L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


LE CRUCIFIX : UNE FIERTÉ POUR LES CATHOLIQUES QUÉBÉCOIS...

Partagez
avatar
Gilles

Messages : 972
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

LE CRUCIFIX : UNE FIERTÉ POUR LES CATHOLIQUES QUÉBÉCOIS...

Message par Gilles le Mar 24 Oct 2017 - 21:15



La CROIX c’est notre Vie Éternelle

Ce qui fait la Grandeur d’un Peuple,


d’une Nation, c’est sa mémoire.



 
Georges Orwell écrivait : «À l’époque où sévit le mensonge, la tromperie universelle : dire la vérité devient un acte héroïque, révolutionnaire».
C’est la mémoire qui fait la Grandeur d’un Peuple, d’une Nation.
Le Québec possède  une devise  «Je Me Souviens».
 


La devise d’une entité, d’un peuple, d’un état n’émerge pas de nulle part. Elle reflète un mot d’ordre, une règle de vie, d’action. C’est un message que nous ont laissés nos grands-parents, nos aïeux, nos ancêtres. Posons-nous alors la question : Pourquoi nous ont-ils laissés cette affirmation, jusqu’en faire notre devise..? N’oublions pas que nos parents, nos ascendants, sont arrivés au Québec (*autrefois appelé Canada) très fiers dans le but de posséder la terre, de s’établir, de fonder des familles, de s’épanouir et de bâtir un pays. Alors pourquoi ont-ils tant voulus que nous n’oublions pas, que nous nous souvenions..?
 
Nos ancêtres, ces courageux et valeureux témoins de l’histoire du Québec, à qui nous devons notre existence, ne méritent-ils pas qu’on s’interroge et que l’on prenne quelques minutes pour tenter de comprendre leur message…?
De ce qui se passe au Québec avec la charte des valeurs, et l’euthanasie (loi 52) on peut se poser cette question: «Québec, Je Me Souviens de quoi?»
 

Article en entier : http://wp.me/p1aACN-h3v




Dernière édition par Gilles le Mar 24 Oct 2017 - 21:25, édité 2 fois
avatar
Gilles

Messages : 972
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: LE CRUCIFIX : UNE FIERTÉ POUR LES CATHOLIQUES QUÉBÉCOIS...

Message par Gilles le Mar 24 Oct 2017 - 21:20

mardi 24 octobre 2017

Des députés libéraux souhaitent le maintien du crucifix au salon bleu de l’Assemblée nationale malgré l’adoption d’une loi sur la neutralité de l’État.


Des députés libéraux en faveur du maintien du crucifix au salon bleu de l'Assemblée nationale

«On vient d’adopter une loi sur la neutralité religieuse, mais on ne démolira pas les statues, on ne démolira pas les artefacts, on ne démolira pas l’histoire du Québec. On vient d’adopter une loi pour qu’on soit capable de vivre ensemble, et pas d’autre chose», a lancé mardi Serge Simard, qui représente la circonscription de Dubuc située au Saguenay-Lac-Saint-Jean.[/b]

La question du crucifix du salon bleu a refait surface la semaine dernière lorsque Québec solidaire a présenté une motion proposant que «la question du déplacement du crucifix» soit débattue au Bureau de l’Assemblée nationale (BAN), sorte de conseil d’administration du parlement à Québec.

La proposition a reçu l’appui du PQ, de la CAQ. Le gouvernement libéral n’a pas indiqué sa position, mais la motion sera à nouveau discutée aujourd’hui. M. Simard a toutefois fait valoir qu’il était tout à fait contre l’idée de déplacer l’imposante structure située au-dessus du président de l’Asssemblée nationale.

«Il est là, il fait partie de l’histoire du salon bleu. Il fait partie de l’histoire du Québec. Moi j’assiste au salon bleu ça fait passablement de temps. Il fait partie de tout ce qui existe au Salon bleu. Lorsque les gens visitent, on est en mesure de conter l’histoire de pourquoi il est là et qu’il est encore là, comme tout ce qui est artefact de l’histoire du Québec», a-t-il dit aux journalistes.

