L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


Le bébé OGM : un enfant-otage à 3 parents

Partagez
avatar
Claire
Admin

Messages : 7906
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

Le bébé OGM : un enfant-otage à 3 parents

Message par Claire le Jeu 29 Sep 2016 - 0:18

Le bébé OGM : un enfant-otage à 3 parents


Le Salon Beige - blog quotidien d'actualité par des laïcs catholiques

Hier à 22:05



Le premier bébé « à trois parents » est né au Mexique. Il s’appelle Abrahim (sic) Hassan. Les parents sont jordaniens. Les Dr Frankenstein sont une équipe internationale menée par le Dr John Zhang du Centre New Hope Fertility (nouvel espoir de fertilité) de New York. Les parents jordaniens ont voyagé au Mexique où ils ont été pris en charge par une équipe américaine. Pourquoi le Mexique ? A proximité des Etats-Unis, c’est un pays où aucun cadre réglementaire n’a encore été mis en place pour interdire cette technique. 
Il serait né dans le plus grand secret en avril 2016.



L’objectif de la FIV-3 parents est de faire naître un enfant exempt d’une maladie mitochondriale au sein d’un couple présentant des risques de transmission. Les mitochondries sont de petits organites fonctionnant comme des micro usines énergétiques au sein de chaque cellule, y compris dans les ovules. Les mitochondries contiennent de l’ADN, et c’est par cet ADN que la transmission génétique d’une maladie est possible, par la mère. Très rares, les maladies mitochondriales sont graves. 
L’embryon humain est donc conçu à partir de l’ADN de 3 personnes :

  • celui de son père biologique (par le spermatozoïde),

  • celui de sa mère biologique (par le noyau cellulaire de l’ovule)

  • celui issu des mitochondries d’une autre femme, une donneuse d’ovule. L’ovule de la donneuse est « énucléé » (son noyau a été retiré) et le noyau de la mère biologique y est inséré à la place.



La FIV-3 parents a été légalisée au Royaume-Uni en 2015, mais jusqu'à présent, aucun autre pays n'a adopté de lois pour l’autoriser. Il est probable qu’un tri embryonnaire ait été mis en œuvre, pour sélectionner un enfant à naître masculin et non féminin. En effet, une fille présenterait le risque de transmission aux générations suivantes de ce triple héritage génétique. 
Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA, dénonce :
« Les biologistes qui assument cette première la légitiment par un mobile thérapeutique, comme si la fin justifiait les moyens. En réalité, cette naissance qui a un prix en vies humaines conçues et rejetées à l’état embryonnaire, inaugure une transgression sans précédent. Toute l’humanité est concernée. Alors que, jusqu’à ce jour, tout être humain était né d’un homme et d’une femme, la naissance du bébé « à trois parents biologiques » transgresse ce principe universel d’une parité originelle homme-femme dans l’engendrement. Des revendications insensées vont immédiatement s’engouffrer derrière cet effondrement d’un précieux mur porteur de notre anthropologie. Il est urgent d’enrayer cette dérive au plan mondial, si nous ne voulons pas que les êtres humains à venir soient conçus et manipulés comme des objets. » 

Pour Blanche Streb, directrice des études d’Alliance VITA :

« Il s’agit d’une multiple prise d’otages. Tout d’abord sur l’information elle-même. D’abord tenue secrète, cette pratique a été mise en œuvre dans le secret d’un laboratoire, en dehors de tout radar réglementaire et éthique. Puis, elle a été révélée en grande pompe, en mettant en avant l’enfant ainsi né. Il est présenté comme « étant en bonne santé », ce que chacun espère, mais la communauté internationale se retrouve mise devant le fait accompli. Et ainsi contrainte à ne plus pouvoir contester cette technique puisque son « résultat » est un enfant. L’enfant est donc lui-même un otage, cobaye de la technique qui l’a conçu. Il sera, à vie, le test « grandeur nature » de la FIV-3 parents. De nombreuses inconnues pèsent déjà sur lui, quelles seront les potentielles conséquences sur son développement, sur sa santé ? Quelle sera l’empreinte psychologique de cette « triple filiation » et de ces conditions de naissance ?
Et enfin le couple est, lui-même, otage de cet impérieux et respectable désir d’avoir un enfant biologique, mais auquel des apprentis sorciers n’ont pu répondre que d’une seule manière : en fabriquant in vitro un bébé « plus si biologique que ça ». Un bébé OGM. 
Cette annonce est très grave. Elle montre qu’aujourd’hui des scientifiques bafouent toute règle éthique, s’arrogent le droit de franchir des lignes rouges pour « bricoler » un être humain de toute pièce ! Il ne s’agit ni d’un soin, ni d’une guérison.
Pour Alliance VITA, qui a lancé une alerte nationale et internationale pour informer la communauté internationale des risques de dérives liés à la modification génétique des embryons humains, Stop Bébé OGM, il est temps que les politiques prennent la mesure de ces enjeux éthiques. »



Michel Janva




prendspitie    Uniondepriere   
avatar
Invité
Invité

Re: Le bébé OGM : un enfant-otage à 3 parents

Message par Invité le Jeu 29 Sep 2016 - 16:53

Horreur! Sad
avatar
Claire
Admin

Messages : 7906
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

Re: Le bébé OGM : un enfant-otage à 3 parents

Message par Claire le Ven 30 Sep 2016 - 10:45

1er bébé avec 3 parents : scientifiquement risqué


Le Salon Beige - blog quotidien d'actualité par des laïcs catholiques
Hier à 19:22


Au-delà des problèmes éthiques posés par cette manipulation à but clairement eugéniste, il existe des problèmes scientifiques:





"D'après l'American Society for Reproductive Medicine (ASRM), l'équipe du Dr Zhang a obtenu cinq embryons, dont un seul normal, celui qui est devenu Abrahim.

«La méthode n'est pas parfaite» note David Clancy (Université de Lancaster) car elle transmettra toujours un peu d'ADN mitochondrial de la mère, selon lui. [...]
Cette «première» naissance n'a pas fait l'objet d'une publication détaillée dans une revue scientifique de renom avec comité de lecture.

Une telle publication aurait permis de répondre avec rigueur aux interrogations des spécialistes portant, entre autres, sur le pourcentage précis de mitochondries maternelles résiduelles (porteuses de la maladie) dont l'enfant a malgré tout hérité.

D'après l'équipe du Dr Zhang, «moins d'1 %» des mitochondries du garçon seraient porteuses de l'anomalie.
Des scientifiques s'interrogent sur le suivi à long terme de l'enfant de ce couple jordanien.

Beaucoup jugent la technique «risquée» et ses «conséquences imprévisibles» sur la santé de l'enfant et ses descendants, a prévenu Marcy Darnovsky, directrice du Center for Genetics and Society, une ONG basée en Californie. [...]

Les garçons n'étant pas transmetteurs de ces maladies mitochondriales, certains recommandent de trier par précaution les embryons issus de ces nouvelles techniques et de ne retenir que ceux de sexe mâle, une option qui fait aussi débat.
Dans les années 1990, il y a eu un précédent avec l'injection de mitochondries provenant d'une donneuse pour doper des ovules d'une femme ayant du mal à procréer. Mais certains enfants ont développé par la suite des troubles génétiques et cette pratique a été bannie."


Les féministes devraient s'insurger : les embryons de sexe féminin sont systématiquement rejetés.

Michel Janva

    La date/heure actuelle est Mer 20 Sep 2017 - 23:58