L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


Le Saint du Jour!!

Partagez
avatar
Marie du 85

Messages : 278
Date d'inscription : 23/12/2017
Age : 63
Localisation : Vendée

Le Saint du Jour!!

Message par Marie du 85 le Dim 24 Déc 2017 - 7:32

Rappel du premier message :

Dimanche 24 Décembre 2017

Fête de Sainte Paule Élisabeth Cerioli, Fondatrice de la « Congrégation de la Sainte Famille » (1816-1865).



https://nominis.cef.fr/contenus/saint/9774/Sainte-Paule-Elisabeth.html


http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171224&id=621&fd=0


avatar
Marie du 85

Messages : 278
Date d'inscription : 23/12/2017
Age : 63
Localisation : Vendée

Re: Le Saint du Jour!!

Message par Marie du 85 le Jeu 12 Avr 2018 - 16:51

Jeudi 12 Avril 2018 

Fête de Sainte Thérèse des Andes (Jeanne Fernandez Solar), en Religion Thérèse de Jésus, Carmélite (+ 1920).

L’Ordre du Carmel célèbre sa Fête le 13 Juillet, alors que le martyrologe romain la célèbre le 12 Avril, date de sa mort (sa naissance à la Vie éternelle).




Sainte Thérèse de Jésus (Jeanne Fernandez Solar)

Carmélite chilienne - Teresa de Los Andes (✝️ 1920)

Jeune fille gaie et sportive, née dans une famille pieuse, elle est ouverte aux pauvres et aux problèmes de son temps.

Elle entre au Carmel le 7 mai 1919 et y meurt après avoir prononcé ses vœux à l'article de la mort (typhus) le 12 avril 1920.

Béatifiée par Saint Jean-Paul II à Santiago de Chili le 3 Avril 1987, puis Canonisée le 21 mars 1993. (homélie en italien )
Teresa de Jesús "de los Andes" (1900-1920).
Pourquoi sainte Thérèse des Andes?

Biographie [Anglais, Espagnol, Italien, Portugais]

Voir aussi Sainte Thérèse de Jésus "de los Andes" (Juanita Fernández Solar) est la première chilienne et la première carmélite américaine élevée à l'honneur des autels... - Santuario de Santa Teresa de Los Andes

Une internaute nous signale:

"sur notre Bréviaire de l'Ordre du Carmel, sa Fête est fixée au 13 Juillet"

Au 12 Avril au martyrologe romain:

À Los Andes au Chili, en 1920, Sainte Thérèse de Jésus (Jeanne Fernandez Solar), vierge.

Novice chez les Carmélites déchaussées, elle offrit à Dieu sa vie, comme elle le disait, pour le monde pécheur, et mourut du typhus dans sa vingtième année.
Martyrologe romain

"Voilà le nouvel hymne d'Amour Chrétien qui jaillit spontanément de cette jeune Chrétienne, un Amour qui ne détruit pas les valeurs humaines, mais qui les élève et les transfigure" (Jean Paul II).





Cliquer




Source



Cliquer


Biographie


Son enfance


Juana (Juanita) Fernandez Solar (en religion sœur Thérèse de Jésus) dite Thérèse des Andes, est née le 13 juillet 1900 à Santiago du Chili, d'une famille nombreuse, Chrétienne et aisée (son père est propriétaire d'une grande propriété agricole).

Ses parents, Miguel Fernandez et Lucia Solar ont eu sept enfants : 

Lucia, Miguel, Luis, Juana (qui mourut en bas âge), Rebeca, Ignacio et Juanita. Elle est baptisée deux jours après sa naissance.


À partir de l'âge de 6 ans, elle accompagne sa mère tous les jours à la Messe, et fait sa Première Communion en Septembre 1910. 

Dès lors, elle s'efforcera de Communier tous les jours.


Dès 1907 elle pratique quotidiennement la récitation du Rosaire, et s'évertue à dominer son caractère vif en se rendant disponible aux autres, et aux pauvres en particulier.

Thérèse est une jeune fille tout à fait ordinaire, pratiquant le sport, surtout la natation et l'équitation.


Elle apprécie les études qu'elle fait au collège des religieuses du Sacré-Cœur, et elle aide à la vie de la maison.

Toutefois, sa santé chancelante a donnée de gros soucis à sa famille. Elle est régulièrement malade durant son adolescence.


A l'âge de 14 ans elle doit être opérée d'une appendicite (opération délicate et risquée à l'époque).

C'est à ce moment qu'elle découvre “Histoire d'une âme”,Cliquer récit autobiographique de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus.Cliquer


Thérèse rédige elle aussi un journal qu'elle intitulera « Histoire de la vie d'une de ses filles ».

Elle dédiera ce journal à la Mère Julia Rios de la Communauté Religieuse gérant le collège.

En 1915, Thérèse entre avec sa sœur Rebeca, comme interne au collège du Sacré-Cœur. Cette séparation du foyer familiale lui coute beaucoup.

Thérèse a aussi une grande attention envers les pauvres. Elle prend sous son aile un jeune enfant, Juanito, qui habite le bidonville de Santiago.

Jusqu'à son entrée au Carmel, elle veille à lui donner un repas quotidien et des vêtements, allant jusqu'à vendre sa montre pour lui acheter des souliers.

Au collège, elle vient en aide aux élèves pauvres ou ayant des difficultés scolaires. Durant ses vacances scolaires, elle enseigne le catéchisme aux enfants des fermiers travaillant pour son père.

Le désir du Carmel

Le jour de ses 15 ans, en 1915, Thérèse décide d'entrer au Carmel.

