L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


"Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Partagez
avatar
Invité
Invité

"Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Jeu 31 Mar 2016 - 22:45

Rappel du premier message :


Présentation

On dit que Thérèse de Lisieux n'était pas à l'aise pour prier avec certains psaumes qui parlaient de peur de Dieu ou de haine des ennemis. J’ai aussi rencontré souvent des gens qui m'ont dit ressentir le même malaise en lisant les psaumes, à la messe ou dans la Liturgie des Heures.  

Pour ma part, j'ai longtemps essayé de contourner la difficulté. En mon cœur, je remplaçais les expressions «peur de Dieu» ou «haine des méchants» par «peur de ne pas aimer assez le Seigneur» et par «haine du mal» plutôt que des méchants. J’étudiais aussi diverses exégèses qui suggéraient le sens mystique de certaines expressions. Mais cette gymnastique intellectuelle grugeait la spontanéité de ma rencontre filiale avec le Dieu-Père annoncé par Jésus.  

Je me suis donc risqué à réécrire les psaumes en délaissant le cadre de l’Ancien Testament pour favoriser une mentalité véritablement évangélique. Je voulais rejoindre vraiment la pensée de Jésus telle qu’elle apparaît dans l’Église du Nouveau Testament. D'où le titre: "Prier les psaumes avec la Communauté du Christ".


Les psaumes risquent de nous garder dans l'Ancien Testament

Étant donné que la prière est éducatrice de notre foi, les psaumes risquent de nous garder dans la foi d'Abraham plutôt que dans la foi de Jésus. Il est facile de constater, dans notre vie quotidienne, que beaucoup de nos réactions viennent instinctivement de l'Ancien Testament plutôt que de l'Évangile : notre Dieu reste souvent un Tout-Puissant qui exige l'obéissance plutôt qu’un Père qui offre son amour; il reste le Créateur qui produit tous les événements, même éprouvants, plutôt que l'Esprit qui donne sens à toutes les situations, heureuses ou malheureuses, produites par des humains; il est le Maître qui récompense ou punit selon le mérite plutôt que le Père miséricordieux toujours gratuit; il est le Protecteur d'une Communauté privilégiée plutôt que le Sauveur de toute l'humanité.

Réécrire les psaumes et non pas les traduire

Il ne s'agit pas d'une nouvelle traduction des psaumes: il y en a de très belles et elles sont indispensables pour nous faire pénétrer dans le cœur de nos ancêtres et pour nous enraciner dans leur foi qui est à l'origine de la nôtre. Mais il faut toujours nous souvenir que la foi d'Abraham ne trouve son vrai sens qu’à la lumière de la foi de Jésus. D’ailleurs, les psalmistes ignoraient que leur parole portait un sens mystérieux à découvrir au temps des Évangiles. Nous amputons une partie importante de leur message quand nous refusons de saisir plus que n’exprime leur verbalisation consciente.

Mais ce qui restera valable pour tous les temps, ce sont les multiples expériences spirituelles évoquées devant le Seigneur dans la prière originelle des psaumes. Ces expériences naissaient au fil des événements quotidiens et provoquaient, chez les gens, toutes les sortes de sentiments: joies ou peines, épreuves ou bien-être, attentes ou déceptions, conflits ou réconciliations, agressivité ou douceur, enthousiasme ou dépression, audace ou peur, amour ou haine. En somme, tout ce que peut vivre le peuple de Dieu dans son esprit, dans son cœur et dans son corps et dont il cherche le sens pour l’intégrer au dessein du Tout-Puissant : voilà le matériau dont les psalmistes se servaient pour parler de son Peuple à Yahweh ou pour annoncer Yahweh à son Peuple

En priant les psaumes, la Communauté du Christ suit la même démarche, mais elle communique avec le Dieu révélé par Jésus plutôt qu'avec le Dieu révélé à Moïse. Comme les psalmistes, j’ai utilisé parfois la louange ou la supplication, parfois l’adoration ou la contrition : car cette pédagogie est aussi nourrissante pour la foi d’Abraham que pour celle de la Communauté évangélique.


Choisir la verbalisation qui convient

Les changements à faire que j’ai crus les plus importants. Parce qu'il s'agit d'un changement de regard sur la vie, certaines expressions et symboles doivent être remplacés comme, par exemple, on ne peut plus présenter la haine des ennemis comme une vertu, ou encore nous référer à Sion comme au centre actuel de l'unité. Et pour garder la caractéristique la plus originale des psaumes, j’ai dû donner priorité à un texte qui favorise la prière du Peuple actuel de Dieu, quitte à sacrifier des perles anciennes très significatives pour les  gens de l’Ancien Testament et même pour les mystiques du Nouveau Testament, mais qui ne s’enracinent pas dans la vie quotidienne d’aujourd’hui. Par exemple, la belle image du berger idéal, au psaume 23, parlait très fort dans une société largement paysanne; mais dans une société industrialisée, l’image du père idéal a beaucoup plus d’impact pour annoncer un Dieu qui veut assurer le bonheur de ses enfants par tous les moyens.  

En réécrivant les psaumes, je ne cherchais pas à conserver le plus possible la verbalisation originale; mais je choisissais les mots ou les expressions qui porteraient davantage le cœur des priants actuels jusqu’au Père, tout en les gardant en contact vivant avec l’inspiration profonde de chaque psaume.


Les changements à faire que j’ai crus les plus importants


1.    Dans la rencontre avec Dieu, il fallait donner plus de place à la familiarité avec un Père plein d'amour qu'à l'adoration du Tout-Puissant. De même, au lieu d'insister sur le respect  craintif de la divinité, j’ai choisi le style plus spontané de l’enfant qui parle, avec son Père, en communion avec Jésus, de ses besoins, de ses problèmes et même de ses erreurs.

2.    Jadis, la collectivité était beaucoup plus présente que l’individu dans la vie quotidienne alors qu’aujourd’hui c’est l’inverse. J’ai essayé de garder l’équilibre entre ces deux phénomènes en donnant à certains psaumes un climat très personnel et, à d’autres, un climat beaucoup plus communautaire. De toute façon, c’est au priant de développer en son cœur des échos communautaires à des expressions plus personnalisées et de se sentir concerné personnellement par les expressions plus collectives. Il importe d’éviter tout pharisaïsme qui se croit pur du mal qui l’entoure ou qui regarde les autres du haut de sa sainteté en se désolidarisant de son entourage. – D’ailleurs pour donner toute sa dimension à la prière des psaumes, nous devons être conscients que c’est la voix du Christ qui parle au Père par notre bouche au profit de toute la Communauté comme à notre profit personnel,

3.    Les psaumes font souvent appel à la justice de Yahweh pour punir les ennemis ou les infidèles. Dans la Communauté évangélique, on multiplie plutôt les demandes de miséricorde au Père, pour soi comme pour les autres, à la manière de Jésus qui a prié même pour ses bourreaux: «Père, pardonne-leur: ils ne savent pas ce qu'ils font!» (Lc 23,34).

4.    Jésus ne divise plus le monde entre bons et méchants, car nous ne pouvons pas juger les autres (Lc 6, 36-37) mais les traiter plutôt avec un absolu respect (Mt 5, 22); et faire comme le Père qui donne son soleil et sa pluie à tout le monde, bon ou méchant. (Mt 5, 45) Il nous offre même la capacité d'aimer les gens comme lui les aime (Jn 13, 34). C’est pourquoi j’ai pratiquement éliminé de ces psaumes les expressions qui supposaient un jugement moral sur des personnes comme «les méchants», «les pécheurs», «les ennemis», etc…Ainsi, nous ne demanderons plus pardon à Yahweh de ne pas haïr assez nos ennemis; nous ne le prierons plus de les punir par la mort. Mais nous supplierons le Père de les traiter comme nos frères et nos sœurs et de leur donner la grâce d’accueillir son dessein sur eux. soiffée de la libération offerte par le Sauveur, une libération qui reste à construire ensemble avec lui.

Voilà les principales modifications apportées au texte original des psaumes pour les rendre plus faciles à prier avec le cœur vivant de la Communauté actuelle du Christ. Mais j’ai tâché de ne perdre aucune des richesses spirituelles exprimées par les psalmistes dans leur émerveillement devant l'histoire de Dieu à travers les siècles.




GAUTHIER, Roger, o.m.i., Prier les psaumes avec le Christ, Fides/Médiaspaul, SOCABI, 2003, 253 p.

On peut se procurer ce volume dans toutes les bonnes librairies, et via Internet

http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=25492&def=Prier+les+psaumes+avec+le+Christ%2CGAUTHIER%2C+ROGER%2C2894990367

http://www.laprocure.com/prier-psaumes-avec-christ-roger-gauthier/9782894990995.html

http://www.livresquebecois.com/livre.asp?id=pzabbwabpzug&/prier-les-psaumes-avec-le-christ/roger-gauthier

http://mediaspaul.qc.ca/catalogue/prier-les-psaumes-avec-le-christ-nouv-ed-1982



Oblat de Marie Immaculée, le père Gauthier a consacré sa vie à l'animation spirituelle et publié plusieurs livres. Convaincu de la richesse des psaumes, il tient à en faire une prière qui parle au coeur. Il choisit des mots proches de la vie quotidienne et délaisse le plus possible la mentalité de l'Ancien Testamen afin de tenir compte de la vision évangélique que nous avons aujourd'hui de Dieu et de nos rapports avec Lui. Il nous explique ici le sens de cette réécriture.

Roger Gauthier, o.m.i.]

460 - 1ère Rue
Richelieu, Qc, Canada
J3L 4B5
rgau@edifice-nd.com


Je poste en video le même psaume tel que nous pouvons le lire dans la Sainte Bible, accompagné d'une méditation.





Mon bonheur

Psaume 1

Ant. L'arbre de vie, c'est ta croix, Seigneur. Alléluia! 

 


Me diriger d'après mes caprices, 
nier le mal qui m'habite, 

refouler Dieu dans un coin de ma vie, 
ne m'a jamais rendu heureux. 

Mais je goûte une joie profonde 
quand je me laisse éclairer par le Seigneur, 

quand ses pensées m'habitent 
la nuit comme le jour, 
au travail comme au repos. 

En ces moments-là, je me sens plein de vie, 
comme un arbre aux feuilles toujours vertes, 

qui produit fidèlement les fruits qu'on en attend, 
qui ne craint pas le prochain hiver 
parce qu'il est toujours sûr du printemps à venir. 

S'il m'arrive, au contraire, de faire mes propres lois, 
je me sens fragile comme la fleur 
que détruira le prochain coup de vent; 

je redoute l'arrivée d'un Dieu tout-puissant 
que je voudrais oublier. 

J'ai peur alors d'avoir raté ma vie: 
car je me souviens du bonheur que j'ai vécu 

pendant mes moments d'intimité 
avec un Seigneur que j'appelle mon Père.






Heureux !

