L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'ARC-EN-CIEL DES RACHETES

Forum Catholique Romain pour l'unité des chrétiens

-20%
Le deal à ne pas rater :
JIGA Batterie Externe 30000mAh, 3 ports USB et 3 entrées
26.36 € 32.95 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
ASOS -20% en plus sur toutes les chaussures en promo (Puma, Nike, ...
Voir le deal

Est-ce normal pour un chrétien de ressentir parfois de la tristesse ?

Gilles
Gilles

Messages : 509
Date d'inscription : 19/05/2020
Age : 65
Localisation : Ville de Québec - Canada

Est-ce normal pour un chrétien de ressentir parfois de la tristesse ? Empty Est-ce normal pour un chrétien de ressentir parfois de la tristesse ?

Message par Gilles Lun 20 Juil 2020 - 16:38

Est-ce normal pour un chrétien de ressentir parfois de la tristesse ? Triste-femme-senior-assise-table_107420-36687

Pourquoi ai-je tellement de mal à être heureux(se) alors qu'en tant que disciple du Christ, j'ai tant de raisons d'être reconnaissant(e) ?

Oui, c'est vrai que nous avons tant de raisons d'être reconnaissants. Après tout, Dieu nous a donné le salut, le pardon, l'amour et la promesse d'un paradis futur. Pourtant, quelque part au fond de nous, il y a une morosité tenace et nous nous demandons si notre foi est faible parce que nous ne sommes pas plus heureux de notre vie.

Mais le chagrin est là, non pas parce que nous faisons quelque chose de mal, mais parce que nous vivons dans un monde brisé; un endroit où nous ne pouvons pas expérimenter tout ce que Dieu a à nous offrir. C'est un signe pour nous que nous avons été faits pour le ciel, pour l'éternité avec Dieu.


L'apôtre Paul nous dit que nous avons été créés pour des choses bien meilleures que ce que ce monde a à offrir. Il écrit:

«Nous savons que toute la création a gémi comme dans les douleurs de l'accouchement jusqu'à nos jours. Non seulement ainsi, mais nous-mêmes, qui avons les prémices de l'Esprit, gémissons intérieurement en attendant avec impatience notre adoption comme fils, la rédemption de nos corps »( Romains 8: 22-23 ).

Et là encore, Paul écrit dans 2 Corinthiens 5: 2-6 :

«Pendant ce temps, nous gémissons, désirant être revêtus de notre demeure céleste, parce que lorsque nous serons vêtus, nous ne serons pas trouvés nus. Car pendant que nous sommes dans cette tente, nous gémissons et sommes accablés, parce que nous ne voulons pas être déshabillés, mais être revêtus de notre demeure céleste, afin que ce qui est mortel puisse être englouti par la vie. Maintenant, c'est Dieu qui nous a créés précisément dans ce but et nous a donné l'Esprit en gage, garantissant ce qui est à venir. Par conséquent, nous sommes toujours confiants et savons que tant que nous sommes chez nous dans le corps, nous sommes loin du Seigneur.

Parfois, le désir de Dieu est trop profond pour les mots. Nous luttons pour être heureux, mais nous savons que cet endroit est contaminé par un sentiment de rupture et de futilité. Travailler plus fort, faire mieux, servir plus longtemps ne soulagera pas notre chagrin. Cela persiste. Et cela ne disparaîtra pas avant le jour où notre rédemption sera complète. Même nos plus grandes réalisations semblent inutiles après un certain temps. ( Ecclésiaste 1: 1-9 ). Rien ne dure ici et rien ne nous satisfait pleinement.

Le résultat d'être revendiqué par Dieu, mais de ne pas encore vivre avec lui, est la tristesse. Mais pas seulement le chagrin. C'est aussi mêlé d'anticipation. Nous attendons avec impatience d'être avec notre Père céleste. Nous sommes coupés de notre Père céleste; pas dans un sens spirituel, mais dans le sens où, maintenant, nous ne pouvons pas éprouver la joie totale de vivre en sa présence aujourd'hui. Nous sommes adoptés, mais nous ne vivons pas encore avec notre Père Abba. C'est comme une enfant abandonnée qui a été adoptée mais qui vit toujours dans un orphelinat, attendant avec impatience que ses nouveaux parents l'embrassent et la ramènent à la maison. Elle vit avec un désir, un désir d'être avec sa famille. Et nous aussi. Nous ne sommes peut-être pas toujours pleinement conscients de combien nous aspirons profondément à cela, mais nous anticipons aussi être avec notre Père. Le Saint-Esprit nous réconforte, mais jusqu'à ce que nous soyons pleinement rachetés,nous vivons avec une faim intérieure qui n'est pas complètement satisfaite.