Deux ans plus tard, elle lit et découvre la vie d'Elisabeth de La Trinité ce qui confirmera son souhait.Cliquer

Thérèse aura une grande affinité spirituelle avec Elisabeth de la Trinité (qui n'était pas encore Béatifiée, et ne le sera qu'en 1984).


Elle a aussi une grande dévotion pour la Vierge Marie.

Elle entretient une correspondance assidue avec la Mère Prieure du Carmel de Los Andes, visite le Monastère, et demande son entrée dans la Communauté Carmélitaine.

En 1918 elle quitte le collège pour venir s'occuper du foyer familial car sa sœur ainée, qui avait cette charge, vient de se marier.


Le 25 Mars 1919 elle rédige une lettre à son père pour lui demander l'autorisation d'entrer au Carmel.


Avec l'accord de ce dernier, elle entre en clôture le 7 Mai et prend le nom de Thérèse de Jésus.

Au Carmel

Le 14 octobre 1919, elle entame son noviciat (prise d'habit). Bien qu'étant encore novice, elle entame une énorme correspondance avec des personnes extérieures au Carmel.

Ses biographes relatent que Thérèse a vécu au Carmel de grandes unions Mystiques, mais également des sécheresses spirituelles.

Mais dans les premiers jours de 1920, elle tombe gravement malade et déclare qu'elle mourra dans un mois.

Les médecins découvrent tardivement qu'elle est atteinte du Typhus.

Le 5 Avril, elle reçoit les derniers Sacrements et le lendemain fait sa profession Religieuse.

Le 12 Avril, vers 19 heures, elle meurt alors qu'elle n'avait pas vingt ans.


Ses obsèques sont célébrées le 14 Avril au milieu d'une foule considérable qui considère déjà Thérèse comme une Sainte.

À noter que sa sœur cadette, Rebecca, entre à son tour dans ce même Carmel le 23 Novembre 1920 et prend le nom Thérèse du Divin Cœur.

Elle y décède le 31 décembre 1942.

Béatification - Canonisation

Le miracle


Le 7 décembre 1988, Marcela, une jeune fille de 11 ans, lors d'une sortie scolaire à la piscine de Santiago, se noie accidentellement dans le grand bain et reste plus de cinq minutes au fond de la piscine.

Ses camarades de classe et leur enseignante prient Thérèse des Andes de la sauver.

Amenée dans un état très grave à l'hôpital, dans l'unité de soins intensifs, elle récupère complètement en l'espace de quelques heures.

La science médicale n'a pas eu d'explication pour ce cas. Telle fut la conclusion unanime des cinq médecins qui examinèrent ce cas à Rome, pour la Congrégation pour les causes des saints.

Ils déclarèrent son caractère extraordinaire.

Ce miracle a été attribué, par l'Église Catholique à l'intercession de Thérèse des Andes, et à permis la Béatification de la jeune Religieuse.

Procès et Canonisation

Le 20 mars 1947 s'ouvre le procès diocésain en vue de sa Béatification. Celui-ci se termine en 1971.

Le 22 mars 1986, elle est déclarée vénérable.

Elle est Béatifiée le 03 Avril 1987 à Santiago du Chili par le Pape Jean-Paul II.

Et elle est Canonisée le 21 Mars 1993 à Rome par le Pape Jean-Paul II.

Lors de la cérémonie de Canonisation, le Pape a déclaré :

« À une société sécularisée qui vit en tournant le dos à Dieu, je présente avec une vive joie, comme modèle de l'éternelle jeunesse de l'Évangile, cette Carmélite Chilienne.

Elle apporte le témoignage limpide d'une existence qui proclame aux hommes d'aujourd'hui que c'est dans l'amour, l'adoration et le service de Dieu que résident la grandeur et la joie, la liberté et la pleine réalisation de la créature humaine.

La vie de la Bienheureuse Thérèse crie doucement depuis son cloître:

Dieu seul suffit !».

L'ordre du Carmel la Fête le 13 Juillet, jour anniversaire de sa naissance, bien qu'elle soit décédée un 12 Avril.

Reconnaissance posthume

Sainte Thérèse des Andes est la première Sainte du Chili, et la troisième sainte Canonisée de l’Amérique latine ; les deux autres sont Rose de Lima,Cliquer et Maríana de Paredes y Flores.Cliquer

En 1987, un sanctuaire est construit à Auco (proche du Carmel de Los Andes) pour accueillir les reliques de la Religieuse.

En 1989, la télévision Chilienne réalise un film Teresa de Los Andes, racontant sa vie.

Ce film de 5 épisodes d'une durée de 6h30 a été réédité en Septembre 2009.

Le 6 Octobre 2004, une statue de Thérèse des Andes est installée au Vatican, dans les murs de la Basilique Saint-Pierre, en présence du Pape Jean-Paul II.

Thérèse des Andes est la première sainte latino-américaine à bénéficier de cet honneur.

Ses écrits

Morte très jeune, Thérèse n'a pas eu le temps de rédiger une œuvre de synthèse comme beaucoup de grands saints. Elle laisse cependant plusieurs écrits qui montrent son Amour pour Dieu, son testament spirituel.

Sa Correspondance  

164 lettres écrites, depuis l'âge de 10 ans jusqu'à sa mort, et conservées par leurs destinataires (parents, frères et sœurs, directeurs spirituels et amis).


