans contenu ». Ensuite, nous ne pouvons pas, non plus, ne pas évoquer l'élan important que ce Souverain Pontife donna à l'activité missionnaire de l'Eglise avec les encycliques Evangelii praecones (1951) et Fidei donum (1957), mettant en relief le devoir pour chaque communauté d'annoncer l'Evangile aux nations, comme le fera, avec une courageuse vigueur, le Concile Vatican II. Le pape Pacelli avait, du reste, manifesté son amour pour les missions dès le début de son pontificat quand, au mois d'octobre 1939, il avait voulu consacrer personnellement douze évêques provenant de pays de mission, dont un indien, un chinois, un japonais, le premier évêque africain et le premier évêque de Madagascar. Enfin, l'une de ses préoccupations pastorales constantes fut la promotion du rôle des laïcs, pour que la communauté ecclésiale puisse compter sur toutes les énergies et les ressources disponibles. Pour cela aussi, l'Eglise et le monde lui sont reconnaissants.

Chers frères et sœurs, alors que nous prions pour que la cause de béatification du serviteur de Dieu Pie XII ait une heureuse issue, il est bon de rappeler que la sainteté fut son idéal, un idéal qu'il ne manqua pas de proposer à tous. Pour cela, il donna une forte impulsion aux causes de béatifications et de canonisations de personnes appartenant à des populations différentes, de représentants de tous les états de vie, fonctions et professions, réservant une vaste place aux femmes. C'est Marie justement, la Femme du salut, qu'il montre à l'humanité comme signe de ferme espérance, en proclamant le dogme de l'Assomption durant l'Année Sainte de 1950. A notre époque qui est, comme alors, assaillie de préoccupations et d'angoisses pour son avenir ; en ce monde où, peut-être encore plus qu'alors, l'éloignement de tant de personnes de la vérité et de la vertu laisse entrevoir des situations sans espérance, Pie XII nous invite à tourner notre regard vers Marie qui est montée dans la gloire céleste. Il nous invite à l'invoquer avec confiance, pour qu'elle nous fasse apprécier toujours plus la valeur de la vie sur la terre et nous aide à diriger notre regard vers le vrai but auquel nous sommes tous destinés : cette vie éternelle que, comme Jésus nous l'assure, possède déjà celui qui écoute et suit sa parole. Amen !

© Copyright : Librairie Editrice du Vatican
avatar
AZUR

Messages : 1031
Date d'inscription : 31/10/2014
Localisation : France

Re: Pie XII, un pape Juste !

Message par AZUR le Ven 2 Jan 2015 - 10:50

Et oui, ce pauvre pape Pie XII a été traité de nazi.
Je me souviens avoir entendu ce genre de choses: "oui,il bénissait les chars qui allaient nous tuer!"
En fait, il bénissait des âmes et non pas des armes! Sad
avatar
Invité
Invité

Re: Pie XII, un pape Juste !

Message par Invité le Jeu 29 Jan 2015 - 22:42



Pie XII et les Juifs

Dans les ténèbres dune Europe dominée par le nazisme, nombreux furent ceux qui mettaient leur vie en péril et celle de leurs familles pour sauver les juifs de la persécution et de la discrimination des lois raciales en vigueur sous le régime d'Hitler. Emmanuele Pacifici: "Tous les documents que nous avions, les cartes d'identités.. avaient écrit dessus : de race juive.Settimio di Porto: "Nous avions perdu nos droits civils.. ne pouvions rien faire. Nous n'avions même pas de cartes de rationnement".Emanuele Pacifici: "Toutes ces lois ont fait que nous n'avions le droit de rien .. j'ai été expulsé de mon école. Le directeur de l'école a été expulsé, parce qu'il était juif.. qui travaillait dans une banque, le notaire, l'avocat, le médecin.. le médecin ne pouvait s'occuper de personne, si ce n'est de juifs uniquement."L'Yad Vashem, musée et archives de l'holocauste à Jérusalem, conservent la mémoire de tous ces hommes et toutes ces femmes qui ont arraché de la mort tant de juifs et que l'on honore sous le nom de « Justes d'Israël ».Lisa Palmieri-Billig: "ce sont des gens qui ont obéi à un appel de leur conscience."Andrea Tornielli: "ils ont agi pour sauver les juifs, à un moment où l'on ne savait pas quelle aurait été l'issue de la guerre,.. donc dune façon totalement désintéressée".Pour la communauté juive à Rome , la journée du 16 octobre 1943 avait été une journée particulièrement douloureuse : Plus de 10.000 juifs déportés. Une opération qui s'est répétée ailleurs dans toute l'Europe.Settimio Di Porto: "La matinée du 16 octobre a été terrible. Je vois encore la scène. Ils ont tous été emportés dans des camions, il y a eu une grande razzia.. ils entraient dans les maisons et emmenaient les familles : femmes, vieillards, enfants, malades.".Les autorités allemandes avaient promis d'épargner ces juifs en échange de 50 kg d'or. Toute la ville s'est alors unie et, dans un grand geste de solidarité, a tout fait pour réunir toute cette quantité d'or.Emanuele Pacifici: "Ils prétendaient 50 kg de kilos d'or de la communauté juive. Mais c'était impossible.. réunir 50 kg d'or en quelques heures seulement ! Sans faire de bruits, la ville de Rome a collaboré de mille manières, les gens donnant ce qu'ils pouvaient : des dents en or (car avant on portait des dents en or), une bague.. ce qu'ils avaient. Et les 50 kg d'or furent trouvés".Mais la promesse na pas été tenue et ils ont du fuir pour essayer d'échapper à une mort certaine. L'action du Pape Pie XII fut essentielle dans ces moments de grande difficulté.Matteo Luigi Napoletano: "les documents des services secrets américains nous disent aussi la raison pour laquelle Hitler haïssait le Pape: parce qu'il cachait des juifs.. il donnait des ordres aux couvents, aux sanctuaires .. en cachaient lui-même au Vatican.Settimio Di Porto: Ici , à Rome, tous les couvents ont ouvert leurs portes".Emanuele Pacifici: "Le Vatican était plein. Il y a avait des gens qui dormaient dans les couloirs."Claudio Della Sera (montrant une photo):" Là c'est moi. Je suis Claudio Della Sera, né le 31 janvier 1931, et suis de religion juive. J'ai été sauvé aux temps des allemands par les Frères Maristes du Collège Saint-Léon-le-Grand". Settimio Di Porto: "Dans les couvents on était tranquilles".Emanuele Pacifici: "Laide que nous, juifs italiens ou étrangers avons reçu ici était exceptionnelle".Don Aldo: "A Assise nous avions près de 6000-7000 réfugiés de guerre du sud de l'Italie. Au milieu de tous ces réfugiés, il a été facile de cacher quelques centaines de juifs".Settimio di Porto: "Beaucoup de vies sauvées". Oser aider les juifs impliquait se mettre en grave et réel danger.Don Aldo: "Le 15 mais 1945, j'ai été arrêté. J'ai trouvé la police à ma porte".Emanuele Pacifici: "Les allemands sont entrés à l'intérieur et ont déportés de ce couvent 33 femmes, dont ma mère qui se trouvait là. Vous comprenez? La Mère supérieure Sœur Ester Busnelli a été arrêtée pour avoir fait quelque chose quelle ne devait pas faire".Don Aldo: "Ils m'ont emmené dans un camp de concentration à Pérouse".Emanuele Pacifici: "Il faut comprendre le risque que c'était le risque qu'avait couru Pie XII en sauvant 8.000 personnes".
avatar
Invité
Invité