Pour l'instant, à cause de la divergence entre la revendication de Dieu sur nous et le fait de vivre dans un monde brisé, nous sommes frustrés, nous nous sentons mal. Cette frustration, cependant, ne devrait pas nous alarmer. C'est un signe de bonnes choses à venir. Lorsque nous réalisons qu'il est naturel de se sentir triste et insatisfait et que nous ne serons pas heureux tout le temps, nous pouvons permettre à nos gémissements d'être un signe d'espoir pour de grandes choses à venir, et nous pouvons lui permettre de nous rapprocher de notre Seigneur. Lorsque nous ressentons le gémissement de notre âme, nous pouvons trouver du réconfort en sachant qu'un jour nous verrons notre Seigneur et Sauveur face à face ( 1 Corinthiens 13:12 ).

C'est la personne qui est inconsciente de cette aliénation dans la nature et en nous, ce cycle sans fin de décomposition, qui est en plus grand danger que celle qui est douloureusement consciente de cette séparation d'avec Dieu. La personne inconsciente voit cette frustration comme un motif de désespoir et elle peut vivre sa vie en essayant de calmer ses gémissements par le sexe, les relations, l'argent, le travail ou tout autre type de plaisir. Mais il constate qu'il n'y a rien ici sur cette terre qui puisse pénétrer assez loin dans son âme et le combler. À ce moment-là, il a le choix: reconnaître son désir comme un signe de meilleures choses à venir, ou nier les gémissements dans son cœur et continuer son effort futile pour avoir le paradis maintenant.

Il est naturel de se sentir malheureux de temps en temps. Mais c'est une bonne nouvelle, car ce fardeau ou ce gémissement alimente notre espérance et nous fait savoir que Dieu a l'intention de tout arranger. Cela nous rappelle que rien de matériel dans ce monde ne peut nous satisfaire. Dieu lui-même nous satisfait ( Psaume 90:14 ; 103: 2-5 ; 107: 9 ). De ce fait, les chrétiens peuvent utiliser leurs désirs pour les rapprocher de Dieu et les éloigner de la chair. Dieu nous libérera de l'esclavage de la corruption et nous restaurera complètement.

N'insistons pas sur les affres de la solitude et de la tristesse lorsqu'ils envahissent nos cœurs, mais ayons de la joie car nous savons que de bien meilleures choses nous attendent. À travers les souffrances de ce monde, nous ressemblons davantage au fils de Dieu, Jésus (Jacques 1: 1-4 ).


Est-ce normal pour un chrétien de ressentir parfois de la tristesse ? 2Q==
Claire
Claire
Admin

Messages : 11948
Date d'inscription : 19/07/2009
Age : 70
Localisation : NORD

Est-ce normal pour un chrétien de ressentir parfois de la tristesse ? Empty Re: Est-ce normal pour un chrétien de ressentir parfois de la tristesse ?

Message par Claire Lun 20 Juil 2020 - 21:01

Lorsque nous étions saints, nous aimerions nos croix, nos souffrances car comme le disait le Saint Curé d'Ars :

"Chacun a sa croix. Si on en connaissait tous les mérites et qu’on pût les prendre, on se les volerait les uns aux autres !"


On en est par encore là comme le souligne sœur Emmanuel de Medjugorje dans sa dernière vidéo, je vais d'ailleurs la poster.



Jésus était triste parfois, il pleurait devant Jérusalem, devant nos péchés, sur les autres mais jamais sur lui-même, mais il était triste, donc pourquoi ne le serions-nous pas....

    La date/heure actuelle est Jeu 15 Avr 2021 - 17:19