Ca tombe mal, je me suis levé, du mauvais pied ce matin. J’ai médit hier sur mes collègues, et je ne vois pas bien ce qui m’empêcherait de le faire aujourd’hui. D’ailleurs j’avais de bonnes raisons. Quant à murmurer la loi du Seigneur jour et nuit, ce n’est pas l’urgence. J’aimerais plutôt trouver le sommeil ! Il ne manquerait plus que je me lève de nuit pour réciter des prières. C’est vraiment mal parti cette affaire. Non, les psaumes, ce n’est pas pour moi. Sitôt ouvert, sitôt refermé : le Psautier c’est pour les pros ; moi je suis un âne, disons, un débutant.

Et pourtant, oui, j’aimerais porter du fruit. J’en porte d’ailleurs, mais à mon rythme. L’important est de tenir la longueur. J’en connais qui flambent, et qui s’écroulent d’un coup, engloutis par le tourbillon de leurs projets, et leurs chimères. Ils perdent pied, faute de racine. Vais-je courir après Dieu comme je cours après le temps ? 

Mon urgence, je le vois, c’est d’aller lentement. Ca, je veux bien. Pas à pas, psaume à psaume. Un chemin buissonnier, parcouru à pas d’âne. Méditer, et ne plus médire. Flâner, pour ne pas flétrir !

Un autre avant moi m’a ouvert cette voie : le Juste par excellence. Le Christ, en son temps, a prié dans ce livre. Ces psaumes, il les connaît, je le voudrais comme guide. Ces prières, il les aimait, je le veux comme ami. Ces cris, ce fut sa Paix. Qu’elle descende sur moi et ceux qui aujourd’hui rentreront dans ce livre.
Ce matin, je ne me suis pas levé pour rien : Heureux !



avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Mar 24 Mai 2016 - 19:17



Un enfant nous est né

Psaume 2

Ant. Voici le roi que j'établis sur ma sainte montagne:
mon Fils bien-aimé. Alléluia!



Il m’arrive de voir les comportements de Dieu
comme ceux d'un surhomme tout-puissant

qui voudrait me dominer et m’asservir
au gré de ses caprices.

Tout cela m’agace:
alors je fais des projets contraires aux siens

et je cherche des complices pour m’approuver,
pour lutter avec moi contre ce pouvoir menaçant.

Devant ces rébellions mesquines,
je crains qu’il ne se moque de nous
ou qu’il ne nous terrorise par ses colères.

Je l’entends presque nous dire :
" Vous ne m’aurez pas ! "

De là où je vis, je vous prépare un chef
avec une autorité de fer qui vous brisera
comme on écrase une motte de glaise.

"S’il me demande d’étendre sa domination
jusqu’au bout du monde, je le ferai. "

Pourtant, moi, je sais qu’il est déjà venu ce chef :
il est né d’une femme à Bethléem;
il a visage d’homme et son nom est JÉSUS.

Depuis deux mille ans, il révèle à qui veut l’écouter
que la Puissance de Dieu est Puissance d’amour,

que son cœur est cœur de Père
toujours prêt à rendre féconds
les événements qui pourraient nous détruire.

Heureux ceux qui comptent sur l’amour d’un Père
plus que sur la force d'un Tout-Puissant.









Tu es mon fils


Tu as raison, psalmiste ! Il est vain le « tumulte des nations » ! Elle est fatigante cette rumeur des peuples. Mais attention, tu précises : ce n’est pas le peuple qui assourdit les oreilles de Dieu, ce sont les puissants, les rois de la terre, les potentats de l’industrie, les virtuoses de la technologie et surtout, surtout, les jacasseurs des médias. Ce sont les porte-paroles autoproclamés, les professionnels du verbiage, vaniteux et suffisants. Le peuple, lui, se replie dans le silence. Le peuple, on ne l’entend jamais, sauf dans les révolutions. Mais alors, dans sa colère il ne papote pas, lui, il crie. Et ce cri monte jusqu’à Dieu.

Dieu entend le cri du peuple. Et il lui répond. Il dit : « J’ai vu la misère de mon peuple, j’ai entendu son cri. »

Dans ce psaume, il dit aussi au Messie : « Tu es mon Fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. » Un grand silence couvre alors la terre. Les vedettes et les people se taisent, confus. La réponse au cri des malheureux, la réponse de Dieu aux gémissements de l’enfant battu, à la femme humiliée, au pauvre à qui l’on vole son baluchon, au timide dont on se moque, la voici : « Je ne punis pas les salopards. Je vous envoie mon fils. Il va rire et pleurer avec vous, rompre le pain, chanter et faire la fête avec vous. Il va mourir avec vous. Et vous ressusciterez avec lui. Il essuiera toute larme de vos yeux. Il transformera vos pauvres corps en corps glorieux. Alors vous saurez que je suis Dieu. »



Frère Philippe Verdin







avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Sam 28 Mai 2016 - 15:14



Il m'a sauvé

Psaume 40 (39)

Voici que je viens, Seigneur, pour accomplir ta volonté.


Mon Père, je l’attends tout le temps.
Lui, il est toujours proche,
il répond à tous mes appels.

Que de fois, il m’a tiré du gouffre;
souvent, il a dû me dégager du mal,

m’attacher à lui solidement
et marcher avec moi main dans la main.

Alors il m’a donné de chanter de nouveau,
de louer son amour de Père.

Pour mon entourage, je deviens un signe :
beaucoup s’attacheront à lui
et mettront en lui toute leur sécurité.

C’est une grâce de se fier entièrement à lui
plutôt que de se confier aux forces terrestres
ou bien à des marchands d’illusions.

Qu’ils sont grands, Seigneur et Père,
les projets que tu fais pour nous;
et tes venues en nous sont souvent inattendues.

Je voudrais les annoncer partout,
les répéter encore et encore,
mais il y en a trop. Tu es unique.

J’ai voulu te payer avec mes générosités,
mais tu as tout refusé : offrande ou sacrifice.

Ce fut difficile pour moi d’y consentir.
Mais j’ai fini par te dire : "Comme tu le veux."

Je me présente avec le projet que je porte,
Père, je veux faire ce qui te plaît
selon ton dessein inscrit en mon cœur.

II
Partout, je parle de ton amour;
je ne retiens pas mes lèvres, tu le sais.

Je ne cache pas tes dons dans le silence.
Je proclame ta constance à me sauver;

j’annonce ton attachement à la vérité
à tout le monde qui veut m’écouter.

Toi, Père, tu m’enveloppes de miséricorde,
je suis sûr que tu me protègeras toujours.

Si les malheurs allaient me submerger,
si mes fautes m’empêchaient de voir clair,

si le mal en moi était insupportable
au point que je perde courage,

daigne, ô Père, m’en libérer,
donne-moi des forces pour lutter.

Si des gens en veulent à ma vie
qu’ils rougissent de leur haine.

Si quelqu’un souhaite mon malheur,
qu’il découvre sa mesquinerie.

Si quelqu’un me ridiculise,
qu’il y reconnaisse sa petitesse.

Mais donne aux gens qui te cherchent
d’exulter de joie à cause de toi.

Donne à ceux qui aiment ton intimité
de dire partout que tu es merveilleux.

C’est un avantage d’être pauvre et humilié :
j’accueille la présence du Père en moi;

je le laisse travailler avec moi
pour me libérer dès que le temps est venu.









Voici, je viens


Je n’aime pas compter. Faire le compte de ses malheurs, comme un antiquaire avare : se les remémorer un à un, en goûter tout le fiel. Mais je ne compterai pas non plus ces instants de bonheur fou, lorsque l’amour s’est invité, impromptu dans ma vie, légèreté inouïe de qui va sans soucis. Le bien, le mal, toujours m’échappent. Le passé s’envole, qu’importe, car Dieu est devant moi.

Il y a donc une chose qui jamais ne passera. Une conviction pure, qui n’est pas le bonheur. Serait-ce même la foi ? Serait-ce une certitude ? C’est bien plus que cela. Cela me vient des entrailles et me tient pour la vie. C’est la certitude intime que Dieu est avec moi, ou plutôt qu’il m’appelle à être, à être avec Lui. Il faut donc que j’aille là, droit devant, où toujours il me précède.

Alors je viens, sans offrande, sans sacrifice. Je viens moi-même dépouillé de mes certitudes et mes envies, remisant les projets et les plans. Je viens vers Lui, forcément mal préparé, forcément indigne, forcément petit. Je viens tel que je suis, sans attendre d’être celui que je ne serai jamais. Me voyant ainsi marcher, tout le monde pourra se dire : « D’où lui vient cette force ? Comment peut-il aller si droit, si loin, si juste ? Et ce chant si joyeux qui monte sur ses lèvres… » Ils croiront que cela vient de moi : quelle erreur ! S’ils savaient comme je suis faible, si fragile. Mais comme cette faiblesse me rend fort ! Oui, le regard fixé sur Toi, je peux tout. Je marcherai sur les eaux troubles ; je fendrai la foule hostile ; je passerai la mort, pour te rejoindre, Mon Dieu, ma Vie.



Frère Franck Dubois









U2's "40" (lyrics) - A Song of Thanksgiving



Paroles et traduction de «"40"»:

I waited patiently for the Lord.
J'attendais patiemment le Seigneur.
He inclined and heard my cry.
Il s'est penché vers moi et a entendu mon cri.
He brought me up out of the pit
Il m'a fait sortir de ma déprime
Out of the miry clay.
Hors de la glaise boueuse.

I will sing, sing a new song.
Je chanterai, chanterai une nouvelle chanson
I will sing, sing a new song.
Je chanterai, chanterai une nouvelle chanson
How long to sing this song ?
Combien de temps pour chanter cette chanson ?
How long to sing this song ?
Combien de temps pour chanter cette chanson ?
How long, how long, how long
Combien, combien, combien de temps
How long to sing this song ?
Combien de temps pour chanter cette chanson ?

You set my feet upon a rock
Tu poses mes pieds solidement
And made my footsteps firm.
Et assure mon pas.
Many will see, many will see and hear.
Beaucoup verrons, beaucoup verrons et écouterons.

I will sing, sing a new song.
Je chanterai, chanterai une nouvelle chanson
I will sing, sing a new song
Je chanterai, chanterai une nouvelle chanson
I will sing, sing a new song.
Je chanterai, chanterai une nouvelle chanson
I will sing, sing a new song
Je chanterai, chanterai une nouvelle chanson
How long to sing this song ?
Combien de temps pour chanter cette chanson ?
How long to sing this song ?
Combien de temps pour chanter cette chanson ?
How long to sing this song ?
Combien de temps pour chanter cette chanson ?
How long to sing this song ?
Combien de temps pour chanter cette chanson ?






J'ai attendu Jésus (Psaume 40)


avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Ven 3 Juin 2016 - 19:17



Père, délivre-nous du mal

Psaume 79 (78)

Ant: Aide-nous, Dieu notre Sauveur,
pour la gloire de ton nom.



Père, le mal a contaminé tout le monde,
il a souillé les cœurs que tu crées,

il a brisé l'harmonie dans ta Famille.
Il a donné tes enfants à l'exploitation de l’entourage

comme des grains qu’on jette aux oiseaux du ciel,
comme une moulée qu'on sert aux bêtes.

Il a sucé leur vitalité jusqu'à la limite,
jusqu'à faire oublier ce que tu crées en eux.

