L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


"Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Partagez
avatar
Claire
Admin

Messages : 9362
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 68
Localisation : NORD

"Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Claire le Jeu 14 Juin 2018 - 21:01

Le suicide n’est jamais la bonne solution


14 juin 2018

Le suicide n’est jamais la bonne solution… Voilà le message de Lacey Sturm sur la chaîne Youtube Your Living Manna. « Dieu m’a sauvée du suicide ».


Quand Lacey décrit avec simplicité et émotion son parcours et la manière dont elle a finalement abandonné l’idée de mettre fin à ses jours, on comprend que c’est bien Dieu qui l’a sauvée. Au travers de la colère de sa grand-mère et de la sensibilité au Saint-Esprit d’un prédicateur, Dieu a su lui parler et la conduire vers la restauration et le salut.
Aujourd’hui, elle conduit la louange et témoigne dans des évènements.




Découvrez en vidéo le récit de Lacey :

https://www.infochretienne.com/suicide-nest-jamais-bonne-solution/


Dernière édition par Claire le Sam 15 Sep 2018 - 18:25, édité 1 fois
avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Lun 18 Juin 2018 - 18:56

18 juin 2018


Le fléau du suicide : Pourquoi vivre plutôt que partir ?

Le phénomène est plus meurtrier que les accidents de la route. En 2016, on estimait que plus de 10 000 personnes se suicidaient chaque année en France, et que dans le même temps, 200 000 tentaient de mettre fin à leurs jours.


Les chiffres sont alarmants. Cet aller sans retour constitue pour beaucoup la seule alternative à la souffrance, y compris pour certains chrétiens. Mais en Christ, l’espoir existe toujours, et le chrétien américain Ron Hutchcraft s’est penché sur cette douloureuse problématique. Il propose des pistes de réflexions à tous ceux qui ne parviennent plus à trouver les ressources nécessaires pour continuer à avancer.

« Je voulais que les gens sachent pourquoi partir n’est pas la meilleure option. La vie est la meilleure option. Et pourquoi vous devez faire le choix de vivre, au moment même où vous avez envie de partir. »

Pour Ron, ces 5 vérités bibliques peuvent aider les chrétiens et même ceux qui ne connaissent pas encore Christ, à retrouver de l’espoir et à entrevoir une autre destinée.

Suite du texte : Le fléau du suicide : Pourquoi vivre plutôt que partir ? - Info Chrétienne


avatar
Claire
Admin

Messages : 9362
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 68
Localisation : NORD

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Claire le Lun 18 Juin 2018 - 19:22

Tu m'as devancée Gilles ! Très bon article que j'avais lu ! super
avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Ven 22 Juin 2018 - 16:05

22 juin 2018


« S’il te plaît ne te suicide pas, quoi que tu traverses en ce moment, Dieu le voit »

À 18 ans sa vie était un chaos. Alors qu’il allait appuyer sur la détente de son fusil, quelque chose l’en a empêché…

Ce jour là Clayton Jennings n’a pas mis un terme à ses jours. Son désespoir ne l’a pas emporté. Plus tard, il a de nouveau été confronté au suicide dans son entourage. Au travers d’une vidéo mise en ligne récemment, il souhaite interpeller et donner une lueur d’espoir à ceux qui ressentent profondément qu’il n’y a plus aucun espoir. Harcelé, seul, moqué, malade, dépressif ou dans l’échec, il y a un espoir.

« Quoi que tu traverses en ce moment, Dieu le voit […] Tu as été créé pour plus que mourir dans cet endroit ».

Vidéo : « S’il te plaît ne te suicide pas, quoi que tu traverses en ce moment, Dieu le voit »

avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Lun 16 Juil 2018 - 21:36




Le suicide fait plus de morts que la guerre !

Le saviez-vous, le suicide fait plus de morts que la guerre ! Toutes les 40 secondes, une personne se suicide, soit près d’un million de personnes par année selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

  • Près de 800 000 personnes se suicident chaque année.

  • Pour chaque suicide, on dénombre de nombreuses autres tentatives de suicide chaque année. Une tentative de suicide est le principal facteur de risque de suicide ultérieur dans la population générale.

  • Le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-29 ans.

  • 78% des suicides surviennent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

  • L’ingestion de pesticides, la pendaison et les armes à feu sont parmi les méthodes de suicide les plus répandues dans le monde.

Est-il normal que tant de personnes se suicident à notre époque ? Est-ce en lien avec la perte du sens de la vie ? La souffrance d’un suicidaire est grande et empreinte de la marque de ses échecs plutôt que de ses succès ou réussites. Semblable à l’image en haut de page, aveuglé par son désespoir, il ne voit plus d’opportunité.

Suite du texte : Le suicide fait plus de morts que la guerre ! – les 7 du quebec

avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Lun 13 Aoû 2018 - 17:54



Dans le monde, une personne se suicide toutes les 40 secondes

Cher(e) ami(e),

Il y a quelques semaines mes enfants ont appris sur Instagram le suicide d’un camarade de leur école, il avait 14 ans. C’est un sujet dont nous avions déjà parlé avec les enfants, mais ils n’avaient jamais été confrontés directement à cela.

Le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-29 ans, et fait plus de victimes dans le monde que les guerres, les homicides et les catastrophes naturelles. L’OMS estime que 800 000 personnes se suicident chaque année dans le monde, soit environ une personne toutes les 40 secondes.

La sensibilisation par les médias fait partie du dispositif de réponses à ce fléau mondial. Info Chrétienne a publié récemment plusieurs articles d’information et de prévention :

  • « S’il te plaît ne te suicide pas, quoi que tu traverses en ce moment, Dieu le voit »
  • Le fléau du suicide : Pourquoi vivre plutôt que partir ?
  • Le suicide n’est jamais la bonne solution


Notre ministère Faites des Disciples travaille à la préparation d’un plan de lecture de plusieurs jours pour sensibiliser sur la gravité du suicide, les nombreuses raisons de ne pas passer à l’acte ainsi que les solutions existantes pour trouver de l’aide. Si vous souhaitez soutenir ce projet vous pouvez faire un don ici.

Je suis convaincu qu’une autre réponse possible au suicide est la prière ! En ce moment, alors que vous lisez ces lignes, des dizaines de personnes pensent au suicide et certaines sont peut-être en train de passer à l’acte. Nous ne connaissons pas ces personnes et nous n’avons pas de moyens pour les atteindre ou pour aller leur parler.

Nous ne sommes pas impuissants pour autant ! Dieu nous a laissé une arme puissante et efficace pour changer le monde et la vie des gens : La prière.

J’ai rencontré Jésus à l’âge de 18 ans, j’étais perdu et très dépressif et il m’était arrivé de penser au suicide comme seule alternative à ma vie misérable. Un an après dans une église j’ai croisé une dame qui était surveillante dans le lycée que je fréquentais. Elle n’en revenait pas de me voir là ! Elle a couru vers moi et m’a dit : “J’avais vu que tu allais très mal et pendant un an j’ai prié tous les jours pour toi, pour que Dieu te sauve.” Dieu l’a exaucée !

Alors que nous allons prier tous ensemble pour ces jeunes, ces hommes et ces femmes qui pensent au suicide, nous allons actionner le bras de Dieu !

Prions pour que maintenant ces personnes isolées qui sont sur le point de passer à l’acte soient contactées par quelqu’un, que ce soit par téléphone, par une visite ou par tout autre moyen.

Prions pour que Dieu parle maintenant dans le cœur de ces personnes et allume une petite lumière d’espoir au milieu de leurs ténèbres.

Prions pour que ces personnes désespérées s’ouvrent à quelqu’un, particulièrement les plus jeunes qui gardent en secret des choses terribles. Nous prions pour que toutes ces choses soient amenées à la lumière de Jésus-Christ afin qu’elles puissent être traitées.

Envoyé avec amour,

Guillaume



 
avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Mer 15 Aoû 2018 - 18:42





LE CIEL PARLE AUX PERSONNES QUI ENVISAGENT LE SUICIDE

avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Jeu 16 Aoû 2018 - 21:21



Le fléau du suicide : Pourquoi vivre plutôt que partir ?

Le phénomène est plus meurtrier que les accidents de la route. En 2016, on estimait que plus de 10 000 personnes se suicidaient chaque année en France, et que dans le même temps, 200 000 tentaient de mettre fin à leurs jours.

