L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Partagez
avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Jeu 27 Oct 2016 - 17:17

Bonjour ou bonsoir tout le monde !

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais parfois il m'arrive de ressentir une grande lassitude et de n'avoir aucun goût pour la prière.


En ces tristes moments, je prends ces paroles de notre cher Jésus à mon compte :

"Mon âme est triste à en mourir" (Matthieu 26:38) 

Alors que je ne trouve plus les mots pour prier, je prononce seulement le Saint Nom de Jésus et je lui dis simplement : "Prends pitié de moi pauvre pécheur" ou d'autres petites phrases de ce genre.

J'ai trouvé un beau texte qui je l'espère, nous fortifiera et nous édifiera toutes et tous dans ce domaine qu'est la prière. Bonne lecture !


Je n'ai pas le goût de prier

À la fin d'une conférence sur la prière, un jeune homme m'a dit: « Si je pouvais avoir plus de silence pour prier, me retirer dans un lieu calme, être loin de la maison, ça prierait mieux. De plus, je n’ai pas le goût de prier ». Après réflexion, je lui répondrais ceci :

Prie donc là où tu es, avec ce que tu vis. Certes, il est bon de réunir les meilleures conditions pour prier, mais la prière qui te convient est celle que tu vis aujourd’hui. Dieu donne la prière dont nous avons besoin au moment même où nous prions. C’est une question de foi et de confiance.

Tu auras beau réunir les conditions idéales pour prier, il y aura toujours des obstacles comme la fatigue, les distractions, la paresse, le manque de foi. Même si tu fuis jusqu’au désert le plus éloigné, tu t’apercevras bien vite que le principal obstacle de la prière, c’est toi-même. Tu peux tout quitter, mais te quitter toi-même et tes pensées, c’est une autre histoire.

L’important est de continuer à prier, en le regardant lui, Jésus, sans trop te regarder, en conversant avec lui comme avec un ami. La prière est union à Dieu dans le bruit comme dans le silence. Et ce silence est beaucoup plus intérieur qu’extérieur ; il est communion au mystère de Dieu, dans le métro comme dans un monastère.

Nous sommes des gens ordinaires, disait Madeleine Delbrêl, qui marchons vers Dieu à petits pas pour le trouver sur notre rue, dans notre maison et au fond de soi. "Si tu crois que le Seigneur vit avec toi, partout où tu as la place de vivre, tu as la place de prier. Si tu vas au bout du monde, tu trouves la trace de Dieu; si tu vas au fond de toi, tu trouves Dieu lui-même." (Madeleine Delbrêl, Alcide. Guide simple pour simples chrétiens, Seuil, 1995)


Le début de la vraie prière

Tu n’as pas envie de prier, tu es même dégoûté de la prière. Déçu, tu en as ras le bol de ne rien sentir, d’être dans la sécheresse, d’éprouver même de la tristesse dans le silence. Eh bien, la vraie prière commence pour toi. Celle que tu ne sais pas faire, celle qui t’ennuie, celle que tu oublies. Tu ne penses même pas que tu pries en priant ainsi, et pourtant tu pries vraiment.

Un conseil : tu peux demander à Marie de t’aider. Elle a vécu la grande aventure de la foi sans tout comprendre, dans le réel quotidien de Nazareth, méditant dans son cœur les Écritures. Elle a cru au-delà de tout goût et sentiment, jusqu’à la croix. Élisabeth, remplie de l'Esprit, avait eu raison de prophétiser : « Oui, bienheureuse celle qui a cru en l'accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur » (Luc 1,45).

Marie a vécu en présence de Dieu dans un dialogue constant avec la Parole. Son « Magnificat », tissé de paroles bibliques, est un bel exemple de cet exercice de méditation qu’elle entretenait avec la Parole de Dieu, et ainsi, avec Dieu lui-même.

« Nous apprenons de Marie à parler personnellement avec le Seigneur, en traduisant et en conservant dans notre vie et dans notre cœur les paroles de Dieu, afin qu’elles deviennent un aliment véritable pour tout un chacun. Ainsi, Marie nous guide dans une école de prière, dans un contact personnel et profond avec Dieu » (Benoît XVI, Discours, 22 février 2007).

