L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


"Ils approchent… Priez pour nous !" : le père Jacques Mourad enlevé par les islamistes

Partagez
avatar
AZUR

Messages : 1056
Date d'inscription : 31/10/2014
Localisation : France

"Ils approchent… Priez pour nous !" : le père Jacques Mourad enlevé par les islamistes

Message par AZUR le Sam 23 Mai 2015 - 10:57

"Ils approchent… Priez pour nous !" : le père Jacques Mourad enlevé par les islamistes



C’était l’ultime appel du père Jacques Mourad, successeur du père Paolo Dall’Oglio, enlevé hier par un commando de l’État islamique dans le monastère de Mar Elias.

Dans son dernier message, mercredi 20 mai, le père Mourad écrivait depuis le monastère de Mar Elias, situé à une centaine de kilomètres de Palmyre : "Les extrémistes de Daesh s’approchent de notre ville. À Palmyre, ils ont tué beaucoup de gens en leur coupant la tête. Priez pour nous, s'il vous plaît". Il a été enlevé ce jeudi 21 mai. "Beaucoup d’hommes en armes sont arrivés cet après-midi. Ils l’ont mis dans un véhicule et sont repartis. Ils ont aussi pris sa voiture et son ordinateur. Depuis, nous n’avons aucune nouvelle de lui", déplore au téléphone Marie-Rose, qui partageait au quotidien la vie de Mar Elias (Le Temps).

Après le père Paolo
L’assassinat du père Paolo par des djihadistes en 2013 avait suscité une vague d’indignation et d’incompréhension internationale. Parti négocier la libération de prisonniers syriens, il avait été abattu par ses interlocuteurs. Pourtant, le prêtre était connu pour ses positions anti-Bachar, et avait même été expulsé de Syrie avant d’y retourner clandestinement. Pour les Occidentaux, qui rêvaient d’une opposition démocratique au régime de Bachar el-Assad, le comportement des "libérateurs" de la Syrie se révélait décevant... Après sa mort, le père Jacques Mourad, prêtre syriaque, a pris sa succession à la tête du monastère de Mar Moussa.

Le père Mourad sur les traces de Paolo
Le père Jacques Mourad lui-même, malgré le destin tragique de son prédécesseur italien, n’a pas craint de se rendre auprès des djihadistes d’Al-Nosra, pour négocier la libération d’un jeune homme. Discutant avec l’armée syrienne et les djihadistes, il a obtenu que le centre-ville de Qaryatayn soit épargné par les combats. C’est un Syrien, et il a l’habitude de côtoyer les musulmans sunnites comme chiites, mais le développement de l’autoproclamé État islamique (EI) menace de rompre le fragile équilibre qui permettait la coexistence pacifique des Syriens. Il s’est constamment prononcé contre une intervention militaire extérieure en Syrie, voyant les résultats catastrophiques de ce type de solution en Irak. Il expliquait en 2013 : "La position juste signifie refuser toute forme de violence, faire taire les armes, ne pas dresser les gens les uns contre les autres, défendre et protéger les droits humains".  

Refus de partir, refus des armes
Refusant la fatalité de voir la Syrie se vider de ses chrétiens, il faisait son possible pour faire revivre le monastère et pour rapprocher les populations. Son monastère de Mar Moussa était devenu un refuge pour les exilés de toutes les religions pendant l’hiver. Avec l’association des Amis de Mar Moussa, il a lancé plusieurs appels aux dons pour obtenir des citernes d’eau, des générateurs électriques et des outils d’agriculture pour que les gens puissent rentrer chez eux, explique Nadia Braendle, qui œuvre depuis la Suisse dans cette association.

Fin de la reconstruction ?
Mais cette phase de reconstruction est gravement menacée par les nouveaux progrès de l'EI. Son succès fulgurant s’explique en grande partie en raison de "cellules dormantes". Des musulmans sunnites qui ne sont pas ouvertement pro-Daesh, mais qui basculent de son côté quand ils le peuvent. L’enlèvement du prêtre a peut-être été organisé par des groupes locaux, et non par l’armée de djihadistes qui s’est emparée de Palmyre : voyant les succès de l’EI, ces groupes lui prêtent allégeance et lui donnent des gages en participant à son œuvre de destruction. Cet aspect de la guerre civile est vécu avec une grande angoisse par les chrétiens. Dans certains cas, ce sont les gens qu’ils ont côtoyés toute leur vie, leurs voisins, qui changent de visage avec l’arrivée des colonnes de Daesh (Aleteia), et qui se mettent à brandir les drapeaux noirs du sinistre « califat » d’Al-Baghdadi !
http://www.aleteia.org/fr/international/article/ils-approchent-priez-pour-nous-le-pere-jacques-mourad-enleve-par-les-islamistes-5909998852898816


Dernière édition par AZUR le Sam 23 Mai 2015 - 13:29, édité 1 fois
avatar
Claire
Admin