Les chiffres sont alarmants. Cet aller sans retour constitue pour beaucoup la seule alternative à la souffrance, y compris pour certains chrétiens. Mais en Christ, l’espoir existe toujours, et le chrétien américain Ron Hutchcraft s’est penché sur cette douloureuse problématique. Il propose des pistes de réflexions à tous ceux qui ne parviennent plus à trouver les ressources nécessaires pour continuer à avancer.

« Je voulais que les gens sachent pourquoi partir n’est pas la meilleure option. La vie est la meilleure option. Et pourquoi vous devez faire le choix de vivre, au moment même où vous avez envie de partir. »
Pour Ron, ces 5 vérités bibliques peuvent aider les chrétiens et même ceux qui ne connaissent pas encore Christ, à retrouver de l’espoir et à entrevoir une autre destinée.

Suite du texte : Le fléau du suicide : Pourquoi vivre plutôt que partir - Info Chrétienne



avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Ven 17 Aoû 2018 - 17:54



Si tu penses au suicide, il y a de l’espoir

Le suicide est une plaie qui vole à notre génération l’espoir et la vie.

Une simple recherche sur internet donnera des chiffres inimaginables d’enfants, d’adolescents et d’adultes qui dans leurs moments les plus horribles se sont tournés vers la mort comme la seule réponse possible. De nombreux adolescents et jeunes adultes se retrouvent face au dilemme de ne pas vouloir infliger de la douleur aux autres mais en même temps, ils ne savent pas s’ils peuvent survivre à leur douleur un jour de plus.

Mes amis, j’ai vécu ça. Il y a eu des moments dans ma vie, et même actuellement, où la douleur de la vie semble être trop. Des moments où je me dis qu’il n’y a pas d’espoir pour l’avenir et il semble donc plus simple de mettre fin à toute cette douleur.

Et pourtant, même s’il y a de la douleur, en tant que croyants, nous avons de l’espoir.
« Souvenez-vous que vous étiez en ce temps-là sans Christ (…) sans espérance et sans Dieu dans le monde. » (Ephésiens 2.12)
Sans Christ, nous n’avons aucun espoir sur cette terre. La vie ne vaudrait pas la peine d’être vécue.

En tant que croyants, il est vital que nous sachions ce que Dieu pense du suicide. Tout d’abord, Dieu est le Père et la Source de la Vie. Il est le Seul et l’Unique à pouvoir donner et reprendre une vie. Á cause de sa juridiction, Dieu a donné la loi « Tu ne tueras point. » (Ex 20 :13) Le suicide est un meurtre, donc le suicide est un péché.

Terminer cet article par une liste de faits concernant le suicide ne serait pas du tout encourageant. Le suicide n’est pas un péché facile à combattre. Ce n’est pas une bataille facile à gagner et je le sais, j’ai passé beaucoup d’heures dans le donjon de la dépression et du suicide. Néanmoins, le Seigneur a pu me montrer de manière pratique comment combattre ce péché.

#1 – Sache que tu n’es pas seul dans ta bataille


Une des personnes les plus encourageantes que j’ai rencontrée était femme de pasteur dans mon église. Entendre qu’elle avait, elle aussi, lutté contre le suicide m’a aidé à savoir que d’autres avaient lutté et avaient trouvé la liberté en Christ.

#2 – Confesse ton péché à Dieu


Confesse, repends-toi de ton péché et demande-Lui de te donner la force pour combattre ce péché, comme nous sommes appelés à le faire.

« Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. » (1 Jean 1.9)

#3 – Parle à quelqu’un qui tient à toi



C’est peut-être le pas le plus difficile à faire. Reconnaître devant quelqu’un que l’on a une difficulté peut être terrifiant. Cependant, c’est dans la lumière que l’on trouve la liberté. Si tu n’as personne à qui parler, tu peux envisager de parler à un croyant en appelant SOS Chrétiens Á L’écoute au 01 45 35 55 56 ou le numéro Urgence Suicide Ecoute au 01 45 39 40 00.


#4 – Fais ta liste de « pourquoi »



Prends le temps d’écrire les raisons pour lesquelles tu veux continuer à te battre pour ta vie. Pour moi, une raison importante était le fait que cela aurait perturbé et blessé mes petits frères et sœurs. Peut-être y a-t-il une personne que tu sais que tu blesserais profondément, peut-être y a-t-il un voyage missionnaire auquel tu voudrais participer. Peu importe ce que c’est, écris-le.


#5 – Sache que la vie vaut la peine que l’on se batte (pour elle)



Je sais que ça n’en a pas l’air à cet instant et sur cette terre. L’obscurité semble t’entourer et le seul moyen d’y échapper semble être la mort. Malgré cela, tiens bon.

avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Sam 18 Aoû 2018 - 16:07

avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Dim 19 Aoû 2018 - 19:54



6 façons d’identifier les comportements suicidaires avant qu’il ne soit trop tard

Comment aider quelqu'un qui ne souhaite plus vivre ? Comment trouver de l'aide quand on n'a soi-même plus la force d'exister ? Éléments de réponse...

Pendant longtemps, ce sujet grave n’a guère été discuté par l’opinion publique car il est considéré comme délicat ou simplement tabou d’évoquer un suicide, ou l’envie d’en finir avec la vie. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) encourage les pays à investir davantage dans les politiques publiques favorisant la prise de conscience de la population quant aux comportements suicidaires.

Ces 6 signaux peuvent aider à identifier les intentions suicidaires d’une personne et peut-être la sauver :

1. Les comportements qui dénotent d’une souffrance intense

Les pensées obsessionnelles, les plaintes concernant le fait que la vie n’a pas de sens  le désespoir, l’incapacité à changer, le manque d’énergie pour les tâches ordinaire, beaucoup de temps passé au lit, la difficulté à prendre de simples décisions et la perte d’intérêt pour des activités que l’on considérait comme agréables… Face à une personne qui présente ces signaux, parlez avec un ton accueillant, en vous montrant proches et solidaires, et aidez-la à se diriger vers une aide spécialisée. Ces signaux sont révélateurs d’une dépression, une maladie de plus en plus courante et qui a besoin d’être soignée. Cela ne signifie pas nécessairement qu’il y a une tendance au suicide, mais ce sont des signaux d’avertissement à ne pas négliger.

Suite de ce texte très édifiant : Prévention suicide : comment aider ou être aidé ? - Aleteia

par Aleteia Italie
avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Lun 20 Aoû 2018 - 17:58

avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Mar 21 Aoû 2018 - 19:16



Suicide : une solution ou une impasse ?

La Bible fait preuve d'une certaine discrétion en ce qui concerne le suicide. Plusieurs textes de l'Ancien Testament peuvent être cités. D'abord, bien sûr, le Tu ne tueras point (Ex 20.13) dont on peut rappeler qu'il a donné lieu, au travers des siècles, à une application pour le moins conjoncturelle. Gn 9.5 est interprété par la tradition rabbinique par Certainement, votre sang, j'en demanderai compte à votre mort, l'allusion au suicide étant là explicite. On peut également citer Ezechiel 18.4: Toutes les vies m'appartiennent. Toutefois, pas de condamnation directe, le Pentateuque; qui fait un catalogue assez exhaustif des turpitudes auxquelles peut se livrer l'homme et que Dieu condamne, n'en parle pas. Pas plus d'ailleurs que, dans le Nouveau Testament, les listes pauliniennes ou apocalyptiques des pécheurs voués à la perdition éternelle.

Plusieurs suicidés sont cités dans la Bible. On peut passer rapidement sur Abimélec qui demanda à son écuyer de lui donner la mort pour qu'on ne puisse pas dire qu'il avait été tué par une femme. Achitophel se donna la mort après avoir vu qu'Absalon n'avait pas suivi son conseil. Plus connus, les exemples de Samson (Jg 16.30), de Saül (1 Sam 31.4) et bien sûr de Judas (Mt 27.5). L'événement est décrit toujours avec une extrême sobriété, avec concision, comme sans jugement de valeur.

