L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens


L'apôtre Nathanaël, dit Barthélemy, par lui-même

Partagez
avatar
Claire
Admin

Messages : 7829
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 67
Localisation : NORD

L'apôtre Nathanaël, dit Barthélemy, par lui-même

Message par Claire le Lun 24 Aoû 2015 - 13:49

L'apôtre Nathanaël, dit Barthélemy, par lui-même


L’Église fête le 24 août l’un des Douze, ami de Philippe et né comme lui à Cana. Qui était-il ? Jacques Gauthier lui donne la parole.



JACQUES GAUTHIER (144)

© Urek Meniashvili

Extraits du chapitre de mon livre : Jésus raconté par ses proches, dans lequel Nathanaël, dit Barthélemy, témoigne de sa relation avec Jésus.

Je suis un Galiléen de Cana. On me surnomme Barthélemy, le fils de Tolmaï. J’ai rencontré Jésus à Bethsaïda dans la maison de Pierre, au nord du lac, non loin de Capharnaüm. C’est Philippe qui m’a parlé de lui : "Nous avons trouvé Jésus de Nazareth, fils de Joseph, de la race de David. Celui dont ont parlé Moïse et les prophètes !".
 
Connaissant bien les Écritures, je lui répondis : "De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ?".
Comme réponse, il m’a simplement dit de venir et de voir. Quand je suis arrivé avec Philippe, Jésus était seul. En me voyant arriver, Il me dit : "Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. La paix à toi, Nathanaël".
"Comment me connais-tu ?"
"Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu."
"Rabbi, c’est Toi le Fils de Dieu ! C’est Toi le roi d’Israël !"
"Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, en train de méditer la Loi, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. "


Un savoir qui ne s'apprenait pas dans les synagogues


Ce qui pouvait être un blasphème aux oreilles de plusieurs constituait pour moi une confirmation de sa nature messianique. Ma transformation d’israélite en chrétien s’est faite progressivement. Je réfléchissais beaucoup au lieu d’y aller spontanément par instinct spirituel, comme Jean. Jésus appréciait mon honnêteté, ma bonne foi, ma générosité, ma sagesse. J’exprimais avec simplicité les pensées les plus hautes, mais j’étais très attaché aux formules, à la Loi, comme Philippe, ce qui à ses yeux était un défaut. Il ne voulait pas que je sois borné comme un scribe. À son école, j’avais à découvrir un savoir qui ne s’apprenait pas dans les synagogues.
 
Inséparable de mon ami Philippe, élevés dans la même culture, nous faisions de grands efforts pour admettre d’autres vérités, par exemple la place des femmes auprès du Maître ou la façon de prier. Il estimait important que des femmes Le suivent et qu’elles puissent en plus parler de Lui, faire des miracles, prier pour les apôtres et avec eux. Pour lui, la prière était plus une conversation du cœur avec Dieu qu’une récitation de formules. 


Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier

sources: LE BLOGUE DE JACQUES GAUTHIER

    La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû 2017 - 1:10