Le Journal 

Ecrit entre 1915 et 1919, sans doute à la suggestion de la Mère Ríos du collège du Sacré-Cœur à Santiago (où Juanita était élève).
En entrant au Carmel, Thérèse voulait bruler ce journal où elle révèle l'intimité de sa relation avec Dieu.

Sa mère obtient de le conserver en souvenir, et elle ne le lira qu'après la mort de sa fille.

Citations

« [...] L'histoire que vous allez lire n'est pas l'histoire de ma vie, mais la vie intime d'une pauvre âme que, sans aucun mérite de sa part, Jésus-Christ a aimée spécialement et a comblée de bienfaits et de grâces. L'histoire de mon âme se résume en deux mots: souffrir et aimer. Ils contiennent ma vie entière depuis que je me rendis compte de tout, c'est-à-dire vers les six ans, ou même avant. J'ai souffert, mais le bon Jésus m'a appris à souffrir en silence et à épancher en lui mon pauvre petit cœur. ». (Journal 1 )


« Et si par faiblesse je tombe, Jésus chéri, je te regarderai dans ta montée au Calvaire et aidée par toi, je me relèverai. Ne permets pas que je t'offense, pas même légèrement. Je préfère mille morts plutôt que de te faire la plus légère peine. ». (Journal 17)

« La méditation, miroir de l'âme [...] Tous les jours je fais ma méditation et je vois combien elle m'est une grande aide pour me sanctifier. C'est le miroir de l'âme. En elle on se connaît vraiment soi-même. ». (Journal 18)

« On a prêché à merveille sur l'éducation qui consiste à prendre possession des facultés pour Dieu. La prudence est la science des saints, des sages. La prudence et la modestie forment le cadre dans lequel se placent les autres vertus. L'éducation de la femme est plus importante que celle de l'homme car elle, ensuite, le formera. ». (journal 40)

« Quand j'aime, c'est pour toujours. Une carmélite n'oublie jamais. Depuis sa petite cellule, elle accompagne les âmes qu'elle a aimées dans le monde.»
« Je dois m'efforcer pour procurer le bonheur des autres. Ma résolution est de me sacrifier pour tous.»
"Voilà le nouvel hymne d'Amour Chrétien qui jaillit spontanément de cette jeune Chrétienne, un Amour qui ne détruit pas les valeurs humaines, mais qui les élève et les transfigure" (Jean Paul II).





Cliquer 

avatar
M-Odile

Messages : 349
Date d'inscription : 28/11/2014
Age : 69
Localisation : Herlies

Re: Le Saint du Jour!!

Message par M-Odile le Ven 13 Avr 2018 - 9:25

Merci, chère sœur ds le Christ pour tous ces modèles édifiants que tu nous proposes chaque jour. Je vais de découvertes en découvertes.
Très émue devant le magnifique visage de Sainte Gemma Galgani  (11 avril) et qu'elle grandeur d'âme chez Sainte Thérèse des Andes !
Encore une sainte qui a eu une très courte vie sur la terre et qui rayonne là-haut ...

"Elle apporte le témoignage limpide d'une existence qui proclame aux hommes d'aujourd'hui que c'est dans l'amour, l'adoration et le service de Dieu que résident la grandeur et la joie, la liberté et la pleine réalisation de la créature humaine."

Que le Seigneur t'accorde Ses bénédictions pour le "ministère" que tu exerces volontairement sur ce forum !
Je t'aurais bien envoyé un p'tit rayon de soleil, mais je pense qu'aujourd'hui nous n'allons pas bénéficier du meilleur temps qu'il va faire sur la France , comme cela a été le cas hier. Une fois n'est pas coutume, n'est ce pas ? Allez, bonne journée à toi et à tous nos amis ! M-O
avatar
Marie du 85

Messages : 278
Date d'inscription : 23/12/2017
Age : 63
Localisation : Vendée

Re: Le Saint du Jour!!

Message par Marie du 85 le Ven 13 Avr 2018 - 20:34

Coucou M-Odile
C'est toujours avec plaisir!! Very Happy
Sainte Gemma a un visage angélique j'aime beaucoup cette Sainte,je suis toujours très émue de poster la vie de ces Saints j'en apprends également tous les jours!!
En tout cas, je suis heureuse que tu apprécies!!
Oh le soleil sunny ne m'en parle pas,ici, nous avons eu un orage de grêle affreux (hier soir) vivement le beau temps!!
Très Bonne soirée @Toi et @Tous
Marie-José
queDieubenisse



Vendredi 13 Avril 2018 

Fête du Bienheureux Rolando Rivi, Jeune séminariste et martyr « Modèle de Foi pour les jeunes de 14 ans » (1931-1945).



jeune martyr séminariste (✝️ 1945)

Rolando Rivi (7 janvier 1931 - 13 avril 1945) martyr, décret du 28 mars 2013, en italien, béatifié le 5 octobre 2013 à Modène (site du diocèse, en italien)[url=http://www.webdiocesi.chiesacattolica.it/cci_new/allegati/39679/BeatificazioneRivi pieghevole2 %282%29.pdf]Cliquer[/url]

Site officiel du bienheureux Rolando Rivi (en italien)Cliquer


Né en 1931 dans une famille paysanne, garçon vif et intelligent, il mûrit assez tôt sa vocation au sacerdoce et c'est en 1942 alors que l'Italie est déjà en guerre qu'il entre au séminaire et revêt la soutane qu'il ne quittera pas jusqu'à son martyre


Quand en 1944 le séminaire est occupé par les soldats allemands, Rolando, rentré chez lui, continue ses études sous la direction du curé de la paroisse qui a été pour lui un guide et un enseignant.