Par ailleurs, ces trois derniers exemples, les mieux documentés, semblent montrer que cette fin est en fait l'aboutissement logique d'une sorte de mécanique infernale, involution dramatique qui, après un point limite de non-retour, devient irréversible. Samson exploite, pour satisfaire ses goûts personnels de puissance et de luxure, la force que Dieu lui a donnée et, après avoir joué plusieurs fois avec le feu, est fait prisonnier dans les bras d'une prostituée. Saül s'enfonce progressivement dans la désobéissance, l'orgueil et la persécution contre David puis finit par consulter la magicienne d'Eyn-Dor (1 Sam 28), moment à partir duquel son destin semble scellé. Judas joue un rôle trouble tout au long du ministère de Jésus, mélangeant politique et avantages personnels. Quand, en acceptant le morceau tendu par Jésus, il reconnaît être celui qui le livrera, à ce moment, dit le texte, Satan entra en lui et il se hâta de sortir (Jn 13.27) ajoutant sombrement il faisait nuit (Jn 13.30). C'est cet enchaînement de choix désastreux qui mène au suicide, et qui, d'une certaine manière, est plus grave que le suicide lui-même. Ces suicidés, au moment de leur geste fatal, étaient déjà morts.

Les suicidaires sont peu nombreux. Jérémie (Jr 20.14-19) souhaite n'être jamais né. Elie (1 R 19.4), après le grand combat victorieux du Mont Carmel, dit Eternel, prends mon âme. Il lui fut seulement répondu, réponse d'amour, de compassion et non de jugement : Lève-toi et mange. Et Jonas, vexé de voir qu'il ne tire aucun bénéfice personnel du succès de sa mission, réclame la mort à Dieu (Jonas 4), lequel, patiemment, lui montre que ce désir de mort n'a pas, comme il le soutenait initialement, une cause « théologique », mais bien égoïste, réaction de vanité blessée !

De ces différents textes, on peut retenir tout à fait clairement que la vie de l'homme ne lui appartient pas, et qu'en ce sens, l'argumentation des pères de l'Eglise est juste. Cependant il semble, sans que cela doive être interprété comme un début d'approbation ou de justification, qu'on puisse percevoir dans le texte biblique une sorte de miséricorde, comme s'il ne voulait pas ajouter à ce « malheur extrême » des paroles de condamnation.

Par ailleurs, le suicide apparaît dans le texte biblique comme la conclusion, l'aboutissement logique d'une démarche de péché et de révolte contre Dieu.
Ce qui ne veut pas dire que ceux qui se suicident soient de plus grands pécheurs que les autres ni qu'il puisse exister dans la vie de l'individu un moment où la grâce et le pardon de Dieu ne sont plus efficaces, où il n'y a plus aucun espoir de rachat, de rédemption. Mais dans son essence, le suicide, en tant que processus d'autodestruction et de mort, représente le stéréotype, le modèle même du péché. De fait, ce n'est pas le suicide qui est un péché, mais le péché qui est un suicide.




avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Mer 22 Aoû 2018 - 19:49



Tu penses au suicide ... arrête-toi un instant et lis ceci !

Si tu penses au suicide, arrête-toi un instant et lis ce qui suit. Cela ne te prendra que quelques minutes. Je ne vais pas te dire de ne pas penser à ce genre de choses, je ne te parle pas en tant que thérapeute, ou professionnel de la santé. Je suis quelqu'un qui, comme toi, sais ce que cela signifie de ne plus avoir envie de vivre.

J'ignore qui tu es et pourquoi tu es en train de visiter ce site. Mais ce que je sais, c'est qu'en ce moment précis, tu es en train de le lire, et ceci est une bonne chose en soi. Je suppose que si tu lis ces lignes, c'est que tu te sens mal au point de vouloir mettre un terme à ta vie. Je préférerais être assis à tes côtés pour en discuter avec toi en face-à-face, sans gêne, sans tabou. Mais puisque ceci n'est pas possible pour l'instant, nous allons le faire de manière virtuelle.

Je connais beaucoup de personnes, qui comme toi ont voulu se suicider et je pense avoir une bonne idée de ce que peut ressentir une personne dans cette situation. Je sais que tu n'as guère envie de lire tout une histoire, c'est pour cela que je vais être bref. J'aimerai partager les quelques prochaines minutes à te demander de faire 5 choses simples et pratiques. Je ne vais pas essayer de te persuader de ne pas mettre un terme à ta vie. Je suppose que si tu y penses, c'est que tu dois te sentir vraiment mal.

Si tu m'as suivi jusqu'ici, c'est plutôt un bon signe. Je te demande encore un petit effort. Lis cet article jusqu'à sa fin. J'espère aussi que, si tu poursuis, c'est en quelque sorte un signe que tu n'es pas vraiment sûr(e) de toi, que quelque part en toi tu ne sais pas si tu dois ou non mettre un terme à ta vie. Souvent les gens qui comme toi souffrent beaucoup, sont ambivalents à ce sujet. Ne pas être sûr(e) de ce que l'on veut, vivre ou mourir, est une réaction tout à fait normale lorsque l'on souffre autant que toi. Le fait que tu sois toujours là est un signe d'ambivalence, c'est-à-dire qu'une partie de toi veut mourir et en même temps une autre partie de toi veut continuer à vivre. Accroche-toi à cette dernière partie et continue à lire ce qui suit.


Suite : Tu penses au suicide... - Prevention Suicide



avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Jeu 23 Aoû 2018 - 20:59



Le suicide — donner à la vie une nouvelle chance

Peut-être lis-tu cet article parce que l’idée de mettre fin à ta vie te traverse l’esprit, ou parce que quelqu’un dans ton entourage y songe.

Si tu as perdu tout espoir pour l’avenir, ne quitte pas la page. Je sais qu’il se peut fort bien que tu aies déjà prévu de mettre fin à tes jours; il se peut même que tu aies fait une tentative de suicide. Tu as l’impression que l’avenir est sans espoir, et qu’il t’est impossible de continuer de vivre ainsi. La douleur est trop forte. Personne ne peut comprendre l’intensité de ta souffrance intérieure.

Mais tu es là aujourd’hui, et donc, je voudrais t’offrir de l’espoir, te décrire comment ta vie pourrait changer si tu choisis de donner à la vie une deuxième chance.

Options : J’aimerais que tu abandonnes l’idée de mettre fin à tes jours et que tu choisisses d’aller de l’avant. Peut-être as-tu consulté un thérapeute par le passé, mais sans succès. Je te demande de suivre de nouveau quelques étapes qui t’aideront à changer de voie, loin des pensées autodestructrices qui te tourmentent.

Tout d’abord, il faut comprendre la source de ta dépression.

Il se peut que tu te dises : « Je ne sais pas pourquoi. Je suis un raté. J’ai des dettes. Mon partenaire a rompu avec moi. Une personne est décédée. Je suis au chômage. Je suis célibataire. Je suis ________ (à toi de compléter la phrase) ». Sache qu’il est fort probable que tu souffres de dépression non à cause d’une situation quelconque, mais plutôt à cause d’une mauvaise régulation chimique au cerveau.

De nombreuses personnes déprimées ne savent pas que la dépression est souvent due à une carence de substances chimiques au cerveau. Un article récemment publié par la clinique Mayo affirme que les experts pensent qu’une vulnérabilité génétique associée à des facteurs environnementaux tels que le stress ou une maladie physique peut déclencher un dérèglement des substances chimiques au cerveau, les neurotransmetteurs, et provoquer une dépression. Il semble que le dérèglement de trois neurotransmetteurs – la sérotonine, la norépinephrine et la dopamine – soit lié à la dépression. »

Ces substances chimiques aident les gens à se concentrer, à améliorer leur humeur et à augmenter leur taux d’énergie. Certains médicaments peuvent contribuer à augmenter la production de ces substances chimiques, comme peuvent le faire des méthodes naturelles, comme faire de l’exercice et prendre le temps de grandir spirituellement. Certes, il faut chercher à surmonter toute difficulté telle que la perte d’un être cher, un divorce, une faible estime de soi, la culpabilité, le ressentiment, la colère ou une agression sexuelle par le passé. Il faut affronter ces crises et ces pertes, en faire le deuil et les résoudre.

As-tu consulté un médecin de famille ou un psychiatre pour soigner ta dépression? Sinon, fais-le immédiatement. Si cela n’est pas possible, rends-toi au centre d’urgence le plus proche pour recevoir de l’aide.Si tu penses passer à l’acte, compose le 911 (Canada et États-Unis) ou le 112 (France) sans tarder.

Si un médecin te suit pour ta dépression, contacte-le immédiatement pour lui dire que tu as besoin d’aide pour contrer tes pensées suicidaires ou tes projets d’autodestruction. Demande à un membre de ta famille ou à un ami de t’accompagner au besoin.

