L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Partagez
avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Mer 25 Nov 2015 - 19:46

Rappel du premier message :





Le respect dû aux morts se perd

(TROIS-RIVIÈRES) Le respect dû aux morts semble se perdre. Les funérailles sont de plus en plus expédiées rapidement, souvent sans cérémonie religieuse, et on sent un malaise s'installer quand vient le moment de disposer des cendres des défunts.

Au Québec, près de 70 % des dépouilles sont maintenant incinérées alors que la loi ne tient pas compte de ce changement de coutume. Or, on observe une certaine désinvolture chez des Québécois face aux cendres des défunts. Il arrive que des familles les laissent tout simplement au salon funéraire, sans se soucier de ce qu'il en adviendra. Des propriétaires de salon funéraire, un peu catastrophés, se font même dire de les jeter, tout simplement. Une attitude détachée qu'on ne voit jamais quand le corps est embaumé et enterré.

D'autres personnes traînent sur elles des cendres de leur défunt, soit dans un médaillon soit insérées dans une minuscule pyramide de polymère qu'elles n'hésitent pas à poser devant elles, pour la chance, lors d'une partie de bingo par exemple! Une attitude qualifiée de fétichisme par certains prêtres.

Selon les chiffres fournis par la Corporation des thanatologues du Québec, 58 % des gens font enterrer les cendres dans un cimetière, 4 % les laissent dans un colombarium du cimetière, 15 % dans un colombarium de maison funéraire tandis que 23 % les rapportent dans la famille.

Devant certaines dérives, la Corporation des thanatologues du Québec a exercé des pressions auprès du gouvernement pour qu'on resserre la législation adoptée en 1974. Dans ce domaine, le Québec accuse un net retard. De l'aveu même de Nathalie Samson, directrice générale de la corporation, l'intervention des thanatologues vise à protéger la dignité des morts.

Un projet de loi a été déposé par l'ex-ministre Yves Bolduc et attend toujours son adoption. Le nouveau ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a été sensibilisé à son tour et a laissé entendre qu'une adoption serait possible, peut-être dès 2015.

«Le projet de loi comprend plusieurs modifications, dont une qui concerne la disposition des cendres, confirme Mme Samson. Le débat est plus large que la crémation et les cendres, il concerne aussi le respect dû aux morts. C'est un débat éthique sur la dignité de la personne défunte qui demeure une personne même si elle est réduite en cendres.

C'est aussi avoir le respect de l'intégrité du corps (beaucoup de familles divisent les cendres) ainsi que le respect dû aux endeuillés. On est devant un débat de société finalement. C'est un dossier qui ne coûterait rien au gouvernement et qui pourrait se régler facilement, s'il y a une volonté.»


Dans son état actuel, le projet de loi prévoit que les cendres humaines ne pourront être remises par le titulaire d'un permis d'entreprise de services funéraires qu'à une seule personne et qu'elles devront l'être dans un contenant rigide qui les contient en totalité. Le titulaire d'un permis qui remettra à une personne des cendres humaines devra inscrire à son registre des activités funéraires les renseignements prévus par règlement du gouvernement.

De plus, nul ne pourra disperser des cendres humaines à tout endroit où elles pourraient constituer une nuisance ou de manière à ne pas respecter la dignité de la personne décédée. Et enfin, la personne qui dispose du contenant dans lequel ont été déposées des cendres humaines ou qui les disperse devra déclarer à l'entreprise de services funéraires, ayant pris en charge le cadavre, le lieu où ont été inhumées ou dispersées les cendres, afin qu'on l'inscrive au registre des activités funéraires de cette entreprise.

Mme Samson précise que les thanatologues ne sont pas d'accord avec toutes ces dispositions. S'ils ne s'opposent pas à la dispersion des cendres, ils mettent un bémol sur leur division entre les membres d'une famille.

«On a beau exiger qu'on remettre toutes les cendres aux familles, dans un seul contenant, rien n'empêche les familles de les diviser par la suite. Ça n'a pas de bon sens. Si le gouvernement permet la division des cendres, on pense que ce devrait être un professionnel qui le fasse, car il a le détachement nécessaire pour le faire de façon respectueuse et sécuritaire. Mais il faut que le gouvernement mette ses culottes sur cette question. Mais nous pensons qu'on ne devrait pas diviser les cendres, car on ne divise pas un corps. C'est une question de respect.»

Par ailleurs, Mme Samson juge que ce n'est pas à l'entreprise privée de tenir un registre sur la dispersion des cendres. Les thanatologues croient que la chose devrait plutôt relever d'un registre d'état civil comme les naissances, mariages et décès.

De son côté, l'Assemblée des évêques du Québec, a émis un avis dès 2010, dans lequel on soulignait que l'absence de législation relative aux cendres entraînait des situations pour le moins discutables, comme des cendres abandonnées dans une maison vendue, la découverte lors de travaux d'urnes enterrées sans identification, des demandes pour inhumer des cendres d'une personne dans deux endroits différents, le désir de se débarrasser d'objets contenant des cendres comme un médaillon, etc.

«Notre expérience dans l'accompagnement des personnes en deuil nous oblige à dire que l'on ne doit pas traiter avec autant de légèreté les dépouilles des êtres chers, écrivaient les évêques. Si des règles strictes sont faites pour ne pas profaner un cadavre, il nous apparaît tout aussi normal de vouer le même respect aux restes humains lorsqu'ils sont réduits à l'état de cendres.»