D’autres élus se sont aussi portés à la défense du symbole religieux. «C’est historique, c’est bien certain, moi j’y tiens», a lancé le député de Montmorency, Raymond Bernier. Questionné par les médias à ce sujet, le député de Laval-des-Rapides Saul Polo affirmé qu’il était «un catholique pratiquant».

Le leader parlementaire Jean-Marc Fournier n’a pas voulu donner son opinion sur le sujet «par respect pour le caucus» libéral, qui devrait trancher sur cette question plus tard en journée.

Les quatre partis sont loin d’un consensus. Québec solidaire est en faveur d’un «déplacement» du crucifix, qui serait exposé ailleurs pour son caractère patrimonial.


Le PQ aussi : «On est en faveur de la discussion au BAN et, lors de la discussion, nous prônerons le retrait du crucifix», a soutenu la porte-parole péquiste en matière de laïcité, Agnès Maltais, jeudi dernier.

De son côté, la CAQ souhaite le maintien du crucifix pour des raisons patrimoniales, mais se dit ouverte à la discussion. C'est le gouvernement de l'Union nationale de Maurice Duplessis qui a installé le crucifix au salon bleu de l'Assemblée nationale à son arrivée au pouvoir.

  

avatar
Claire
Admin

Messages : 8165
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

Re: LE CRUCIFIX : UNE FIERTÉ POUR LES CATHOLIQUES QUÉBÉCOIS...

Message par Claire le Mer 25 Oct 2017 - 10:13

N'ayons pas peur de montrer notre foi ! Osons

N'ayons pas peur de vivre au monde, Dieu nous a devancés......"
avatar
Gilles

Messages : 972
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: LE CRUCIFIX : UNE FIERTÉ POUR LES CATHOLIQUES QUÉBÉCOIS...

Message par Gilles le Mer 25 Oct 2017 - 15:52



De la beauté de porter une croix

Une action simple pour incarner véritablement la religion du Christ.

Le port de la croix ne doit pas être une revendication identitaire mais le signe discret d’un lien avec Dieu. Une manière silencieuse de rappeler au monde d’où il vient et où il va, un remède homéopathique contre la sécularisation totale.

Le port de la croix a quelque chose de commun avec la prière devant une statue de saint ou du Christ, avec le Saint Sacrement et avec l’eau bénite.

Comme une prière

Le point commun avec la prière devant une statue est celui de l’intention du coeur. Croire que la croix changerait le coeur de celui qui la porte serait de la magie, de même que croire que la statue est Marie ou le Christ est de l’idôlatrie. Non. La croix, comme l’icône ou la statue, est le signifiant d’un signifié plus large. La porter ou la contempler relie à la Résurrection et à la Victoire qu’elle symbolise. La personne qui a la foi et qui la porte se sent relié à ces réalités mystiques et profondes chaque foi qu’il la voit ou la sent sur sa peau. Et cette prise de conscience répétée est à chaque fois comme un élan, comme une prière.

Il faut être humble

Le point commun avec le Saint Sacrement est celui de la relation et de l’humilité. On peut aller communier à la messe sans rien éprouver, sans rien changer à son comportement. Les génocidaires Hutus allaient communier avant d’aller violer et massacrer des villages entiers…

Tout est question de synergie. Dieu ne fait rien dans la vie sans l’homme, sans sa pleine collaboration. Il faut être humble et souhaiter de tout son être recevoir Dieu pour que l’Eucharistie puisse opérer. De même, si l’attitude du porteur de croix est tendue vers la relation aux autres, la croix illumine. Elle est comme le fanal au milieu de la nuit, comme la lumière de la lampe que le Seigneur nous a demandé de laissé allumer.

Un chrétien qui ne se déclarerait pas ou n’essayerait pas de témoigner serait un chrétien replié sur lui-même ou un chrétien secret… Or rien n’est plus éloigné du christianisme que la notion de secret. La foi doit rayonner, c’est manifeste dans l’Évangile et dans les Actes. Ce n’est pas tout d’être bon, fort, charitable, droit et juste envers le monde, quelque part les gens doivent savoir l’origine des vertus qu’ils remarquent éventuellement.