Comprendre ta dépression et douter de tes émotions

Il ne faut pas te fier à tes sentiments, car ils ne sont pas une source fiable de vérité. Tes sentiments ne sont que des indicateurs de tes perceptions subjectives. Tu as besoin d’évaluer le bien-fondé de toute pensée qui te pousse à envisager le suicide.

Songer à te tuer, c’est croire à des mensonges concernant ta vie et ton avenir. Beaucoup de personnes qui ont souffert de dépression ont appris à ne pas se fier à leurs sentiments. Ils ont eu le courage de persévérer, le courage de croire que leur avenir et leur vie pouvaient être meilleurs.

Martin Luther a décrit ainsi l’un de ses moments de dépression : « Pendant plus d’une semaine, j’étais aux portes de la mort. Je tremblais de tout mon être. Le Christ me semblait complètement perdu. J’étais secoué par le désespoir et le blasphème de Dieu » (Me voici donc en ce jour, Abingdon Press).

Don Baker, pasteur et auteur, a écrit ceci au sujet d'une de ses dépressions : « J’avais l’impression d’être déconnecté de la réalité. La vie était floue, souvent sans repères. Il me semblait qu’elle n’était plus qu’un faux-semblant, une fantaisie. Personne ne s’intéressait à moi, pas même Dieu. En de telles circonstances, le suicide semblait être la seule solution… »

Mais ces hommes n’ont pas permis à leurs sentiments de les dominer. Ils ont rejeté leurs pensées de désespoir et sont allés de l’avant. Ils ont été capables de surmonter leurs difficultés et leur sentiment de défaite. Tu peux faire comme eux.

Il est temps d’envisager ta vie sous un nouvel angle. Tu as de la valeur en tant qu’être humain. Ta vie est importante. Tu peux changer de pensées et de comportements. Tu peux améliorer ta vie! Tu peux aussi choisir de donner une chance à Dieu en l’invitant à te redonner espoir. Tourne-toi vers lui et demande-lui de l’aide et des conseils. Pourquoi ne pas découvrir ce qu’il peut faire de ta vie? Je l’ai vu changer des vies, relever les opprimés et offrir de l’espoir aux désespérés.

Suite du texte : Le suicide — donner à la vie une nouvelle chance - Mes défis, j'en parle


avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Ven 24 Aoû 2018 - 17:28



Il n'avait que 17 ans !

J’ai été saisie d’une profonde tristesse en entendant ces mots, " il n’avait que 17 ans ".
Mes collègues du travail, m’expliquaient brièvement, le suicide du fils d’une des nos collèges.
" Il s’est jeté de sa fenêtre ", continuent-elles à me dire. Elle l’élevait seule.
" Elle n’a rien vu venir " ajoutait encore une d’elles, " nous voulons faire une enveloppe pour elle, car elle en aura besoin "…

J’ai pensé à cette maman, à la souffrance qui était dans ce moment en train de la consumer, au déchirement de ce cœur de mère, qui se trouvait soudainement devant le suicide de son fils.
En les quittant, je me suis mise à réfléchir sur la personne de nos enfants, c’est vrai que chaque être est unique, chacun a sa manière de penser, d’agir, personne ne peut connaitre ce qu’il y a dans les profondeurs de nos pensées, sauf Dieu.

Nous parents, nous les voyons tous les jours, parlons avec eux, rions avec eux, et parfois nos enfants chéris, portent un masque, que personne ne peut percer.

La nature humaine sait très bien se cacher derrière un masque, nous nous protégeons des autres car nous ne voulons pas faire voir aux autres combien nous sommes malheureux et désespérés.
Nous nous entourons d’une muraille pour ne pas laisser rentrer les regards de nos familles pour éviter qu’elles découvrent notre mal être.

Cela arrive chez les adultes, mais malheureusement, aujourd’hui, cela touche notre jeunesse, la société a mis en haut de l’affiche des valeurs que parfois nos jeunes ne peuvent pas atteindre, et ils se sentent frustrés car ils pensent être nuls incapables d’accomplir ou d’atteindre ces valeurs.
La jeune fille se trouve trop grosse, le jeune garçon trop boutonneux, au collège, leurs camarades se donnent à cœur joie de leur faire remarquer leur différence, ceux qui se disent leurs amis se moquent d’eux, gentiment, l’amour qui pointait sa flèche, n’est pas réciproque, je ne t’aime pas ! Et à chaque parole la gangrène commence à faire son travail.

Parfois, même dans nos maisons, sans prendre garde, les parents, la famille commencent à prononcer des paroles qui vont augmenter leur mal être " Tu es nul, tu n’arriveras jamais à rien … "
Vous vous demandez " comment est-ce possible, sa mère n’a rien vu venir ? "
Malheureusement c’est vrai, il y a des jeunes qui montrent bien quand ca ne va pas, mais il y a aussi ceux qui savent très bien cacher leur mal-être. Nous passons parfois à côté des faits qui pourraient nous alerter, car nous disons toujours " l’âge de l’adolescence c’est comme ça…"

Ce matin, j’ai croisé une collègue qui est venue avec moi en vacances la semaine dernière. Elle était venue avec sa fille et son mari.
Je ne sais plus comment mais elle a commencé à nous parler de sa fille, (" en la voyant je m’étais dit qu’elle devait avoir 17 ans, elle est en pleine adolescence " … !)
Sa fille a 19 ans et elle a déjà fait deux tentatives de suicide…
Elle refuse de grandir. A la fin de notre conversation, j’ai lui ai dit, " je vais prier pour elle et aussi pour toi, et j’ai ajouté " et toutes les femmes que je connais, je vais leur demander de le faire. " " Merci, si tu savais tous ceux qui prient pour elle ! ".
Croyez-vous qu’avec Dieu il y ait des coïncidences ? Je ne le crois pas, c’est pour cela que je vous écris aujourd'hui.

Malgré toutes ces choses cachées que nous ignorons, nous devons avoir la certitude que notre Dieu connait tout et qu’il garde nos enfants.

Quand nous sommes en face de situations pareilles, nous perdons complètement de vue l’amour de Dieu pour nous, sa bienveillance envers les nôtres, et nous paniquons rien qu’à penser qu’un malheur pareil peut nous atteindre.
Celles qui ont vécu des faits si terribles savent bien que dans ces moments la déchirure est tellement insupportable que tout à coup plus rien ne semble réel, nous ne sommes pas préparées pour la perte d’un enfant ! Dans nos cœur la pensée de mourir est plutôt nous avant eux, car nous sommes plus âgées, et ça ne rentre pas dans notre logique.

Imaginez- vous la souffrance de Marie, qui était croyante, qui servait le Seigneur, voir que le fils que l’Eternel lui avait donné, est en train de mourir sur la croix, Là, Jésus qui sait que son départ va déchirer le cœur de celle qui l’a porté pendant neuf mois dans son sein, il prépare la suite des événements, il donne à Jean la responsabilité de prendre soin de Marie. Jean ch. 19 v 25

Nous avons le privilège de connaitre Dieu, nous savons combien la prière est efficace. Notre responsabilité comme mères est de venir le plus souvent au pied du trône de grâce pour porter nos enfants, car l’ennemi rôde comme un lion rugissant il cherche qui dévorer, et il voudrait nous prendre nos enfants par la ruse, par les mensonges. Ayons la certitude que le Père veille sur les nôtres, demandons-lui le discernement nécessaire pour pouvoir détecter les changements d’attitude de nos enfants, soyons prêtes à ne jamais couper le dialogue avec eux, malgré leur comportement qui pourraient nous décourager.

Du reste, ayons l’assurance de l’amour de notre Dieu pour chacune de nous, car Lui nous portera dans ses bras d’amour dans toutes les circonstances qui pourraient venir terrasser nos vies.



avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Lun 27 Aoû 2018 - 20:22


PRIERE TRES PUISSANTE

A L’ANGE LECHITIEL

CONTRE LA TENTATION DU SUICIDE
 
L’Ange Lechitiel est l’Ange qui s’occupe des désespérés, des découragés et de tous ceux qui sont sur le point de se suicider. C’est l’Ange de ceux qui sont complètement anéantis, de ceux qui sont tombés et qui n’ont plus aucune force pour se relever. C’est l’Ange qui veut et qui peut venir en aide à toutes ces personnes.

Cet Ange a une vertu spéciale et c’est sa mission principale.