Rappelons qu'il y a quelques année encore, l'Église s'opposait à la crémation des corps, sensés ressusciter à la fin des temps.

par Louise Plante



Dernière édition par Gilles le Mar 25 Oct 2016 - 15:27, édité 1 fois
avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Ven 11 Mai 2018 - 16:19

10 mai 2018


Quatre jeunes accusés d'outrage à un cadavre

CAPLAN – Quatre individus du secteur de Caplan, Saint-Siméon et Bonaventure ont comparu mercredi au palais de justice de New Carlisle afin de répondre à des accusations d’outrage à un cadavre, un crime commis en fin de semaine dans le charnier du cimetière de Caplan, en Gaspésie.

Jérémie Bugeaud-Ferlatte, 25 ans, Jean Roy, 18 ans, et deux mineurs sont aussi accusés d’introduction par effraction et de méfait sur un cercueil. Jérémie Bugeaud-Ferlatte est aussi accusé de bris de probation.

«Le charnier a été ouvert suite à une introduction par effraction, le cercueil s’y trouvant a été vandalisé et le corps se trouvant à l’intérieur a été la cible de gestes scabreux qu’on ne peut dévoiler», précise Claude Doiron, de la Sûreté du Québec.

Les quatre accusés demeurent incarcérés jusqu’à au moins vendredi, jour de leur audience sur remise en liberté.



avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Sam 12 Mai 2018 - 15:29

Je crois qu'il faut être drogué ou déséquilibré mentalement pour accomplir de tels crimes. De plus, ces jeunes écervelés avaient tout filmé pendant qu'ils accomplissaient ce sacrilège.

C'est à en faire des cauchemars cette histoire-là !
Ces jeunes sont passibles d'un emprisonnement de 5 ans.


Voici la suite de cette scabreuse histoire...

Publié le vendredi 11 mai 2018 à 18 h 08

Palais de justice de New Carlisle

Outrage à un cadavre à Caplan : des accusés comparaissent

Au palais de justice de New Carlisle, Jérémie Bugeaud Ferlatte, l'un des quatre individus accusés dans une affaire d'outrage à un cadavre à Caplan, a vu son dossier être remis à la semaine prochaine. Il demeurera incarcéré jusqu'à sa prochaine comparution.

Le deuxième accusé, Jean Roy, a vu son dossier être remis au pied du rôle. Son avocat, Richard Lavigne, souhaite étudier les preuves reçues vendredi matin.

Jérémie Bugeaud Ferlatte, 25 ans, de Caplan, et Jean Roy, 18 ans, de Bonaventure, font face à trois chefs d'accusation : entrée par effraction, outrage à un cadavre et avoir endommagé un cercueil par le feu.

Les faits reprochés seraient survenus entre le 28 avril et le 5 mai, au cimetière de Caplan.
Deux autres individus d'âge mineur sont accusés dans cette affaire. L'un d'eux demeure détenu en centre jeunesse. Il reviendra en cour la semaine prochaine.

L'autre a été remis en liberté moyennant une caution de 500 dollars. Il devra être surveillé par sa mère et respecter certaines conditions.

Vendredi, le juge a qualifié les gestes posés d'odieux. Ce crime est passible d'une peine de 5 ans.

« J'arrive à la fin de ma carrière et je n'ai jamais vue de quoi de tel », se désole le procureur de la Couronne, Gérald Maltais.

Par ailleurs, la porte-parole de la Sûreté du Québec, Ann Mathieu, confirme l'existence d'une vidéo des méfaits qui a circulé sur des réseaux sociaux.

« Il y a une vidéo qui a circulé concernant les méfaits qui ont été commis. Les enquêteurs se sont assurés que la diffusion de celle-ci cesse immédiatement », indique-t-elle.

De l’aide mise en place


Des intervenants psychosociaux ont été déployés à la polyvalente des Quatre-Vents et au Centre de formation professionnelle de Bonaventure afin d'offrir du soutien aux élèves et au personnel, après la circulation de vidéos sordides sur les réseaux sociaux.

La responsable des communications de la Commission scolaire René-Levesque, Geneviève Saint-Hilaire, indique que certains jeunes, qui ont vu, ou entendu parler de ces vidéos, sont ébranlés.

Le CLSC et le CAVAC sont impliqués dans l'intervention.

La Commission scolaire n'émettra pas d'autre commentaire pour le moment.

Moments difficiles


La mairesse de Caplan, Lise Castilloux, se désole des évènements qui ont eu lieu au cimetière de la municipalité.
C’est très troublant, vraiment.
Lise Castilloux, mairesse de Caplan
« C'est vraiment hors du commun de pouvoir imaginer un tel scénario. Nos pensées sont évidemment avec la famille et avec les familles des jeunes qui sont impliqués dans tous ces évènements-là ».

Le maire de Bonaventure, Roch Audet, est également troublé par cette histoire.
Père de deux enfants qui ont été touchés par les évènements, il se réjouit que des intervenants psychosociaux aient été déployés à la polyvalente des Quatre-Vents.

« Mes enfants ont été proches de tout ça. Le principal dans tout ça, c’est qu’ils se font aider, qu’ils verbalisent ce qu’ils ont sur le cœur pour bien saisir la portée des évènements ».

Un texte de Félix Morrissette-Beaulieu, avec des informations de Pierre Cotton


avatar
Claire
Admin

Messages : 9756
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 68
Localisation : NORD

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Claire le Sam 12 Mai 2018 - 15:44

En effet, il faut être atteint mentalement ou drogué pour commettre de tels actes !  Shocked affraid scratch

prendspitie
avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Mar 15 Mai 2018 - 19:47

12 mai 2018


Un crime « odieux » et d’une « grande violence »

Le juge Richard Côté de la Cour du Québec a pris la décision, vendredi après-midi, de remettre l’un des 2 mineurs en liberté pour la suite des procédures entourant l’outrage à un cadavre au cimetière de Caplan.