Le christianisme, une religion incarnée

Le christianisme n’est pas qu’une « religion intérieure » et certainement pas une spiritualité évanescente mais est « incarnation ». Arborer la croix est une façon d’incarner et d’inscrire la foi dans le monde… tout comme les pardons, les processions, les croix placées aux carrefours, les croix placées sur les hauteurs ou dans les profondeurs… C’est une façon de manifester le baptême et la conversion du réel. Et enfin n’oublions pas que le dernier ordre de Dieu est d’aller baptiser les nations, nous avons donc un devoir de conversion et de prosélytisme autour de nous.

Enfin le point commun avec l’eau bénite est celui du mystère de la sacralité des choses et de l’enchantement du monde. Le christianisme s’oppose à la magie en ce que celle-ci relève d’un délire de toute puissance et de mécanisation du monde. Tel rituel aurait automatiquement tel effet, telle amulette aurait automatiquement tel impact sur son porteur. Il s’oppose aussi au clivage sacré/profane en vogue dans les milieux gnostiques puisque notre religion ne déprécie pas le monde et que le corps et l’esprit n’y font qu’un.

Mais le christianisme reconnaît que la puissance divine conjointe à la collaboration de l’Homme peut donner une sacralité aux gestes, aux paroles ou aux objets. C’est pourquoi l’Eucharistie est réellement Dieu en tant que sacrement mais aussi que les églises sont réellement des lieux saints, portes entre le Ciel et la Terre, que l’eau bénite a réellement un pouvoir de purification spirituelle, que le signe de croix à réellement un pouvoir sur l’environnement et que la prière ou la croix a réellement un pouvoir de sanctification du réel en tant que sacramentaux. De par sa nature royale et sacerdotale, les actions spirituelles et intentionnelles du baptisé changent la nature même de la réalité.

Dieu propose Sa volonté au monde, les chrétiens y répondent de différentes manières. L’une d’entre elle est le port de la croix et celui-ci a beaucoup plus de sens et de force sanctificatrice que notre post-modernité peut le penser de prime abord.



par Sébastien Morgan


avatar
Gilles

Messages : 972
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: LE CRUCIFIX : UNE FIERTÉ POUR LES CATHOLIQUES QUÉBÉCOIS...

Message par Gilles le Ven 10 Nov 2017 - 16:07



Chercher le réconfort et trouver la paix dans le crucifix

Regardez-bien le crucifix, oui le crucifix. Il vous apprendra tout.

À quelqu’un qui se sent anxieux, désespéré ou accablé par la solitude, je dis simplement : « Procurez-vous un crucifix ». Pas une croix, un crucifix. Petit, pour pouvoir le ranger dans un tiroir de votre bureau. Et deuxième, encore plus petit, pour mettre dans votre poche. Et même un troisième, pour la maison.

Regardez-le bien attentivement, et il vous apprendra tout. Notamment à prendre du recul sur les choses.

Suite de ce très beau texte en entier : Chercher le réconfort et trouver la paix dans le crucifix - Aleteia

par Elizabeth Scalia
avatar
Gilles

Messages : 972
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 62
Localisation : Québec - Canada

Re: LE CRUCIFIX : UNE FIERTÉ POUR LES CATHOLIQUES QUÉBÉCOIS...

Message par Gilles le Ven 10 Nov 2017 - 16:11



Article de Daniel Paradis (Lac Bouchette-Québec-Canada) Il faut bien regarder l’histoire, pour bien comprendre le geste†LE CRUCIFIX †♥†

J’aimerais revenir un peu sur le crucifix. L’Église, par la voix du prêtre semble se défiler devant le dialogue du Crucifix.
Celui de  l’Assemblée Nationale, ou même dans nos institutions, moi aussi je peux affirmer que ce n’est pas l’Église (le Pape, le Cardinal, l’Évêque, le Prêtre) qui l’a placée à ces endroits, mais c’est bien la foi chrétienne qui l’a déposé à ces emplacements.
Il faut regarder l’histoire pour bien comprendre le geste : Ce dépôt du Crucifix, soit à l’Assemblée Nationale  en 1936 où même dans nos institutions, la foi chrétienne était bien vivante, et souvent en temps de guerre et dans le temps de la Grande Noirceur.
Aujourd’hui, en ce temps qui est notre temps, on retire le Crucifix de plus en plus.

Aujourd’hui, on n’est pas dans le temps, où la foi chrétienne est bien vivante, mais c’est bien dans le temps de la Grande Apostasie.