De plus, nous voici en conflit avec nos voisins,
et méprisés par notre entourage.

Père, on dirait que tu nous en veux,
que tu nous laisses lutter seuls contre le Malin.

Fais agir au plus tôt la puissance de ton amour
dans le cœur des gens qui te croient méchant
et qui sont prêts à tout pour nier ta présence.

Et nous, fais-nous oublier enfin nos fautes anciennes;
que ta miséricorde devance nos craintes,
car nous sommes désemparés.

Donne-nous de croire au Sauveur venu de toi
pour refaire le monde selon ton amour.

Libère-nous de la domination du mal
pour montrer que ton amour est le plus fort.

Des gens disent: " On ne sait pas où est leur Dieu !"
Père, ne nous laisse pas douter de toi;

que notre vie témoigne de ton amour
qui peut anéantir toutes les œuvres du Malin.

Accueille les appels des prisonniers du mal;
tu les aimes assez pour les garder en vie.

Pour les gens qui n'ont pas voulu de toi, Père,
multiplie par sept les démarches de ton amour.

Et nous, les enfants de ta miséricorde,
nous pourrons fêter tes victoires sur le mal
et proclamer ton cœur pour toujours.









Risée


Quel chrétien n’a éprouvé la risée des voisins parce qu’il essayait timidement de vivre sa foi ? Au Soudan du Nord, en Indonésie de l’ouest, au Nigéria du centre, on assassine les chrétiens comme des agneaux de bas prix à l’abattoir. Chez nous, Dieu merci il n’en n’est pas ainsi. Mais les humiliations dans la cour de récréation pour la fille qui porte une petite croix autour du cou, mais les ricanements sur les plateaux de télévision, mais les lazzis des collègues quand on annonce qu’on prend quelques jours de congés pour un pèlerinage, mais les haussements d’épaules dédaigneux quand les amis découvrent que vous êtes dames caté…

Peut-être vaut-il mieux cette risée que l’indifférence. Peut-être pouvons-nous répondre avec humour au conformisme bien-pensant qui juge que les trucs de curés sont réservés aux vieilles filles mal dans leur peau et aux bigots.


Peut-être pouvons-nous nous souvenir des moqueries et des crachats que le Christ eut à subir (*). Peut-être pouvons-nous plaindre les voisins qui se gaussent, sûrs de leur supériorité de libres-penseurs voltairiens pourtant bien ringarde. Peut-être devons-nous nous souvenir que les mêmes qui nous pointaient du doigt sont venus nous trouver en cachette pour demander de mettre un cierge à la grotte pour leur fils drogué. Peut-être devons-nous ne pas oublier les fiers qui gloussent mais qui viennent nous trouver en cachette pour qu’on leur donne des raisons d’espérer lorsqu’un décès les surprend.
Seigneur, garde-nous de nous moquer de ceux qui ne croient pas comme nous.



Frère Philippe Verdin






avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Mar 7 Juin 2016 - 18:50



Notre Père est le tout autre

Psaume 99 (98)

Ant: Exaltez le Seigneur notre Dieu; prosternez-vous
devant lui, car il est saint.



Notre Père est au-dessus de tout,
devant lui, nous sommes tout petits!

Il dirige tous les univers,
le monde doit en être bien conscient !

Le Père est grand dans sa famille,
il dirige lui-même tous les peuples:

ils le reconnaissent comme extraordinaire;
devant eux, il est le tout autre.

Sa force, c'est d'avoir mis toute chose à sa place;
c'est lui qui a fabriqué l'ordre universel;

le bon fonctionnement dans sa famille,
c'est lui qui l'a déterminé.

Exaltez ce Seigneur, votre Père !
reconnaissez-vous tout petits devant lui,
car il est le tout autre !

Pourtant, quand Moïse, Aaron ou leurs délégués,
quand Samuel ou ceux qui le priaient
faisaient appel au Seigneur notre Père,

il leur répondait toujours:
au désert, dans la nuée, il parlait avec eux.

il leur confiait la garde de ses projets
et de ce qu'ils devaient faire pour les réussir.

Seigneur, notre Père, tu leur répondais toi-même,
avec une infinie patience,
sans omettre de corriger leurs erreurs.

Exaltez le Seigneur notre Père,
tournez-vous toujours vers sa Parole,
car il est le tout autre, le Seigneur notre Père.













Au pied de son trône


La grande diversité des visages de saints dans la communion des saints a de quoi troubler le sens de ce que « saint » veut dire. Elle peut rendre flous les contours de la sainteté elle-même. Pour retrouver ce sens, comment ne pas scruter la source de toute sainteté ? Car il est saint ! Car il est saint ! Car il est saint ! Cette triple affirmation de la sainteté de Dieu soutient ici la prière. Et quels traits offre-t-elle, cette sainteté qui se dit d’abord et surtout du Dieu saint ? Un mot revient plusieurs fois dans la bouche du psalmiste et d’autres mots, qui lui sont associés, viennent se ranger sous sa bannière et en renforcer le sens. Il n’est question ici que de justice et de justice encore, à travers le droit, la droiture et les lois. Dieu « aime la justice ».

Il est « l’auteur du droit ». Il assure « la justice et la droiture ». « Car il est saint ! » Cette orientation très ferme du sens de « saint » vers la « justice » se retrouve à la toute fin de la Bible, au livre de l’Apocalypse. La sainteté de Dieu y est triplement acclamée par les quatre vivants : « Saint, saint, saint, le Seigneur Dieu » (*). Et la sainteté de Dieu, c’est la justice de son jugement : « Tu es juste, toi le saint, parce que tu as exercé le jugement » (**). Mais à quoi bon retrouver le sens de ce que « saint » veut dire ? Pourquoi la prière irait-elle dans ce sens ? Pourquoi, sinon pour ouvrir à une vie une voie de sainteté ? La finale de l’Apocalypse adresse ainsi à tout priant cet appel : « Que le juste pratique encore la justice et que celui qui est saint se sanctifie encore ! » (***).




* livre de l’Apocalypse, chapitre 4, verset 8
** chapitre 16, verset 5
*** chapitre 22, verset 11


Frère Pascal Marin






avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Dim 12 Juin 2016 - 22:38



Père, viens me chercher

Psaume 102 (101)

Ant: Seigneur, entends ma prière,
ne me voile pas ton visage.



Père, écoute-moi bien te prier:
je voudrais que mon cri te rejoigne vraiment !

Ne me cache pas ta présence
alors que je suis dans la détresse.

Écoute-moi bien, Père, et réponds-moi
en ces jours où je fais appel à toi !

Ma vie s'évapore comme une fumée,
on dirait un brasier qui se réduit en cendres.

Mon cœur est séché comme l'herbe coupée;
je n'ai plus le goût de manger.

À force de me lamenter sur mes malheurs,
je n'ai plus que les os et la peau.

Je suis comme la tourterelle
qui roucoule tristement, cachée dans son arbre,
comme le hibou figé au milieu des ruines.

Je n'arrive plus à dormir et je me sens
comme un oiseau solitaire sur un toit.

Tout le jour, je suis harcelé par le mal:
il est en moi et tout autour;
il se tient à ma porte et menace de me détruire.

C'est un pain quotidien qui a goût de cendres;
mon breuvage a saveur de larmes.

J'ai l'impression que tu es en colère contre moi
et que tu m'as rejeté loin de toi.

Ma vie est aussi vide qu'un ombrage,
je suis en train de sécher sur place.

Ant. Écoute, Seigneur, le cri des malheureux.

Pourtant toi, Père, tu es là pour toujours,
les siècles sont traversés de ta présence.

Il est temps de voir à tes enfants par amour,
il est grand temps d'en avoir pitié:
oui, le temps est arrivé !

Ta famille n'existe que par survie
et son délabrement fait pitié.

Les nations prendront au sérieux ton nom, Père,
de même que tous les puissants de la terre,
quand tu rebâtiras ta famille dans l'amour,

quand tu ne sembleras plus rejeter sa prière
et qu'au contraire, tu l'accueilleras.

Nous écrirons cela pour nos descendants;
toute la famille dira sa joie au Père:

" Il est devenu l'un des nôtres,
sa divinité a passé sur la terre

pour y entendre les gémissements des malheureux
et pour nous libérer de la mort.

" On clamera le nom du Père dans la famille;
sa louange éclatera partout

quand se rassembleront les enfants de partout
pour vivre avec le Père dans sa Maison.

Ant. Seigneur, tu as fondé la terre.

Un jour, mes forces ont faibli en pleine course;
ma vie risquait d'être abrégée.

Alors, j'ai dit: " Père, ne me laisse pas manquer ma vie ! "
Toi, tu existes depuis toujours et pour toujours.

Autrefois tu as fabriqué la terre et façonné les cieux.
Tout cela finira par périr, mais toi, tu resteras;

Ils s'useront tous comme un vêtement
et tu les remplaceras comme un habit;
ils céderont selon ton projet.

" Voilà comment nous te percevons: tu n'as pas de fin.
Tu établis tes enfants en une grande famille
avec des descendants que tu garderas devant toi."













D’AGE EN AGE


« Mais toi Seigneur, tu es là pour toujours ».

Au commencement du monde, tu es là, et ton souffle ouvre dans le chaos la possibilité que ton amour prenne visage.
Au commencement du monde, quand Adam le terreux, qui lorsqu’il sourit te ressemble tant, se cherche une compagnie pour supporter la solitude, tu es là et lui façonne une vivante compagne. Et lorsqu’il se cache au jardin, saisi de honte après son premier mensonge, tu es là, tu le cherches, tu le guettes, tu l’appelles, lui qui semble ne plus être là. « Où es-tu ? »
Et lorsque Caïn, que tu aimais tant, a tué son frère, que tu aimais tant, tu es là, tu le cherches, tu le guettes, tu l’appelles, et tu graves sur son front cette marque qui le protègera des méchants.

Tu es là, pour retenir le couteau d’Abraham, et glisser à la place de son fils un bélier, qui passait par là.
Tu es là, quand ton peuple esclave en Égypte crie vers toi qu’il n’en peut plus. Tu es là, dans la nuit de son désert, comme un feu pour éclairer la route, et le jour comme une ombre pour l’abriter du soleil.
En exil, du côté des exilés,
affamé, du côté des affamés,
sans maison, du côté des sans maison,
et finalement cloué sur un morceau de bois, tu es là, comme un coupable avec les coupables.

« Emmanuel, Dieu avec nous », est le nom que tu as choisi, car si ton Fils s’est fait l’un de nous, Il demeure l’un de nous, lui qui est ton visage, ta présence qui est là pour toujours.
Tu es là.
Et ta présence en nous est notre identité la plus profonde.



Sœur Anne Lécu






avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Jeu 16 Juin 2016 - 16:48



Ma sécurité ? Mon Père !

Psaume 4

Ant: Sur nous, Seigneur, que s'illumine ton visage!


Père, quand je suis menacé, je t’appelle.
Jusqu’ici, tu es venu me remettre en sécurité
à chaque fois que la vie risquait de me briser;

tu m’as remis le cœur en liberté
à chaque fois qu’on a voulu m’écraser.