Les actes de foi, d’espérance et d’amour que tu fais en priant ont un goût particulier qu’il est difficile aux sens de détecter. Ces actes te font entrer dans une fréquentation toujours plus intime de celui que ton cœur cherche. Il y a une certaine saveur à chercher Dieu, à le prier dans l’instant présent, à cultiver la relation avec lui. Ce Dieu s’est fait connaître dans le visage du Christ. Fixe les yeux sur Jésus en fréquentant les Évangiles. Écoute sa Parole pour entrer en dialogue avec lui. Même si tu ne goûtes pas sa Parole et que tu n’as pas envie de prier, que ton corps soit témoin de ta bonne volonté à durer dans la prière. Dieu te fera goûter son amour un jour ou l’autre.

Et persévère ainsi autant que nécessaire. Après la nuit point toujours l’aube.

   Jacques Gauthier - poète, essayiste et romancier canadien

Blogue :
École de prière (13) Je n'ai pas le goût de prier - Le blogue de ...

avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Ven 28 Oct 2016 - 17:34

 
Mon Dieu merci !

Il y a de bonnes choses que l'on peut trouver sur Internet pour la vie chrétienne, malgré les fausses doctrines qui circulent...

Ce matin, j'ai trouvé un très beau texte qui nous parle de sécheresse spirituelle lorsqu'on perd le goût de prier. Je tenais à vous le partager. 



Seigneur, où es-tu ?

Il y a dans notre tradition chrétienne une sagesse trop bien cachée qui mérite d’être dévoilée afin de venir en aide à tous les gens qui font l’expérience d’une sécheresse spirituelle. Vous savez… ces moments pénibles dans notre vie où nous nous demandons pourquoi notre vie de prière ne nous donne plus la même sensation forte qu’autrefois, ou l’impression que Dieu n’est pas présent. Nombreux sont ceux ou celles qui sombrent dans le découragement car ils ne comprennent pas pourquoi leur vie spirituelle est asséchée. Ils se sentent déboussolés, perdus et frustrés parce que leurs efforts n’arrivent pas à leur donner la satisfaction d’une vie spirituelle vivante et énergisante. Le doute les amène à remettre en question leur façon de prier et leur manière habituelle de rencontrer Dieu.

 
« Seigneur, où es-tu ? Pourquoi ne réponds-tu pas à mes prières ? Je me sens perdu et misérable parce que je ne sais plus où te trouver. Qu’est-ce que je fais de mal ?  La vie était si belle l’année passée alors que je marchais pas à pas avec toi Seigneur, mais maintenant je ne sens plus rien, c’est le vide, et j’ai le goût de tout lâcher, je n’ai plus le goût de prier. »  Ces paroles vous rejoignent ? Elles décrivent bien votre état d’âme ? Il est donc bien important de comprendre ce qui se passe en nous. Il faut savoir qu’il est normal de vivre ce découragement ou cette « sécheresse spirituelle ». Regardons brièvement ce qui en est.
 
Il est possible que cette sécheresse spirituelle soit occasionnée par notre propre faute. Il faut le reconnaître tout de suite, en demander le pardon et chercher à le corriger le plus tôt possible. La sécheresse spirituelle peut se manifester si nous avons des attachements à ce monde. Si mon cœur désire les plaisirs temporaires de ce monde plutôt que ceux du ciel, cela affecte directement la vie spirituelle. Deuxièmement, la paresse spirituelle peut également faire de grands dommages. Au début, cette paresse se manifeste par un délai ou un choix temporaire de manquer à un exercice religieux (prière, messe, dévotion pieuse, actes de charité, etc.). Ce poison s’infiltre graduellement et atteint l’âme d’une personne au point qu’elle met fin à tout ce qui est d’ordre religieux et trouve un plaisir dans les choses de ce monde. Conséquemment, la vie spirituelle finit par mourir à petit feu.
 