Son amour pour le Christ est un témoignage pour les jeunes de la région et les attire.

Mais le 10 avril 1945, il est capturé dans un climat de haine envers les prêtres, il est torturé, battu et emmené dans la forêt le 13 avril à 14 ans, après avoir été dépouillé de sa soutane, il est abattu de 2 balles dans la tête et dans le cœur, réaffirmant à cet ultime instant son appartenance à Jésus et sa confiance en son amour et en sa miséricorde.


Le pape François à l'Angelus du 6 octobre 2013:Cliquer

Rolando Rivi, un séminariste de cette terre, l’Émilie, tué en 1945, à l’âge de 14 ans, en haine de la foi, coupable uniquement de porter la soutane en cette période de violence déchaînée contre le clergé, qui élevait sa voix pour condamner au nom de Dieu les massacres de l’immédiat après-guerre.

Mais la foi en Jésus vainc l’esprit du monde! Rendons grâce à Dieu pour ce jeune martyr, témoin héroïque de l’Évangile.

Et combien de jeunes de 14 ans ont aujourd’hui devant les yeux cet exemple: un jeune courageux, qui savait où il devait aller, qui connaissait l’amour de Jésus dans son cœur, et qui a donné sa vie pour Lui.

Un bel exemple pour les jeunes!

- Rolando Rivi, modèle de foi pour les jeunes de 14 ans (Zénit)Cliquer

- Rolando Rivi presto Beato, diocèse de Reggio Emilia Guastalla (en italien)




Cliquer




Pour un approfondissement biographique 
Rolando Rivi

Cliquer



Cliquer

avatar
Marie du 85

Messages : 278
Date d'inscription : 23/12/2017
Age : 63
Localisation : Vendée

Re: Le Saint du Jour!!

Message par Marie du 85 le Sam 14 Avr 2018 - 12:46

Samedi 14 Avril 2018 

Fête de Sainte Lidwine de Schiedam, Laïque et Mystique (1380-1433).


Lydwine ou Ludwine, Mystique hollandaise.

Originaire de Schiedam en Hollande, elle naquit dans une famille modeste. Jusqu'à quinze ans, elle fut bien portante.

En patinant sur la glace, elle se blessa et dut s'aliter. A partir de ce jour, elle dut rester couchée et les abcès, les névralgies, la gangrène furent désormais son lot.

Elle connut cette vie de souffrance durant 30 ans.

En contrepartie, Dieu lui accordait ses faveurs Célestes, extases et ravissements.

Tant était grand le Bonheur qui en découlait pour elle, qu'elle se tenait pour être une femme vraiment heureuse.

Fêtée le 14 Avril au martyrologe romain:

Sainte Lidwine, vierge, qui supporta avec patience pendant presque toute sa vie les infirmités corporelles pour la conversion des pécheurs et la libération des âmes.


Les reliques de Sainte Ludwine sont conservées au Carmel Saints Joseph et Anne, rue de Lausanne 22 - 1060 Bruxelles.

Le relevé des reliques à la Cathédrale n'est pas terminé mais le principal des reliques de Sainte Ludwine se trouve au Carmel.
(Source: Secrétariat de la Cathédrale des Saints Michel et Gudule, Bruxelles).

Des internautes nous signalent:


- "Il existe une biographie écrite par Joris-Karl Huysmans 'Sainte Lydwine de Schiedam', éditions A Rebours rééditée en Novembre 2002Cliquer






Ste Lydwine est née en Hollande en 1380; elle vécut 37 ans de souffrances."

- "La Fête locale de cette Sainte hollandaise Lidwina de Schiedam aux Pays-Bas est le 14 Juin, et j'ai cru comprendre que la majeure partie de ses reliques sont rendues à son lieu natal Schiedam!"

- Le prénom original est Liduina, toutes les reliques sont bien dans la Basilique St. Liduina de Schiedam

- Sainte Liduina van Schiedam est aussi la patronne des maladies rares.

Martyrologe romain.

Source


Issus d'ancêtres nobles, mais tombés dans la pauvreté, les parents de Lidwine n'avaient pas pour cela hésité à élever neuf enfants, huit garçons et une fille.

Celle-ci, venue au monde, à Schiedam (Pays Bas), le 18 Mars 1380, était une enfant gracieuse et forte, d'une avenante beauté.

Quand, à quinze ans, ses charmes et ses qualités lui attirèrent de nombreuses demandes de mariage, elle dit à ses parents :

« Je demanderais plutôt à Dieu de me rendre laide pour repousser les regards des hommes. »

Dieu la prit au mot. À la suite d'une chute où elle eut une côte brisée, on la transporta sur son lit ; elle ne le quitta plus jusqu'à sa mort.

Malgré tous les soins prodigués, le mal ne fit qu'empirer.

Un abcès se forma qui ne lui permettait plus de rester ni couchée, ni assise, ni levée ; perdant l'usage de ses jambes, elle se traînait sur les genoux, sur les coudes, se cramponnant aux meubles.


Ses pleurs, ses cris, ses gémissements effrayaient et éloignaient tout le monde, sauf ses admirables parents, qui ne cessèrent de la soigner avec Amour.

Peu à peu il lui devint même impossible de ramper ainsi. Trois plaies profondes s'ouvrirent dans son pauvre corps, dont l'une se remplit de vers, qui y grouillaient en telle quantité qu'on en retirait jusqu'à deux cents en vingt-quatre heures.

Comme on soulageait les ulcères, une tumeur lui vint à l'épaule, à laquelle s'ajouta bientôt le « mal des ardents » qui dévora ses chairs jusqu'aux os.