L’Ange Lechitiel est très puissant et peut retenir au dernier moment toutes celles et ceux qui veulent passer à l’acte.


Quiconque l’invoque, pour lui-même ou pour une autre personne, ne serait-ce que quelques fois par an, est à l’abri de la tentation du suicide alors que la même personne qui ne l’invoquerait pas succomberait à cette tentation.

Quiconque invoque l’Ange Lechitiel de la façon suivante, une à quelques fois par an, est à l’abri durant toute l’année en cours :
 
« - Saint Lechitiel, aide-moi, soutiens-moi, relève-moi ! ».
 
L’Ange Lechitiel est celui qui a réconforté Notre Seigneur Jésus dans son effroyable abandon au Mont des Oliviers.
L’Ange Lechitiel est revêtu d’un vêtement sacerdotal, il a une étole, une croix et sur le vêtement, une image représentant la Passion du Christ ainsi qu’un calice surmonté de la Sainte Hostie.


Source : priere contre la tentation du suicide - la priere - Centerblog




avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Mer 29 Aoû 2018 - 17:33



Vous connaissez une personne qui veut ce suicider ? Ce texte va lui redonner le gout de vivre même pour vous également !

TU VEUX TE SUICIDER ? Imagine ça...

Tu rentres des cours un soir, après une horrible journée, encore. Tu es prête à tout abandonner cette fois. Tu vas dans ta chambre, tu fermes la porte, tu reprends ce morceau de papier, cette lettre de suicide, que tu as écrit maintes et maintes fois, encore et encore. Tu prends cette lame de rasoir, et t’ouvres les veines pour la dernière fois. Tu prends cette boite de pilules, et les avales toutes. Tu t’allonges patiemment, tenant cette lettre sur ta poitrine, tu fermes les yeux pour la dernière fois. Une heure plus tard, ton petit frère toque à ta porte pour te dire que le diner est prêt.

Tu ne réponds pas alors il entre, il voit seulement que tu es allongé((e) sur ton lit, alors il pense que tu dois dormir. Il redescend et dit ça à ta mère. Elle monte dans ta chambre pour te réveiller, mais remarque que quelque chose ne va pas. Elle prend la feuille que tu as dans les mains, et la lis. Sanglotant, elle te secoue, crie ton nom, mais tu ne bouges pas.

Ton frère, désorienté, cours dire à ton père que ta mère n’arrive pas à te réveiller. Ton père monte les escaliers affolé, voit ta mère en train de pleurer, tenant fermement cette lettre contre sa poitrine, près de ton corps sans vie. Il comprend rapidement, et se met à crier, jetant un objet à travers la pièce. Puis, il tombe à genoux, et se met à pleurer.

Ta mère s’approche difficilement de lui, ils se prennent dans les bras, et pleurent. Le lendemain à ton lycée, la principale annonce ton suicide à la classe. Cela prend quelque seconde avant que chacun se rendent compte, puis, tout le monde devient silencieux. Ils se blâment tous eux-mêmes. Tes professeurs pensent qu’ils ont été trop durs avec toi.

Ces filles populaires repensent à tout ce qu’elles t’ont dit de méchant, bêtement. Ce garçon qui avait l’habitude de t’ennuyer et de t’insulter, ne peux pas s’empêcher de se haïr pour n’avoir jamais osé te dire à quel point il te trouvait belle en vérité. Ton ex petit copain, celui à qui tu disais tout, celui qui t’a largué, pourtant il ne peut pas supporter d’entendre cette nouvelle, il s’effondre, se met à pleurer puis quitte la classe.

Tes amis? Ils sanglotent aussi, se demandent comment ils ont fait pour ne pas se rendre compte que quelque chose n’allait pas, ils auraient aimé pouvoir t’aider avant qu’il ne soit trop tard. Et ta meilleure amie? Elle est en état de choque, elle ne peut pas y croire. Elle savait ce que tu traversais, mais elle ne pensait pas que ça pouvait aller si mal… au point d’en finir. Elle ne peut pas pleurer, elle ne peut rien ressentir. Elle se lève, et sort de la classe. Dans le couloir, elle s’effondre par terre, tremblante, se met à crier, mais aucune larme ne sort.

Quelques jours plus tard, à ton enterrement. Il y a foule, beaucoup te connaissaient, et appréciaient cette fille pétillante. Celle qui était toujours là pour les autres, l’épaule sur laquelle on pouvait pleurer. Ils parlent tous des bons souvenirs qu’ils ont eus avec toi. A tous, on peut voir des larmes couler de leurs yeux.

Ton petit frère ne sait toujours pas que tu t’es suicidé, il est trop jeune. Tes parents lui ont seulement dit que tu étais décédée. Ça le blesse, énormément. Tu étais sa grande sœur, tu étais supposée être toujours là pour lui. Ta meilleure amie, elle essaye de rester forte durant toute la cérémonie, mais au moment où ton cercueil est mis en terre, elle perd tout moyen, et se met à pleurer comme elle n’a jamais pleuré. Et elle continuera, pendant des jours, et des jours.

Deux ans plus tard. Tes amis, pour la plupart sont tombés dans la dépression, parlent toujours à un conseiller/thérapeute une fois par semaine. Certains de tes professeurs ont tout simplement quittés leur job. Ces filles populaires ont maintenant des troubles alimentaires. Ce garçon qui t’insultait, s’ouvre les veines. Ton ex petit ami ne sait plus comment aimer et n’a jamais pu avoir une relation stable à nouveau. Ta meilleure amie? Elle a essayé de se suicider, elle n’a pas réussi comme toi, mais elle a essayé, plusieurs fois. Ton frère? Il a finalement découvert la vérité sur ta mort. Il se coupe, s’ouvre les veines, pleure le soir. Il fait tout ce que tu as fait pendant des années, et qui t’a conduit au suicide.

Tes parents? Leur mariage est tombé à l’eau. Ton père est devenu alcoolique, pour le distraire du mal que lui a causé ton décès. Ta mère est tombée dans une profonde dépression qui la tue à petit feu et reste clouée au lit toute la journée. Les gens ne s’en fichent pas. Tu ne le remarque peut-être pas, mais ils ne s’en fichent pas.

Tes choix ne t’affectent pas seulement toi, ils affectent tout le monde autour de toi. Ne mets pas fin à tes jours, il te reste tellement à vivre. Les choses ne peuvent pas s’améliorer si tu abandonnes. Je suis là pour quiconque a besoin de parler, ou autre, peu importe qui vous êtes. Même si nous n’avons jamais parlé avant, je suis là pour vous. Alors s’il vous plaît, trop de gens partent trop vite alors qu’il ne le voulait pas. La vie est faite pour qu’on se batte, il-y-a toujours pire que nous ailleurs. Si ça ne va pas, défoulez vous, hurler, parlez… Mais ne baissez jamais les bras.



avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Ven 31 Aoû 2018 - 19:27



Suicide chez les jeunes : causes et prévention

Le suicide chez les jeunes est un acte si intense et tellement insupportable que la plupart des parents et des proches ne sauront jamais comment s’en remettre. Il est affolant de constater qu’après les décès causés par un accident de la route, le suicide chez les jeunes se place au deuxième rang. Il s’agit d’un drame terrifiant auquel se rattachent les sentiments de culpabilité et d’impuissance extrêmes. Dans la série des douleurs humaines, celle-ci s’affiche en tête de liste.

Les causes du suicide chez les jeunes


Les hormones


L’adolescence est une période de vie tourmentée, caractérisée par une série de changements hormonaux et de grands bouleversements qui peuvent conduire le jeune à l’isolement et à l’éloignement de ses proches. Cette étape est souvent ponctuée de moments de dépression, surtout si l’adolescent est privé de soutien et d’écoute. Déjà, cette période transitoire vers le monde adulte devient un terrain propice aux pensées suicidaires. Si, de surcroît, s’ajoutent des problèmes secondaires, mais non négligeables, le suicide représente alors une solution envisageable pour le jeune.

La dépression


Une des premières causes du suicide chez les jeunes est la dépression. Les symptômes sont les mêmes que pour les adultes, mais ils sont souvent confondus avec les comportements de la « crise d’adolescence ». L’instabilité chimique du cerveau provoque un désintéressement général de la vie.

La violence familiale


D’autres situations déstabilisantes peuvent également être constatées lorsqu’un adolescent a choisi le suicide. Il peut connaître des difficultés d’ordre familial, comme la violence de ses parents ou les agressions sexuelles.