Je t’en prie, rends ferme la parole
que je veux adresser aux gens qui m’attaquent:
" Vous tous qui êtes en colère contre moi,
" cessez de salir mon honneur par des calomnies,
" cessez de m’accuser pour rien :

" le Seigneur m’aime bien,
" il répond toujours quand j’ai besoin de lui.

" En colère, ne risquez pas de vous tromper:
" prenez le temps de réfléchir tranquillement,
" toute une nuit s’il le faut.

" Demandez au Seigneur son avis,
" faites confiance à ce qu’il vous dira.

" Père, avec les gens qui crient après le bonheur,
sois accueillant comme tu m’as reçu moi-même.

Tu m’as rempli le cœur d’une joie plus grande
que celle ressentie par des gens qui fêtent
devant la récolte abondante de blé et de vin.

Quant à moi, chaque soir, je m’endors en paix
parce que toi, mon Père, et toi seul
me donne de vivre une pleine sécurité.













Que s'illumine ton visage !


Le bonheur ? Puis-je même encore y croire ?
Trop de douleurs, trop d’angoisses, trop d’abîmes habitent ma vie et celle de ceux que j’aime, du monde que j’aime. Celui qui promet le bonheur ne peut-il alors être qu’un de ces charlatans, vendeurs du temple moderne ?
Mais alors comment rester en vie aux heures de chagrins ? quand mon corps et mon cœur flanchent ?

«  Quand je crie, réponds-moi, Toi qui me libères dans la détresse. » (*)

Mon Dieu, serait-ce toi  qui peux me faire traverser les ombres de la mort, me donner de croire, malgré tout. Il est parfois si violent ce « malgré tout », que seul un filet de lumière ou d’eau vive peut se frayer un chemin.

Comme celui à l’heure de ta mort, quand une lance ennemie a transpercé ton côté. De l’eau et du sang jaillirent et n’ont pas cessé depuis. Puissances de vie - malgré la mort - pour étancher nos soifs et nous retourner doucement vers le jour.

Croire alors en ta joie. Celle qui ne s’oppose plus au chagrin, au non-sens. Un tressaillement. Celui de l’amitié, de la fraîcheur d’un matin, de la tendresse d’un visage, du goût des petits riens ordinaires. Furtif, mais charnel. Lentement, aimer ma vie, telle qu’elle est car le Père l’aime, lui, sans attendre. Choisir alors de ne rien garder pour moi seule, ni la peur, ni les peines, ni le goût des vivants ou la timide espérance d’être aimée. Visitation secrète d’un Dieu qui a décidé de ne jamais nous délaisser. Sentir la vie, au risque d’en souffrir.




* verset 2


Sœur Véronique Margron






avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Jeu 23 Juin 2016 - 13:25



Avec un coeur d'enfant

Psaume 131 (130)

Ant: Qui se fera petit comme un enfant sera le plus grand
dans le Royaume des cieux.



Père, tu sais que mon cœur est sans prétentions :
je m'empêche de viser trop haut;

je refuse de me lancer dans les grandeurs,
pour des merveilles qui me dépassent.

Au contraire, mes désirs se sont calmés,
mes projets se sont effacés.

Auprès de toi, je suis comme un enfant,
comme un enfant qui se fie à sa mère.

Nous mettrons tous notre espoir dans le Père,
dès maintenant et pour toujours.













Comme un enfant


La prière a un temps, son propre temps, qui n’est pas le temps des projets, ni des affaires. Dans le travail, la vie familiale, on fait des projets, on essaie d’organiser un minimum son futur. Plan de carrière. Plan de réalisation des travaux engagés, que l’on voudrait mener à terme, avant telle échéance, avant de se marier, avant d’avoir des enfants, avant la retraite, avant de mourir. Plan d’assurance-vie. Tout cela appartient au rythme de la vie. Le psalmiste veut s’affranchir de ce temps-là. Non pas qu’il serait vain ou répréhensible de prévoir le futur. Lui-même sans doute organise son temps à sa manière. Mais pour être disposé à la prière, il s’agit d’arrêter la course, l’affairement, la préoccupation pour ce qui vient après. Faire tomber tout ce bruit des horloges et des calendriers, où l’âme est loin de chez elle, comme en pays étranger, perdue dans le futur.

Car son lieu, c’est le présent. Oublier le temps des ambitions, des grands desseins, des merveilles, pour libérer un autre temps. Non pas celui du projet, mais le temps de l’attente : « Attends le Seigneur, maintenant et à jamais. » Comme le petit enfant tout contre sa mère, l’âme repose, égale et silencieuse, dans la confiance. Elle ne court plus essoufflée vers une vie qui n’est pas la sienne. Mais elle se recrée au présent en respirant d’un souffle d’Esprit Saint.

Jésus, tu nous invites à accueillir aujourd’hui le Royaume de Dieu comme un petit enfant (*). Tu es pour nous la porte du Royaume. Ne nous laisse pas errer dans le futur en t’espérant demain. Tu es présent ici aujourd’hui parmi nous.




* Évangile selon saint Marc, chapitre 10, verset 15


Frère Pascal Marin





avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Dim 26 Juin 2016 - 15:25



Expériences de vie

Psaume 37 (36 1-22 et 36 23-40 )

Ant: Remets ta vie au Seigneur, il la conduira


Inutile de rager contre le mal,
de t’emporter contre tes défauts ;

en leur donnant trop d’importance
tu les empêches de s’affaiblir :

c’est comme arroser des mauvaises herbes
en espérant les faire mourir!

Avant tout, compte sur le Père
pour vivre selon son projet sur toi
dans la paix et la sécurité.

Cherche en lui ce qui te rend heureux
et il comblera tous tes besoins.

Pour trouver le chemin qui mène à lui,
compte sur sa présence et ses grâces.

Il fera briller le bien qui est en toi
comme le soleil fait resplendir l’univers.

Reste calme auprès du Père;
mets en lui ton espérance.

Pas de colère contre le mal qui réussit
ni contre ses ruses avec toi ou les autres.

Laisse tomber toute agressivité;
que ton cœur n’héberge jamais la fureur :
tu n’en récolterais que de mauvais fruits.

Le mal finira toujours par disparaître;
mais les gens qui comptent sur le Sauveur
finiront par habiter sa maison avec lui.

Tes doutes sur Dieu ne durent pas;
très tôt, tu les oublies complètement.

Mais quand tu te fais petit devant lui,
tu prends possession de ta vie
et tu savoures la paix totale.

Ant. Évite le mal, agis bien
le Seigneur soutient les justes.

Le mal voudrait se faufiler dans tes vertus,
il les tourne en ridicule.

Mais le Père t’offre d’en rire
en pensant qu’un jour il sera détruit.

Le mal s’attaque au petit et au pauvre
en espérant les abattre facilement
ou, du moins, les faire dévier de leur route.

Mais ses manœuvres tournent contre lui
et détruisent ses meilleures armes.

La précarité d’un enfant du Père est solide,
plus que les forces de qui se refuse à Dieu;

car les trésors humains vont pourrir,
mais le soutien du Père est pour toujours.

Le Père connaît le cœur de qui se fie à lui;
ce qu’il leur donne ne disparaîtra jamais.

Même aux mauvais jours, ils restent en paix
car le Père les nourrit de son bonheur.

Les gens qui se détachent de Dieu,
le Sauveur les poursuit sans cesse.

Les gens qui se battent contre Dieu
finissent par s’épuiser :
c’est là qu’il les attend.

Des gens empruntent et ne rendent pas;
d’autres ont pitié et donnent tout.

À ceux-ci, le Seigneur confie son Royaume,
mais ceux-là, il les dépouille de leurs trésors.

Le Père est merveilleux pour tous,
il offre à tout le monde la sécurité
sur la route qui mène à lui.

Si quelqu’un trébuche, il ne tombe pas,
car son Père le tient par la main.

Selon mon expérience de chaque jour
je n’ai pas vu quelqu’un abandonné du Père;
personne n'est obligé de quêter son salut.

Il est toujours des gens pour avoir pitié
et pour distribuer de l’amour
dans les générations bénies de Dieu.

Si tu évites le mal et fais le bien,
tu seras accueilli dans le cœur du Père,

car il ne repousse jamais qui le cherche;
il est toujours disponible pour ces gens-là.

Il ne cesse d’en prendre soin
tout en arrachant le mal qui les habite,

car il veut leur confier son Royaume
pour qu’ils en fassent la demeure de tous.

Ant. Espère en Dieu et garde sa route

Ils disent des paroles de sagesse.
ils proclament la Bonne Nouvelle du Père,

car ils la portent au fond de leur cœur
et l’incarnent dans leur vie.

Le mal guette les enfants du Père
pour détruire en eux l’amour.

Mais lui reste leur soutien
devant les critiques de l’entourage.

Qu’ils attendent tout du Père
et gardent leur marche tournée vers lui.

Ils seront les maîtres de leur vie
alors que l’angoisse grandit sans cesse
chez les gens qui le rejettent.

Parfois, ces gens me semblent très forts,
comme si rien ne pouvait les anéantir.

Mais tout à coup, ils disparaissent;
je les cherche mais ils sont introuvables.

Regarde les gens honnêtes et droits :
ils engendrent un climat de paix.

Les révoltés, au contraire, sont stériles
et ne laissent rien de bon après eux.

La réussite des gens fidèles à eux-mêmes
est un don du Père.

En cas de danger,
il est comme un mur pour les protéger.

Il travaille avec eux pour bâtir leur liberté.
S’ils l’ont choisi comme abri,
il les sauve des assauts du mal.


v/ Apprends-moi à bien saisir, à bien juger.
Je me fie à tes volontés.








Psaume 36 1-22

Laisse ta colère

Les doux
Les doux, bien souvent, traversent l’existence à pas de loup.
On réalise qu’ils ne sont plus là, après coup, quand le bouquet de fleurs se fane sur la table, quand l’eau n’est plus changée, ni les rosiers taillés.

Les doux, qui sait, se relèvent peut-être la nuit, pour recouvrir ceux qui dorment de leur couverture qui a glissé, pour mettre de l’huile dans le gond de la porte, faire cuire la brioche du matin, ou encore essuyer une larme secrète, consoler un sanglot réprimé dans le froid ?

Les doux parfois sont durs, quand il s’agit de trancher entre ce qui nourrit la vie et ce qui la pourrit. Ils sont alors sans concession. Leur parole tranche. On dira qu’ils sont durs, qu’ils ne savent pas négocier, qu’il faut prendre des gants.

Ils savent pourtant qu’il n’en est rien et que certaines situations ne peuvent pas se dénouer autrement. Leur douceur est secrète, dans la douleur qu’ils éprouvent à percevoir ce que d’autres ne voient pas.

La terre est leur domaine, et le corps, et le pain. Le plus infime.
Ils parlent peu, mais ils sont là.
Ils sont là, quand il faut laver le sol, préparer le repas et le linge, soigner la terre.
Ils sont là, quand il faut panser une plaie, rire un bon coup, acheter du pain pour la voisine ou conduire un ami à la gare.
Ils sont là, à l’heure de la naissance et à l’heure de la mort, entre langes et linceuls, de la crèche à la croix, du berceau au tombeau.
Ils sont là.
Leur prière est un souffle, une respiration, un secret.
Elle supporte le monde et le dépose entre les mains de Dieu.