La cause des 3 autres accusés : 2 hommes de 18 et 25 ans et un autre mineur, a été remise à la semaine prochaine.  Ils demeureront incarcérés à la prison de New Carlisle et au centre de garde fermée pour la jeunesse de Gaspé.

Pour ce qui est du sort qu’a connu le jeune homme de 16 ans de Bonaventure hier après-midi, sa détention n’a pas été considérée comme nécessaire par le juge. Il a toutefois émis certaines conditions à respecter, tel qu’un couvre-feu et une supervision.

Lors d’audiences pour remise en liberté d’un accusé, un juge doit prendre en considération son âge, ses antécédents, l’accès à de l’encadrement, tout en tenant compte de la gravité des gestes posés.

Le substitut du procureur général demandait que l’accusé demeure incarcéré.


avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Mer 20 Juin 2018 - 17:01

20 juin 2018


Elle trouve une urne dans la garde-robe

Annie Hamel, une femme de Saint-Félix de Kingsey a eu une véritable surprise en préparant le déménagement de sa fille. En effet, une urne contenant les cendres d’un certain Barry John Edwards, possiblement décédé en 1995, se trouvait dans la garde-robe d’une chambre à coucher. Les deux femmes veulent retrouver les proches de cet homme afin de leur remettre l’urne.

La locataire occupe ce logement depuis environ deux ans. Selon Annie Hamel, qui est aussi la propriétaire du bloc, sa fille ne s’est jamais sentie à l’aise dans ce logement. C’est en préparant ce déménagement que Mme Hamel a fait cette surprenante découverte.

« Hier (lundi), je suis allée l’aider à faire des boîtes. Il y avait un sac à souliers sur la dernière tablette. Ma fille m’a dit qu’elle l’avait vu quand elle avait emménagé, mais qu’elle n’avait jamais osé l’ouvrir, car elle avait un peu peur. Quand je l’ai ouvert, j’ai trouvé l’urne », explique la propriétaire de ce bloc centenaire.

« On a appelé au centre de crémation pour leur demander ce que l’on pouvait faire avec ça, poursuit-elle. Ils ont pris le numéro de contrat et ont confirmé que ça avait été fait à leur salon en 1995. Je ne sais pas combien de locataires il y a eu depuis ce temps-là, car je suis propriétaire depuis deux ans et demi. »



L’employée du crématorium de Longueuil n’avait jamais entendu une telle histoire. « Elle s’est informée et on lui a répondu qu’on pouvait aller leur porter les cendres et qu’ils les mettraient dans une fausse commune. Nous ne sommes pas à l’aise avec ça. Par respect pour la personne et pour la famille, on va tenter de trouver des proches de cette personne », assure-t-elle, motivée.

« On va essayer fort, continue Annie Hamel. On va regarder toutes les avenues. Sinon, on va regarder pour en disposer nous-mêmes et faire une petite cérémonie. »
J’ai lancé un appel à tous sur Facebook.
Annie Hamel
Si des gens ont des informations sur ce Barry John Edwards, ils sont invités à prendre contact avec Mme Hamel sur le statut Facebook qu’elle a créé lundi soir. « J’ai lancé un appel à tous sur Facebook. Il n’y a pas encore de réponse. On va tenter de pousser ça un peu plus loin. Je vais rappeler au centre afin d’avoir un peu plus d’informations », confirme-t-elle.

Mme Hamel n’a pas encore contacté les anciens propriétaires de bloc. D’autres démarches seront faites pour retrouver des proches de Barry John Edwards.



avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Ven 22 Juin 2018 - 15:35

21 juin 2018


Un homme accusé pour avoir renversé 32 pierres tombales dans un cimetière

Un individu a été accusé de méfait après avoir renversé une trentaine de pierres tombales et causé de lourds dégâts dans le cimetière patrimonial de l’Hôpital-Général de Québec.

La police de Québec a reçu un appel d’un citoyen mercredi soir, peu avant minuit, indiquant qu’un homme faisait du vandalisme dans un cimetière du quartier Saint-Roch, au 260 boulevard Langelier.

Selon le porte-parole David Poitras, les patrouilleurs ont rapidement retrouvé le suspect, qui a aussitôt été arrêté. Fait à noter, le poste de police se trouve à une centaine de mètres du lieu de l’infraction.

Marc-André Bouchard, 30 ans, a comparu pour méfait de plus de 5000 $. Sans antécédent, il a été remis en liberté sous conditions. Il devra demeurer à l’Armée du Salut ou à Lauberivière. En 2017 et 2018, ce dernier cumule 12 infractions municipales, notamment pour avoir mendié sur la rue, flânage ou ivresse.

Au total, 32 pierres tombales en pierres ont été renversées, selon les autorités policières. Une vingtaine d’entre elles ont été endommagées.

«Il était en délire assez avancé. Il criait. Ça me dégoûte. D’un point de vue historique, c’est un endroit très important», a affirmé Sébastien Smith, témoin de l’arrestation du suspect.

Un autre témoin s’en voulait de ne pas être intervenu au moment du crime. Il craignait que l’individu soit armé. «Je voulais y aller, mais je ne suis pas policier. Ça va coûter très cher», a ajouté Gaétan Godbout.

«Les pierres ont été souvent renversées, avec les socles sortis de terre, ou les monuments sont multifracturés», a détaillé Mélanie Tremblay, directrice des immeubles pour la Fédération des monastères des Augustines, qui gère le lieu.