Vouloir retirer le Crucifix au Parlement ou dans les institutions, ce n’est pas le geste de la foi  chrétienne qui  l’en retire, mais c’est bien l’Apostasie. (L’apostasie est, littéralement, une « désertion ». St Thomas d’Aquin définissait l’apostasie comme « une certaine façon de s’éloigner de Dieu ». Se retirer, ou se détourner de quelque chose à laquelle on adhérait auparavant ». ÉTYMOLOGIE : stase : action de se tenir à l’écart, de s’écarter.
 L’apostasie est définie comme une rupture publique avec la foi et avec l’Église catholique.
Il y a une Parole que Jésus a dite et qu’il ne faudrait pas oublier : «Que Mon peuple se mette à genou et qu’il remette Mes Crucifix pour se rappeler de Ma Justice.»
Rappelez-vous bien, ce que j’ai écrit dans un autre document que j’ai produit: Et voici ce que déclare le Seigneur : «Je réclame Mes terres. Ce qui une fois dans l’histoire M’a été donné, est à Moi pour toujours. Je réclame donc Mes possessions canadiennes.
 Faites retour à Dieu.
Vos gouvernants accélèrent les attaques contre la chrétienté au Canada, Je vais les mener avec une Verge de fer et par les rigueurs de l’hiver et il leur sera impossible de mener à bien leur dessein car Tel est Mon Dessein.
Que Mon peuple se mette à genou et qu’il remette Mes Crucifix pour se rappeler de Ma Justice. Oui, les rigueurs du pire hiver en plein été vous montreront la rigueur de Ma Justice lorsque Mes Droits divins sont bafoués au détriment de tous les petits qui sont les Miens.»
Regardez bien vos gestes, ils confirmeront soient votre Foi Chrétienne ou votre penchant vers l’Apostasie. Si le crucifix est seulement le témoin, de notre héritage religieux et qui doit être remisé, nous sommes complètement dans l’erreur. Il est, et il demeure le signe de la justice divine. Même si aujourd’hui l’Église, par ces représentants, veut affirmer que ce n’est pas elle qui a placé le Crucifix au Parlement ou dans les institutions, qu’elle fasse attention à ces paroles d’apostasie en voulant presque affirmer que le crucifix est un témoin de notre héritage religieux et qu’aujourd’hui on peut le remiser. Qu’elle défende au contraire, que le crucifix est le signe de la justice divine et qu’il demeure toujours et surtout actuel en ce temps que nous vivons.

Mais aujourd’hui, presque à la fin de 2017, nous voulons une seule chose et nous l’affirmons de par nos gestes : nous vivons dans une société tellement sûre et bonne, nous n´avons plus  besoin de Dieu pour nous en sortir. Aujourd’hui, même si l’Église affirme par la voix du prêtre, de l’Évêque etc., que le crucifix, placé au Parlement ou dans les institutions ; que ce n’est pas elle qui les a placés là, il y a deux choses qu’elle oublie de regarder et qui font partie de l’histoire.
C’est elle l’Église, par le prêtre ou l’Évêque qui a bénit le Crucifix, soit au Parlement, soit dans les institutions. Le crucifix que vous avez dans votre maison, l’Église par la voix de ses représentants peut affirmer que ce n’est pas elle qui l’a placé a cet endroit, mais c’est par l’agir du représentant de l’Église (le prêtre, l’Évêque etc.),  que ce crucifix a été bénit et c’est dans la foi chrétienne que les enfants  de l’Église l’a placé à tel endroit.
La 2e chose qui fait partie de l’histoire :
« C’est pendant cette période troublée, que seront promulguées des lois infâmes, visant entre autres à établir une mainmise du pouvoir sur la religion, asservissant le clergé au pouvoir révolutionnaire, persécutant toute opposition, coupant tout lien hiérarchique avec Rome.
Des lois vont promptement se lever contre les écoles chrétiennes pour briser définitivement le lien de la foi. On effacera tout souvenir de la religion première.
 