À cette nomenclature incomplète de ses maux, il faut ajouter la torture des remèdes inventés par l'ignorante bonne volonté des médecins, qui ne réussirent guère qu'à remplacer une maladie par une autre.

Ainsi Lidwine était couchée sur le dos, impuissante à se remuer, n'ayant que l'usage de la tête et du bras gauche, torturée sans cesse, perdant son sang, dévorée des vers, et pourtant vivant et gardant assez de forces pour ne pas mourir.

Et au milieu de tout cela elle était heureuse, et se disait prête à souffrir ainsi pendant de longues années.

À partir de 1414, jusqu'à sa mort, c'est-à-dire pendant dix-neuf ans, elle ne se nourrit que de la Sainte Eucharistie.

Jusqu'à la fin, ses maux s'aggravèrent ; mais ses plaies, ses vomissements n'exhalaient plus que des odeurs suaves et parfumées.

Aussi on venait plus volontiers la voir, entretenir et écouter ses pieuses exhortations. 

Rien de plus ardent que sa Charité, toujours au service des malheureux qu'elle secourait malgré son indigente pauvreté, et des affligés qui trouvaient auprès d'elle consolation.

Ce fut le Mardi de Pâques 1433 que Lidwine acheva la montée de son Calvaire, qui avait duré trente-sept ans.

Aussitôt son pauvre corps exténué, défiguré, reprit ses couleurs, son embonpoint et sa beauté ; il exhalait un parfum plus suave que jamais.

J.M. Planchet, Vies des Saints, édition 1946, p. 152-153

Source


Cliquer

avatar
Marie du 85

Messages : 278
Date d'inscription : 23/12/2017
Age : 63
Localisation : Vendée

Re: Le Saint du Jour!!

Message par Marie du 85 le Dim 15 Avr 2018 - 13:09

Dimanche 15 Avril 2018 

Fête de Saint Ortaire, Abbé de l'Abbaye de Landelle (6ème s.).


Saint Ortaire


Abbé de l'Abbaye de Landelle (6ème s.)


Abbé de l'Abbaye de Landelle, dans le diocèse de Bayeux et Lisieux,Cliquer il évangélisa la région et chanta la Gloire de Dieu au point qu'on le célèbre encore dans les litanies locales.

Il fut, de son vivant, l’objet d’une véritable ferveur populaire grâce, en particulier, au retentissement que connurent ses miracles.


Les malades affluèrent et les guérisons furent nombreuses. Vers l’an mille, une chapelle fut édifiée dans le hameau.
(Source: prieuré Saint Ortaire - diocèse de Séez)Cliquer

Près de Bagnoles de l’Orne (61), cité thermale et touristique, en forêt d’Andaines, un havre de paix et de recueillement s’offre à vous..

Au prieuré St Ortaire, tenu par les Servites de Marie, on vient prier St Ortaire pour les douleurs des articulations, St Pérégrin pour les cancersCliquer, Ste Radegonde, Cliquermais aussi la Vierge Marie et Jésus Christ ... Suivez le guide... Prieuré St Ortaire - Bagnoles de l’Orne - VideoIci - diocèse de Séez.

Au 15 Avril au martyrologe romain

À Landelle, près de Vire au diocèse de Bayeux, au VIe siècle, Saint Ortaire, Abbé, adonné aux austérités et à la Prière, et assidu à soigner les malades et soulager les pauvres.


Martyrologe romain.






Cliquer



avatar
Marie du 85

Messages : 278
Date d'inscription : 23/12/2017
Age : 63
Localisation : Vendée

Re: Le Saint du Jour!!

Message par Marie du 85 le Lun 16 Avr 2018 - 12:27

Lundi 16 Avril 2018 

Fête de Saint Benoît-Joseph Labre, Pèlerin, mendiant (1748-1783).


Saint Benoît-Joseph Labre
Pèlerin, mendiant (✝️ 1783)

Confesseur de la foi.Cliquer

Il est l'aîné d'une famille de quinze enfants d'un laboureur d'Amettes dans le nord de la France.

Il passe sa jeunesse dans les champs avec son père et ses frères.

Mais il rêve d'être Moine pour ne vivre que de Dieu.

A 19 ans, il se présente dans plusieurs Monastères de Chartreux.

L'un ne prend pas de novices à cause d'un incendie récent. Dans l'autre, on le trouve trop jeune.

Admis à la Chartreuse de Montreuil-sur-Mer, il n'est pas gardé à cause de sa santé trop fragile.

A pied, il se rend à la Grande-Trappe de Soligny: il est toujours trop jeune. Il revient à Montreuil, c'est un nouvel échec.

La Grande Trappe de Sept-Fons ne l'accepte pas non plus et le Père Abbé lui dit:

"Dieu vous veut ailleurs."

Désormais c'est "ailleurs" qu'il vivra dans l'errance et le pèlerinage perpétuel. Il ne cherche plus à se fixer.

Son Monastère sera la route, son seul compagnon de Prière sera Dieu seul.

En sept ans, il parcourut près de 30.000 kilomètres d'un Sanctuaire à l'autre, en Espagne, en Suisse, en Allemagne et jusqu'en Pologne(*), vivant dans le plus extrême dénuement, partageant avec les pauvres les soupes populaires et les humiliations, toujours en Oraison et toujours patient.

Les Prêtres qui le confessent sont émerveillés par sa vie Mystique et son Humilité.