L’an dernier, les Augustines, propriétaires du site, avaient complété un vaste projet de restauration grâce à une aide financière de Parcs Canada. Des travaux majeurs touchant divers monuments avaient ainsi été exécutés sur une période de deux ans.

«C’est à recommencer. Je vous dirais que c’est quasiment pire qu’avant», déplore Mme Tremblay. Elle estime les dommages à «plusieurs dizaines de milliers de dollars».

Lieu historique

Le cimetière de l’Hôpital-Général de Québec a été désigné Lieu historique national du Canada en 1999. «Lors de la guerre de 1759, la Guerre de la conquête, les Augustines de l’Hôpital-Général ont accueilli les soldats, militaires de toutes allégeances et la plupart de ces soldats-là, qui sont décédés, sont enterrés dans ce cimetière», explique Mme Tremblay.

Le site accueille également les dépouilles de plus de 4000 résidents ou patients de l’hôpital, qui ont été traités par les Augustines. Ces pierres, «très vieilles», ont été touchées par les actes de vandalisme, affirme-t-elle.








avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Lun 16 Juil 2018 - 20:47


Je suis révolté ! Quelle honte ! Pourquoi les religieux de cette paroisse permettent-ils une telle profanation dans un cimetière catholique ?  


Mathieu Lacharité et Patrice Marcoux, dans le cimetière où 200 terrains seront aménagés pour camper à Victoriaville.

Et si vous campiez dans un cimetière ?

Un festival punk a réservé ce lieu lugubre à Victoriaville

Des amateurs de punk rock auront droit à une double dose de frissons cet été alors qu’ils fêteront avec leurs groupes favoris dans un nouveau festival à Victoriaville pour ensuite aller dormir dans un cimetière.

Pour suivre la tradition des festivals punk rock où les visiteurs campent sur place, les organisateurs du premier festival Rock la Cauze transformeront un cimetière en terrain de camping.

« J’ai été surpris quand on m’a parlé de ça. C’est très original », commente Frédéric St-Pierre, de Laurierville, qui y conduira sa tente-roulotte, le 11 août.

Seul terrain disponible

Comme le nouveau festival se tiendra dans un quartier résidentiel de Victoriaville, le cimetière Saint-Joseph offrait le seul terrain pouvant accueillir 200 personnes pour camper.

Selon les organisateurs, il s’agirait d’une première au Québec.

Les visiteurs devront traverser les pierres tombales pour accéder au terrain de camping temporaire, situé au fond du cimetière. Le site se trouve à un kilomètre du festival et un service de navette transportera les amateurs de punk.

M. St-Pierre est rassuré de pouvoir consommer quelques bières durant l’événement sans craindre de devoir conduire après.

« Ça empêche bien des problèmes », souligne cet amateur de punk rock de 39 ans.

Mélissa Charron, 24 ans, ne pouvait pas se payer une chambre de motel. Comme elle n’est pas superstitieuse, elle dormira au cimetière dans une tente avec une amie.

« C’est spécial comme endroit », spécifie celle qui adore ce type d’événements.

Selon elle, les amateurs de punk rock ne sont pas des gens qui cherchent le trouble, même s’ils sont associés aux marginaux.

En 10 ans, elle n’a pratiquement jamais vu de grabuge. Le président de Rock la Cauze, Patrice Marcoux, assure que plusieurs agents de sécurité surveilleront le site du festival et le cimetière.




Les familles des défunts sont inquiètes...

Vidéo : Nouveau festival punk rock Du camping dans un cimetière de ...

avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Mar 17 Juil 2018 - 15:23


Gilles a écrit:
Je suis révolté ! Quelle honte ! Pourquoi les religieux de cette paroisse permettent-ils une telle profanation dans un cimetière catholique ?  


Mathieu Lacharité et Patrice Marcoux, dans le cimetière où 200 terrains seront aménagés pour camper à Victoriaville.

Et si vous campiez dans un cimetière ?

Un festival punk a réservé ce lieu lugubre à Victoriaville

Des amateurs de punk rock auront droit à une double dose de frissons cet été alors qu’ils fêteront avec leurs groupes favoris dans un nouveau festival à Victoriaville pour ensuite aller dormir dans un cimetière.

Pour suivre la tradition des festivals punk rock où les visiteurs campent sur place, les organisateurs du premier festival Rock la Cauze transformeront un cimetière en terrain de camping.

« J’ai été surpris quand on m’a parlé de ça. C’est très original », commente Frédéric St-Pierre, de Laurierville, qui y conduira sa tente-roulotte, le 11 août.

Seul terrain disponible

Comme le nouveau festival se tiendra dans un quartier résidentiel de Victoriaville, le cimetière Saint-Joseph offrait le seul terrain pouvant accueillir 200 personnes pour camper.

Selon les organisateurs, il s’agirait d’une première au Québec.

Les visiteurs devront traverser les pierres tombales pour accéder au terrain de camping temporaire, situé au fond du cimetière. Le site se trouve à un kilomètre du festival et un service de navette transportera les amateurs de punk.

M. St-Pierre est rassuré de pouvoir consommer quelques bières durant l’événement sans craindre de devoir conduire après.

« Ça empêche bien des problèmes », souligne cet amateur de punk rock de 39 ans.

Mélissa Charron, 24 ans, ne pouvait pas se payer une chambre de motel. Comme elle n’est pas superstitieuse, elle dormira au cimetière dans une tente avec une amie.

« C’est spécial comme endroit », spécifie celle qui adore ce type d’événements.

Selon elle, les amateurs de punk rock ne sont pas des gens qui cherchent le trouble, même s’ils sont associés aux marginaux.

En 10 ans, elle n’a pratiquement jamais vu de grabuge. Le président de Rock la Cauze, Patrice Marcoux, assure que plusieurs agents de sécurité surveilleront le site du festival et le cimetière.