Messages : 8153
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

Re: "Ils approchent… Priez pour nous !" : le père Jacques Mourad enlevé par les islamistes

Message par Claire le Sam 23 Mai 2015 - 11:01

prendspitie
avatar
AZUR

Messages : 1056
Date d'inscription : 31/10/2014
Localisation : France

Re: "Ils approchent… Priez pour nous !" : le père Jacques Mourad enlevé par les islamistes

Message par AZUR le Sam 23 Mai 2015 - 13:32

Prions prendspitie
avatar
marie-rose

Messages : 744
Date d'inscription : 28/02/2014

Re: "Ils approchent… Priez pour nous !" : le père Jacques Mourad enlevé par les islamistes

Message par marie-rose le Sam 23 Mai 2015 - 14:23

Mon Dieu viens à leur secours,que c triste Sad prendspitie
avatar
Invité
Invité

Re: "Ils approchent… Priez pour nous !" : le père Jacques Mourad enlevé par les islamistes

Message par Invité le Sam 23 Mai 2015 - 14:25

Sauver Palmyre ? Les politiques ont dit non




Au delà de la menace qui pèse désormais sur ce bijou antique, des milliers de vies sont en suspens et la Syrie reste plus menacée que jamais.

Les premières photos de Palmyre occupée par l’État Islamique circulent : des cadavres décapités alignés sur une route, non loin du site plurimillénaire rappelant la richesse civilisationnelle de la Syrie qui continue à subir les foudres de cette monstrueuse armée démoniaque.

Mercredi 20 mai, le père Mourad, supérieur du monastère Mar Elian situé à une centaine de kilomètres, apprend la chute de Palmyre comme nous tous.
Il écrit alors :

Les extrémistes qui s’appellent « Daesh » approchent de notre ville de Qaryatayn après leur domination de Palmyre où ils ont tué beaucoup des gens en coupant les têtes…C’est terrible ce que nous vivons… Aujourd’hui nous sommes là, demain on ne sait pas… La vie devient compliquée… priez pour nous S.V.P.

Le lendemain matin, des hommes cagoulés se revendiquant de l’État Islamique l’enlevaient avec un autre chrétien.
De nombreux réfugiés avaient fui vers la ville de Qaryatay, fuyant l’avancée de l’État Islamique ; et le père précisait quelques heures avant son enlèvement qu’il refusait de partir :

Comme prêtre et pasteur, je ne quitterai jamais le lieu tant qu’il y a des gens, sauf si l’on me chasse.

Qui a enlevé le père Mourad précisément ? Impossible de le savoir.

L’État Islamique, fort de ses avancées spectaculaires, de son armement inépuisable et de ses fraîches recrues venues du monde entier par la Turquie attire.
L’enlèvement a pu être organisé par un groupe local de rebelles sans doute « modérés »…
Le résultat est le même : un de plus tombé entre les mains de ces islamistes assoiffés de sang et de domination.

La prise de Palmyre est préoccupante. Au delà de la menace qui pèse désormais sur ce bijou antique, des milliers de vies sont en suspens et la Syrie reste plus menacée que jamais.
L’Unesco a timidement appelé à la « cessation immédiate des hostilités », comme si l’État Islamique allait revenir subitement à la raison… La coalition internationale reste muette.

Le journaliste Frédéric Helbert, grand reporter et Prix de la meilleure enquête magazine en 2014 pour son reportage « Les armes chimiques de Bachar » tweetait vendredi : « Via les satellites et drones, la coalition a vu l’État Islamique marcher sur Palmyre. La non intervention a été décidée en toute connaissance de cause ». Quelques minutes plus tard, il ajoutait : « Empêcher l’attaque de Palmyre ? Nous y étions prêts dit un militaire de la coalition. Les politiques, y voyant une aide à Bachar, ont dit non ». ‘Aider Bachar’, c’était en l’occurrence sauver des vies.

Cette coalition internationale de 60 pays n’a jamais eu aucun résultat décisif en face de l’État Islamique, et refuse d’intervenir malgré une connaissance parfaite de la situation. Comment croire qu’elle en ait simplement la volonté ?
Depuis des années, les habitants d’Alep appellent au secours, encerclés par un nombre croissant d’islamistes qui attaquent sans cesse les civils. Plus largement, les Syriens supplient depuis quatre ans l’Occident de faire pression pour que la Turquie ferme ses frontières mais également pour qu’il cesse d’envoyer des armes à des « rebelles modérés » qui ne l’ont jamais été.
Il existe en Syrie un gouvernement reconnu par les Nations Unies et une armée qui lutte contre une menace internationalement reconnue. Il serait temps de renouer les relations diplomatiques ( ce qui ne signifie pas devenir meilleurs amis avec Bachar el Assad en personne…)

Les Syriens n’attendent qu’une chose, la paix. Et les dirigeants occidentaux qui leur promettaient hypocritement la démocratie et les droits de l’Homme auront des comptes à rendre.

Charlotte d'Ornellas

    La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017 - 11:27