Il faut cependant savoir qu’il existe aussi une sécheresse spirituelle que Dieu permet afin de nous faire grandir dans son intimité. Dieu n’a qu’un désir – de se donner entièrement à l’âme qui l’aime vraiment et qui le cherche sincèrement. Et pourtant, pour se faire, Dieu choisit parfois de se cacher, de se retirer de nous afin d’éveiller en nous le désir de le trouver. L’expérience peut être longue et pénible. Sainte Thérèse de Lisieux évoque dans son autobiographie (L’histoire d’une âme) d’une expérience de sécheresse spirituelle qui lui a fait souffrir pendant des mois de temps. Elle nous partage cependant que ce fut pour elle le temps le plus fructueux de toute sa vie spirituelle. Saint Jean de la Croix aussi en a fait une expérience profonde et nous a fait le cadeau de nous décrire les caractéristiques et les fruits de celle-ci dans « La nuit obscure ».
 
Il y a une chose bien simple mais très profonde à saisir ici. La sécheresse dont subit notre vie spirituelle est due au fait que nous recherchons Dieu pour des raisons égoïstes. Afin de nous faire grandir dans la foi et l’amour, Dieu doit nous sevrer de l’utiliser pour satisfaire notre plaisir spirituel. Il veut que nous le cherchions et que nous l’aimions que pour Lui seul et non seulement pour ce qu’Il peut nous donner. Il est souvent difficile pour nous de comprendre et de vivre cette réalité car nous sommes tellement habituer à tout centrer sur nous-mêmes. Nous voulons satisfaire nos propres besoins jusqu’au point de faire de notre prière un temps pour y trouver un plaisir spirituel. Dieu purifie donc notre amour en nous faisant vivre la sécheresse spirituelle. Il faut donc avancer dans la foi dans ces moments-là et non faire retour en arrière.


Diocèse Alexandria-Cornwall

avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Dim 30 Oct 2016 - 15:52



Prière pour les jours gris

Seigneur, tu es
ma lumière quand la nuit n’en finit pas,
mon chemin quand les croisées sont confuses,
mon soleil dans les jours gris.

Seigneur, tu es
ma sagesse quand le cœur part à la dérive,
ma folie quand la raison l’emporte sur le cœur,
mon espérance quand mon cœur peine d’attendre.

Seigneur, tu es
mon salut quand je me sens perdu,
mon ciel bleu quand la terre a couleur d’habitude,
ma paix quand je me fais la guerre.

Seigneur, tu es
ma vie quand mon cœur est las de battre,
mon chant quand les mots me font défaut,
ma jeunesse quand la lassitude me gagne.

Seigneur, tu es
ma joie quand la tristesse se rit de moi,
mon alléluia quand le mal est trop lourd,
ma brise quand je me sens étouffé,
ma vérité quand je me sens tiraillé.

Seigneur, tu es
mon éclaircie quand les ombres m’assaillent,
mon cœur quand je ne trouve plus le mien,
mon Seigneur quand je veux tout maitriser.

Seigneur, tu es
ma victoire quand j’en ai assez de lutter,

mon horizon quand mes yeux sont embrouillés,
mon tout quand plus rien n’est rien.


Trouvée sur un site des salésiens de Don Bosco

Archiprêtré de Phalsbourg Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

avatar
Invité
Invité

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Invité le Dim 30 Oct 2016 - 17:31

Ça m'est arrivé, comme un vide spirituel, et l'impression que Dieu n'est plus présent, une sensation de solitude absolue, c'est horriiiiible...
avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Dim 30 Oct 2016 - 17:44

Raphaël de l'Enfant Jésus a écrit:Ça m'est arrivé, comme un vide spirituel, et l'impression que Dieu n'est plus présent, une sensation de solitude absolue, c'est horriiiiible...
Oh ! Je sais qui bien ce que tu as ressenti cher "Raphaël" ; je connais cela moi aussi. Sad

C'est triste à mourir quand on traverse ces périodes. Sad
avatar
Invité
Invité

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Invité le Dim 30 Oct 2016 - 18:00

Mais tout est grâce comme disait la petite Thérèse...
avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Dim 30 Oct 2016 - 18:09

Raphaël de l'Enfant Jésus a écrit:Mais tout est grâce comme disait la petite Thérèse...
mercifleur de tout cœur pour cette belle citation cher "Raphaël" !  soisloué smack
avatar
Claire
Admin

Messages : 8150
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Claire le Lun 31 Oct 2016 - 22:41

Le chapelet nous aide dans ces cas là à nous remettre en route ! Smile

avatar
AZUR

Messages : 1056
Date d'inscription : 31/10/2014
Localisation : France

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par AZUR le Mar 1 Nov 2016 - 21:57

Et les prières des autres ... cheers
Nous ne sommes pas Chrétiens pour rien!
Je reconnais qu'il m'est arrivé de juste dire:" Jésus, Marie" mais on repart.
Et puis, le chapelet et même le Rosaire sont notre meilleure arme quotidienne.
Car satan ne veut pas que nous priions: il veut nous détourner de tout ce qui peut nous amener vers Dieu!
avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Mer 2 Nov 2016 - 18:36



Prier ? Mais je ne ressens rien !