Les familles des défunts sont inquiètes...

Vidéo : Nouveau festival punk rock Du camping dans un cimetière de ...

avatar
Claire
Admin

Messages : 9756
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 68
Localisation : NORD

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Claire le Mar 17 Juil 2018 - 17:45

coucou


Je crois que l'on n'a pas fini de voir des horreurs ! Les familles des défunts auraient dû se manifester et faire barrage ou aller en haut lieu. 
Je ne comprends pas ! quel manque de respect !
Bien sûr une surveillance sera assurée mais on aurait pu éviter ça rien que pour le respect des lieux. Sad


prendspitie
avatar
AZUR

Messages : 1338
Date d'inscription : 31/10/2014
Localisation : France

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par AZUR le Mar 17 Juil 2018 - 18:00

Apparement, c’est une parcelle qui est derrière le cimetière ( et ça a l’air immense, comparé à nos cimetières en France, enfin, pour une ville de 50 000 habitants environ: en France, pas de verdure, rien et les cimetières sont clôturés ! )
Mais bon, je trouve que c’est du grand n’importe quoi....
avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Mar 17 Juil 2018 - 18:27

Merci à "Claire et à Azur pour vos commentaires. super

Il semble y avoir eu un petit correctif depuis cette dernière nouvelle.

Interview radiophonique :

avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Sam 25 Aoû 2018 - 15:33


Nos défunts peuvent reposer en paix.

Bonne nouvelle : Le festival rock n’a pas eu lieu dans le cimetière

Au milieu de juillet 2018, un festival rock, rap, punk et métal avait été annoncé dans les médias et devait se tenir dans le cimetière de la paroisse d’une petite ville du Centre-du-Québec un mois plus tard.

Tout avait été soigneusement préparé : les groupes d’artistes, l’installation des tentes de camping pour les spectateurs, la programmation, etc. Le 17 juillet 2018, j’avais écrit une chronique sur ce sujet intitulée : « Profanation des cimetières».

Bonne nouvelle ! Ce festival organisé dans un cimetière catholique a provoqué un tollé général dans la population. Les autorités et les organisateurs ont été bombardés de pétitions et de commentaires sur les réseaux sociaux pour dénoncer l’utilisation profane du cimetière à des fins commerciales. Les familles des défunts se sont mobilisées et elles ont monté aux barricades.

Face à la pression populaire, les autorités municipale, diocésaine et paroissiale, ainsi que les responsables de ce festival, se sont mis d’accord pour annuler l’événement à cet endroit. Un autre lieu plus approprié sera donc choisi dans les jours qui viennent.

Au Québec, d’après le Journal de Montréal du 21 juillet 2018, il y a d’autres cimetières catholiques au Québec qui auraient accueilli des événements profanes de tout acabit sur leur territoire. C’est honteux et inacceptable.

La conclusion de cette saga n’est pas très compliquée. Quand les catholiques décident de se tenir debout, de faire respecter leurs principes religieux et d’affronter l’Adversaire, au lieu de se montrer « cool » comme c’est la mode actuellement, on gagne la bataille.

Une grosse défaite pour les forces du Mal !



avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Sam 25 Aoû 2018 - 15:48

samedi 25 août 2018


L’urne d’un de leurs proches déterrée

La famille Ménard a fait une bien triste découverte en se rendant au cimetière Mgr Pelletier, situé dans la rue Dufferin à Granby, jeudi soir. Alors qu’ils souhaitaient se recueillir à l’endroit où sera inhumé un proche cette fin de semaine, des membres du clan ont constaté que des objets funéraires avaient été déterrés par les fossoyeurs.

« Je voulais visualiser la distance entre l’endroit où l’urne de mon père sera mise en terre et le lot où repose ma sœur. Ce sont mes petits-enfants qui ont trouvé l’emplacement », a expliqué Nathalie Ménard.

« J’ai commencé à nettoyer le monument et je suis tombé sur l’urne et les restes de cercueil dans le tas de terre », a poursuivi sa fille Joëlle.

Il s’agissait de l’urne du grand-père de Nathalie, décédé il y a une dizaine d’années, et les restes d’un cercueil qui pourrait vraisemblablement être celui d’un autre grand-père, mort dans les années 90.

« Je ne comprends pas pourquoi ils ont utilisé un pelle mécanique pour creuser la fosse d’une urne. Je ne bougerai pas d’ici avant que grand-papa soit en terre », a lancé Mme Ménard, les larmes aux yeux.


« Il y aura des répercussions »

« C’est la première fois que je vois ça de ma carrière », a lancé un professionnel des pompes funèbres qui a préféré garder l’anonymat.

« Après les arrangements, la responsabilité de la mise en terre revient au cimetière, on n’est responsables de rien », a-t-il plaidé.

Après avoir été interpellé par la famille, ce dernier a pris les choses en main en contactant la directrice de cimetières catholiques de Granby, Élyse Champagne, qui a interrompu ses vacances pour débarquer en trombe en compagnie du marguiller Pierre Bélanger.

« Ce n’est pas normal, il y a un fossoyeur qui a mal travaillé et il y aura des répercussions », a assuré Mme Champagne, sans cacher sa surprise.

Elle estime que plusieurs éléments pourraient être en cause. « Depuis que je suis ici [5 ans], nous gardons des données précises pour chaque lot, mais il pouvait y avoir de la négligence avant », a-t-elle indiqué.

La directrice des cimetières catholiques de Granby explique que chaque lot est divisé en deux ou quatre cases et qu’il est possible de mettre plusieurs urnes en plus d’un cercueil dans chacune d’entre elles.