L'intimidation


L’intimidation à l’école et la cyberintimidation sont des phénomènes graves de plus en plus répandus. Les jeunes qui sont ciblés souffrent davantage de dépression et d’isolement. Ils craignent de parler de ce harcèlement et de confier leur malheur à autrui, de peur de subir davantage de maltraitance. Ce phénomène conduit inévitablement au décrochage scolaire. Certaines victimes peuvent tomber malades, avoir des difficultés à dormir et montrent des signes de dépression. Plusieurs enfants prendront un autre chemin pour se rendre à l’école, d’autres ne se présenteront plus en classe. Cette violence en milieu éducatif mène souvent au suicide. Tout récemment, plusieurs jeunes, plus particulièrement des filles, se sont suicidées à la suite d'actes d’intimidation. Les autorités scolaires affirment prendre les mesures nécessaires par la mise en place de programmes d’aide et de surveillance, mais le problème demeure profond et il est difficile à contrôler.

Autres causes du suicide chez les jeunes


Le divorce brutal, la famille recomposée déficiente, les chagrins d’amour et l’intimidation provoquent également le suicide chez les jeunes.

L’alcoolisme et la toxicomanie régnant au cœur du foyer familial, le manque d’amour et l’indifférence quant à ce que vit le jeune adulte représentent des situations stressantes, pouvant conduire le jeune à des intentions de suicide.

Les signes avant-coureurs du suicide chez les jeunes


Si vous constatez des changements importants de comportement chez votre adolescent, vous avez raison d’être inquiets. Voici quelques exemples de signal d’alarme.

  • Votre enfant se détache et se désintéresse des activités qu’il appréciait auparavant.
  • Il préfère la solitude. Il fuit ses amis et évite toute discussion avec les membres de sa famille. 
  • Il néglige son apparence physique et il affiche un manque d’hygiène personnel.
  • Il manque de concentration quant à ses travaux scolaires et ses résultats sont à la baisse.
  • Ses habitudes de sommeil ne sont plus les mêmes et il modifie son alimentation dans le but de perdre du poids (anorexie ou boulimie).
  • Il consomme des drogues et de l’alcool, il devient irascible et colérique et fait montre de violence.
  • Il ne semble plus rire et ne montre plus d’intérêt pour ce qui le fascinait avant.

Ces quelques situations méritent votre attention et votre vigilance. Soyez à l’affut et demeurez prévoyants. Tous ces signes sont des messages porteurs d’un éventuel suicide.

Les moyens suicidaires des jeunes


Il est déconcertant de constater à quel point il est facile d’obtenir une arme à feu, des drogues, de l’alcool et des médicaments de façon illicite. Tous ces éléments font partie des moyens utilisés pour faciliter un jeune à se suicider.

Selon certaines études, il y a plus de tentatives de suicide chez les jeunes filles que chez les jeunes garçons. Cependant, ces derniers utilisent des moyens plus drastiques pour entraîner la mort, comme les armes à feu et la pendaison. Les filles utilisent des moyens moins directs, comme la surdose de médicaments ou l’automutilation.

Comment prévenir le suicide d'un jeune


Il est primordial de prendre au sérieux les signes avant-coureurs du suicide et les changements de comportement chez votre fils ou votre fille. Ces messages sont des cris au secours, des appels de détresse. L’indifférence et le manque de communication seraient vos pires ennemis. Il faut ouvrir le dialogue, poser des questions, écouter sans juger, le tout avec amour et patience. Fournir à votre enfant le moyen d’exprimer ses émotions librement l’aidera certainement à l’éloigner de ses intentions suicidaires. Abordez le sujet du suicide ouvertement et directement, et faites-lui part de vos préoccupations et de vos inquiétudes.

Toutefois, si vous n'êtes pas en mesure d’offrir le soutien adéquat à votre adolescent en péril, n’hésitez pas à demander de l’aide. Un autre parent, un enseignant, un professionnel de la santé sont des personnes ressources nécessaires, si vous vous sentez incapables de faire face à cette situation.

Un autre facteur préventif serait d’éviter d’entreposer des armes à feu à la maison afin d’éviter le pire.

Les ressources et les traitements du suicide chez les jeunes


Il est primordial qu’un adolescent qui montre des signes de suicide obtienne de l’aide professionnelle. En situation de crise, plusieurs possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez faire appel à un orienteur scolaire, votre médecin de famille, un conseiller d’un centre détresse-secours, à un psychologue ou un psychiatre. Le personnel qualifié des salles d’urgence des hôpitaux ainsi que les conseillers en écoute téléphonique peuvent également venir à votre secours. Pour éviter le pire, agissez immédiatement !

Si votre jeune consulte un psychiatre, ce dernier évaluera son état dépressif et prescrira des médicaments en conséquence. Ce genre d’aide est parfois nécessaire afin d’aider le jeune patient à faire face à ses problèmes, à les identifier et à les régler.
 
Pour vous aider à affronter ce problème et à éviter le suicide, prenez bien soin de connaître les services d’urgence dans toute la province.


N’oubliez pas aussi qu’en tout temps, les infirmières d’Info-Santé CLSC peuvent vous aider et vous diriger vers les meilleurs services pour vous ou vos enfants. Vous pouvez les joindre 20 heures sur 24 en composant le 8-1-1.

  Jacinthe Dompierre, rédactrice Canal Vie
avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Sam 1 Sep 2018 - 18:39



Expériences de mort imminente : qu’en est-il du suicide ?

Selon les recherches du Dr. Moody, les personnes ayant vécu une EMI suite à une mort involontaire, ont souvent affirmé qu’à un moment donné durant leur expérience, elles ne souhaitaient pas revenir sur terre (ndlr : car plongé dans la paix, le bien être, l’Amour…).

Toutefois, ces mêmes personnes sont toutes unanimes à répudier le suicide en tant que moyen de retrouver de tels états. Elles disent à leur retour, avoir appris au cours de leur aventure qu’elles avaient ici un devoir à remplir ; elles rapportent de l’au-delà un désir de se vouer entièrement et sérieusement à cette vie-ci. Voici pour exemple, le témoignage d’un homme « mort » suite à un accident et qui fait référence au suicide et au meurtre :

« [Pendant que j’étais de l’autre côté], j’eus le sentiment que deux choses me seraient totalement interdites : me tuer ou tuer quelqu’un (…). Si j’en venais à me suicider, ce serait comme si je refusais le don de Dieu en lui jetant à la face (…). Tuer quelqu’un d’autre, c’est se mettre en travers du plan que Dieu a conçu pour cet homme… »

Un autre homme raconte que tandis qu’il était « là-bas » il avait eu le sentiment que certains suicides entrainaient une sanction, une partie de celle-ci consistant à être témoin des souffrances que cet acte allait susciter chez d’autres.

Toujours selon le Dr. Moody, les témoignages de personnes ayant eu une EMI consécutive à un suicide ont toute un point commun, celui d’être désagréable. Les témoins rapportent que les situations conflictuelles auxquelles ils avaient tenté d’échapper par le suicide, les retrouvaient, de l’autre côté, intacte.

Une femme a déclaré avoir été comme « prise au piège » dans la circonstance qui l’avait poussé à se suicider. Il lui semblait que l’état des choses au milieu duquel elle s’était débattue avant sa « mort » ne cessait de se répéter, comme en une boucle fermée :


« [..] même alors que j’étais « morte », les choses en étaient toujours au même point. C’était comme si les mêmes choses se répétait sans cesse, un éternel retour. Je subissais l’évènement une fois, et à la fin je pensais : « Ouf ! C’est fini, quelle chance ! » Mais aussitôt après, tout recommençait, et je pensais « Oh non ! Assez ! Que ça s’arrête ! ».

Tous ont déclaré qu’après ce qui leur était arrivé, ils n’envisageaient plus jamais le suicide comme une solution ; tous estimaient qu’ils avaient commis une erreur et se félicitaient de n’avoir pas réussi dans leur tentative.
Ainsi le Dr. Moody demanda à un homme si, à la lumière de ce qu’il avait appris, il entreprendrait à nouveau de se supprimer, il répondit : « Certainement pas. Je ne recommencerai jamais. Je mourrai de mort naturelle. J’ai compris dans ce moment-là que notre vie ne présente qu’une infime portion de temps, alors qu’il y a tant de choses à faire pendant qu’on est sur terre. Tandis que quand on meurt, c’est l’éternité. »

Face à ces révélations issues des recherches du Dr. R. Moody, vous l’aurez donc compris si voulez une belle mort, alors suicide, meurtre, euthanasie, avortement… sont à éviter… A propos de l’avortement, comment ne pas citer le témoignage bien connu de Gloria Polo (à retrouver ici) qui vécut une EMI très intense après avoir été foudroyée ?