Sœur Anne Lécu



Psaume 36 23-40

Il n'abandonne pas ses amis

Au livre de Job : « Comment se fait-il que les méchants vivent, arrivent à un âge avancé et croissent même en puissance ? Leur postérité est établie devant eux, auprès d’eux, et leurs descendants sous leurs yeux. Ils passent leurs jours dans le bonheur… Et cependant ils disaient à Dieu : Retire-toi de nous ; nous ne nous soucions pas de connaître tes voies»  (*).

Comment croire le psalmiste, alors que mon cœur bat avec Job ? Car là est la tragique énigme pour tant de pauvres comme de défenseurs de la justice et de la paix. Pour beaucoup de ceux que j’aime, aussi. Chacun, nous pouvons, nous devons, reprendre la protestation de Job et la porter devant Dieu. Peut-être entendra-t-il enfin ?

Écoutons le philosophe S. Kierkegaard écrire, comme pour lui-même : « Job, tu fus le témoin fidèle de toute les détresses et de tous les déchirements du cœur, le porte-parole osant se plaindre “dans l’amertume du cœur” et contester avec Dieu. J’ai besoin de toi, j’ai besoin d’un homme qui sache se plaindre à pleine voix… Parle, élève la voix, parle fort . » Alors oui, parlons, élevons la voix. Portons la clameur de ceux qui n’ont plus même cette force.

Éviter le mal, c’est déjà le dénoncer, ouvrir les yeux. Car le pire mal est de ne pas le voir. Y compris en nous. Alors faire tout notre possible. Non pour vivre longtemps, ni même heureux. Juste par refus de devenir des brutes, et pour t’aimer toi, Seigneur. Un mal que tu as pris en ta chair et qui est pourtant toujours là. Ta croix annonce qu’un jour enfin ce mal sera vaincu. Ouvrir nos cœurs, et croire à cela, en espérance.


* chapitre 21, versets 7 à 9, puis 13



Sœur Véronique Margron





avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Jeu 30 Juin 2016 - 16:20



Dans la détresse

Psaume 64 (63 )

Ant: Le juste trouvera dans le Seigneur sa joie et son refuge.


Père, je te prie d'accueillir ma plainte;
j'ai l'impression que tout le monde est contre moi.

Je suis aux prises avec des ennemis terrifiants:
toi seul peux me protéger.

Ils aiguisent leur langue comme une épée,
leurs paroles sont comme flèches venimeuses:
ils attaquent en sourdine les bonnes gens,

ils démolissent en cachette, sans rien risquer.
Ils s'encouragent à faire le mal
et savent bien comment fabriquer des pièges.

Ils disent:" Qui peut découvrir notre affaire ? "
Ils continuent de produire leurs crimes
de mijoter toutes sortes de combinaisons.

Mais le Père voit dans le secret:
il a retourné leurs flèches contre eux;

il voulait les atteindre au cœur,
et, par son amour, rendre inoffensif leur venin.

Ceux qui ont vu ce qui se passait
ont craint de faire comme eux.

Ils ont plutôt rendu gloire au Père,
décidé de mettre en lui toute leur confiance
et d'y entraîner leur entourage.








Les flèches de la langue

Pas vu, pas pris. L’illusion est tenace : n’existerait vraiment que tout ce qui se voit. Et l’on oublie que Dieu sait ce qui est caché, et l’on en oublie Dieu, car il est bien caché ! Entre nous, tout est clair, la nuit voilera ce dont l’on est peu fier. On s’accommode, on dissimule on complote en secret : « Dieu surtout, laisse-nous, nous sommes si bien ensemble à profiter de l’ombre et des recoins tordus. »

Tout est permis, dans un monde sans Lui où les enfants gâtés gaspillent sans réserve ce qu’il nous a laissé de grâces à partager. Fébrile, on imagine refoulant les limites de ce qui se peut faire, foulant au passage les faibles dont on se sert. Et les mêmes se plaignent à la moindre déconvenue : « Dieu où es-tu ? Le jouet est cassé ! On a tué le monde, à force de tricher !

Mais nos mains sont bien propres, que nous tendons vers toi. Et le cœur qu’on te montre est digne, n’est-ce-pas ? »

Et la flèche est tirée, traversant le cœur des hommes malhonnêtes. Non que Dieu les châtie et veuille ainsi leur perte. Mais leur mal caché, dissimulé d’eux-mêmes, les pêcheurs endurcis ne pourront l’ignorer à l’heure où la Lumière viendra les éclairer. Dieu pénètre les cœurs, c’est là leur jugement. « Cela était en moi, ce mauvais, cette haine ? Je me mentais moi-même, jouant dans la pénombre. Pardon ! »

La vie n’est pas un jeu. Il n’y a pas de cachette. Dieu me voit, je le sais. Et son regard d’amour éclaire ma ténèbre : « Que mes yeux soient les Tiens, à l’heure de la nuit ! »



Frère Franck Dubois







avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Sam 10 Sep 2016 - 15:09



Cris de pécheurs au Père

Psaume 141 (140)

Ant: Seigneur je t'appelle, accours vers moi.

Père, je t'ai appelé à mon secours, réponds vite, 
sois attentif au son de ma voix qui appelle.

Que ma prière monte vers toi comme l'encens 
et mes mains levées comme à l'offrande du soir.

Père, garde-moi des paroles malveillantes; 
veille sur ce que je vais dire;

retiens mon cœur d'aller vers le mal, 
de s'adonner à des gestes condamnables.

Avec des personnes qui ne veulent pas de toi. 
Je ne veux pas partager leurs erreurs.

Que mon entourage soit fidèle à me corriger ! 
Au lieu de remplir ma tête d'idées fausses, 
que la prière occupe sans cesse mon cœur.

Des gens se sont butés sur un échec 
alors qu'ils se réjouissaient de m'entendre dire:

« Je me sens labouré jusqu'au fond de moi 
et mes os sont brisés et presque anéantis.»

Et moi, j'ai fixé mon regard sur toi, Père, 
Je me suis réfugié sous ta protection, 
ne me laisse pas gaspiller ma vie.

Garde-moi du filet qu'ils m'ont tendu 
avec leurs pratiques rituelles;

des gens y trouvent leur compte, 
mais moi, je n'en veux pas.











Garde-moi du filet

En chacun se tient une pente fragile, là où nous pouvons pencher vers le mal. Comment reconnaître ces circonstances de la vie où monter la garde demande plus de veille, d’attention ?

Le priant répond : ce n’est pas possible seul. Pas sans en appeler à mon Dieu qui écoute mon appel quand je fais monter vers lui ma supplication.

Pour espérer ne pas céder au mal, il me faut pouvoir être sûre de la parole qui fait vivre, l’avoir goûtée dans ma chair. Elle qui dit la vérité de mon être et ne peut tricher.

Goûter en sa chair la parole qui construit du sens pour ma vie, qui lui offre un orient. Le contraire de ce que fait le serpent (*) qui sème le trouble sur qui est Dieu. Il veut faire croire à un dieu jaloux de sa place. Un dieu sadique qui donne du pouvoir à l’homme mais lui refuserait de l’exercer.

Ne pas céder au tentateur, qui est aussi une part de nous-même, demande d’éduquer et d’entraîner notre oreille. Car l’ouïe est un sens fragile. Nous pouvons douter de ce que nous avons entendu. Voir paraît plus rassurant : on croit toucher. 

C’est pourtant par l’écoute que nous devenons des humains. Celle qui nous rend attentifs à l’autre : l’enfant qui pleure, la femme apeurée, l’homme inquiet. L’écoute de ce qui ne trouve pas le chemin des mots pour se dire, mais est bien là et se pressent dans le soin de la relation. Écoute silencieuse et priante du cri du monde.

En ce temps de Noël qui s’achève, où le Verbe s’est fait chair, venons écouter une naissance radicalement neuve. Elle nous propose de ne pas repartir - à l’instar des mages - par le même chemin. Mais d’ouvrir un nouveau passage, arrimés les uns avec les autres à sa parole de vie. 


* Livre de la Genèse, chapitre 3




 Sœur Véronique Margron









Dernière édition par Lumen le Mer 14 Sep 2016 - 14:58, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Lun 12 Sep 2016 - 15:48



Du désespoir à l'espérance

Psaume 22 (21)

Ant: Tu me mènes à la poussière de la mort.

Mon Dieu, tu es mon Père, pourquoi m’abandonner ? 
Je te sens tellement loin pour me secourir, 
trop loin pour m’entendre crier.

Je t’appelle toute la journée : pas de réponse; 
je me reprends la nuit : c’est pareil.
Tu me laisses avec mon angoisse.

Pourtant tu es un Père vivant et saint; 
toute la création chante ta louange.

Depuis le début du monde 
tu protèges les gens qui te font confiance,

tu libères les gens mal pris qui font appel à toi; 
tu n’as jamais déçu quelqu’un qui te fait confiance..

Moi, le mal est en train de me briser, 
de m’enlever toute apparence humaine.

Des gens me regardent en se moquant, 
ils rient de moi, font la moue, 
secouent la tète en disant :

" Il s’en est remis au Seigneur, 
le Seigneur n’a pas l’air de s’en occuper.
Si Dieu l’aime tant, qu’il le sauve ! "

Seigneur, c’est toi qui m’as choisi une mère 
pour me mettre en ce monde, 
pour que je sois en sécurité sur son cœur.

Dès ma naissance, elle m’a confié à toi; 
au tout premier instant, tu as été mon Père.


Ant. II O ma force, vite à mon aide ! 

J’ai besoin que tu sois proche de moi 
en ce temps de malheur, 
alors que je ne vois personne pour m’aider.

Je suis à la merci de puissances mauvaises 
qui m’habitent et m’entourent sans cesse;

ce sont comme des bêtes féroces 
qui voudraient me détruire,

comme des taureaux qui m’encornent, 
comme des lions qui vont m’avaler.

Devant toutes ces menaces
je perds mes moyens, mes forces me laissent

et même mon courage se ramollit 
comme la cire devant le feu.

Mon corps me semble en train de mourir : 
j’ai la gorge complètement sèche 
et la langue me colle au palais.

Je me vois cerné de partout par le mal : 
il surgit à tout instant en moi et autour;

il fait tout pour m’enchaîner, 
pour m’empêcher de lutter.

Dans ce combat, je me sens complètement vidé; 
je n’ai plus que la peau et les os.

Des gens me regardent, abasourdis; 
ils pensent déjà à l’héritage!

Mais toi, mon Père, 
sois proche de moi avec ton cœur paternel;

partage-moi ta force pour me sauver. 
Ne laisse pas le mal me détruire;

empêche les malheurs de gruger ma vie; 
protège-moi contre toutes formes de mal.
 

Ant. III J'annoncerai ton nom à mes frères, 
en pleine assemblée, je te louerai.


Or voilà que tu me réponds maintenant ! 
Sois sûr que j’en parlerai autour de moi, 
que je te glorifierai devant tout le monde.