Jésus nous recommande de persévérer dans la prière sans nous lasser. Pourtant, notre prière nous paraît souvent sèche et sans joie. Une épreuve que les grands saints ont traversée.

Il est normal parfois de ne rien ressentir dans la prière, puisque toute émotion vient des sens et que Dieu est au-delà du sensible. C’est ce que le poète mystique Jean de la Croix appelle « la nuit obscure » : nuit par les sens et la raison qui sont privés de goût, nuit par la foi elle-même qui nous fait croire ce que nous ne voyons pas, nuit par Dieu lui-même qui est au-delà de tout ce qu’on pourrait en dire et comprendre. Ce Dieu, que «nul n’a jamais vu» (Jean 1, 18), mais que Jésus est venu révéler comme Père, est «un Dieu caché» (Isaïe 45, 15).

Consolons-nous, tous les grands spirituels ont connu cette épreuve de l’aridité dans la prière. Dans la sécheresse spirituelle, Dieu semble absent, indifférent, caché dans un lourd silence. Ce sentiment d’être abandonné de Dieu est ressenti comme un vide intérieur, une solitude aride, un manque existentiel. Thérèse de Lisieux parle d’un sombre tunnel ou d’un brouillard qui l’empêchait de jouir de la foi, Mère Teresa de vide et d’obscurité. C’est souvent quelque chose de passager. Après la nuit l’aurore, après l’hiver le printemps, après la tristesse la joie, après les ténèbres la lumière, après la mort la résurrection. Sachons que Dieu est aussi près de nous dans la sécheresse que dans l’abondance.



Suite de l'article en entier : Prier ? Mais je ne ressens rien ! - Religion - Aleteia : la source ...


avec Jacques Gauthier


avatar
Invité
Invité

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Invité le Mer 2 Nov 2016 - 18:55

Tout à fait Claire et Azur! Merci Gilles pour cet article intéressant! mercifleur
avatar
AZUR

Messages : 1056
Date d'inscription : 31/10/2014
Localisation : France

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par AZUR le Ven 4 Nov 2016 - 12:36

Je crois même que Dieu est davantage présent lorsqu'on ne sent rien, lorqu'on se sent sec, vide, etc.
Car nous persistons et faisons un effort.
Et lorsque nous ressentons quelque chose, c'est une grande grâce de Dieu : Il nous la donne comme Il le souhaite ,Il nous la retire aussi.
N'oublions pas que le Ciel était fermé à Jésus de Son agonie à Sa mort...
Nous ne pouvons pas être plus que Jésus qui a tout connu et souffert avant nous.
avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Mar 29 Nov 2016 - 16:33



Quand je n’arrive pas à prier dans les moments difficiles, comme la maladie, le deuil, le découragement…, quand le diable me présente sa « carte de visite » pour me mettre à plat et que je n’arrive pas à prier, alors je m’appuie sur cette vérité que : « Jésus intercède en ma faveur » (Hébreux 7.25). Il prend le relais !

Texte en entier : Idées et pistes pour enrichir ma vie de prière - Envie de prier


avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Mar 29 Nov 2016 - 16:35



Que dire quand les mots nous manquent ?

J’ai un jour demandé à un membre fidèle de l’Église si, après avoir prié, il avait déjà eu l’impression que Dieu était lointain.« Non, m’a-t-il répondu. Ça ne m’est jamais arrivé. »J’étais anéanti. Plus d’une fois, déchiré par un péché ou le désespoir, ou les deux, j’ai fait appel à Dieu sans ressentir sa présence.Puis, je me suis rappelé la supplication de David dans les mots que Christ lui-même a répétés à la croix : « Mon Dieu! mon Dieu! pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Ps 22.2.)