Lors de cette EMI, les 10 commandements lui sont passés en revue :

« […] Sur cette épreuve des dix commandements, je n’avais pas une demi réponse correcte. C’était terrible, dévastateur ! J’étais totalement bouleversée. Et je me disais : Au moins on ne pourra pas me blâmer d’avoir tué quelqu’un ! […] Quand l’on en vint au 5ème commandement, le Seigneur me fit voir l’assassin horrible que j’avais été en commettant le plus horrible des crimes : l’avortement.  De plus, j’avais financé plusieurs avortements parce que je proclamais qu’une femme avait le droit de choisir d’être enceinte ou pas. Il me fut donné de lire dans le Livre de Vie et je fus profondément meurtrie, car une fillette de 14 ans avait avorté sur mes conseils. […] Chaque fois que le sang d’un bébé est versé, c’est un holocauste à Satan, qui blesse et fait trembler le Seigneur. Je vis dans le Livre de Vie, comment notre âme se formait, le moment où la semence parvient dans l’œuf. Une belle étincelle jaillit, une lumière qui rayonne du soleil de Dieu le Père. Dès que le ventre de la mère est ensemencé, il s’éclaire de la lumière de l’âme. Pendant l’avortement, l’âme gémit et crie de douleurs, et l’on entend un cri au Ciel car il est ébranlé. […] »

Marthe Robin (1902-1981) reconnue « Vénérable » par le pape François, et qui vécut une vie de souffrance, disait au sujet de l’euthanasie :

« Ne mettez pas des poisons sur la table de nuit des malades ». Elle trouva également les mots pour consoler les proches de suicidés : « Elle était peut-être plus près du Bon Dieu qu’on ne pourrait le croire, faisait-elle écrire en 1952, à propos d’une suicidée, car ce n’est pas à ses jours qu’elle voulait mettre fin, mais c’était au mal qui la torturait… » 



suicide Archives - La vie après la mort
avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Lun 3 Sep 2018 - 18:53



Qu’advient-il de l’âme d’une personne après un suicide ?

Récemment, une de mes proches amies s’est suicidée; depuis, je songe beaucoup à son état présent. A-t-elle trouvé la paix? Elle souffrait d’anxiété liée à une enfance difficile. Bien qu’elle aimait la vie, ses amis et sa famille, elle était incapable d’être indépendante ou tranquille d’esprit. Je l’ai aidée à lutter contre ce problème pendant longtemps. Créative et affectueuse, elle avait beaucoup voyagé et avait vécu loin de nous durant quelques années, ce qui lui a permis de devenir indépendante. Mais elle craignait pour sa santé mentale — elle m’avait expliqué qu’elle voulait mourir par amour propre, du fait que toutes les pensées qui lui traversaient l’esprit la feraient virer folle. Je l’aime encore beaucoup et je ne peux supporter l’idée qu’elle vivra une telle lutte éternellement. Je veux trouver un sens à cette perte.

Il est évident que tu étais pour elle une amie très proche et affectueuse, qui as été là pour elle jusqu’à la fin et même après. Tu t’es souciée de son bien-être et de son état émotionnel et spirituel. Mais malgré tous tes efforts, elle a choisi de quitter ce monde.

Tout d’abord, je veux te dire que tu n’es pas responsable du suicide de ton amie. Son suicide est une conséquence de son instabilité psychologique. Ne laisse donc pas une fausse culpabilité te gagner. Toi et d'autres avez essayé de l’aider; elle a choisi de mettre fin à sa vie malgré vos supplications et vos interventions.

Il faut maintenant faire ton deuil. Tu auras à traverser plusieurs phases du deuil : le choc et le déni, la protestation et l’acceptation de sa mort, la colère, la confusion, la dépression et enfin, la réorganisation. Il s’agit d’un processus normal et inévitable. Il est important de prendre soin de toi pendant cette période. Tu auras peut-être besoin de consulter un thérapeute ou de rencontrer un pasteur pour recevoir du soutien et de la prière. Tu peux lire la Bible pour y trouver consolation et espérance, en commençant par les Psaumes ou l’Évangile de Jean. Dans cet évangile, Jésus parle de l’amour de Dieu pour toi et pour le monde, son offre d’une vie éternelle (Jean 3.16) et d’une vie abondante (Jean 10.10).

La Bible contient des récits de personnes qui se sont suicidées, mais ne décrit pas leur état final. Mais Jésus a promis : « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand bien même il serait mort (Jean 11.25). » Donc, si ton amie a confié sa vie à Jésus avant sa mort, elle est au paradis aujourd’hui.

Comment le sais-je? Jésus a déclaré qu’il est Dieu et qu’il a proclamé la vérité. Il est mort sur la croix pour les péchés du monde entier et est ressuscité d’entre les morts le troisième jour. Plus de 500 témoins ont vu le Christ ressuscité! Tu peux donc savoir que Jésus aimait ton amie plus que tu ne l’aimes et que tu peux la laisser entre ses mains.

Certes, le suicide d’une personne bien-aimée est une expérience accablante. Le suicide a lieu parce que la personne s’est trouvée plongée dans une grande dépression et n’a pas reçu le traitement médical nécessaire. Il s’agit d’un drame, mais non d’un péché impardonnable : Jésus a complètement payé la punition de tous nos péchés sur la croix, ce péché inclus, et c’est pour cela que toute personne qui s’est confiée à lui peut avoir la vie éternelle même si elle se suicide.

Sache que Dieu veut t’accompagner dans ton deuil. Il veut te donner le courage d’affronter cette souffrance de sorte que tu en ressortes plus forte qu’avant. Il veut te manifester son amour et sa consolation de sorte que tu puisses aider d’autres personnes qui souffrent

Ce monde est passager; ce n’est pas notre demeure finale. Ton amie n’a pas réussi à surmonter le désarroi émotionnel et mental qu’elle vivait, mais tu peux surmonter ta souffrance en te tournant vers Dieu.

Ton amie a fini son séjour sur la terre; Dieu lui a permis de s’en aller. Il ne faut jamais croire qu’il est l’auteur de cet incident fâcheux, bien qu’il permet aux gens de faire des choix qui vont à l’encontre de sa volonté. Sache qu’il est là, prêt à t’offrir le courage et l’espérance nécessaires pour découvrir sa volonté pour toi. Tu peux vivre de sorte à donner aux autres de l’espoir pour l’avenir et pour l’éternité.

Si tu souffres de dépression ou d’anxiété à cause de cette situation, n’hésite pas à en parler avec ton médecin de famille ou un psychologue. Tu peux aussi inviter Dieu à se manifester à toi dans cette situation.



avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Mar 4 Sep 2018 - 16:34

4 septembre 2018


Un jeune pasteur et père de 3 enfants se suicide quelques jours après avoir évoqué ses troubles mentaux devant l’église

Le 12 août dernier Andrew Stoecklein, âgé de 30 ans et pasteur principal de l’église Inland Hills à Chino en Californie, s’est donné la mort. Il s’était confié à sa congrégation au sujet de ses difficultés, seulement quelques jours auparavant.

C’est une tragique issue que personne dans l’entourage d’Andrew n’avait pu anticiper ou même imaginer. Il est vrai que depuis la mort de son père en 2015 après un combat de 4 ans contre la leucémie, Andrew se sentait fragilisé. Sa famille avait ensuite été harcelée par un individu dangereux, les contraignant au déménagement. Il avait également été éprouvé physiquement par des calculs rénaux, et l’ablation d’une masse dans son mollet. Andrew faisait face depuis peu à l’anxiété, mais tous demeuraient confiants quant à l’issue de cette épreuve.

Quelques jours avant son acte irréversible, Andrew accompagné de son épouse Kayla, s’était confié publiquement.

Même si son église « prospérait, grandissait et bougeait », il « s’effondrait et était épuisé, faible et fatigué ». Et c’est la perspective d’un voyage missionnaire de 3 semaines en Inde et en Afrique, qui a déclenché des crises de panique et d’anxiété incontrôlables.