Re: Pie XII, un pape Juste !

Message par Invité le Dim 26 Avr 2015 - 15:30



Une messe avec Pie XII

La messe est célébrée à l'intérieur de la Basilique Saint-Pierre.
En pleine guerre, la foule, accourue sur la Place Saint-Pierre pour célébrer le 25e anniversaire de la consécration épiscopale "du père commun" (Eugenio Pacelli a été ordonné évêque par Benoît XV le 13 mai 1917) est vraiment impressionnante.
avatar
Invité
Invité

Re: Pie XII, un pape Juste !

Message par Invité le Dim 21 Juin 2015 - 23:27



Pater Noster recité par le Pape Pie XII

PATER NOSTER, qui es in caelis, sanctificetur nomen tuum. Adveniat regnum tuum. Fiat voluntas tua, sicut in caelo et in terra. Panem nostrum quotidianum da nobis hodie, et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris. Et ne nos inducas in tentationem, sed libera nos a malo. Amen.
avatar
Invité
Invité

Re: Pie XII, un pape Juste !

Message par Invité le Dim 17 Avr 2016 - 20:57



The last years of Pius XII (Eugenio Pacelli 1951-58)
avatar
marie-rose

Messages : 744
Date d'inscription : 28/02/2014

Re: Pie XII, un pape Juste !

Message par marie-rose le Lun 18 Avr 2016 - 9:56

Pie XII, un pape Juste !

Ce titre veut il signifier que notre pape actuel n'est pas juste?
Qui sommes nous pour juger un pape,dire qu'il est grand ou pas?
Un peu d'humilité quand même et cessons à tout pris de dénigrer notre pape,moi perso,je reste sur le forum "VNJ" et je m'en tiendrais là.Le seul forum où la critique envers le pape n'est pas permise.Essayer de chercher à comprendre oui, mais se croire au dessus de lui et diviser le troupeau NON
Les temps sont assez difficiles n'en rajoutons pas en devenant des judas envers notre pape
avatar
Invité
Invité

Re: Pie XII, un pape Juste !

Message par Invité le Lun 18 Avr 2016 - 11:05

Chère Marie-Rose,

Ton interprétation est un peu tarabiscotée.
Ce titre n'a qu'une fonction; celle de chercher à rétablir la mémoire d'un grand pape que fut Pie XII, tellement il a été injustement sali parce qu'il n'aurait pas suffisamment dénoncé le nazisme pendant la 2e guerre mondiale; or il ne pouvait pas se le permettre sans mettre la chrétienté en danger.

Honorer sa mémoire est une manière de réagir face à l'injustice tandis qu'il mériterait d'être canonisé.
Voilà le but de l'ouverture de ce fil.

Pour le reste, oui c'est vrai que je suis nostalgique de l'Eglise d'avant le concile alors que je ne l'aie, pour ainsi dire, pratiquement pas connue.

La vidéo-audio  du pape Pie XII priant le Pater Noster (postée ci dessus le 21-06-2015) fait vraiment vibrer mon coeur, pas le tien ?

Quand à préférer un forum à un autre, il n'y a aucun mal à cela.
Sens-toi libre d'aller et venir comme bon te chante pourvu que tu parviennes à nourrir ta foi chrétienne.

Bonne journée,

M'

    La date/heure actuelle est Sam 21 Oct 2017 - 12:24