Mais son lieu de prédilection, c'est Rome où il passe ses journées en Prière dans les églises, logeant avec tant d'autres pauvres dans les ruines du Colisée, distribuant à de plus pauvres ce qu'on lui donne.

Dans les rues, les gamins se moquent de lui. Il les entend et rend grâces à Dieu.

Le Mercredi-Saint 1783, on le ramasse mourant sur les marches d'une église.

Dès sa mort connue, les gamins et le peuple de Rome s'en vont par les rues de Rome en criant:

"Le Saint est mort!"

Les miracles se multiplient sur son tombeau. Bénéficiant ainsi d'un culte précoce et populaire, il est un défi au matérialisme d'une société vouée à l'argent.

Il est le saint patron des sans-domiciles fixe, des pauvres et des exclus.


Béatifié par Pie IX en 1860, il est Canonisé par Léon XIII le 8 Décembre 1883.

Voir aussi sur le site internet du diocèse d'Arras:Cliquer

"Les Couvents l'avaient refusé, mais la route l'accueillit et le mena loin!"

Benoît-Joseph Labre, est né à Amettes. Après des essais de vie religieuse, il se fit Ermite Pèlerin et vécut dans la pauvreté et l'humilité.

Il parcourut ainsi la France, l'Italie, l'Espagne, avant de se fixer à Rome où il passait la majeure partie de son temps en Prière dans les églises.

Il mourut âgé de 35 ans, le 16 Avril 1783, à Rome, près de l'église Sainte Marie aux Monts.

ll est le patron des personnes déplacées et des gens inadaptés. 

Une neuvaine a lieu à Amettes, chaque année, la dernière semaine d'Août.

- Le duché devenu indépendant et souverain exigeait un Sanctuaire national. Toute l'Europe se rencontrait à Saint Nicolas.

L'afflux des pèlerins et des marchands justifiait une 'grande église' qui sera le témoignage de René II ...

Saint François XavierCliquer viendra y prier ainsi que Madame Acarie (Bienheureuse Marie de L'Incarnation),Cliquer Saint Pierre Fourier,Cliquer Mère Alix LeclercCliquer et Saint Benoît Labre... (Basilique Saint Nicolas de Port - 54210)Cliquer

(*) l'association Saint Benoît Labre nous signale qu'il "n'est jamais allé en Pologne.Cliquer

Le pays le plus au nord qu'il aurait visité est la Hollande, mais nous n'avons pas de preuve fiable."

À Rome, en 1783, Saint Benoît-Joseph Labre. Né à Ameth au diocèse de Boulogne, attiré dès son enfance par le désir d’une vie austère, mais malheureux dans ses essais de vie monastique, il entreprit des pèlerinages pénibles aux Sanctuaires les plus réputés, vêtu seulement d’un habit grossier et en loques, se nourrissant de ce qu’il mendiait et donnant partout des exemples de piété et de pénitence.

Il fit de Rome la dernière étape de son parcours et mourut, un Mercredi-Saint, près de l’église Sainte-Marie des Monts, où il priait assidûment.
Martyrologe romain.



Cliquer

Vidéo




Cliquer




Pour un approfondissement biographique
Saint Benoît-Joseph Labre, Pèlerin, mendiant

Cliquer


avatar
Marie du 85

Messages : 278
Date d'inscription : 23/12/2017
Age : 63
Localisation : Vendée

Re: Le Saint du Jour!!

Message par Marie du 85 le Mar 17 Avr 2018 - 20:35

Mardi 17 Avril 2018 

Fête de Sainte Kateri Tekakwitha, Indienne du continent nord-américain. 1ère Sainte amérindienne (1656-1680).





Kateri est la première sainte indienne du continent nord-américain.

Elle est née d'une mère algonquine chrétienne et d'un père agnier (Les Algonquins, les Agniers - ou Iroquois - et les Hurons étaient des tribus des Indiens d'Amérique du Nord) en 1656 à Ossernenon (Auriesville, New York), où les saints Isaac Jogues, René Goupil et Jean de la Lande avaient versé leur sang pour la foi.

Fille de chef, elle refusa d'être mariée et convertit celui qu'elle devait épouser.

La bienheureuse Kateri Tekakwitha, le lys des iroquois


Après bien des péripéties, elle trouve refuge à la mission jésuite Saint-François-XavierCliquer sur le Saint-Laurent.

Là elle mènera une vie de prière et de travail exemplaire. Elle y mourra en 1680.

En savoir plus sur le site des jésuites Cliquer

Tekakwitha. Née en 1656 à Ossernenon (USA), elle était fille d'un chef mohawh et d'une algonquine catholique, baptisée et éduquée par des missionnaires français.

La variole la priva à quatre ans de sa famille, et elle-même resta défigurée et handicapée des suites de l'infection.

Adoptée par un parent chef d'une tribu voisine, elle affermit sa foi et fut baptisée par un missionnaire à l'âge de vingt ans. 

Marginalisée et menacée par sa famille, qui ne comprenait pas sa conversion, elle échappa à leur persécution et fonda à Kahnawake une communauté d'indiens chrétiens, vivant dans la prière, la pénitence et le soin des malades.

Elle mourut en 1680, invoquant Jésus, après avoir fait vœu de chasteté l'année précédente.

La tradition affirme que ses cicatrices disparurent pour faire place à un beau visage, et qu'à son enterrement de nombreux malades furent guéris. 
Son procès en canonisation fut ouvert en 1884, Pie XII la proclama vénérable en 1943 et Jean-Paul II bienheureuse en 1980 (fête le 14 juillet).