Des pluies torrentielles entraînant de grands retards dans les cultures seront un des signes précurseurs de cette révolution. »  (Marie-Julie Jahenny)
Le Crucifix : par ce signe, le Seigneur nous indique : «c’est de moi que vous tenez ce signe du pacte d’alliance. Ne laisse donc plus le trouble entrer dans ton esprit, ni l’abattement s’emparer de ton cœur : lève les yeux vers ce signe, et sois plein d’espoir; que les générations futures y puisent la même confiance.»
«La Croix a fait vaincre les grands héros. Ils l’ont porté à la face de l’ennemi et elle leur a donné la victoire… Vous chrétiens, qui allez passez un terrible moment, prenez la Croix pour soutien.» (Marie-Julie Jahenny).
«Aujourd’hui, la terre entière mérite Ma justice. Je suis venu sur cette terre ; ils veulent Me chasser, M’enlever Mon Saint Tabernacle, renverser Ma Croix et méconnaître Ma Puissance. J’ai vu tout passer sur terre.»
 «Jamais – Je vous le dis avec un cœur de mère – jamais Je n’ai eu sous les yeux l’attente de pareils crimes, de pareils malheurs : violations, sacrilèges, attentats (…)»
« Il faut que le règne du péché finisse. Jamais la terre et le monde n’auront été en semblable état. Il faut en finir, ou bien toute âme se perdra ! »
 







Devant ces faits, deux sentiments se partagent à nos âmes :





La frayeur et la confiance en Dieu.





C’est justement pour atténuer l’une et augmenter l’autre que ces annonces du plan divin nous sont transmises. Ils ont bien tort de se moquer, car, en ces jours-là, le déluge de maux sera tellement concentré que l’on sera bien obligé d’y voir une cause non matérielle, mais une cause de  l’ordre spirituel. Déjà, devant la dépravation et l’horreur de certains crimes, on est saisi d’une sorte d’horreur qui fait trembler, car l’action de forces intelligentes et perverses s’y laisse entrevoir.
En ces jours-là, ces forces ténébreuses seront  palpables.  Et de même que devant un miracle, on s’écrie Dieu est là, devant les horribles crimes, on s’écrie : «  Le démon est là. Cela dépasse la malice seulement humaine ! »
Nous sommes les témoins vivants de cette lente agonie. Nous devons compatir, souffrir avec Jésus, de tous ces scandales, de toutes ces impostures, de tous ces manquements non seulement à la Foi et à l’Amour de Dieu, mais à la simple raison.
La grande purification a été l’objet de prédictions depuis des siècles. Dieu cherche sans cesse les  « dix justes  » qui suffisent à Son infinie Miséricorde pour accorder des sursis et des remises de peine à l’humanité pécheresse. Dieu a, devant les yeux de Sa Sagesse, la balance de la Justice. Rien n’échappe à Son regard. Il a créé l’homme pour qu’il trouve son bonheur à Le servir. Il va encore plus loin en faisant de l’homme son ami et même son enfant adoptif.
La Sainte Messe est le plus lourd de ces contrepoids essentiels contre le mal. Mais il y a un temps où Dieu doit intervenir, car l’existence même de ces justes, qui vivent de cette Sainte Messe, est menacée. II doit purifier l’humanité en manifestant Sa Justice et son horreur absolue du péché. Sa Justice ne tolère pas la moindre impunité du mal.




« Si les justes n’avaient pas redoublé de prières, surtout en égard des justices annoncées depuis des siècles, la Main du Seigneur se serait appesantie sur tout son peuple, et les plus grandes épreuves auraient depuis longtemps visité Ses enfants. »
 « Mes petites âmes aimantes, Je l’avais fait belle cette terre que vous foulez. Je l’avais créée avec une grande ferveur et de nobles sentiments. Le règne du crime s’avance. J’ai tout permis, malheurs, tribulations, méchanceté des hommes… J’ai tout laissé au gré des consciences et à Mon tour…
 Je me lèverai terrible pour finir le règne qui éteint Mes lois saintes, le règne qui comble d’amertume Mes âmes justes, le règne qui Me fait tant de mal, en perdant tant d’âmes qui se précipitent dans l’éternel malheur. Je vous sauverai à travers le grand déluge de Ma Justice divine… J’ai tout laissé faire avant de Me lever, mais voilà que la mesure est pleine et que Mon heure approche…»