« Ce qui est arrivé ici, c’est que l’urne n’a pas été disposée au bon endroit à l’époque. Le fossoyeur a creusé où c’était indiqué, mais l’urne ne devait pas s’y trouver. Ce qui n’est pas acceptable, c’est que l’employé a laissé ça ainsi, je ne peux pas croire qu’il ne l’avait pas vu », a déploré Élyse Champagne.

Elle ajoute toutefois qu’il arrive qu’un fossoyeur atteigne un cercueil dans le sol même si tous les plans sont conformes. « C’est un terrain rocailleux ici, parfois nous ne pouvons pas atteindre les cinq pieds de profondeur nécessaires pour mettre le cercueil en terre. Mais le fossoyeur arrête normalement de creuser lorsqu’il y touche. »

Selon Mme Champagne, lorsqu’une situation semblable à celle vécue par les Ménard jeudi survient, la famille doit être avertie afin de remettre les objets funéraires en terre cérémonieusement.

« Si je n’étais pas venue ce soir ou si une toile avait caché le tas de terre, mon grand-père serait resté sur le tas et ce serait fait bardasser samedi. Nous sommes en 2018. Je comprends que dans l’ancien temps ça pouvait arriver, mais maintenant ce n’est plus acceptable », a affirmé Nathalie Ménard.

Élyse Champagne promet de faire tout en son pouvoir pour éviter de tels désagréments. « Beaucoup d’efforts ont été investis pour changer l’image du cimetière. Je dis toujours aux employés qu’ils doivent travailler comme s’il s’agit de leurs propres parents. »

L’urne du grand-père de Nathalie Ménard a finalement été déposée au charnier en attendant la cérémonie entourant le décès de son père. L’organisation du cimetière s’est engagée à couvrir tous les frais de l’enterrement à venir et, après quelques négociations, à trouver une nouvelle urne pour remplacer celle brisée par l’exhumation.



L’urne du grand-père de Nathalie Ménard a été brisée lors de travaux.

Des précédents

Mme Ménard précise toutefois qu’il ne s’agit pas de la première mésaventure connue par sa famille au cimetière Mgr Pelletier.

« J’en ai discuté avec ma mère et elle s’est souvenue que lorsqu’on a enterré sa mère, le trou avait été creusé au mauvais endroit et ils ont dû le reboucher pour creuser à côté », a-t-elle raconté.

Mme Ménard avoue avoir jonglé avec l’idée d’intenter des poursuites contre les cimetières catholiques de Granby, mais a finalement accepté leur proposition de couvrir les frais d’enterrement.

« Ce n’est pas une question d’argent, mais de respect envers les défunts. C’est déjà difficile de vivre un deuil. Et si ça nous est arrivé, combien d’autres familles risquent de vivre la même chose ? »


par Mickael Lambert
prendspitie
avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Ven 14 Sep 2018 - 17:19


Le domaine funéraire est bouleversé depuis quelques temps par de nouvelles mœurs.

Industrie funéraire: tout n’est pas permis

Monsieur le Ministre,

Si plusieurs membres d’une famille veulent conserver un souvenir du défunt, est-il permis de diviser les cendres ? Pour des funérailles « vertes », le défunt doit-il avoir un cercueil ? Peut-il être nu ? Est-il permis de disperser les cendres d’un être cher, chez soi ou ailleurs ? Peut-on asseoir un défunt dans une chaise, lui mettre des lunettes fumées, simuler une partie de cartes et l’exposer ainsi, comme ça a été fait en Louisiane ? Ajoutez à cela les urnes faites de glace ou de papier, les funérailles 2.0 et les défunts incinérés autrement que par le feu, grâce à de nouvelles technologies, et vous avez un portrait du domaine funéraire d’aujourd’hui. Ce sont autant de questions nouvelles que nous recevons, alors que la population vieillissante crée un « papy-boom », avec les funérailles que cela va entraîner.

Il y a de plus en plus de risques d’erreurs dramatiques et de fautes graves dans le domaine funéraire. Nous recevons un nombre croissant de requêtes particulières et les règlements en place sont de moins en moins utiles. Les thanatologues et les directeurs de funérailles du Québec ont besoin de votre aide, avant que des funérailles ne deviennent un banc d’essai pour tester les limites de la décence humaine.

Récemment, une entreprise a tenté d’organiser des funérailles totalement par l’entremise d’Internet. On y aurait acheté des services funéraires de façon complètement virtuelle, sans jamais négocier en personne avec un professionnel qualifié. Cela est-il permis ? Cela devrait-il l’être ? Autre nouveauté, des magasins à grande surface offrent des cercueils à leurs clients, comme on vend des chandails ou des brosses à dents. Le saviez-vous ?

Enfin et surtout, il est clairement trop facile d’obtenir un permis de directeur de funérailles et beaucoup trop difficile pour le ministère de la Santé de le retirer. Le cas de Patrick Fortin, dans la région de Montréal, l’a trop bien démontré. Certains directeurs de funérailles font faillite, maltraitent les défunts et les familles endeuillées sans que l’État puisse intervenir, au grand chagrin des proches survivants. Ce sont toujours les familles qui écopent pour ce manque de rigueur, Monsieur le Ministre. Ces familles devraient pouvoir se concentrer sur leur deuil et être protégées des entrepreneurs malhonnêtes.

Notre domaine est, comme bien d’autres, bouleversé par les nouvelles moeurs, pour le meilleur, souvent, et pour le pire, parfois. À titre de professionnels, les membres de la Corporation des thanatologues du Québec ne demandent pas mieux que de satisfaire les demandes nombreuses et variées des familles endeuillées, mais ils ont besoin de nouveaux repères que seul votre ministère peut donner. Nous estimons que c’est le rôle de l’État d’encadrer les changements pour protéger les citoyens.