Je connais de bonnes personnes ferventes qui craignent Dieu et qui ne se sont jamais senties abandonnées. Je connais aussi de bonnes personnes ferventes qui craignent Dieu pour qui ce sentiment est très familier.« Jésus vous aime d’une manière très spéciale », a écrit une mélancolique mère Teresa à une amie. « Quant à moi, le silence et le vide sont si grands que je regarde sans voir, que j’écoute sans entendre. » À une certaine époque, moi, qui ai donné beaucoup moins d’affection à bien moins de gens que mère Teresa, j’aurais blâmé son agonie spirituelle sur sa foi fondée sur ses œuvres.

Au fil des ans, Dieu m’a abaissé en me laissant subir les épreuves et les tentations de gens que j’ai jugés. J’ai déjà pensé que c’étaient mes actions, ma justice et mes prières louables qui définissaient mon intimité avec Dieu. Mais j’ai connu des périodes si sombres que je pouvais à peine formuler les mots pour prier.Vous êtes-vous déjà retrouvé à genoux, ou étendu sur votre lit dans votre chambre assombrie, ou encore rivé à un banc d’église, désespérant de communier avec Dieu, ignorant les mots pouvant exprimer les émotions profondes et affreuses que chacun trouve dans l’épaisse nuit de l’âme ?

Il fut un temps où je me croyais adroit à prier. Conférencier depuis plusieurs années, j’avais acquis le don de bien tourner les phrases éloquentes ou de faire des pauses dramatiques. Cela m’avait amené à présumer que c’était ce que Dieu voulait : de jolis mots bien choisis, tous enfilés comme des pierres précieuses sur un collier de grand prix.

Mais avec les années, j’ai enterré un enfant, détruit mon mariage et déçu tant de gens. Au milieu de cette ruine, j’ai connu beaucoup de longues nuits sombres où je pouvais à peine prier, et encore bien moins formuler les bonnes paroles. Certaines nuits, allongé sur mon lit ou le plancher, j’ai pleuré, tout en espérant que les larmes remplaceraient les mots qui ne me venaient pas.Un jour, me trouvant à l’étage supérieur d’un hôtel minable, j’étais si accablé de désespoir que je ne pouvais pas penser à autre chose qu’à me jeter par la fenêtre.

C’est alors que j’ai trouvé une prière qui m’a bien servi depuis ce moment :« S’il te plaît. »« S’il te plaît. » Dieu connaît ce que nous avons fait et ce que nous lui demandons avec instance. Plus important encore, il sait ce dont nous avons vraiment besoin. Si vous pouviez dire une seule chose – découvrir une coupe dans laquelle verser tous les désirs de votre cœur –, pourriez-vous en trouver une meilleure que « s’il te plaît »?« S’il te plaît », ai-je chuchoté dans cette chambre d’hôtel obscure. « S’il te plaît. »Aucun ange n’a chanté, aucune lumière n’est apparue, et aucune des ruines de ma vie n’a été restaurée. Mais je n’ai pas sauté de la fenêtre et je n’ai pas cessé de croire que Dieu nous aime, moi et mes enfants. Je me suis rappelé le reste du Psaume 22, le refrain qui suit le cri d’abandon de David :« Car il n’a ni mépris ni dédain pour les peines du misérable, et il ne lui cache point sa face; mais il l’écoute quand il crie à lui » (v. 25).

Un de mes amis, qui a perdu sa femme et son enfant dans un accident de voiture, m’a confié que, dans ses moments de détresse, sa prière est simplement « Aide-moi. »Qui parmi nous, en entendant son enfant crier « s’il te plaît » ou « aide-moi », n’accourrait pas vers lui ? Et quel parent aime ses enfants plus que Dieu nous aime? Ce qui compte n’est pas de trouver les bons mots, mais de venir à Dieu. Et quelle honte de tarder à aller vers lui ou de quitter trop tôt sa présence parce que nous ne trouvons pas les « bons » mots! Il vaut mieux chuchoter à maintes reprises « s’il te plaît » ou « aide-moi », ou mieux encore « Jésus », que de ne pas du tout venir à lui.  Je connais des gens qui prient les Psaumes, des prières inspirées de Dieu. D’autres lisent les prières des premiers chrétiens.Le Créateur du ciel et de la terre n’a pas besoin que nous formulions des prières originales. Venez avec « un cœur brisé et contrit », a écrit David dans Psaumes 51.19.