 Nous ignorons la date de ces jours où la Justice et la Miséricorde se manifesteront avec tant d’éclat. Les prophéties sont constantes, cohérentes, conformes à d’autres sources sûres. Même si notre génération n’était pas concernée par ce déluge purificateur, nous devons transmettre les informations reçues, nous préparer et préparer le prochain, en remerciant Dieu d’être si patient. Tout murmure, toute révolte, toute moquerie seraient des offenses à Sa Sage Providence qui gouverne tout  « avec force et suavité. » 
Néanmoins, il semble que des grondements font pressentir l’orage. De toute façon, il vaut mieux être prêt.   «Veillez et priez !  » Car vous ne savez ni le jour ni l’heure, où  « II viendra comme un voleur. » « J’ai voulu prévenir mon peuple, pour qu’il ne soit pas surpris. Attendez dans la confiance et l’espérance… Douter, ce serait M’offenser… Sois sûre, les jours et les heures sont marquées dans Mon Cœur ; encore un peu de temps et J’accomplirai Mes promesses ! »
Soyons reconnaissants envers la Bonté divine de nous avoir fait connaître tant de choses, sur Ses œuvres et Ses projets. N’est-ce pas une joie pour un bon serviteur de connaître clairement la volonté de son maître, de préparer Sa venue, de se réjouir de Sa victoire annoncée. Un veilleur est une personne de confiance, à qui l’on demande de ne pas s’endormir et d’assurer la garde sans défaillance des biens qu’on lui confie. Malheur au gardien endormi qui laisse entrer les voleurs, les vandales de toutes sortes, destructeurs des biens matériels et spirituels !
Avant que la Paix refleurisse sur la terre, il faut qu’une grande pénitence fléchisse la colère divine. C’est le Seigneur Lui-même qui exerce Sa Justice. Il n’appartient qu’a Lui de châtier, mais en châtiant, Il purifiera la terre et son peuple. Il n’épargnera rien. Il cultivera la terre pour y semer une nouvelle semence.  Un homme averti en vaut deux ; un bon chrétien averti en vaut mille, car il peut par ses prières et ses sacrifices intercéder pour ceux qui seront surpris dans la torpeur de l’époque assoupie !

Sur cette terre se livre le grand combat entre le Prince de ce monde, Satan et ses complices angéliques et humains, contre le Christ dont ils n’admettent pas la victoire par la Croix. C’est un combat perdu d’avance. Ils le savent, mais avant d’être refoulés en enfer ils veulent se venger et anéantir l’Église, qui est le Corps mystique du Christ, car ils ne peuvent plus rien contre la Tête de ce Corps, qui est dans la gloire éternelle des Cieux. Ils veulent anéantir l’humanité, en la poussant au suicide, en la rendant folle d’orgueil et de désespoir.
Satan veut faire tomber Jésus dans le piège de la tentation.
Ils veulent tarir toutes les sources de lumière spirituelle, tout espoir de salut. En détruisant la Foi en la Divinité de Jésus-Christ…
Ils veulent anéantir toutes les sources d’amour que sont les Sacrements, et tout spécialement l’Eucharistie, Présence vivifiante de la Tête, du Chef, au coeur même des âmes qui Lui sont fidèles.
Ils veulent pour cela anéantir la Sainte Messe et la liturgie.
Ils veulent anéantir tout ordre, toute hiérarchie temporelle et spirituelle;
Ils veulent par ruse et par violence, décapiter l’Église en anéantissant le pouvoir du Souverain Pontife.
Ils veulent faire croire aux hommes que le pouvoir vient d’en bas, de la masse et non d’En Haut.
Ils veulent leur faire croire que le salut vient d’eux seuls.



 





Ce qui est une offense très grave envers Dieu, Créateur et Sauveur. Jamais l’orgueil n’a poussé aussi loin ses audaces mortelles, dans tous les domaines de la société. La jeunesse, totalement désorientée par la fausse science et l’ignorance religieuse, se précipite dans la drogue ou la violence.

