L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens

Le Deal du moment :
Amazon Music HD offert pendant 3 mois
Voir le deal

Mamma Rosa QUATTRINI

Anonymous
Invité
Invité

Mamma Rosa QUATTRINI Empty Mamma Rosa QUATTRINI

Message par Invité Sam 17 Jan 2015 - 22:24

Mamma Rosa: plus sainte que voyante!

A l’occasion du 50e anniversaire de la première apparition à San Damiano

Charisme et sainteté

Les charismes ne sont pas, en soi, des brevets de sainteté. Il y a des mystiques dévoyés. Dans l’une de ses interventions, Maria Simma, la confidente des âmes du purgatoire, fait allusion à une personne qui avait reçu le même charisme qu’elle mais qui s’est perdue à cause de son orgueil.
Il y a aussi des sujets qui reçoivent des grâces publiques éclatantes et qui restent, en apparence, dans les classes moyennes du salut (selon l’expression de Malègue reprise par le pape François).
Il n’en demeure pas moins vrai que, selon la tradition et le sentiment inné du Peuple de Dieu, il est convenable, cohérent et souhaitable que l’envoyé de Dieu soit saint, c’est-à-dire qu’il soit porteur du message à l’intérieur même de son être et de son comportement.
Jésus lui-même a usé de cet argument pour authentifier son enseignement: «Qui me convaincra de péché?» (Jn 8,46).
Qu’on le veuille ou non, la crédibilité des apparitions de San Damiano est étroitement liée à la vie de l’instrument choisi pour les recevoir, les garder en mémoire et les propager. Il est donc utile de méditer sur la vie de Rosa avant de se lancer dans un discernement hâtif sur les communications qu’elle a reçues.
Rosa Quattrini a été voyante pendant vingt ans (entre 1961 et 1981), mais ce temps de grâce plus spectaculaire a été précédé de cinquante-deux années d’obscure préparation (entre 1909 et 1961).
Autant que l’infirmité humaine puisse en juger, la vie de l’instrument de Marie, s’est écoulée, sans faille, de la naissance à la mort, animée d’une ferveur ininterrompue. Il serait même intéressant, à titre expérimental, de rédiger une vie de Rosa en faisant abstraction de ses apparitions. On verrait alors que cette existence a grandi dans une harmonie splendide et continue, sous la motion de l’Esprit.

Des talents moyens, une vie spirituelle enracinée

Rosa, nous dit-on, ne marcha qu’à l’âge de trois ans. Enfant et jeune fille, son existence a été celle d’une petite paysanne absorbée par les tâches ménagères, par les travaux des champs, gardant les brebis quand c’était son tour.
D’une intelligence vive et douée d’une bonne mémoire, elle n’était pas «scolaire» et ne fréquenta l’école que durant quatre hivers, jusqu’à la «quatrième élémentaire» (en France, on dirait: «jusqu’à la 8e».) Elle s’arrêta sans regret à ce niveau. Elle parlait essentiellement le dialecte de la région, le piacentino. Elle savait beaucoup de prières par cœur.
D’après un témoin: «Elle comprenait d’instinct les vérités de la foi et ne voyait les choses du monde qu’à travers elles, en dehors de tout savoir humain, qui lui était un domaine clos.»
La sainteté surgit rarement comme une génération spontanée; elle est souvent préparée par des générations de ferveur. On a cette impression quand on contemple les ascendants de cette famille exemplaire et modeste.
De ses parents la petite a reçu une formation chrétienne intense. La maison était presque un couvent. La religion y était le centre et le moteur de toute l’existence. Les quatre filles étaient un peu élevées comme les petites oblates des antiques monastères. Le matin, les quatre sœurs participaient à la messe avant de se rendre à l’école. La piété légendaire de la glorieuse et «sainte Italie» transpire dans ce cadre protégé. On est impressionné par cette intense ferveur dont plusieurs régions de la péninsule nous donnent aujourd’hui encore un exemple confondant.
Une déposition de Rosa en dit long sur le sujet:
«Maman nous faisait réciter le rosaire tous les jours. Nous avions toujours notre chapelet avec nous. Nous récitions des prières, durant la journée, là où nous nous trouvions. Le Chapelet des anges ou les Sept plaies de Jésus.
Et le soir, quand nous étions de retour à la maison, chacune de nous, sur un petit cahier que maman avait préparé, écrivait ce qu’elle avait récité ce jour-là» (1 Mais, p. 16).

Ferveur juvénile

La troisième fille de la famille frappait par sa ferveur et «l’universalité de sa prière.» Que faut-il entendre par cela? Probablement l’enfant pratiquait-elle déjà ce que préconisent les moines orientaux: la prière incessante.
A cause de ses «acquis culturels», sa religion avait les apparences extérieures d’une piété dévotionnelle. En réalité, sa prière était centrée sur des personnes vivantes: Jésus et Marie.
L’adolescente ne tombait pas dans le piège d’une vie intérieure égoïste et fermée sur elle-même. Elle se dépensait pour les autres de manière chronique et empressée.
Sainte Catherine de Sienne, patronne de l’Italie, s’entend dire par le Père:
«Je suis Celui qui me complais à peu de paroles et à beaucoup d’œuvres.» Et Il ajoute: «Ce que je veux, ce sont les œuvres multiples d’une souffrance virile, effet de la patience et des autres vertus intérieures, qui toutes sont actives et opèrent de dignes fruits de grâce.» (Dialogue n° 11)
Parmi les activités de Rosa on notera le soin des enfants. Elle s’occupait des petits et leur enseignait le catéchisme. D’ailleurs tante Adèle Buzzini atteste que sa nièce était toujours humble, obéissante et bien intégrée au cadre paroissial: «Elle est entrée dans l’Action catholique des jeunes. Elle était toujours assidue à ses réunions de catéchisme.» (1 Mais, p. 18).
Anna, la fille qui préoccupait son père au moment de mourir, nous a communiqué ses impressions sur sa sœur: «Elle avait un caractère calme, plein de douceur, exactement l’opposé du mien… Sœur Pierina (l’aînée, devenue sœur du Sacré-Cœur au Brésil) et Rosa étaient douces et obéissantes, promptes à aider maman. C’est si vrai que ni l’une ni l’autre n’était jamais punie tandis que nous, nous l’étions chaque jour car nous inventions toujours des tours nouveaux.
Aujourd’hui, je comprends pourquoi maman ne grondait jamais Rosa: c’était une fille modèle qui ne donnait aucun souci et qui était toujours prompte à obéir» (Vita, Moretti p. 32).
Anna et sa sœur fréquentaient la chorale paroissiale et se montraient fières de leur belle voix. Au retour elles faisaient sentir leur supériorité à Rosa qui voulait s’unir à elles. Mais, étant dotée d’une voix discordante, les deux sœurs la chassaient, prétendant qu’il n’y avait rien à tirer d’elle. Au lieu de prendre la chose de travers Rosa riait de bon cœur: «Vous, vous chantez ici-bas, moi je chanterai au ciel.» Cette bonne humeur est le signe d’une vertu précoce et d’un grand détachement de soi.

Stella Maris
Anonymous
Invité
Invité

Mamma Rosa QUATTRINI Empty Re: Mamma Rosa QUATTRINI

Message par Invité Sam 17 Jan 2015 - 22:41

On peut voir Mamma Rosa saluer les pèlerins depuis sa fenêtre sur cette vidéo ( entre 30' et 50' ).

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/NUycF-T7R78" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Avec Mamma Rosa .... et Notre Dame des Roses - San Damiano juillet 1974

    La date/heure actuelle est Jeu 15 Avr 2021 - 16:50