" Que tous les amis du Seigneur soient heureux; 
que tous les frères du Sauveur se réjouissent;

chantez comme des enfants devant leur Père; 
exultez devant lui.

Car il ne s’est pas détourné avec mépris 
devant la misère qui m’accablait,

au contraire, il m’a regardé avec amour, 
il a pris mon appel au sérieux. "

Seigneur, mon Père et mon Sauveur, 
par la grâce de l’Esprit je peux te louer 
devant la Famille de tous les croyants.

C’est une promesse et je la tiendrai. 
Je rassemblerai les pauvres pour fêter 
et les inviterai à manger à leur faim.

Ils sauront que le Père a reçu leur appel : 
ils pourront le louer à longueur de vie !

Que les gens les plus éloignés de Dieu 
le redécouvrent et reviennent à la maison.

Que toutes les familles de la terre 
en arrivent à compter sur lui seul,

car il est seul capable de les rassembler 
en les dominant par l’amour.

Dès que lui parvient le moindre appel, 
Il accueille tout le monde en son cœur,

autant les consciences somnolentes 
que les destructeurs de vie,

Quelle joie pour leur entourage 
et pour leurs descendants :

ils annonceront partout ce que le Père
a fait pour sauver ses enfants malheureux.













Rejeté par le peuple


Que s’est-il passé ? À quoi tient ce renversement complet, dans l’esprit du psalmiste, de l’extrême déréliction à la joie ? De la conviction d’être abandonné à la certitude d’une présence. De la lamentation à la louange. Du ressentiment à la reconnaissance. De l’isolement dans un entourage hostile, peuplé d’ennemis cruels et de bêtes féroces, au bonheur indicible d’une universelle fraternité, qui rassemble tous les peuples et toutes les générations. Est-ce un miracle ? Le rétablissement d’une situation désespérée par l’irruption soudaine d’un salut ? Sans doute. 

Mais de quelle nature est ce salut et en quoi peut-il concerner tout homme qui, du milieu d’une situation difficile dont il ne peut s’extraire, engage sa prière dans les mots du psalmiste ? Il est malade. Il est prisonnier. Il est en situation d’échec professionnel ou familial. 

Quel salut pour lui sinon, pour le moins, une conversion du regard de l’hier vers l’aujourd’hui, et qu’il renonce enfin au tourment des questions : mais pourquoi en suis-je arrivé là ? est-ce ma faute ? Et qu’il se décide à se demander désormais : Comment bien agir aujourd’hui et trouver dans ma situation si difficile ce qu’il y a de vie à y trouver ? Le passé est remis à la miséricorde de Dieu, le présent appartient à l’espérance.

Le Christ, qui meurt sur la Croix, donne librement la vie qu’on veut lui prendre. Il subit l’extrême violence sans entrer dans la haine. Et le Christ meurt, des témoins nous l’ont dit, en priant ce psaume 21 sur la Croix (*).



* Évangile selon saint Matthieu, chapitre 27, verset 46


 Frère Pascal Marin



********************************************************************






Psaume 22 - en hébreu chanté et phonétique - Contre tout chagrin


1 Au chef des chantres. D'après l'Ayyélet Hachahar. Psaume de David.
2 Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné, loin de me porter secours, d'entendre mes paroles suppliantes?
3 Mon Dieu, j'appelle de jour et tu ne réponds pas, de nuit, et il n'est pas de trêve pour moi.
4 Tu es pourtant le Saint, trônant au milieu des louanges d'Israël.
5 En toi nos pères ont eu confiance, ils ont eu confiance, et tu les as sauvés.
6 Ils ont crié vers toi et ont été délivrés; ils ont espéré en toi et n'ont pas été déçus.
7 Moi, je suis un vermisseau, et non un homme, l'opprobre des gens, objet de mépris pour le peuple.
8 Tous ceux qui me voient se moquent de moi, grimacent des lèvres, hochent la tête.
9 "Qu'il s'en remette à l'Eternel! Que celui-ci le sauve, qu'il l'arrache du danger, puisqu'il l'aime!"
10 Oui, c'est toi qui m'as tiré des entrailles maternelles, qui m'as fait reposer en sûreté dans le giron de ma mère;
11 entre tes bras j'ai été jeté dès ma naissance, dès le sein de ma mère, tu as été mon Dieu.
12 Ne t'éloigne pas de moi car l'angoisse est proche, et nul n'est là pour m'aider.
13 Des taureaux nombreux m'environnent, des bêtes puissantes de Basan m'assiègent.
14 Ils ouvrent contre moi leur gueule, tel un lion qui déchire et qui rugit.
15 Je suis comme l'eau qu'on répand, tous mes membres se disloquent; mon cœur est comme de la cire, qui fondrait au milieu de mes entrailles.
16 Ma sève est desséchée comme un tesson, ma langue est collée à mon palais; tu m'étends dans la poussière de la mort.
17 Car des chiens m'enveloppent, la bande des méchants fait cercle autour de moi; comme le lion [ils meurtrissent] mes mains et mes pieds.
18 Je pourrais compter tous mes os; eux, ils me toisent et se repaissent de ma vue. 
19 Ils se partagent mes habits, ils tirent au sort mes vêtements.
20 Mais toi, ô Seigneur, ne t'éloigne pas; toi, qui es ma force, viens vite à mon secours!
21 Sauve mon âme du glaive, ma vie de la fureur des chiens;
22 arrache-moi de la gueule du lion, protège-moi contre les cornes des buffles.
23 Je proclamerai ton nom devant mes frères, au milieu de l'assemblée, je te louerai.
24 "Adorateurs de l'Eternel, louez-le vous tous, descendants de Jacob, honorez-le; révérez-le, vous tous, postérité d'Israël!
25 Car il n'a point dédaigné, il n'a point méprisé la misère du malheureux; il n'a pas caché de lui son visage, ni manqué de l'entendre quand il implorait!"
26 C'est toi dont je célébrerai les louanges dans la grande assemblée, j'accomplirai mes vœux devant ceux qui te craignent.
27 Les humbles mangeront et seront rassasiés, les adorateurs de l'Eternel le loueront. Que votre cœur renaisse à la vie pour toujours!
28 Les confins de la terre se souviendront et reviendront au Seigneur, toutes les familles des peuples se prosterneront devant lui.
29 Car à l'Eternel appartient la royauté, il domine sur toutes les nations.
30 Ils mangeront et adoreront, tous les heureux de la terre ; devant lui s'inclineront ceux qui descendent dans la poussière, incapables de sustenter leur vie.
31 La postérité lui vouera un culte; on parlera du Seigneur aux âges à venir.
32 Ils viendront et proclameront sa justice: ils diront au peuple à naître ce qu'il a fait.
avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Mer 14 Sep 2016 - 14:59



Désirs d'intimité avec le Père

Psaume 61 (60)

Ant: Je veux être chez toi pour toujours!

Père, je t'en supplie, écoute ma prière avec ton coeur.
C'est du fond de ma petitesse que je crie vers toi
à chaque fois que le coeur me manque.

Mes désirs sont beaucoup trop grands pour moi,
toi seul peux me donner de les réaliser.

J'ai besoin de la force de ton amour
pour dominer les écueils que je rencontre.

C'est que je désire vivre en ton intimité,
profiter de ta protection pour toujours.

Jusqu'ici, c'est toi qui as exaucé mes souhaits,
comme tu le fais pour ceux qui s'attachent à toi.

Que le Sauveur soit avec nous jour après jour,
jusqu'au bout des siècles.

Qu'il nous révèle toujours le visage du Père
et nous garde dans la fidélité et la vérité.

Alors, je chanterai sans cesse ce visage
qui me donnera de vivre en son intimité.













Des terres lointaines


Il est tant de terres lointaines. De terres inhospitalières. Terres du non-sens, de la maladie. Terre de l’incompréhension ou de la déception. Terre du chagrin car la mémoire est trop lourde des larmes que la vie n’a pas permis de verser depuis la mort des êtres que nous avons chéris, partis trop tôt, dans nos enfances inconsolables. Terres où nous nous égarons loin du Dieu de la promesse, de ses entrailles de père et de mère (*) tout ensemble. Nous errons à la poursuite de chimères de l’image de nous-mêmes, du regard des autres. Ou de l’éphémère tourbillon de la vie.
Terres lointaines du cœur dur, du repli sur des habitudes faussement rassurantes, ou un monde qui nous ressemble et de certitudes.

Qui n’est pas parti vers des terres lointaines ?
Nul besoin de bagages ou de papiers. C’est nous, la terre lointaine.

Comme si une part de nous-même pouvait toujours s’en aller à la dérive. Par trop de peine, d’esseulement, de mirages.

« Je t’appelle mon Dieu quand mon cœur vient à me manquer. » Tant que j’appelle, je suis sauvée. Tant que je me tourne vers toi, rien n’est perdu. Je peux crier, hurler ma détresse, pleurer, devant le non-sens de la vie. Ou te supplier pour qu’enfin que tu viennes et prennes en souci les damnés de la terre.
Tout, sauf se taire, et laisser gagner le murmure du serpent que rien ne te touche depuis ton ciel.

Toi, le Dieu de mon amour, viens à mon aide. Ne t’éloigne pas quand mon cœur me manque et que la terre de ma vie devient étrangère. Viens me sauver, quand il fait noir au dedans.



* cf. livre d’Isaïe, chapitre 49, versets 14-16


 Sœur Véronique Margron





avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Ven 16 Sep 2016 - 17:18




Expérience de vie

Psaume 71 (70)

Ant: Ma bouche est remplie de ta louange, Seigneur,
et le jour entier, de ta splendeur.


Ô Père, tu es toujours mon refuge,
je compte sur toi pour éviter les échecs.

Tu me garderas libre par la force de ton amour.
Sois attentif quand je crie vers toi;

Sois pour moi comme un rocher protecteur
où je puis me cacher n'importe quand.

Je sais que tu as décidé de me sauver;
tu es pour moi comme une forteresse
construite à même le roc.

Je t'en prie, garde-moi libre en face du mal,
même quand ses attaques sont violentes.

C'est en toi seul, Père, qu'est mon espérance,
car tu m'as protégé depuis toujours.

Tu m'as sécurisé dès ma naissance,
à peine étais-je sorti du ventre de ma mère.
Toute ma vie est louange pour toi.

Pour beaucoup de gens, je tenais du prodige
à voir avec quel soin tu me protégeais.

Et moi, je ne cessais pas de te louer
à cause de tes miséricordes quotidiennes.
Maintenant, mon âge avance: ne me rejette pas;
ne m'abandonne pas quand je faiblis, Père.

On dirait que les forces du mal se concertent
pour me malmener; elles semblent se dire:

" Il décline; son Père ne s'en occupe plus;
c'est le temps d'attaquer et de le capturer;
il est seul pour se défendre."

De grâce, Père, ne t'éloigne pas de moi;
reste toujours proche pour m'aider.

Que les forces du mal se brisent
quand elles s'attaquent à ma vie.

Que leur puissance tombe à néant
quand elles cherchent mon malheur.