Elle occupe une place particulière dans la dévotion des amérindiens catholiques du Canada et des Etats-Unis. (VIS 20111220)

Kateri Tekakwitha (1656-1680), laïque, béatifiée le 22 juin 1980: Le Lys des Agniers. (diocèse d'Edmundston)

21 octobre 2012 - canonisation à Rome de Jacques Berthieu,Lire Pedro Calungsod,Lire Giovanni Battista Piamarta,Lire Maria Carmen Sallés y Barangueras,Lire Marianne Cope,Lire Kateri Tekakwitha, Anna Schäffer - Lire

Livret de la célébration avec biographies en plusieurs langues.Cliquer


Un internaute canadien nous signale:

"Elle est décédée le 17 avril 1680, et sa fête dans le calendrier des saints et bienheureux du Canada est fixée au 17 avril."

À Sault dans le Québec, en 1680, la bienheureuse Catherine Tekakwitha, vierge.

Née dans une tribu indienne, baptisée le jour de Pâques, elle offrit à Dieu la virginité qu’elle s’était appliquée à conserver avant d’être chrétienne, même si elle fut en butte à des menaces et à de multiples vexations.

Martyrologe romain







Qui est-ce qui m'apprendra ce qu'il y a de plus agréable à Dieu afin que je le fasse?"


Source






Cliquer




La Bienheureuse Kateri Tekakwitha

Son biographe, le Père Chauchetière, dira que la devise de toute sa vie était:

"Qui est-ce qui m'apprendra
ce qu'il y a de plus agréable à Dieu
afin que je le fasse?"


Kateri Tekakwitha est née en 1656 à Ossernenon (Auriesville, New York) d'une mère algonquine Chrétienne et d'un père agnier (Les Algonquins, les Agniers - ou Iroquois - et les Hurons étaient des tribus des Indiens d'Amériques du Nord).

En 1660, une épidémie de petite vérole lui enlève ses père, mère et petit frère. La petite échappe à la mort, mais la maladie lui laisse la vue affaiblie et le visage grêlé. Avec les autres survivants, elle s'installe un peu à l'ouest de son village natal et plus tard sur la rive nord de la Mohawk.

Dès l'âge où les jeunes Indiennes pensent aux fiançailles, son oncle, un des chefs du village ainsi que ses tantes lui cherchent un mari convenable.

Consternation des siens : elle ne veut épouser aucun des prétendants. Ses parents usent de ruse et de force pour la fléchir, rien n'y fait.

Son seul désir: recevoir le Baptême.

En 1675, Jacques de Lamberville, Jésuite, avait prit la direction de la Mission Saint-Pierre, de Gandaouagué.

La jeune fille lui confie le secret de son cœur – devenir Chrétienne ! Cependant le P. de Lamberville, tout en admirant sa simplicité et sa Foi, l'oblige de suivre la voie ordinaire des catéchumènes.

Six mois plus tard, le Dimanche de Pâques 1676, le missionnaire la Baptise.
Elle a vingt ans.

Ce fut un grand jour au village. La petite chapelle regorge de monde. Douce et charitable, Kateri s'était gagné l'affection de tous.
Jusqu'alors, on l'appelait Tekakwitha. Au Baptême elle reçoit le nom de Catherine, en iroquois Kateri.

Au cours de l'automne 1677, pour éviter la persécution, elle s'évade de son canton agnier pour aller vivre à la Mission Saint-François-Xavier, sur le Saint-Laurent.

Le P. de Lamberville lui confia une lettre pour le P. Jacques Frémin, supérieur:

C'est un trésor que nous vous donnons, écrivit-il,
comme vous le connaîtrez bientôt.
Gardez-le donc bien...


Le P. Frémin se rend vite compte qu'elle est bel et bien un trésor. Sa douceur inaltérable, son humilité sans fanfreluches, sa bonté foncière, sa bonne humeur et même un certain humour gagnent rapidement le cœur de toute la population.

Chaque matin à quatre heures et ensuite à sept heures, elle assiste à la sainte Messe. En tout elle est aussi fidèle que les étoiles du firmament.

Par ignorance, cependant, elle se laisse aller à des mortifications excessives jusqu'à ce que son confesseur lui ait enjoint de les modérer.

Il avait bien compris, pourtant, que ces Pénitences étaient le fruit de son Amour très vif pour Le Seigneur Jésus, pour sa Sainte Mère et pour son prochain, quel qu'il fût.

Elle fait ses délices de la Prière, surtout devant le Saint Sacrement. Détail intéressant, jamais elle ne se livre à la Contemplation quand, dans sa cabane ou aux champs de maïs, le travail lui incombe.

Quelques mois après son arrivée, le jour de Noël 1677, on permet à Kateri de faire sa première Communion.

Dès lors, elle progresse comme le cerf qui se hâte vers les sources d'eau vive. Cette jeune Amérindienne illettrée parvient même ici-bas à ce que les théologiens nomment "l'union Divine".

Elle répond à une veuve qui l'incite à se marier:

"Si vous estimez tellement le mariage, convolez! Quant à moi, tout ce que je désire, c'est la paix!"

Une visite aux Hospitalières de l'Hôtel-Dieu de Montréal lui inspire le désir de se consacrer à Dieu.

Avec son amie Marie-Thérèse Tegaiaguenta et la huronne Skarikions, elle veut fonder un Monastère à l'Ile aux Hérons.