De grâce, revoyez rapidement la loi du domaine funéraire, qui date du XIXe siècle, pour que tous les défunts aient droit à des funérailles dignes et solennelles, que chaque famille endeuillée puisse vivre ce moment difficile et unique le plus sereinement possible, que les défunts soient traités avec respect, que les professionnels connaissent clairement les limites et surtout qu’ils soient rapidement punis s’ils les enfreignent.

D’autant plus que nous savons qu’un projet de loi a déjà été rédigé à ce sujet sous le gouvernement Charest, pour être ensuite tabletté. Aidez-nous, s’il vous plaît, Monsieur Barrette, à mieux servir et à protéger les familles endeuillées du Québec.


Valérie Garneau - Présidente, Corporation des thanatologues du Québec. Lettre adressée à Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux.
avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Lun 5 Nov 2018 - 18:30

15 juin 2018


Venezuela – Après la profanation des tombes, les Salésiens défunts peuvent reposer en paix

(ANS – Caracas) – Il y a quelques jours, est mort, à l’âge de 107 ans, le P. José Berno, qui était le Salésien le plus âgé de la Congrégation. Personne n’aurait jamais pensé que, après avoir dédié, dans la joie, sa longue vie à Dieu et aux plus besogneux, il n’aurait pu reposer en paix dans le cimetière, et qu’on a du nécessairement procéder à sa crémation.

Dans le contexte socio-économique que vit le Venezuela, le témoignage de ce Salésien ne doit pas être oublié. Beaucoup se sont demandés, en ces jours : Quel a été le secret de sa longue vie ? Il suffisait le voir ; souriant, optimiste, joyeux. « Seuls Dieu et Marie Auxiliatrice connaissent la vie du P. Berno, les difficultés et le sacrifice d’un missionnaire… Sa vie est un témoignage de fidélité, de don, de souffrance, mais de beaucoup de bonheur » a écrit de lui un de ses anciens élèves.

Et pourtant, la même crise socio-économique vénézuélienne a rejoint maintenant même les cimetières : même les morts ne reposent plus en paix !

Au cours des derniers mois, le ‘panthéon’ des Salésiens dans le Cimetière Général a été profané deux fois. Les tombes des Salésiens ont été ouvertes et pillées.

« Vue la situation et le manque de réponse des autorités du cimetière pour garantir la sécurité des dépouilles, les corps des Salésiens défunts ont été exhumés. Puis, grâce à la collaboration de la famille Valles, les restes mortels des Salésiens ont été transférés dans une chambre ardente, où on a célébré une Eucharistie de réparation. Successivement, tous les corps ont été incinérés et déposés dans de petites urnes », selon les informations des Salésiens du Venezuela.

« 41 ont été les tombes salésiennes profanées – a expliqué le P. Timothy Ploch, Conseiller régional pour l’Inter-Amérique -. On en ne connait pas les causes, si pour motif de vol ou motif religieux ; la vérité est qu’on a demandé aux autorités de s’occuper des cimetières, mais il n’y a pas eu de réponse. Et donc on a récupéré tous les os, on a procédé à l’identification de chaque Salésien et, à la fin, on a procédé à la crémation. Avec une cérémonie solennelle, ils ont été déposés à la paroisse Don Bosco.

Les funérailles du P. Berno, présidées, dans la paroisse Don Bosco d’Altamira, par Mgr Raul Biord, évêque de ‘La Guaira’, ont offert l’opportunité pour la translation. Les restes du P. Berno ont été incinérés avec ceux des 41 Salésiens, dont les tombes avaient été profanées, et les urnes cinéraires ont été déposées à l’entrée du temple, aux pieds de la Vierge Auxiliatrice.

Maintenant, finalement, ils peuvent reposer en paix !




Venezuela – Après la profanation des tombes, les Salésiens défunts ... www.infoans.org/.../5707-venezuela-apres-la-profanation-des-tombes-les-salesiens-de...

avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Ven 16 Nov 2018 - 17:56


Le respect des morts

Les rites funéraires sont des indicateurs du respect que l’on accorde aux êtres humains.

À notre folle époque, nombre de gens ayant perdu ces repères ou qui s’en croient affranchis mettent en scène leur mort selon leurs goûts douteux.

Les entrepreneurs de pompes funèbres ne sont pas au bout de leur peine, car la loi sur les activités funéraires est si floue qu’elle permet les dérapages.

Nouveaux rites

Dans nos sociétés judéo-chrétien­nes, les rites entourant la mort sont sacralisés par la liturgie religieuse. Or, avec l’abandon des pratiques religieu­ses, il a fallu inventer de nouveaux rites. Nous avons tous assis­té à des cérémonies funèbres où l’on affiche des photos du défunt en maillot de bain, un verre de bière à la main, l’air hagard. Sans parler des témoignages intimes, à la limite de la décence, qui plongent l’assistance dans le malaise.

Que dire des facétieux qui exigent que l’on répande leurs cendres devant le garage où ils avaient leurs habitudes d’amateur de char? Que penser des vivants qui perdent l’urne de leurs parents ou d’autres qui, après quelques années, la recyclent en pot de fleurs?

Doit-on exposer une femme embaumée et assise à une table selon sa volonté ou un golfeur debout avec un bâton à la main? Du déjà vu aux États-Unis. Le législateur ne sait plus poser les limites du respect et de la décence devant les restes humains.