À son retour de voyage, alors qu’il dût prêcher 7 fois à l’occasion d’un dimanche de Pâques, un agent de sécurité le retrouva « sur le sol des toilettes avec cette panique extrême ».

Plus tard, après une crise de panique plus forte que les autres à son domicile, Andrew fût hospitalisé.

« Je me suis senti complètement fou. Ils m’ont mis dans un fauteuil roulant et m’ont fait monter. J’avais mes lunettes de soleil, parce que je pensais que toutes les personnes de l’église Inland Hills seraient à l’hôpital, et me verraient passer par cette panne. Je pensais à ces pensées folles, je pensais que quelqu’un allait me tuer, je me cachais. »

Suite du texte : Un jeune pasteur et père de 3 enfants se suicide quelques jours après ...



avatar
Claire
Admin

Messages : 9362
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 68
Localisation : NORD

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Claire le Jeu 6 Sep 2018 - 0:06

Quelle triste histoire ! Je pense que cet homme aurait dû être hospitalisé plus longtemps et soigné à fond, au lieu de ça il est parti en mission à l'étranger alors qu'il était faible ! pauvre homme !

prendspitie
avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Jeu 6 Sep 2018 - 1:53

Oui, on peut dire pauvre homme ! Sad  Mais prions pour sa pauvre famille qui doit vivre un atroce calvaire. Ce jeune pasteur est sûrement au Ciel auprès de Son Seigneur.

04 septembre 2018



Californie: La femme du pasteur suicidé se confie

Sur Instagram, Kayla Stoecklein, la veuve d'Andrew Stoecklein, pasteur de l'Eglise Inland Hills à Chino, en Californie, s'est confiée à propos de la mort de son mari le 25 août dernier, après une tentative de suicide.

Mère de trois enfants, elle écrit: "Le dire aux enfants a été la chose la plus difficile que j'aie jamais eu à faire. Cela m'a brisée. C'est pour notre aîné que cela a été le plus difficile. Les questions qu'il m'a posées m'ont choquée: "Est-ce que les docteurs savaient que papa allait mourir?, Pourquoi n'a-t-il pas dit au revoir ? Que va devenir ma vie sans papa?" Ce sont des questions qu'un petit garçon de 5 ans ne devrait pas poser. Des questions auxquelles une maman de 29 ans ne devrait pas avoir à répondre. Je déteste ne pas pouvoir les protéger de la douleur. Il y a tant d'incompréhension."

Elle poursuit: "Ce n'est pas la vie dont j'ai rêvé mais je sais que Dieu est avec moi. Ce n'est pas la vie pour laquelle j'ai prié mais je sais que Dieu pourvoira. Ce n'est pas juste, cela ne paraît pas réel, mais Dieu est plus grand, plus fort."

Le 24 août, le pasteur de 30 ans a tenté de mettre fin à ses jours, dans sa propre Eglise. Malgré l'arrivée des secours, l'homme est décédé quelques heures plus tard. Depuis plusieurs mois, il luttait avec des problèmes de dépression et d'anxiété. Il n'avait jamais vraiment dépassé le deuil de la mort de son père, survenue à cause d'un cancer en 2015. Cette année, il avait pris quatre mois sabbatiques à cause de complications de santé, mais cela n'a pas suffi. La famille avait également dû déménager car elle avait été la proie de harceleurs.

Malgré l’immense peine de devoir affronter la mort par suicide de son époux, Kayla Stoecklein avoue se sentir inspirée par la manière dont sa mort force l’Église à réfléchir sérieusement à la manière dont elle prend en charge la question de la santé mentale.

« Ton histoire, ta vie et ta mort est en train d’ouvrir une multitude de conversations dans le monde entier. Ton histoire est en train d’aider les gens à partager leurs pensées et leurs combats secrets avec leurs familles et leurs amis. Ton histoire est en train d’ouvrir la voie pour un débat plus profond sur la manière dont l’Église peut s’améliorer avec les personnes qui font face à des problèmes de santé mentale, y compris les pasteurs. Dieu est en train d’utiliser ton histoire pour faire des miracles dans la vie d’autres personnes. Même si je ne veux pas de tout ça, je ne peux m’empêcher de voir comment Dieu agit au travers de cette histoire », a-t-elle encore écrit.


avatar
Gilles

Messages : 2021
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 63
Localisation : Québec - Canada

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Gilles le Lun 10 Sep 2018 - 17:19



Si ta situation nécessite un miracle du ciel, tu devrais en demander un

« Je ressens une telle compassion pour toi, mon ami.  Lorsque tu portes une lourde croix, c’est difficile de voir qu’elle prendra fin.  Parfois, tu ne crois pas qu’elle ne se terminera jamais.  En fonction du pouvoir humain, peut-être que c’est même impossible que ta croix prenne fin, mais rien n’est impossible pour le ciel.

Au ciel, tu vois, nous vivons avec des miracles qui se produisent tout autour de nous.  Quand tu viendras au ciel tu comprendras ce que je veux dire.  Si ta situation nécessite un miracle du ciel, tu devrais en demander un.

Les miracles ne sont pas impossibles quand tu restes en compagnie des saints.  Les saints, évidemment, sont tous là pour l’obtention de miracles de Dieu.  Dieu nous donne ces choses, ces miracles, parce que nous avons souffert avec lui pendant que nous étions sur terre.

Tu seras un saint si tu souffres avec Jésus, et par la suite tu pourras obtenir aussi de puissantes grâces.  Tu diras :  « Dieu, s’il vous plaît, aidez cette personne! »  Dieu le fera lorsqu’il verra que tu fais le moindre effort pour accepter ta souffrance avec Jésus.  Tu as de l’influence dans ta souffrance.  Tu as un pouvoir d’intercession, ce qui signifie que si tu demandes des grâces pour un autre, Dieu les accordera.  Ce peut être difficile pour toi d’accepter parce que tu te sens triste et en colère, mais j’utiliserai mon influence pour t’obtenir des grâces qui t’aideront à comprendre.

Tu verras que ta souffrance, ta peine, est utilisée par le ciel pour aider les autres.  Ça aura lieu, mon ami, tu te sentiras mieux, je t’en fais la promesse en présence de Jésus-Christ.  Il tiendra cette promesse pour nous. »

« Je vais te donner quelques conseils.  Je suis celle qui a souffert de beaucoup d’angoisse sur terre, comme je l’ai dit, donc je suis la bonne pour t’aider.  Demeure très calme durant cette période de bouleversement; ne panique pas, n’agis pas à la hâte.  Laisse-nous, tes amis célestes, calmer ton esprit.  Si tu t’occupes tranquillement de ta peine, avec une attitude de calme, tu auras moins de chances de prendre de mauvaises décisions qui génèrent encore plus de souffrances.

En fait, il vaut mieux que tu reportes les décisions importantes jusqu’à ce que tu te sentes mieux.  Sois sage concernant ta souffrance et permets-toi d’être calme, ce n’est pas une mauvaise chose.  Passer du temps en silence, réfléchir, ne te feront pas de mal.

Pendant que tu demeures tranquille, demande constamment de l’aide à Jésus;  demande-lui d’enlever ta douleur aussi vite que possible et demande-lui d’aider les autres qui subissent cette douleur.  

Tu est uni au ciel, souviens-toi donc que nous sommes nombreux au ciel qui comprenons que tu souffres et qui cherchons à t’aider.  Tu n’es pas seul.  Nous ne t’abandonnerons jamais dans ton angoisse.  Demande au ciel de t’envoyer des grâces calmantes et le ciel le fera.

Souviens-toi que tu es important et que nous t’aimons beaucoup.  Tes erreurs n’affectent pas notre amour pour toi parce que nous avons également fait des erreurs.  Le ciel est rempli de saints qui furent de grands pécheurs sur terre;  nous nous sommes repentis et Dieu nous a pardonné.  Sois en paix au sujet de tes erreurs parce que l’expérience que tu acquiers de tes erreurs t’aidera plus tard.

Comprends-tu?  Dieu a un plan pour toi.  Prendre ta vie ne fait pas partie de ce plan.  Tu es entouré de saints et tu es entouré d’anges.  Tu appartiens à notre famille et tu auras tout ce dont tu as besoin. »


Message de Ste-Marguerite Marie Alacoque



Contenu sponsorisé

Re: "Le suicide n’est jamais la bonne solution" : témoignages et réflexions

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 25 Sep 2018 - 21:57