Et moi, je ne cesse pas de compter sur toi;
je ne me fatigue pas de parler de toi:

tout le jour, je multiplie les récits
de tes interventions qui me sauvent;
je n'en connais vraiment pas le nombre.

Je profite de l'amour merveilleux du Père,
de ses gestes uniques de miséricorde.

Ô Père, tu me guides depuis ma jeunesse,
depuis toujours j'en suis le témoin vivant.

Maintenant que j'arrive aux cheveux blancs,
tu m'accompagnes encore de tes œuvres

pour que je te fasse connaître aux plus jeunes,
à toutes les générations futures.

Ton amour, Père, est tellement grand !
Il produit tant de merveilles !
On ne trouvera jamais quelqu'un comme toi !

La vie nous a fait voir tant de détresses;
nous avons expérimenté bien des malheurs.

À travers tout cela, tu nous as gardés en vie;
tu nous as même donné de grandir,

tu nous as appris à voir plus loin que la terre,
tu nous a fait découvrir nos vraies valeurs:
ce sera toujours notre plus grand réconfort.

Devant tant d'amour, mon cœur veut chanter;
il veut te louer , Père, pour ta fidélité avec moi,

pour tant de soins que tu procures
à la grande famille des enfants que tu crées.

Je veux jouer de ma vie devant toi,
la remplir de chansons et de joie,
car tu m'as récupéré du mal qui m'entourait.

Et je publierai tout le jour ton amour
devant l'anéantissement des forces du mal
qui ont essayé de faire rater ma vie.













Aux jours des cheveux blancs


Des heures sombres, d’un non-sens abyssal, noir.
Comme celui de cette amie - pourtant tout près de toi - qui, dans un souffle, me confie « depuis un an nous sommes dans les enfers de la terre, je suis dans les abîmes. Et rien. Pas une lumière pour réchauffer. Une caresse pour retrouver courage. Rien que la crainte - ou le secret désir - de se laisser tomber sans distinguer le fond. »

Pourtant, de toutes les forces de mon âme, je veux pouvoir dire comme le psalmiste, pour elle, pour tant d’autres, pour moi : « Toi qui m'as fait voir tant de maux et de détresses, tu me feras vivre à nouveau, à nouveau tu me tireras des abîmes de la terre, tu reviendras me consoler. » (*)

Une consolation, tout en discrétion.
Trop peut-être devant la persévérance du mal.
Croire que tu m’accueilles et me refais dans la prière solitaire. Tu me recrées. Tu tisses la toile de ma chair invisible. C’est elle qui tient ma vie qui se débat en ce monde. Que la prière soit désertique n’est pas grave. Je sais que ma solitude est habitée de toi. À mon insu. Mes larmes du dedans, tu les reçois. Il me faut juste me retourner. Revenir. Demeurer, avec mes pauvres mots.
Non tu n’es pas le Tout Autre, mais bien le tout proche, en ton Fils plein de miséricorde (**), aujourd’hui toujours. Si dans sa vie il s’est fait compagnon de ceux qui se croyaient au loin, il l’est encore dans la communion qu’il partage désormais avec son Père. Notre Dieu n’est pas au ciel. Mais là, accueillant et accessible en sa douceur d’aimer. Ses entrailles sont ouvertes. Rien ne saurait Le séparer de nous, pas plus les cheveux blancs que nos détresses, nos colères, nos doutes. Rien.



* Psaume 70, verset 21
** Lettre aux Hébreux, chapitre 4, verset 15



 Sœur Véronique Margron



avatar
Invité
Invité

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Invité le Lun 19 Sep 2016 - 18:16



Pour méditer les desseins du Père






C'est donc le psaume complet dans cette vidéo qui se médite en 22 parties au moins...


Hymne grandiose à l'amour du Père qui m'a toujours sorti des obstacles.