Fantasmes

Le législateur subirait donc le diktat des droits de la personne. Après le droit de mourir dans la dignité, voilà le droit de disposer de son corps après la mort selon ses fantasmes de vivant.

La société n’est plus alors la garan­te de quelques principes qui sacrali­sent l’être humain au-delà de sa vie.

N’y aura-t-il à l’avenir que les propriétaires de chiens et de chats pour perpétuer les rites mortuai­res ?


Denise Bombardier         

avatar
Gilles

Messages : 2359
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Gilles le Mer 21 Nov 2018 - 14:19


La crémation ? Un manque de respect !


La crémation gagne du terrain. Est-ce vraiment un progrès ?

La crémation représente, aujourd'hui, en France près d'un tiers des obsèques et environ la moitié dans les grandes villes. Et elle ne cesse de progresser.
Plus écologique, plus économe en place, plus économique (encore que)...
Plus moderne, en somme, la crémation semble parée de tous les avantages.
J'avoue que j'ai longtemps souscrit à ces arguments sans y réfléchir énormément. Sans doute comme beaucoup de ceux qui ne se sentent pas encore vraiment concernés.
La question renvoie en effet à sa propre mort et bien peu s'inquiètent du traitement qui sera réservé à leur propre corps.
C'est naturel. L'âge ou des circonstances particulières (maladie...) amènent à s'interroger.
Mais la question renvoie aussi à la mort de proches ou d'amis et, peut-être, sommes-nous alors un peu moins enthousiastes.
La crémation pour soi, oui, pour sa famile, cela mérite discussion.
Cela dit, encore une fois, porté par l'évolution de l'opinion et sans approfondir le sujet, j'étais plutôt favorable à la crémation.
Aujourd'hui, j'ai changé d'avis au terme d'une réflexion sur le rapport au corps.

Nos sociétés occidentales ont développé le culte du corps... à condition qu'il soit jeune, beau et mince.
En contrepartie, s'il est vieux, moche, gros, handicapé, malade... le corps doit être caché.
Et, poussant la logique jusqu'au bout, quand le corps est inutile - n'est-ce pas le cas d'un corps mort ? - il doit être éliminé et réduit en cendres dans les plus brefs délais.
Je relève, parmi d'autres, deux réflexions d'adhérents de la Fédération crématiste que je lis, ce matin, dans Ouest-France :
"On dit "incinérer" pour des ordures, mais on préfère "crématiser" pour les êtres humains." Et "La terre appartient aux vivants."
J'y vois, dans la première, comme un parallèle inconscient entre le corps mort et un déchet, parallèle que l'on cherche à masquer par un artifice de vocabulaire.
Mais les mots sont têtus. Et je n'aime pas davantage le mot "crématiser". Personnellement, j'associe crématiser, crémation, crématorium et crématoire, comme les fours de sinistre mémoire.
Et, s'agissant de la seconde réflexion, je note cette idée de demander aux morts de s'effacer pour laisser de la place à ceux qui restent.
Je ne partage pas cette façon de voir le corps mort.
Un corps humain, même mort, n'est pas un déchet. Même mort, le corps dit encore quelque chose de la personne qui l'habitait. Il arrive que la justice procède à des exhumations pour faire "parler" un corps enterré.
Inversement, le petit tas de cendres, le résidu, qui reste d'un corps incinéré est totalement anonyme. Il ne peut plus être reconnu.
Quant à la terre, elle n'appartient à personne. Pas plus à ceux qui l'occupent aujourd'hui qu'à ceux qui l'ont occupé hier, ni à ceux qui l'occuperont demain.
La réflexion sur la place supposée demesurée des morts - autrement dit celle des cimetières - est un peu surréaliste et témoigne d'une vision utilitariste de l'espace qui laisse rêveur. Que dire plutôt de la place occupée par les grandes surfaces ou les parkings ?
Les cimetières sont souvent des lieux dignes d'intérêt et en rien de "la place perdue". Quelques exemples entre mille.
La visite du Père Lachaise, à Paris, est une plongée des plus vivantes dans l'histoire.
L'île de San Michele, à Venise, mérite le voyage.
Le cimetière de Colleville vous tire les larmes des yeux.
Une promenade au cimetière parc de Nantes, par une journée d'automne ensoleillée, au milieu des tombes fleuries, est un véritable enchantement.

Je sens bien que cet engouement pour la crémation est d'autant plus fort que l'on croit de moins en moins à une vie après la mort.
Historiquement, les libres penseurs ont été les plus ardents promoteurs de la crémation.
A contrario, les trois grandes religions monothéistes la réprouvent même si l'Eglise la tolère depuis 1963 seulement.
S'il n'y a rien, en effet, après la mort pourquoi s'encombrer avec un corps qui, de toute façon, s'en retournera à la terre ?
Ce n'est qu'une question de temps. Et nous sommes devenus si pressés que nous ne prenons même plus le temps de laisser les morts s'en aller rejoindre les morts...
Le christianisme, religion de l'incarnation, considère le corps comme important. Et, vivant ou mort, le corps mérite respect.
Le réduire à néant aussi rapidement, outre la violence infligée au mort comme à ses proches (lire ci-dessous le point de vue de Damien Le Guay), est-ce véritablement une marque de respect ? Respect du mort, comme respect de ceux qui lui survivent.

Pour prolonger la réflexion sur ce thème, je reprends ci-dessous la tribune du philosophe Damien Le Guay, qui sera publiée le 1er novembre dans Ouest-France. Et je renvoie à son livre La mort en cendres - la crémation aujourd'hui, que faut-il en penser ?, paru au Cerf.

Damien LE GUAY

Contenu sponsorisé

Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et dans le monde...

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 15 Déc 2018 - 4:18