Mais Dieu veille. Rien ne Lui échappe. Il permet la mise à l’épreuve de Ses serviteurs pour faire le tri des vrais amis et des faux. Ce tri aboutit à la préservation d’un petit nombre de vrais fidèles avec lequel il reconstruira ce qu’il a décidé d’édifier, avant la clôture du temps.
Le mystérieux équilibre entre la Justice et la Miséricorde Divine apparaît parfaitement quand on relit les annonces faites par Marie-Julie dans les premières années de sa mission de  « paratonnerre. » Pour les temps à venir, elle nous prévient d’avoir à faire des  « provisions de grâce », en communiant tous les jours où il ne serait plus possible de le faire, en communiant pour les pêcheurs qui ont tant besoin de ces grâces. Les premiers chrétiens mettaient tout en commun. Partageons nos grâces, pour les vivants et les morts, pour les amis et les ennemis. C’est un grand acte de charité catholique qui veut dire universelle, sans restriction. Partager l’Infini ne l’ampute de rien.
«  Ce sont ces Saintes Communions d’aujourd’hui qui, dans un avenir prochain, quand il n’y aura plus de Pain Sacré, plus de Corps adorable pour soutenir les forces défaillantes, ce sont ces très Saintes Communions d’aujourd’hui qui donneront à Mes chères âmes la force et le courage d’affronter, dans la charité, le péril et le danger ; mais elles ne périront pas. Cette Manne Sacrée les élèvera au-dessus du péril, et les tiendra suspendues au-dessus du danger. »
 Elles accompliront, ces chères âmes, des actes de dévouement, même pour ceux qui ont été leurs épines. Ces épines auront été Mes épines, celles qui perceront Mon Cœur et Le percent déjà.  »
Bientôt vous verrez Satan et les suppôts de Satan parcourant la terre. Ils veulent anéantir jusqu’au Nom de Jésus, ils veulent tout faire disparaître. On va briser les croix même là où repose la poussière des chrétiens et on fera subir à cet arbre divin les insultes les plus grossières et les plus raffinées… Mon Cœur est comme réduit en miettes et dans une mare de sang. Je souffre des douleurs plus cuisantes que celles de Ma première Passion. » 
  « Ce temps qui vient n’aura jamais eu son égal sur la terre. Le Ciel s’entrouvrira et laissera voir les traits de Ma Justice irritée… Un grand nombre apostasiera, Je n’aurai plus qu’une petite poignée d’âmes. Même dans les âmes chrétiennes, la charité diminue, aujourd’hui, les parents en grand nombre élèvent l’âme et le corps de leurs enfants pour les supplices éternels. ».
 « Mes enfants, je vous demande de ne jamais fouler aux pieds la Croix, de ne pas suivre l’exemple d’une foule immense qui va préférer damner son âme pour sauver son corps. Votre refus de demeurer avec Moi, adoucira vos bourreaux.  »

« Il y aura même des prêtres qui n’auront pas le courage de défendre la religion. C’est pour Dieu, la peine la plus déchirante. L’ignorance religieuse est le plus grand fléau de nos temps pourtant si riches en moyens de formation et d’information. Prenez la Foi comme arme et bouclier ; avec elle, vous vaincrez tout ce qui s’oppose à la loi ecclésiastique.

 
C’est le Saint Sacrifice de la Messe qui apaise la colère irritée du Seigneur.  »
« Quand j’ai parlé, je ne me cachais pas quelque part dans l’obscurité de la terre ; je n’ai pas dit aux descendants de Jacob : Cherchez-moi dans le vide ! Je suis le Seigneur qui profère la justice, qui proclame ce qui est droit ! (Isaïe 45, 19).
 Tout a une valeur de signe dans la nature. L’arc en Ciel est le signe de l’Alliance, après le déluge. Les ténèbres, par obscurcissement du soleil, témoignent que Dieu est la seule lumière des âmes et que s’en éloigner entraîne la mort éternelle. Les calamités (tempêtes, orages violents, tremblements de terre, ouragans) rappellent à l’homme qu’il est totalement dépendant de l’ordre divin.