Voilà ce qui devrait nous préoccuper : avoir un cœur droit et non pas chercher à dire les bonnes paroles. Malgré nous, Seigneur, montre-nous comment prier.  



avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Mer 30 Nov 2016 - 20:19



La nuit des sens : l'heureux sort ! (S. Jean de la Croix)

St Jean de la Croix décrit la nuit des sens dans son œuvre « La nuit obscure ».

On reconnaît la nuit des sens à trois choses :

1. Absence de joie en Dieu et dans les choses créées. La partie sensible est abattue et languissante par manque de goût à agir mais l'esprit est vigoureux.

2. Sentiment de reculer, inquiétude à ce sujet.

3. Incapacité de méditer à l'aide de l'imagination, avec cependant un désir de servir Dieu.

4. Attrait pour la solitude et le calme.


Cantique de l’âme, strophe 1 :
Par une nuit profonde,
Etant pleine d’angoisse et enflammée d’amour,
Oh ! L’heureux sort !
Je sortis dans être vue, tandis que ma demeure était déjà en paix.
- L'âme est « angoissée » parce que la partie sensible est privée, éteinte, dans la nuit.
- L'âme est pourtant « enflammée d'amour », elle est dans la voie du pur amour.
- « Heureux sort ! » : Dieu agit, c'est pourquoi c'est un chemin de bonheur et de paix.
- « Je sortis » : cela signifie que l'âme sort de la sujétion à la partie sensitive. Elle s'appuie sur la foi qui est étrangère aux sens.

Citons saint Jean de la Croix :

« Ce sont les sécheresses qui font avancer l’âme dans la voie du pur amour de Dieu.
Elle ne se porte plus désormais à agir sous l’influence du goût et de la saveur qu’elle trouvait dans ses actions ; elle ne se meut que pour plaire à Dieu.
Elle n’a plus de présomption ni de satisfaction personnelle, comme elle en avait peut-être l’habitude au temps de la prospérité ; elle est devenue craintive et défiante d’elle-même ; elle ne cherche plus de satisfaction en elle-même ; aussi vit-elle dans cette crainte salutaire qui conserve et augmente les vertus. »
(Nuit obscure des sens, chapitre XIII)
La nuit est pleine d'avantages, car elle illumine :

La sécheresse et le vide font découvrir à la personne une bassesse qu'elle "ne voyait pas au temps où toutes ses méditations étaient savoureuses, prospères". Et l'âme acquiert "plus de respect dans ses rapports avec Dieu".

Le pur amour donne accès à la compréhension de la vérité, à la saveur la Sagesse :

Dieu éclaire l'âme, et alors non seulement elle connaît sa misère et sa bassesse, mais elle découvre aussi la grandeur et l'excellence de son Dieu. [...] L'entendement a acquis la liberté et la pureté nécessaire pour comprendre la vérité." Et "Dieu lui communique peu à peu par un moyen surnaturel les lumières de sa Sagesse, ce qu'il ne faisait pas quand l'âme goûtait les joies et les satisfactions précédentes." Après la nuit des sens, l'âme goûte "une saveur spirituelle sans qu'il lui en coûte le moindre raisonnement."

L'âme est vraiment « sortie », elle a vécu un exode dirait la Bible, elle a quitté une foule d'imperfections :

Elle a le désir que tout le monde lui donne des conseils et des avis sur la conduite à suivre. Elle reçoit de Dieu l'humilité et l'esprit de promptitude dans l'accomplissement de l'obéissance par pur amour pour Dieu, sans consolation. Elle est délivrée des impuretés. Assouplie et humiliée par ces aridités et ces difficultés, elle devient douce à l'égard de Dieu, d'elle-même et du prochain.

Durée :

La nuit des sens se fait par une alternance entre des périodes de sécheresses, ténèbres, angoisse, et des périodes de sérénité : « Dieu fait passer fréquemment des ténèbres de la nuit à la lumière du jour ».