Ce projet n'a pas de suite, mais elle fait vœu de Chasteté:

"La chose était si nouvelle, écrit le Père Cholenec, que je crus ne devoir rien précipiter ( ... ) après avoir bien examiné sa conduite et les grands progrès qu'elle faisait en toute sorte de vertus et surtout avec combien de profusion Dieu se communiquait à sa servante, il me sembla que ce dessein de Kateri ne pouvait venir que de Lui."

Le 25 Mars 1679, le P. Frémin permet à Kateri Tekakwitha de prononcer en privé le vœu de virginité et de se Consacrer à Notre-Dame qu'elle aime éperdument.

Au début de 1680, sa santé qui n'a jamais été florissante s'altère davantage à la suite d'une course avec des compagnes à Laprairie, quelques milles en aval du Saint-Laurent, par un jour froid à pierre fendre.

Le Mardi de la Semaine Sainte, elle reçoit le saint Viatique.

On a retenu son regret que la seule robe qu'elle possédait ne fût pas convenable, à son avis, pour accueillir son Bien-Aimé.

Le lendemain, un peu après trois heures, en murmurant:

"Jésus, Marie", elle va à la rencontre du Seigneur.

Elle avait environ vingt-quatre ans. En moins d'un quart d'heure son visage devient d'une beauté à ravir les Missionnaires et tous les siens.




avatar
Marie du 85

Messages : 278
Date d'inscription : 23/12/2017
Age : 63
Localisation : Vendée

Re: Le Saint du Jour!!

Message par Marie du 85 le Mer 18 Avr 2018 - 18:17

Mercredi 18 Avril 2018 

Fête de la Bienheureuse Marie de l'Incarnation, veuve, Religieuse Carmélite (✝️ 1618).


Religieuse Carmélite (✝️ 1618)
ou Madame Acarie.

Barbe Avrillot était fille d'un conseiller du Roi et, pour obéir à ses parents, elle épouse Pierre Acarie, maître des comptes, certainement très pieux mais d'humeur contrariante.

Elle lui donnera six enfants. Elle sera une épouse parfaite, paisible et joyeuse.

Elle a un charme extrême qui fait d'elle une exquise dame de la haute société qui l'appelle "la belle Acarie".

Elle a une vie intérieure intense :

"Trop est avare à qui Dieu ne suffit."

Ajoutant:

"Quand on donne du temps à Dieu, on en trouve pour tout le reste."

Son rayonnement spirituel est grand et son salon devient le rendez-vous des universitaires de l'époque et des grands hommes d'Église comme Saint Vincent de Paul et le Cardinal de Bérulle.

Elle contribue à l'installation des Ursulines et à celle des Prêtres de l'Oratoire.

Surtout, séduite par la lecture de sainte Thérèse d'Avila, elle introduit en France le Carmel réformé, projet approuvé par saint François de Sales et par Bérulle.

Les Carmélites arrivent à Paris en 1604. Avec l'aide de "Madame Acarie", les Fondations vont se succéder : Pontoise, Dijon, Amiens, Tours, Rouen.

A la mort de son mari bien-aimé, ayant établi ses enfants, elle entre au Carmel d'Amiens où elle est Marie de l'Incarnation, simple sœur converse dont l'obéissance et la charité sont admirables.

Transférée au Carmel de Pontoise, elle rentre dans la Paix de ce Dieu qui tant lui suffisait.

Béatifiée en 1791 par Pie VI.

Voir aussi Bienheureuse Marie de l’Incarnation, religieuse - diocèse de Paris.Cliquer

À Pontoise, en 1618, la Bienheureuse Marie de l’Incarnation (Barbe Avrillot). Épouse de Pierre Acarie, mère de famille expérimentée, femme très pieuse, elle introduisit en France la branche féminine du Carmel réformé par Sainte Thérèse en fondant cinq Monastères et, à la mort de son mari, elle-même fit profession de vie Monastique dans le Carmel d’Amiens, puis fut assignée à celui de Pontoise, où elle finit ses jours.


Martyrologe romain

«Est trop avare celui à qui Dieu ne suffit» Saint Augustin.




Cliquer

Pour un approfondissement : Marie de l'Incarnation

Cliquer



Vision de Ste Thérèse d'Avila à Mme Acarie en la Basilique Saint Nicolas de Port lors du Jubilé de 1602.

Compléments biographiques.
Marie de l'Incarnation


Cliquer


Site officiel


Cliquer






avatar
Marie du 85

Messages : 278
Date d'inscription : 23/12/2017
Age : 63
Localisation : Vendée

Re: Le Saint du Jour!!

Message par Marie du 85 Hier à 11:09

Jeudi 19 Avril 2018 

Fête de Saint Elphège, Évêque de Winchester puis Archevêque de Cantorbéry et martyr (954-1012).


Évêque martyr (✝️ 1012)

Confesseur.

Évêque de Winchester, puis Archevêque de Cantorbéry succédant à saint Dunstan.Cliquer

Au moment des invasions des Vikings, il secourut les populations et tenta d'apaiser les envahisseurs.

Selon la tradition, il fut martyrisé à Greenwich.

Sur la côte près de Greenwich en Angleterre, la passion de Saint Elphège, Évêque de Cantorbéry et martyr.

Il s’offrit pour son troupeau aux Danois qui ravageaient la ville par le fer et le feu, et comme il refusait d’être racheté à prix d’argent, il fut frappé, le Samedi après Pâques, à coups de pierres et enfin décapité.

Martyrologe romain



Source




Cliquer


Pour un approfondissement : 
Saint Elphège, Évêque de Winchester

Cliquer



Contenu sponsorisé

Re: Le Saint du Jour!!

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 20 Avr 2018 - 8:35