« La Croix est le signe pour vous rappeler ma Justice. Le baptême que vous avez reçu, c’est dans ma mort que vous avez été plongés afin de naître à ma vie de ressuscité ».
« Qui donc l’a d’avance révélé et jadis annoncé ? N’est-ce pas moi, le Seigneur ? Hors moi, pas de Dieu ; de Dieu juste et sauveur, pas d’autre que moi ! » (Isaïe 45, 21).
 « Le genre humain devra reconnaître qu’au-dessus de lui se trouve une Volonté qui fera tomber comme un château de cartes, les plans audacieux de son ambition. »
  « Les apparitions fréquentes de Ma Bonne Mère sont l’oeuvre de Ma Miséricorde. » 
« Ce n’est que par la douce offrande de toutes les prières, les larmes, les douleurs, les croix de Mes pauvres enfants que je prolonge encore le répit, que je retiens le coup fatal contre les pécheurs. J’offre à mon Fils les sacrifices de Ses Ministres, leurs prières et leurs croix. Je serai avec vous.  »  (Notre-Dame)



Les menaces divines sont à prendre très au sérieux avec tout le respect que l’on doit à la vérité qui nous fait l’immense grâce de nous informer de ses plans. La miséricorde peut adoucir la peine, donner des sursis de la longueur, de la mesure qu’elle juge bonne, mais la Justice ne laissera aucune faute impunie, aucune, sur cette terre et dans l’autre monde.
« Le Seigneur repeuplera la terre de jeunes plantes qui grandiront et iront jusqu’à la dernière génération ; c’est-à-dire qu’elles sont réservées pour voir la fin des siècles.  »
Il y a trois raisons pour lesquelles nous devons nous glorifier dans la croix : elle est un remède, un exemple et un mystère.
 
La trahison du clergé
«La question du retrait du crucifix de l’Assemblée nationale a déjà fait couler beaucoup d’encre. On a dit beaucoup de choses à ce sujet. Mon but est tout simplement de mettre en lumière la trahison de notre clergé depuis une cinquantaine d’années au Québec. Alors on s’attendrait à voir le clergé monter aux créneaux pour défendre les intérêts de Celui qu’ils appellent leur Seigneur et leur Dieu, on est sidérés de voir nos pasteurs prévenir les loups qu’ils ne leur feront pas la guerre.»  Philippe Aubert, prêtre).
 

Et voici la réponse du Clergé :

« Si le gouvernement décide d’enlever le crucifix, les évêques ne feront pas de guerre. »
– Mgr Pierre Morissette, évêque de St-Jérôme (Québec)
 
 Et en Italie : Ils refusent d’obéir aux musulmans et d’enlever le crucifix, leur pizzeria incendiée… Posted by La Rédaction on 25th février 2017.
 



Si tu cherches des réponses devant le Crucifix, regarde la réponse de Sainte Claire d’Assise :

 » Vois que Lui, pour toi, s’est fait objet de mépris, et suis son exemple, en devenant, par amour de lui, méprisable en ce monde. Admire … ton Époux, le plus beau parmi les fils des hommes, méprisé, frappé et plusieurs fois flagellé sur tout le corps, et allant jusqu’à mourir dans les douleurs les plus atroces sur la croix. Médite et contemple et aspire à l’imiter. Si tu souffres avec Lui, avec Lui tu règneras ; si tu pleures avec Lui, avec Lui tu te réjouiras ; si tu meurs avec lui sur la croix des tribulations, tu possèderas avec Lui les demeures célestes dans la splendeur des saints, et ton nom sera écrit dans le Livre de vie …  » (Ste Claire)
 
 » Place tes yeux – écrit-elle à sainte Agnès de Prague – devant le miroir de l’éternité, place ton âme dans la splendeur de la gloire, place ton coeur en Celui qui est image de la substance divine et transforme-toi entièrement, au moyen de la contemplation, en l’image de sa divinité. Alors, toi aussi tu éprouveras ce qui est réservé à ses seuls amis, et tu goûteras la douceur secrète que Dieu lui-même a réservée dès le début à ceux qui l’aiment.
Sans même accorder un regard aux séductions, qui dans ce monde trompeur et agité tendent des pièges aux aveugles qui y attachent leur cœur.  Aime de toute ta personne Celui qui, par amour pour toi, s’est donné  » (Ste Claire).



 
 Fraternellement Daniel Paradis,   mercredi 01 novembre 2017 – Fête de la Toussaint.

Contenu sponsorisé

Re: LE CRUCIFIX : UNE FIERTÉ POUR LES CATHOLIQUES QUÉBÉCOIS...

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 22 Nov 2017 - 17:44