Mais la nuit des sens « doit s’appeler plutôt une certaine réforme des passions ou un frein qui leur est imposé, qu’une purification proprement dite. La raison en est que toutes les imperfections et tous les désordres de la partie sensitive ont leurs racines dans l’esprit. »

Saint Jean de la Croix donne alors un autre commentaire sur la même strophe, dans "la nuit obscure de l'esprit".


avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Lun 30 Jan 2017 - 19:01



Pas le moral ? Récitez cette prière !

Si les forces vous manquent, il suffit de vous retourner vers Dieu.

Debout ! Ne vous découragez pas ! Ayez confiance ! Dieu ne vous abandonnera pas, sa Voie va bien au-delà de notre imagination. Car Il est le Dieu des surprises, Il est celui qui surprend à travers les plus étonnantes formes et par les réponses les plus inattendues.

Dès maintenant, assumez les nouveaux défis qui se présentent à vous. Croyez en Dieu, en son amour, en son pouvoir illimité, croyez en vous et en tout ce qu’Il a semé dans votre cœur. Ne prêtez pas attention aux voix qui cherchent à vous décourager et à vous retenir. Souvenez-vous que vous êtes ce résultat de l’amour de Dieu, qui se perfectionne chaque jour de votre vie.

Suite de ce magnifique article : Pas le moral ? Récitez cette prière ! - Spiritualité - Aleteia : un regard ...



avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Lun 20 Fév 2017 - 18:36



Il y a des moments où tout s’écroule, où l’on perd pied, où tout se brouille. On ne comprend rien et on se demande parfois si Dieu existe vraiment.

Certes, il n’est pas facile d’exprimer ses découragements, sa tristesse, son angoisse. Il est bon alors de se servir des mots des autres, de ceux qui, comme nous, ont connu le malheur...

Quand le mal m’écrase...

Seigneur Jésus,
comment pourrais-je bien prier
quand le mal m’écrase
et que je n’en peux plus…
Toi qui as connu le creux de la souffrance,
Toi qui es passé par là,
aujourd’hui sois avec moi.
Toi qui as fait face jusqu’au bout,
aide-moi à tenir bon.
Toi qui es vivant,
viens prier en moi par ton Esprit saint.
Et pendant que je traverse l’épreuve,
fais passer en moi le souffle de ta Résurrection. Amen !


Pierre Lyonnet, jésuite

Source :
Prières pour les moments difficiles - Croire - La Croix
avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Sam 16 Sep 2017 - 16:24



Pourquoi prier quand cela ne marche pas ?

Saint Augustin nous rappelle que toutes les prières sont utiles.

Le rapport à la prière est plus complexe qu’il n’y parait. Nous avons pu le réaliser dès notre plus jeune âge. Lorsque, malgré toutes nos prières, l’élu de notre cœur persistait à nous ignorer, les zéros en maths à s’accumuler, et la santé de notre grand-mère à péricliter, force a été de constater que la prière n’était pas toujours efficace. À l’âge adulte aussi, les prières déçues se multiplient : prier pour trouver un travail mais rester au chômage pendant des mois, prier pour que notre relation de couple s’arrange mais se séparer quand même. Prier pour trouver le bonheur, sans jamais y parvenir. Alors, à quoi bon tous ces efforts si nos désirs ne se réalisent jamais ?

Dieu nous écoute-t-il vraiment ?


Bien sûr, mais pas forcément comme nous nous l’imaginons. Dieu est souvent perçu, à tort, comme un être invisible dont la mission est de réaliser tous nos vœux. Lors de son Sermon sur la Montagne, Jésus a déclaré : « En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne leur ressemblez pas ; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous ne lui demandiez. » Cette déclaration en dit long sur la nature même de la prière. Nos prières n’apprennent rien à Dieu, puisqu’il sait déjà tout. Les païens sont persuadés que la prière est un moyen pour l’Homme d’informer Dieu de ce dont il a besoin. Jésus nous met en garde contre cette conception erronée de notre rapport à Dieu. 