1 Heureux ceux qui sont irréprochables dans leur voie, qui marchent selon la loi de Yahweh!
2 Heureux ceux qui gardent ses enseignements, qui le cherchent de tout leur coeur,
3 qui ne commenttent pas l'iniquité et qui marchent dans ses voies!
4 Tu as prescrit tes ordonnances, pour qu'on les observe avec soin.
5 Puissent mes voies être dirigées, pour que j'observe tes lois!
6 Alors je n'aurai point à rougir, à la vue de tous tes commandements.
7 Je te louerai dans la droiture de mon coeur, en apprenant les préceptes de ta justice.
8 Je veux garder tes lois: ne me délaisse pas complètement.
9 Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier? En se gardant selon ta parole.
10 Je te cherche de tout mon coeur: ne me laisse pas errer loin de tes commandements.
11 Je garde ta parole cachée dans mon coeur, afin de ne pas pécher contre toi.
12 Béni sois-tu, Yahweh! Enseigne-moi tes lois.
13 De mes lèvres j'énumère tous les préceptes de ta bouche.
14 J'ai de la joie à suivre tes enseignements, comme si je possédais tous les trésors.
15 Je veux méditer tes ordonnances, avoir les yeux sur tes sentiers.
16 Je fais mes délices de tes lois, je n'oublierai pas ta parole.
17 Use de bonté envers ton serviteur, afin que je vive; et j'observerai ta parole.
18 Ouvre mes yeux, pour que je contemple les merveilles de ta loi.
19 Je suis un étranger sur la terre: ne me cache pas tes commandements.
20 Mon âme est brisée par le désir, qui toujours la porte vers tes préceptes.
21 Tu menaces les orgueilleux, ces maudits, qui s'égarent loin de tes commandements.
22 Eloigne de moi la honte et le mépris, car j'observe tes enseignements.
23 Que les princes siègent et parlent contre moi: ton serviteur méditera tes lois.
24 Oui, tes enseignements font mes délices, ce sont les hommes de mon conseil.
25 Mon âme est attachée à la poussière: rends-moi la vie, selon ta parole!
26 Je t'ai exposé mes voies, et tu m'as répondu: enseigne-moi tes lois.
27 Fais-moi comprendre la voie de tes ordonnances, et je méditerai sur tes merveilles.
28 Mon âme, attristée, se fond en larmes: relève-moi selon ta parole.
29 Eloigne de moi la voie du mensonge, et accorde-moi la faveur de ta loi.
30 J'ai choisi la voie de la fidélité, je place tes préceptes sous mes yeux.
31 Je me suis attaché à tes enseignements: Yahweh, ne permets pas que je sois confondu.
32 Je cours dans la voie de tes commandements, car tu élargis mon coeur.
33 Enseigne-moi, Yahweh, la voie de tes préceptes, afin que je la garde jusqu'à la fin de ma vie.
34 Donne-moi l'intelligence pour que je garde ta loi, et que je l'observe de tout mon coeur.
35 Conduis-moi dans le sentier de tes commandements, car j'y trouve le bonheur.
36 Incline mon coeur vers tes enseignements, et non vers le gain.
37 Détourne mes yeux pour qu'ils ne voient point la vanité, fais-moi vivre dans ta voie.
38 Accomplis envers ton serviteur ta promesse, que tu as faite à ceux qui te craignent.
39 Ecarte de moi l'opprobre que je redoute, car tes préceptes sont bons.
40 Je désire ardemment pratiquer tes ordonnances: par ta justice, fais-moi vivre.
41 Que vienne sur moi ta miséricorde, Yahweh, et ton salut, selon ta parole!
42 Et je pourrai répondre à celui qui m'outrage, car je me confie en ta parole.
43 N'ôte pas entièrement de ma bouche la parole de vérité, car j'espère en tes préceptes.
44 Je veux garder ta loi constamment, toujours et à perpétuité.
45 Je marcherai au large, car je recherche tes ordonnances.
46 Je parlerai de tes enseignements devant les rois, et je n'aurai point de honte.
47 Je ferai mes délices de tes commandements, car je les aime.
48 J'élèverai mes mains vers tes commandements que j'aime, et je méditerai tes lois.
49 Souviens-toi de la parole donnée à ton serviteur, sur laquelle tu fais reposer mon espérance.
50 C'est ma consolation dans la misère, que ta parole me rende la vie.
51 Des orgueilleux me prodiguent leurs railleries: je ne m'écarte point de ta loi.
52 Je pense à tes préceptes des temps passés, Yahweh, et je me console
53 L'indignation me saisit à cause des méchants, qui abandonnent ta loi.
54 Tes lois sont le sujet de mes cantiques, dans le lieu de mon pèlerinage.
55 La nuit je me rappelle ton nom, Yahweh, et j'observe ta loi.
56 Voici la part qui m'est donnée: je garde tes ordonnances.
57 Ma part, Yahweh, je le dis, c'est de garder tes paroles.
58 Je t'implore de tout mon coeur; aie pitié de moi selon ta parole.
59 Je réfléchis à mes voies, et je ramène mes pas vers tes enseignements.
60 Je me hâte, je ne diffère point d'observer tes commandements.
61 Les pièges des méchants m'environnent, et je n'oublie point ta loi.
62 Au milieu de la nuit, je me lève pour te louer, à cause des jugements de ta justice.
63 Je suis l'ami de tous ceux qui te craignent, et de ceux qui gardent tes ordonnances.
64 La terre est pleine de ta bonté, Yahweh: enseigne-moi tes lois.
65 Tu as usé de bonté envers ton serviteur, Yahweh, selon ta parole.
66 Enseigne-moi le sens droit et l'intelligence, car j'ai foi en tes commandements.
67 Avant d'avoir été humilié, je m'égarais; maintenant, j'observe ta parole.
68 Tu es bon et bienfaisant: enseigne-moi tes lois.
69 Des orgueilleux imaginent contre moi des mensonges; moi, je garde de tout coeur tes ordonnances.
70 Leur coeur est insensible comme la graisse; moi, je fais mes délices de ta loi.
71 Il m'est bon d'avoir été humilié, afin que j'apprenne tes préceptes.
72 Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche; que des monceaux d'or et d'argent.
73 Ce sont tes mains qui m'ont fait et qui m'ont façonné: donne-moi l'intelligence pour apprendre tes commandements.
74 Ceux qui te craignent, en me voyant, se réjouiront, car j'ai confiance en ta parole.
75 Je sais, Yahweh, que tes jugements sont justes; c'est dans ta fidélité que tu m'as humilié.
76 Que ta bonté soit ma consolation, selon ta parole donnée à ton serviteur!
77 Que ta compassion vienne sur moi, et que je vive, car ta loi fait mes délices!
78 Qu'ils soient confondus les orgueilleux qui me maltraitent injustement! Moi, je médite tes ordonnances.
79 Qu'ils se tournent vers moi ceux qui te craignent, et ceux qui connaissent tes enseignements!
80 Que mon coeur soit tout entier à tes lois, afin que je ne sois pas confondu!
81 Mon âme languit après ton salut, j'espère en ta parole.
82 Mes yeux languissent après ta promesse, je dis: «Quand me consoleras-tu?»
83 Car je suis comme une outre exposée à la fumée, mais je n'oublie pas tes lois.
84 Quel est le nombre des jours de ton serviteur? Quand donc feras-tu justice de ceux qui me poursuivent?
85 Des orgueilleux creusent des fosses pour me perdre; ils sont les adversaires de ta loi.
86 Tous tes commandements sont fidélité; ils me persécutent sans cause: secours-moi.
87 Ils ont failli m'anéantir dans le pays; et moi je n'abandonne pas tes ordonnances.
88 Rends-moi la vie dans ta bonté, et j'observerai l'enseignement de ta bouche.
89 A jamais, Yahweh, ta parole est établie dans les cieux.
90 D'âge en âge ta fidélité demeure; tu as fondé la terre, et elle subsiste.
91 C'est d'après tes lois que tout subsiste jusqu'à ce jour, car tout obéit à tes ordres.
92 Si ta loi ne faisait mes délices, déjà j'aurais péri dans ma misère.
93 Je n'oublierai jamais tes ordonnances, car c'est par elles que tu m'as rendu la vie.
94 Je suis à toi: sauve-moi, car je recherche tes préceptes.
95 Les méchants m'attendent pour me faire périr: je suis attentif à tes enseignements.
96 J'ai vu des bornes à tout ce qui est parfait; ton commandement n'a point de limites.
97 Combien j'aime ta loi! Elle est tout le jour l'objet de ma méditation.
98 Par tes commandements, tu me rends plus sage que mes ennemis, car je les ai toujours avec moi.
99 Je suis plus sage que tous mes maîtres, car tes enseignements sont l'objet de ma méditation.
100 J'ai plus d'intelligence que les vieillards, car j'observe tes ordonnances.
101 Je retiens mon pied loin de tout sentier mauvais, afin de garder ta parole.
102 Je ne m'écarte pas de tes préceptes, car c'est toi qui m'as instruit.
103 Que ta parole est douce à mon palais, plus que le miel à ma bouche!
104 Par tes ordonnances je deviens intelligent, aussi je hais tous les sentiers du mensonge.
105 Ta parole est un flambeau devant mes pas, une lumière sur mon sentier.
106 J'ai juré, et j'y serai fidèle, d'observer les préceptes de ta justice.
107 Je suis réduit à une extrême affliction: Yahweh, rends-moi la vie, selon ta parole.
108 Agrée, Yahweh, l'offrande de mes lèvres, et enseigne-moi tes préceptes.
109 Ma vie est continuellement dans mes mains, et je n'oublie point ta loi.
110 Les méchants me tendent des pièges, et je ne m'égare pas loin de tes ordonnances.
111 J'ai tes enseignements pour toujours en héritage, car ils sont la joie de mon coeur.
112 J'ai incliné mon coeur à observer tes lois, toujours, jusqu'à la fin.
113 Je hais les hommes au coeur double, et j'aime ta loi.
114 Tu es mon refuge et mon bouclier; j'ai confiance en ta parole.
115 Retirez-vous de moi, méchants, et j'observerai les commandements de mon Dieu.
116 Soutiens-moi selon ta promesse, afin que je vive, et ne permets pas que je sois confondu dans mon espérance.
117 Sois mon appui, et je serai sauvé, et j'aurai toujours tes lois sous les yeux.
118 Tu méprises tous ceux qui s'écartent de tes lois, car leur ruse n'est que mensonge.
119 Tu rejettes comme des scories tous les méchants de la terre; c'est pourquoi j'aime tes enseignements.
120 Ma chair frissonne de frayeur devant toi, et je redoute tes jugements.
121 J'observe le droit et la justice: ne m'abandonne pas à mes oppresseurs.
122 Prends sous ta garantie le bien de ton serviteur; et que les orgueilleux ne m'oppriment pas!
123 Mes yeux languissent après ton salut, et après la promesse de ta justice.
124 Agis envers ton serviteur selon ta bonté, et enseigne-moi tes lois.
125 Je suis ton serviteur: donne-moi l'intelligence, pour que je connaisse tes enseignements.
126 Il est temps pour Yahweh d'intervenir: ils violent ta loi.
127 C'est pourquoi j'aime tes commandements, plus que l'or et que l'or fin.
128 C'est pourquoi je trouve justes toutes tes ordonnances, je hais tout sentier de mensonge.
129 Tes enseignements sont merveilleux, aussi mon âme les observe.
130 La révélation de tes paroles illumine, elle donne l'intelligence aux simples.
131 J'ouvre la bouche et j'aspire, car je suis avide de tes commandements.
132 Tourne vers moi ta face et aie pitié de moi; c'est justice envers ceux qui aiment ton nom.
133 Affermis mes pas dans ta parole, et ne laisse aucune iniquité dominer sur moi.
134 Délivre-moi de l'oppression des hommes, et je garderai tes ordonnances.
135 Fais luire ta face sur ton serviteur, et enseigne-moi tes lois.
136 Mes yeux répandent des torrents de larmes, parce qu'on n'observe pas ta loi.
137 Tu es juste, Yahweh, et tes jugements sont équitables.
138 Tu as donné tes enseignements, selon la justice et une parfaite fidélité.
139 Mon zèle me consume, parce que mes adversaires oublient tes paroles.
140 Ta parole est entièrement éprouvée, et ton serviteur l'aime.
141 Je suis petit et méprisé; mais je n'oublie point tes ordonnances.
142 Ta justice est une justice éternelle, et ta loi est vérité.
143 La détresse et l'angoisse m'ont atteint; tes commandements font mes délices.
144 Tes enseignements sont éternellement justes; donne-moi l'intelligence, pour que je vive.
145 Je t'invoque de tout mon coeur; exauce-moi, Yahweh, afin que je garde tes lois.
146 Je t'invoque, sauve-moi, afin que j'observe tes enseignements.
147 Je devance l'aurore, et je crie vers toi; j'espère en ta parole.
148 Mes yeux devancent les veilles de la nuit, pour méditer ta parole.
149 Ecoute ma voix selon ta bonté; Yahweh, rends-moi la vie selon ton jugement.
150 Ils s'approchent, ceux qui poursuivent le crime, qui se sont éloignés de ta loi.
151 Tu es proche, Yahweh, et tous tes commandements sont la vérité.
152 Dès longtemps je sais, au sujet de tes enseignements, que tu les as établis pour toujours.
153 Vois ma misère, et délivre-moi, car je n'oublie pas ta loi.
154 Défends ma cause et sois mon vengeur, rends-moi la vie selon ta parole.
155 Le salut est loin des méchants, car ils ne s'inquiètent pas de tes lois.
156 Tes miséricordes sont nombreuses, Yahweh; rends-moi la vie selon tes jugements.
157 Nombreux sont mes persécuteurs et mes ennemis; je ne m'écarte point de tes enseignements.
158 A la vue des infidèles, j'ai ressenti de l'horreur, parce qu'ils n'observent pas ta parole.
159 Considère que j'aime tes ordonnances; Yahweh, rends-moi la vie selon ta bonté.
160 Le résumé de ta parole est la vérité, et toutes les lois de ta justice sont éternelles.
161 Des princes me persécutent sans cause: c'est de tes paroles que mon coeur a de la crainte.
162 Je me réjouis de ta parole, comme si j'avais trouvé de riches dépouilles.
163 Je hais le mensonge, je l'ai en horreur; j'aime ta loi.
164 Sept fois le jour je te loue, à cause des lois de ta justice.
165 Il y a une grande paix pour ceux qui aiment ta loi, et rien ne leur est une cause de chute.
166 J'espère en ton salut, Yahweh, et je pratique tes commandements.
167 Mon âme observe tes enseignements, et elle en est éprise.
168 Je garde tes ordonnances et tes enseignements, car toutes mes voies sont devant toi.
169 Que mon cri arrive jusqu'à toi, Yahweh! Selon ta parole, donne-moi l'intelligence.
170 Que ma supplication parvienne jusqu'à toi! Selon ta parole, délivre-moi.
171 Que mes lèvres profèrent ta louange, car tu m'as enseigné tes lois!
172 Que ma langue publie ta parole, car tous tes commandements sont justes!
173 Que ta main s'étende pour me secourir, car j'ai choisi tes ordonnances!
174 Je soupire après ton salut, Yahweh, et ta loi fait mes délices.
175 Que mon âme vive pour te louer, et que tes jugements me viennent en aide!
176 Je suis errant comme une brebis égarée: cherche ton serviteur; car je n'oublie pas tes commandements.


Longue méditation sur la fidélité aux projets du Père et sur la joie qui en résulte.






Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, I (118 aleph) 

Ant: Heureux l'homme qui marche dans les voies du Seigneur

Heureux les gens intègres dans leurs voies 
qui marchent suivant les projets du Père.

Heureux les gens qui restent fidèles à ses offres, 
qui le cherchent de tout leur cœur !

Jamais ils n'approuvent l'injustice, 
ils marchent dans ses voies.

Toi, Père, tu fais connaître tes projets 
pour que nous les réalisions fidèlement.

Quant à moi, je voudrais être toujours ferme 
dans la fidélité à tes desseins;

ainsi je ne serai pas humilié ni gêné 
en contemplant tes volontés.

D'un cœur droit, je pourrai te rendre grâce 
en me nourrissant de tes propres pensées.

Tes commandements, mon cœur y tient; 
ne me laisse jamais tomber.





Observer entièrement

Rien ne doit se faire à moitié.
Tes préceptes, à observer entièrement. 

Heureux sont-ils, ceux qui se lèvent à leur écho !

Tu dis « Aimez ! », et voilà qu’ils aiment.
Tu dis « Pardonnez ! », et voilà qu’ils renouent les liens défaits.
Tu dis « Debout ! », et voilà qu’ils se lèvent.
Tu dis « Croyez ! », et ils arrachent des petits bouts de nuit, en grattant le coin de son voile, et la lumière jaillit !

Heureux sont-ils, ceux qui marchent à l’ombre de ta voix !

Ils se reposent de leurs fatigues.
Ils n’ont pas besoin le matin, de se demander s’ils ont envie ou non de te prier, ils s’agenouillent… Ils n’ont pas besoin le matin de se demander s’ils croient ou non, ils se redressent. 

Heureux les hommes qui ne font rien à moitié, mais entièrement te cherchent.


Il en est d’autres qui te suivent à cloche-pied, par pointillés… 
Croyante à temps partiel, espérant en CDD, j’observe tes commandements comme je peux, par petits bouts… Ne m’abandonne pas entièrement, moi qui ne t’aime pas entièrement…

Mais il n’y a plus rien à craindre. 

Jésus le Christ, entièrement abandonné, pour nous t’aima entièrement.
Et du tombeau où il fut mis, il ramassa miette après miette, petit bout par petit bout, nos vies éparses, éparpillées par négligence. Entièrement recueillies dans son amour offert. 

Il faut alors tout renverser. 
Si nous aimons par pointillé, à cloche-pied, ou à temps partiel, tu es le pied qui manque, le trou du pointillé et le temps plein de l’amour offert. 

Juste nous reste de te tenir la main, entièrement. 




 Sœur Anne Lécu







avatar
Claire
Admin

Messages : 7735
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67

Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Message par Claire le Mar 20 Sep 2016 - 8:21

Très agréable à écouter ces psaumes en video, ils ont une autre résonance.
Merci Lumen !


    La date/heure actuelle est Mar 25 Juil 2017 - 22:47