L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


Les commérages et la médisance : Poison venimeux dans la vie du chrétien !

Partagez
avatar
Gilles

Messages : 960
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Les commérages et la médisance : Poison venimeux dans la vie du chrétien !

Message par Gilles le Ven 27 Jan 2017 - 17:38

26 janvier 2017


Le vice dont il est le plus difficile de se défaire

Une maladie récurrente que le Pape dénonce régulièrement.

Depuis son premier discours de fin d’année adressé à la Curie Romaine, le pape François n’a jamais manqué l’occasion de dénoncer une maladie récurrente dans chaque curie comme dans chaque communauté : la maladie des murmures, des commérages et des bavardages.

« J’ai déjà parlé de cette maladie de nombreuses fois mais ce n’est jamais assez. C’est une maladie grave, qui commence simplement, peut-être seulement par un peu de bavardage et s’empare de la personne en la transformant en ‘‘semeur de zizanie’’ (comme Satan), et dans beaucoup de cas en ‘‘homicide de sang froid’’ de la réputation des collègues et des confrères. C’est la maladie des personnes lâches qui n’ont pas le courage de parler directement ; ils parlent par derrière. Saint Paul nous exhorte : « Agissez en tout sans murmures ni contestations afin de vous rendre irréprochables et purs » (Ph 2, 14-18). Frères, gardons-nous du terrorisme des bavardages ! » [Pape François, le 22 décembre 2014].

Suite de l'article en entier : Le vice dont il est le plus difficile de se défaire - Société - Aleteia : un ...


avatar
Gilles

Messages : 960
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: Les commérages et la médisance : Poison venimeux dans la vie du chrétien !

Message par Gilles le Mar 1 Aoû 2017 - 16:47

mardi 9 mai 2017


Mettre fin aux commérages

Les bruits que quelqu’un répand ne nous révèlent pas le vrai caractère de la personne qui est attaquée, mais celui du rapporteur. Un tel comportement dénote une volonté de pécher contre le Seigneur en causant du tort à autrui. Le croyant ne pourra jamais devenir celui que Dieu veut qu’il soit jusqu’à ce qu’il règle ce péché.

La première étape pour vaincre cette faute consiste à la confesser, puis à s’en repentir, c’est‑à‑dire à décider de se détourner des occasions qui se prêtent aux cancans. Dans ce contexte, il est utile de prier chaque jour les paroles du Psaume 141.3 : « Éternel, mets une garde à ma bouche, veille sur la porte de mes lèvres. »

Ensuite, il faut se garder de la tentation. Les chrétiens doivent éviter les ragots s’ils veulent que leurs pensées et leurs paroles plaisent à Dieu. En présence d’une personne qui médit, la meilleure ligne de conduite consiste à s’opposer à son comportement et à quitter les lieux, plutôt qu’à participer à son péché.

Enfin, au lieu de parler en mal de quelqu’un, usons de sagesse et prions pour lui. En adoptant cette habitude, nous remplacerons une fâcheuse prédisposition par une pratique agréable à Dieu. La Bible nous recommande de nous encourager et de nous exhorter les uns les autres, et la prière constitue un bon moyen d’obéir à cette instruction (1 Th 5.11,14).

Un chrétien qui colporte des ragots déshonore le nom de Dieu – et le sien. Plutôt que de nous servir de mots pour blesser et détruire, choisissons de dire du bien de chacun. Ainsi, nous glorifierons le Seigneur.

      

    La date/heure actuelle est Lun 20 Nov 2017 - 8:52