Au contraire. Il ne faut rien demander à Dieu en priant. Il faut reconnaître sa puissance, et sa connaissance de toutes choses sur terre. « Voici donc comment vous devez prier » déclare Jésus dans l’évangile selon Saint Mathieu (6, 9–10) : « Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. » Il n’y a aucune naissance ou mort, aucun gain ou perte, ni joie ou tristesse dont Dieu ne soit pas au courant. Comme Jésus le déclare : « Ne vend-on pas une paire de moineaux pour un sou ? Et pourtant, pas un seul d’entre eux ne tombe à terre sans le consentement de votre Père. » Tout arrive par la volonté de Dieu. Jésus affirme à ses disciples : « Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. N’ayez donc aucune crainte, car vous, vous avez plus de valeur que toute une volée de moineaux.” Dieu est notre créateur. Il connaît le moindre de nos détails.

Se soumettre à la volonté de Dieu


Mais cette explication laisse cependant une question en suspens : pourquoi prier si Dieu est omniscient et qu’Il connaît nos besoins avant même que nous en ayons nous-même conscience ?

Cela dépend de ce que nous attendons de la prière. Si nous espérons changer ce que Dieu a prévu pour nous, alors certes, c’est inutile. Dieu ne change pas d’avis. Mais si nous espérons que la prière nous aide à évoluer au niveau personnel, alors il faut prier comme Jésus nous l’enseigne.

Il y a plusieurs siècle de cela, saint Augustin expliqua le mystère de la prière chrétienne à une femme noble appelée Proba. Cette jeune veuve en fuite après le sac de Rome, écrivit à saint Augustin pour lui demander conseil à propos de ses prières. Confuse et seule, Proba espérait que les mots de saint Augustin l’aideraient à mettre de l’ordre dans sa vie chaotique. Saint Augustin répondit qu’il lui fallait prier pour une vie heureuse : « Il n’est vraiment heureux que celui qui possède tout ce qu’il souhaite, et qui ne veut rien avoir qu’il ne souhaite pas. »

Quand nous prions pour un idéal de vie heureuse, explique Augustin, nos désirs rejoignent ceux de Dieu et nous rapprochent de lui. Ainsi, nous souhaitons recevoir ce que Dieu veut nous donner, et non plus ce que nous voulons pour nous même. C’est donc en ce sens que la prière nous fait grandir : nos désirs changent au contact de Dieu.

Nous prions donc toujours, non pour faire connaître à Dieu nos besoins, mais pour désirer ce qu’il veut nous offrir, pour être heureux sur le chemin de la vie éternelle.

Le mystère de la prière décrite par saint Augustin se vérifie même dans les moments de grande détresse. Il n’est pas toujours évident de savoir comment prier lorsque nous devons faire face à des difficultés. Nous avons naturellement tendance à demander à Dieu de soulager notre souffrance.

Augustin admet qu’il est tout a fait normal de réagir ainsi. Mais selon lui, il faut parvenir à se soumettre à la volonté de Dieu. Si Dieu ne soulage pas nos peines, il ne faut pas en être offensé. Cela n’est pas une preuve de négligence de sa part. Il faut au contraire endurer la souffrance, puisque sa puissance s’accomplit dans notre faiblesse. C’est ainsi que nous atteindrons un état d’épanouissement personnel.

Il faut donc reconnaître que ce qui nous ce qui nous affecte puisse en fait être le chemin qui nous mène au plus grand bien. Augustin nous incite à prier selon l’enseignement de Matthieu (26, 39) : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. »

Nulle prière n’est inutile. À tous moments, nos prières sont la preuve de la soumission de nos cœurs à la volonté de Dieu. Créatures d’un Dieu providentiel, nous prions pour ne rien perdre de ce qu’il nous a donné. (Jean 6, 39).

par Father Aquinas Guilbeau, OP
avatar
Gilles

Messages : 954
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Il nous arrive tous de ne plus avoir le goût de prier : Voici mon partage...

Message par Gilles le Jeu 16 Nov 2017 - 17:51

16 novembre 2017


Une prière pour les moments où tu ne sens plus la présence de Dieu

Il y a des périodes de la vie où la présence de Dieu est moins tangible dans nos vies. Mais Dieu est fidèle, même dans ces moments là. Priez malgré tout et attendez son secours.

Suite du texte et vidéo :
Une prière pour les moments où tu ne sens plus la présence de Dieu




    La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017 - 12:50